AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782930848402
Éditeur : LiLys Éditions (14/01/2018)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Geneviève et David Proust emménagent à Pickwik, un charmant petit village très loin du brouhaha de la ville et des gens pressés. Mais entre un inventeur loufoque comme voisin, une Maire qui change de personnalité au moindre stress, un chat psychopathe et des habitants tous plus délurés les uns que les autres peut-être leur sera-t-il difficile de s’adapter à cette nouvelle vie. Surtout avec cette légende à propos d’une coccinelle, emblème de Pickwik et ardemment rech... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  09 février 2018
Je n'aime pas vraiment écrire ce genre de critique, surtout que j'en ai déjà fait une négative juste avant, mais là, j'avoue, je suis carrément passée à côté. Et pourtant, le résumé était très sympathique, promettant un moment de lecture décalée et un peu loufoque avec une histoire de coccinelle étrange. Mais voilà, on tourne en rond, il ne se passe quasiment rien et l'un des personnages principal est antipathique à souhait.
Nous suivons donc Geneviève et David, un jeune couple qui a décidé de s'installer en dehors de la ville pour trouver le calme. Tous les deux travaillent dans l'édition, lui pigiste, elle correctrice, et ce côté littéraire nous suit tout au long de l'histoire. Un point que j'ai apprécié, tout comme les petits symboles qui se glissent fréquemment de-ci, de-là. Pickwik est aussi un village très charmant. Pittoresque et avec une petite galerie de personnages qui sortent de l'ordinaire, c'est le moins que l'on puisse dire. Chacun des habitants a, disons-le, un petit grain. C'est mignon et décalé, avec une grosse dose d'humour sans jamais avoir un regard négatif. Ils sont comme ils sont, et c'est tout.
Mais voilà, le côté sympathique du roman s'arrête très vite là. Geneviève qui nous est décrit très rapidement comme quelqu'un de pas facile, et un vrai Grinch en puissance. Caractérielle, hypocrite, méchante, hautaine, moqueuse, rabat-joie de première, fouineuse et pédante... sans compter qu'elle tyrannise son chat (qui le lui rend bien et tant mieux vu qu'il a failli y passer plusieurs fois). Alors peut-être qu'elle était censée être un élément humoristique mais franchement... Insupportable au possible. Elle aurait pu être un peu râleuse pour contre balancer avec son mari David qui est une crème, mais elle a un côté méchant qui prédomine vraiment.
A côté de cela, les Thirion et Samuel sont par contre intéressants. J'aurais même aimé qu'on se focalise sur eux. Les filles de la famille Thirion sont toutes sympathiques, drôles avec leur petit caractère mais dans le bon sens du terme. Il y aussi ce mystère qui plane autour d'elles et de leur famille qui pique la curiosité. Sam, lui, est un inventeur fou, un peu doux-dingue, très gentil et plein d'imagination. le genre d'ami qu'on aimerait avoir pour vous émerveiller encore et toujours. Les autres habitants sont aussi sympathiques à leur façon avec leurs petits tics mais voilà, il y a encore un nouveau soucis.
La redondance ! J'ai eu l'impression de vivre continuellement les mêmes scènes : Geneviève et Peggy, son chat, qui tentent mutuellement de se liquider. Albie et ses crises d'hystérie. Mimi et ses tentatives de séductions. Les soirées entre amis généralissimes, le club des tarés à la recherche de la coccinelle, Jenny qui lève les yeux au ciel... Et j'en passe. du coup, l'intrigue, s'il y en a une, passe totalement à la trappe. Je suppose que c'est l'histoire de la coccinelle, mais comment en être vraiment certaine ? Quand je suis arrivée à la fin, je me suis même dit : ah mince, mais on n'est pas au début ? Il s'est rien passé ! D'ailleurs même le dernier "chamboulement" annoncée à la fin tombe comme un cheveu sur la soupe.
Décontenancée, oui. Je ne poursuivrai pas, alors que je suis pourtant de nature curieuse, mais là, je ne sais même pas pourquoi je devrais être curieuse de découvrir la suite. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Mladoria
  09 février 2018
Autant vous le dire de suite, cet avis ne va pas être simple, ni enthousiaste mais bon...
Je tiens dans un premier temps à remercier Netgalley et les éditions Lilys pour ce partenariat.
Je vais commencé par les bons côtés de ce livre :
- La couverture de l'édition Lilys est vraiment très jolie et toute mignonne avec ces petites coccinelles aux coins dans un joli vert tendre. Ça donne vraiment envie de lire le livre.
- La mise en page : aérée, fluide où l'on retrouve la coccinelle pour séparer les sous-chapitres là encore ça donne envie.
- l'univers visuel du roman : très coloré, on se croirait presque dans un décor de synthèse tant les couleurs sont improbables mais en même temps, c'est si gai que ça donne envie d'aller visiter.
- la plupart des personnages secondaires : j'ai adoré Sam et ses inventions loufoques, Albie et Mimi, le maire fana de botanique et même les mystérieux membres du club des Pipes, David et son côté enfantin.
Et maintenant les points qui font que ce livre n'a pas été une lecture agréable :
- L'intrigue : il ne se passe pas grandement à Pickwik ou au Vers galant. Alors certes, les saisons défilent (j'ai trouvé l'instance sur les "cigarettes inoffensives" de saison, très lourde et n'apportant rien à l'intrigue). le côté mystérieux de l'emblème du village et de sa fondatrice avance à la vitesse de Monsieur et Madame Dingleton (un couple de limaces) autant dire que ça traîne en longueur. Et pour quoi à la fin ? Et bien oui, c'est un tome 1, donc en gros on ne sait rien... Bref, déçue, car tout tourne autour de sujets banals : amourettes, inventions, potins...
- Les Thirion : alors certes j'ai bien aimé le côté mutin de Lili et Elise, les parents m'ont semblé très effacés en dehors des chansons à boire du père en duo avec David et des quelques scènes de tendresse de Gaëlle la mère, pas grand chose. Quant à Zoé, à mettre dans le même panier que celle qui m'a gâché ma lecture...
- la fameuse Geneviève : cynique, hypocrite, râleuse pour un rien, pédante, mauvaise et par dessus tout bourreau d'animaux. Les scènes de torture du pauvre Peggy (le chat des Proust) n'apportent clairement rien à l'intrigue et m'ont fait détester viscéralement cette femme qui n'a clairement rien pour elle (devant l'air béat de son mari, c'est à se demander ce qu'il lui trouve parce que c'est franchement une sacrée saleté). Ces scènes ne sont pas drôles, sauf si on aime soi-même torturer des bêtes. Et loin d'être psychopathe comme souvent évoqué, ce chat n'est qu'un chat, vu qu'il se fait martyriser il est normal qu'il réplique et c'est bien fait, la preuve en est il n'est méchant qu'avec elle et adorable avec toutes les autres personnes autour.
En gros, ce roman gagnerait carrément sans ce personnage, qui m'a occulté toute la fraîcheur et la loufoquerie des autres personnages qui eux, font rêver d'un petit village cocasse, dont elle démonte toutes les facéties à coup de soupir exaspéré.
Un roman qui mériterait un bon coup de serpe dans les longueurs, une intrigue plus centrée sur le mystère de la coccinelle et de la fameuse Lady Bug et non sur l'immonde Geneviève. Là, je suis restée clairement cachée dans la serre du maire ou dans le champ de coquelicots de Mimi ou bien chez Sam où j'aurai recueilli le pauvre Peggy et fermer la porte à double tour à la harpie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
coquinnette1974
  25 février 2018
Depuis le temps qu'il traînait dans ma tablette, j'ai enfin pris le temps de lire : Pickwik, tome 1 : le Vers Galant de Eva Giraud, découvert grâce à net galley et Lilys éditions.
Geneviève (surnommée Jenny) et David emménagent au vers galant, un petit hameau de trois maisons à proximité de Pickwick. le petit village est surprenant, rempli de légendes d'autrefois, de personnages haut en couleur... Notre gentil couple a l'impression d'être dans un autre monde :) Ce qui amuse David, mais un peu moins la pauvre Jenny. Avec eux a emménagé un chat : Peggy. Un chat qui porte un nom féminin car son premier maître (le frère de Jenny, devenu allergique) pensait avoir une chatte, et non un chat :) le "brave" animal fait des tas de bêtises, il déteste sa nouvelle maîtresse et d'ailleurs Jenny lui rend bien ! Cela donne lieu à des scènes qui m'ont bien rire !
Le vers galant est un roman surprenant, loufoque, qui n'a parfois ni queue ni tête... pour mon plus grand plaisir :)
Je dois avouer être surprise des autres critiques car moi j'ai adorée ce roman :) J'ai apprécié que ce soit loufoque, drôle, avec des personnages stupéfiants.
J'avoue, j'ai passé une très bonne journée en la compagnie de tout ce petit monde.
Mon seul reproche est que parfois il y a quelques longueurs, ce n'est pas très gênant mais il m'est arrivé de décrocher ici et là.
C'est pour ça que je mets quatre étoiles et pas cinq mais c'est un grand quatre étoiles et je vous invite à le lire si vous aimez les romans originaux, drôles, qui peuvent plaire aux adolescents et aux adultes :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LeaneBelaqua
  07 mars 2018
Ce que j'adore chez Lilys Edition, ce sont les propositions variées. Que je les aime ou non, elles sont toujours surprenantes. Pickwik raconte l'histoire de la famille Proust qui vient s'installer dans le petit village de Pickwik. Ils y rencontrent tout un tas de gens curieux. Geneviève est correctrice, David pigiste. Elle est sarcastique, il est plus ouvert. Ils vont faire la rencontre de Pickwik, un village tout ce qu'il y a de plus surprenant dont l'emblème est une coccinelle.
Autour de nos deux citadins exilés se tisse une histoire qu'on ne peut pas résumer. Elle passe tout d'abord par les voisins des Proust. Entre l'inventeur farfelu qui a dans son jardin d'étranges nains de jardin et qui cohabite avec un fantôme et la famille composée presque exclusivement de filles qui ont d'étranges particularités et capacités, les Proust sont servis ! Geneviève vit ces événements saugrenus avec difficulté tandis que David les accepte rapidement. C'est leur acclimatation qui est au coeur du récit. Il faut dire que Jenny n'est pas aidée avec Peggy, ce chat complètement fou qui lui livre une guerre sans merci et semble vouloir la rendre folle. Pourtant, elle se lie elle aussi et finit par tolérer les bizarreries des habitants de Pickwik. Elle prend en pitié le facteur amoureux de la gérante phobique des pieds, se moque de ce maire à la double personnalité incapable de gérer le stress, et désespère face au club des Pipes, ces vieux qui cherchent la coccinelle de Pickwik, allant jusqu'à détruire la fontaine.
Il se passe des choses improbables. Les événements et les personnages regorgent d'une loufoquerie étonnante. C'est un village magique, étrange et touchant que nous présente Eva Giraud. le style d'écriture est très plaisant. Il est poétique, drôle, farfelu. C'était un véritable régal ! Je ne sais pas d'où lui sont venues les idées de tous ces personnages époustouflants, mais je la remercie de les avoir créés.
Certes, il y a quelques imperfections dans ce roman. Certains éléments auraient mérités plus d'attention et il nous reste des tas de questions en tête, mais j'ai bon espoir que tout soit complété par les deux tomes suivants. C'est pour moi un conte très réussi, rivalisant de drôleries pour montrer l'évolution des personnages principaux. L'ambiance est magique, fantaisiste, et se prête aussi bien à une lecture par des adolescents que par des adultes.
Conclusion : ♥♥♥♥♥ Ce premier tome est particulièrement original, loufoque, improbable, amusant, ... Je me suis régalée à le lire, et j'avoue que j'aurais bien aimé, moi aussi, habiter ce village ! En attendant, je me contenterai d'attendre les tomes suivants avec impatience !
Lien : http://sweetie-universe.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Melvie77
  09 avril 2018
Le résumé promet une quête farfelue d'un insecte légendaire et des personnages hauts en couleur...
Autant le dire tout de suite, ça ne l'a pas fait du tout avec moi ce roman jeunesse...
Les personnages et le village de Pickwick sont tous décalés, disons le clairement, ils ont même un sérieux pet au casque... mais non seulement je n'ai eu aucune empathie pour les personnages, mais de plus, je me suis ennuyée tant l'intrigue tardait à décoller...
L'auteure passe beaucoup trop de temps à décrire le village et ses habitants au détriment du rythme qui en pâtit sévèrement...
Dans les bons points, cependant, l'univers, créé par Eva Giraud, est totalement décalé et offre de nombreuses scènes abracadabrantes et pleines d'humour.
Un roman jeunesse décevant, qui est le premier d'une trilogie, déjà sortie.

Lien : https://aufildesevasionslivr..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
florencemflorencem   10 février 2018
Ce que Sam leur avait offert n’était pas seulement un bon repas dans une bonne ambiance. Non, il leur offrit ce soir-là un moment indomptable où la Terre cesse de tourner, empêchant ainsi le temps de filer à son allure habituelle.
Commenter  J’apprécie          170
florencemflorencem   08 février 2018
Mais être auteur signifiait avant tout - et en toute logique - aimer les mots, les aimer et savoir les manipuler.
Commenter  J’apprécie          200
Elo-DitElo-Dit   05 février 2018
"En dépit de leurs névroses et autres bizarreries, ces habitants ne paraissaient pas porter en eux l'extrapolation de caractères existants et naturels, propres à l'être humain. Seule la magie régnait sur Pickwik. L'atmosphère y était particulière."
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : mystèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1123 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre