AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791095081111
Éditeur : The book editions (05/11/2018)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Béatrice Mercier-Charbonet, spécialisée dans la protection des grands patrons, doit se rendre en Israël, suite à l’enlèvement de son PDG par des « contestataires anti-finances », pour négocier, en liaison avec la police locale, sa libération et une somme d’argent non négligeable.
Arrivée sur place, elle est prise en charge par Noah, policier de la section anti-terroriste du Shin Bet. Le trajet d’une heure se transforme en cinq heures suite à des explosions à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Elodieuniverse
  11 janvier 2019
L'histoire de ce livre commence sur un enlèvement, un début sous tension puis file vers une histoire d'amour qui mène à la désillusion et enfin une quête qui nous embarque au coeur de l'Histoire. L'auteure nous fournit un texte de qualité, une histoire aboutie et recherchée. On sent vraiment le travail de recherches derrière, un travail qui a dû être fastidieux mais ô combien intéressant. C'est un livre qui nous parle d'amour, de pardon et de poids du passé, un poids qui alourdit la descendance. Béatrice va mener une quête passionnante et bouleversante au coeur de la SGM, un sujet qui me passionne autant qu'il me terrorise... Les arrestations, les déportations, les camps...
C'est aussi captivant qu'émouvant. (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          290
Marie-Nel
  01 juin 2019
Je connais déjà Lisa Giraud-Taylor pour avoir lu son premier roman Karl et Nina. Ein Brera fait partie d'un triptyque ayant pour thème la seconde guerre mondiale vu d'une autre façon. Dans Karl et Nina, l'auteure a choisi de parler de l'amour entre un Allemand et une Française, et de montrer que l'ennemi n'était pas toujours où on pouvait le penser. Ici, dans Ein Brera, elle parle du devoir de mémoire que ce soit pour ceux qui ont été touchés par les camps de déportation ou pour les descendants de ceux qui ont collaboré avec l'ennemi. On s'imagine bien dans ce cas comme le fardeau doit être lourd à porter.
J'ai donc fait la connaissance de Béatrice. C'est une femme divorcée, qui se débrouille avec ses deux enfants et la garde alternée chez leur père. Elle travaille dans la protection des grands patrons. Tout va bien jusqu'au jour où son patron est enlevé, elle doit se rendre en Israël pour négocier sa libération. Là-bas, elle va rencontrer Noah. Très vite, une histoire d'amour va se tisser entre eux et prendre de plus en plus d'importance dans leur vie respective. Jusqu'au jour où la mère de Noah demande à Béatrice de disparaître de la vie de son fils car le grand-père de Béatrice, policier pendant la guerre, a commis des gestes irréparables. C'est le choc pour Béatrice. Elle va ainsi faire des recherches sur son aïeul et les familles déportées. Elle va ainsi voyager en Europe pour mener à bien ce devoir de mémoire pour pouvoir pardonner à ce grand-père. La tâche ne va pas être simple pour elle. Remuer le passé ne sent jamais bon mais est parfois nécessaire pour pouvoir avancer dans le présent et le futur.
Je me suis vite attachée à Béatrice. Tout est raconté la troisième personne du singulier mais ça ne m'a pas empêchée de me sentir proche d'elle. La période de la guerre et de l'après-guerre est tellement trouble, c'est tellement difficile de connaître la vérité. Béatrice va être courageuse de vouloir fouiller ce terrible passé, ce que n'a par exemple pas voulu faire son père. le silence est parfois tellement nuisible et la vérité éclate parfois lorsqu'on s'y attend le moins et fait encore plus mal. Ce qui est le cas pour Béatrice puisque cela va nuire à son histoire d'amour.
Lisa Giraud-Taylor a très bien travaillé ses personnages, mais aussi les lieux, l'ambiance. La visite que Béatrice fait au camp d'Auschwitz est glaçante, j'ai très bien ressenti l'absence, le goût de la mort. le roman est construit en plusieurs parties correspondant aux différentes étapes de l'héroïne. le texte est fluide, bien écrit, bien expliqué pour ceux qui ne connaissent pas cette période. le texte est allégé par des dialogues ou des passages en italique pour transposer la pensée des personnages. La fin m'a quant à elle surprise. L'auteure n'a pas fait dans la simplicité ni dans le happy end total. Par contre, il m'a beaucoup émue, c'est un final très fort, poignant et tellement rempli d'espoir.
Pour moi, vous pouvez lire Ein Brera même si vous n'avez pas lu Karl et Nina. Ça ne gêne en rien à la compréhension du texte. Bien sûr, je vous recommande vivement de lire les deux, l'auteure fait passer tellement de beaux messages de solidarité, d'amour et d'espoir pour les peuples qu'il faut vraiment lire les deux histoires. Je sais que le troisième roman doit sortir prochainement, il doit avoir lieu sur une période avant la seconde guerre, en Allemagne, au moment de la montée du nazisme. Si je ne me trompe pas, dans celui-ci, on devrait retrouver Karl. En tout cas, je suis pressé de le lire car ça promet d'être encore bien intéressant. J'aime beaucoup quand un sujet est traité d'une manière et d'une vision différentes, comme ici, du côté Allemand ou du Français qui a collaboré. Ça n'excuse pas les faits qui leur sont reprochés mais ça explique le pourquoi de leurs agissements, ça permet de comprendre et de ne pas refaire les mêmes choses, servir d'exemple.
La lecture de ce roman s'est faite rapidement, en une journée. J'ai tout de suite accroché, je me suis laissé prendre par la main et emmener avec Béatrice. Je n'ai as vu les heures passer et les pages ont tourné très vite. Une lecture pleine d'émotions, de sentiments divers. Je suis conquise une nouvelle fois par Lisa Giraud-Taylor et ce beau projet qu'elle a de retracer la guerre et ses conséquences sur les générations passées et futures. J'ai maintenant hâte de lire le troisième. Et, bien sûr, vous l'aurez compris, je vous recommande vivement ce roman en particulier et les trois volets que ces livres forment.
Je tiens à féliciter Lisa Giraud-Taylor pour le travail qu'elle a dû effectuer en amont pour rendre ses écrits si criants de vérité et si humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cathy_lit
  23 juillet 2019
Bonjour,
Je vous parle aujourd'hui du volet deux du triptyque de Lisa Giraud Taylor - Auteur Ein Breda. Nous retrouvons comme dans le premier une histoire d'amour, mais une histoire d'amour qui interroge sur doit -on se sentir coupable des actions de nos ascendants ? Faut-il demander pardon pour des actions que nous n'avons pas faites ? C'est les quesions auxquelles est confrontée Béatrice dans ce livre. Béatrice responsable de la sécurité d'un grand patron doit aller négocier sa libération en Israël. Elle doit faire équipe avec Noah policier juif dont le grand père a été rescapé d'Auswitch et qui doit à l'avenir reprendre la direction d'une fondation créée par son grand père sur le devoir de mémoire. Leur histoire va bien commencer mais ...
J'ai beaucoup aimé ce tome (même si les livres à mon avis peuvent se lire indépendamment, il y a une logique dans les interrogations qui se posent), tout comme j'avais bien aimé le premier. Il me reste maintenant le dernier de cette série à lire. Je trouve que les personnages sont entiers, on peut facilement s'identifier et se poser des questions qui sont les mêmes qu'eux.
Quatrième de couv."Béatrice Mercier-Charbonet, spécialisée dans la protection des grands patrons, doit se rendre en Israël, suite à l'enlèvement de son PDG par des « contestataires anti-finances », pour négocier, en liaison avec la police locale, sa libération et une somme d'argent non négligeable.
Arrivée sur place, elle est prise en charge par Noah, policier de la section anti-terroriste du Shin Bet. le trajet d'une heure se transforme en cinq heures suite à des explosions à Tel Aviv et Jérusalem. Leur rapprochement est fulgurant.
Elle, quarante-cinq ans, est fraîchement divorcée, deux enfants vivant alternativement avec leur père, ex-collègue, policier de son état. Lui, quarante-six ans, vient de divorcer de son premier amour, trois enfants qui refusent de vivre avec lui.
Lors d'une présentation officielle à la famille de Noah, le passé du grand-père de Béatrice, lors de la Seconde Guerre mondiale, va faire éclater cette romance et amener Béatrice à affronter le devoir de mémoire, la honte et la rédemption lors d'une longue traversée du désert."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marieemmy
  28 mai 2019
LIVRE ABSOULEMENT GENIAL
Merci à son auteur pour ce livre! Une couverture sobre, sans fioritures en totale adéquation au thème lourd évoqué dans ce livre: le devoir de mémoire …
Ein Brera fait parti d'une trilogie sur ce sujet lié à la 2nde guerre mondiale, mais la lecture des 3 tomes peut être indépendante. le 3è tome sort le mois prochain…
Si le 1er évoque les relations entre la population française et l'Armée allemande, ce 2è tome fait la part belle au passé de 2 hommes et les conséquences de leurs actes sur les générations suivantes et sur les notions de culpabilité et de responsabilité. Quel poids portons nous chacun et chacune de notre passé? Que doit on en faire?
Ce livre mêle l'espionnage, le polar, l'amour, l'expiation, les recherches… J'ai été totalement envoûtée dès les premières pages et je ne suis plus arrivée à le lâcher.
Depuis toujours, je suis fortement attirée et intéressée par la 2 e guerre mondiale, les camps… Et ce roman me donne encore plus envie d'aller en pèlerinage, comme Béatrice, à Auschwitz. Il fau savoir aussi qu'en Alsace, à 30 km de chez moi, à Schirmeck, il y a un camp de concentration Struthof, qui est super intéressant et instructif.
Lisez ce roman qui pourrait être proposé dans les établissements scolaires afin de travailler sur le devoir de mémoire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
unbrindesyboulette
  12 décembre 2018
Plusieurs me viennent pour décrire ce roman: espionnage, policier, histoire, amour, quête. « Ein Brera » mêle plusieurs thèmes et c'est toute la richesse de ce livre qui a fait que, à peine commencé, je n'ai pas réussi à le lâcher tant j'ai été envouté par l'histoire, par la plume de Lisa. À aucun moment, je ne me suis ennuyée. À aucun moment, l'évocation de la Seconde Guerre Mondiale et le drame des exportations ont été pesant dans ma lecture, bien au contraire et là, je ne peux que admirer le travail de Lisa dans ses recherches et dans son récit (car je ne suis pas très fan de tout ce qui est guerre mondiale). J'ai aimé, j'ai dévoré, j'ai eu les larmes au yeux, j'ai tremblé, j'ai souri, j'ai été impressionné par « Ein Brera ». Dès le début, j'ai apprécié Béatrice, cette femme de 45 ans, divorcée, maman de 2 enfants, et surtout chef de la sécurité d'un grand patron et qui a donc une sacré poigne et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds aussi bien par son patron que par tout individu. Cette force de caractère, de décision, de transparence, de discrétion, tout ça est réunit dans une même personne, Béatrice. Et sa rencontre avec Noah, cet homme fort, sensible, à l'écoute, cette rencontre était une évidence et leur amour tellement nécessaire et c'est là qu'on peut se dire qu'il n'y a pas de hasard dans la vie… Toute la première partie de « Ein Brera » est contemporaine, raconte la vie d'une femme qui a un travail exigeant et prenant mais qui va réussir à enfin penser à elle grâce à la rencontre avec un homme.
La deuxième partie est plus historique et surtout plus émouvante, voire difficile à certains moments mais difficile dans le sens de la grande Histoire, de cette guerre monstrueuse. Car Béatrice va partir à la recherche du passé de son grand-père, celui qu'elle aimait, qu'elle admirait… Béatrice va partir sur les traces de juifs déportés, elle va rencontrer leurs descendants afin de demander pardon pour elle, pour ses enfants afin que ces derniers n'aient pas honte de leur arrière grand-père. Lisa Giraud Taylor emmène son lecteur à travers la France, à travers l'Europe afin de reconstituer des passés familiaux douloureux mais nécessaires. Lisa permet à son lecteur de comprendre certains actes, de comprendre la démarche de Lisa, de sa quête, de son devoir de mémoire. Mais surtout Lisa a su retranscrire tout ce passé sans être dramatique, sans être « cours d'histoire », sans être ennuyeuse en fait. Bien au contraire, et c'est vraiment la force de « Ein Brera » qui signifie « Il n'y a pas le choix » et ce titre va tellement bien à la démarche de Béatrice, à son besoin de se plonger dans le passé même si cela va lui être si difficile car Béatrice n'a pas le choix, elle doit savoir, affronter, pour enfin se construire et commencer un nouveau chapitre de sa vie.
« Ein Brera » est un coup de coeur pour moi et fermer ce livre a été triste car j'en voulais plus. Mais bonne nouvelle car ce roman fait partie d'un triptyque dont le premier roman est « Karl et Nina » et le troisième est à paraître en 2019 (mais ces trois livres peuvent se lire indépendamment des autres et je vous le confirme ayant lu pour le moment que « Ein Brera »). Je n'ai qu'un conseil: lisez « Ein Brera » de Lisa Giraud Taylor.
Lien : https://unbrindesyboulette.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ElodieuniverseElodieuniverse   04 janvier 2019
Seule l'Histoire les tenait en haleine et leurs goûts communs ne firent que renforcer leur connivence.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Lisa Giraud Taylor (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa Giraud Taylor
Interview pour la sortie de Liverpool Connexion
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1852 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre