AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253150718
186 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/2001)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.59/5 (sur 9457 notes)
Résumé :
Mais que diable Amélie-san allait-elle faire dans cette galère ? C'est la question qu'on se pose en découvrant l'invraisemblable traitement auquel la jeune narratrice, double à peine voilé de l'auteur, est confrontée lors d'un emploi de quelques mois au Japon.

Embauchée par la compagnie Yumimoto, Amélie espère bien pouvoir faire ses preuves dans ce pays qui la fascine tant depuis qu'elle y a séjourné enfant. C'est sans compter sur la subtilité des règ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (534) Voir plus Ajouter une critique
carre
  14 septembre 2012
Comme à chaque lecture d'un roman d'Amélie Nothomb, mon sentiment est mitigé, le verre d'eau à moitié plein ou à moitié vide. Et avec une question récurrente, pourquoi cet auteur est-elle aussi adulée ?
« Stupeur et tremblements » fait partie indiscutablement du meilleur Nothomb, les pérégrinations de la jeune héroïne dans cette entreprise sont un vrai chemin de croix, la définition d'harcèlement moral trouvant un incroyable exemple dans ce que subit la jeune Amélie ; Nothomb enchaine les scénettes vachardes et humiliantes avec un sens du rythme qui rend son histoire plutôt intéressante. Hiérarchie désagréable, humiliante au possible, la jeune femme encaisse avec un aplomb et une force de tolérance qui laisse pantois.
Alors oui un roman efficace, agréable, vite lu comme tout ces romans, mais tout de même rien de quoi susciter une allégeance totale à l'auteur belge. Un mystère, je vous dis.
A noter la belle et fidèle adaptation du regretté Alain Corneau avec Sylvie Testud dans le rôle titre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          945
MllePeregrine
  23 novembre 2011
Amélie Nothomb, on aime ou on n'aime pas.
Eh bien j'aime. "Stupeur et tremblements" est le 1er roman que j'ai lu d'elle, je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant la lecture.
C'est drôle, grinçant, fulgurant.
Roman autobiographique, il retrace le parcours de la narratrice, Amélie-Chan, jeune femme fraîchement diplômée qui arrive en tant qu'interprète dans la grande firme Yumimoto.
Toutefois, ne pas connaître les us et coutumes japonais est fatal pour elle et c'est ainsi que d'impair en impair, elle finit par se retrouver "dame-pipi" de son entreprise.
On passe un bon moment à la lecture de ce roman! Et j'ajouterai que si vous avez un ado, par là, qui ne sait pas que lire, ça peut marcher! Je l'ai étudié avec une classe de 3ème, ils ont adhéré :)
Commenter  J’apprécie          900
Ellane92
  27 mars 2015
La jeune Amélie est ravie d'être embauchée pour une durée d'un an par Yumimoto, une grande société japonaise. Il faut dire qu'Amélie aime le Japon, pays dans lequel elle a vécu enfant. En connaissant les usages (du moins, le croit-elle) et la langue, c'est pour elle une façon de rendre hommage à ce pays qui l'a tant marqué. Mais au pays du Soleil Levant, il n'est pas si simple pour une stagiaire belge de prendre ses marques et de se fondre au milieu d'un personnel d'entreprise régi par des codes très différents de ceux en usage en Europe.

J'ai toujours dit que je ne voulais pas mourir bête. Alors, il m'arrive d'essayer des choses pour lesquelles je ne suis pas très convaincue : le Tai Chi Chuan, le poisson cru, ou les chaussures à talon aiguille. Des fois, je suis ravie, j'aime beaucoup le Taï-Chi. Des fois, je n'arrive pas à prendre le "truc" pour marcher à 10 cm du sol, et je n'aime pas le gout prononcé et la texture du cru.
Côté lecture, je me dis aussi qu'il faut que j'essaie. Alors de temps en temps, je tente : Musso, Coehlo, plus récemment Gounelle. Ce coup-ci, c'était Amélie Nothomb. Après tout, les avis sont partagés : il y a ceux qui détestent, et ceux qui adorent, mais en tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'elle est lue et qu'elle fait parler d'elle. J'ai donc voulu savoir si finalement, je me positionnerai parmi les "pour" ou parmi les "contre" (bon ok, j'avais quand même une idée sur la question mais comme je dis toujours : celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois !). Je me suis donc lancée dans la découverte de son roman le plus connu (enfin, je crois ?) : Stupeur et tremblements.
Sans surprise pour ceux qui me connaissent, je n'ai vraiment pas aimé.
Je n'ai pas aimé le fond : le choc des cultures, ça m'intéresse toujours, ça ouvre l'esprit à d'autres pratiques, etc… Là, pour le coup, j'ai trouvé les propos surtout caricaturaux et limite désobligeants pour les habitants du pays du soleil levant (bon, carrément désobligeants même !). Je n'ai pas adhéré au "positionnement" de l'héroïne qui semble surtout hésiter entre affirmer sa culture occidentale et son désir de se comporter comme une bonne japonaise. En gros, quel que soit son modèle de référence, elle choisit exactement et systématiquement celui qui est le pire à la situation présente. Maladroite, Amélie, ou plus simplement masochiste (ou en manque d'inspiration ? tsssssssssss je suis mauvaise langue !) ?? Et puis, enfin, en terme de contenu, soyons honnête, il n'y a pas grand-chose, ça sonne creux, pas que quoi caler une dent ni même combler une petite envie de lecture facile et rapide pas prise de tête.
Je n'ai pas accroché à la forme non plus. Si l'écriture est très imagée, j'ai trouvé les images inappropriées ou gratuites ; par exemple, Amélie, pour son premier jour, se fait "cracher" par l'ascenseur à l'étage de Yumimoto ; une image un peu abusive d'autant que, contextuellement, n'ayant pas commencé à travailler, elle est sur un petit nuage ! Pour continuer (rapidement) sur le chapitre, eh bien, des chapitres, il n'y en a pas. le texte est "rythmé" par des paragraphes. Ça se veut drôle (je semble insensible à ce genre d'humour de situation) mais je trouve que c'est surtout verbeux, bavard.
Ça ne sert à rien d'épiloguer sur le sujet (307 critiques sur Babelio !!), je suis contente de pouvoir dire aujourd'hui : Amélie Nothomb ? Je connais, mais ce n'est pas pour moi ! Allez, zou, j'oublie tout ça et je passe à autre chose !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6317
vincentf
  25 juin 2010
Ce joli petit bouquin et sa jolie petite auteur méritent-ils leur succès planétaire ? Deux attitudes, toutes deux idiotes, tentent le commentateur, l'attaque ou la défense. Soit on adhère corps et âme, comme les milliers d'adolescentes qui ne jurent que par Amélie Nothomb, soit on rejette tout en bloc parce que quand un bouquin marche, c'est qu'il est mauvais, le peuple étant un animal qu'on n'abreuve qu'à coup de débilités. Si l'on cherche à être juste avec Stupeur et tremblements on se doit cependant, ouf, de nuancer. le livre est agréable à béqueter. Il ne tombe pas des mains. Il séduit. Cool ! Mais force est de constater que cette petite descente comique aux enfers n'est pas renversante pour un lecteur sensible à une certaine épaisseur dans les textes. le style Nothomb est joli, rigolo, mais jamais véritablement beau. On sourit mais on est loin de son compatriote Toussaint, dormir dans les ordures et enlacer un ordinateur étant moins drôle, sous la plume d'Amélie Nothomb, qu'arroser les plantes vertes ou jouer aux fléchettes chez Jean-Philippe Toussaint. On se surprend, en lisant, à espérer les mêmes éléments sous la plume d'un autre. On reste sur sa faim. On garde constamment l'impression de lire un bouquin, un bon bouquin même, pour adolescents. Mais on se dit aussi que c'est peut-être ça qui, justement, fait l'intérêt d'Amélie Nothomb, cette naïve simplicité adolescente dans la description d'un monde adulte pas tout à fait absurde mais en tout cas hors de portée de l'héroïne. On n'apprend certes pas grand chose sur la vie d'entreprise au Japon, mais on découvre un monde intérieur sympathique et un style un peu simplet mais néanmoins original. de là à faire de ce petit bouquin un chef-d'oeuvre, il y a un pas qu'on ne saurait cependant franchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
Amakir
  24 septembre 2019
Stupeur et tremblements, ce titre pour souligner le trouble face à un acte de soumission.
"Je pris donc le masque de la stupeur et je commençais à trembler."
Conjointement à la force de cet adage, dont j'aime la symbolique, je suis fascinée par l'accouplement de ces deux mots. Un singulier et un pluriel doublés d'un féminin et d'un masculin. Ce mariage apporte un bel érotisme au sens premier attaché à la peur.
Bien que charmée par le thème et l'écrivaine, je ne lis ce roman qu'aujourd'hui. J'ai découvert Stupeur et tremblements par le cinéma, dont l'interprétation par Sylvie Testud et la qualité de mise en scène par Alain Corneau m'avaient séduites. J'avais dû cependant voir et revoir les premières vingt minutes plusieurs fois, suite à un épisode technique fâcheux qui a failli avoir raison de ma patience.
De ce roman, j'aime un ensemble harmonieux. La qualité d'écriture de Nothomb dévoile une sensualité à fleur de peau.
La peau étant ma fleur préférée, j'ai apprécié être dans la sienne, avec l'empathie qui fait de nous, lecteurs, des êtres sensibles.
Un vocabulaire de choix, quelques mots qui portent le sourire à mes lèvres, avides de nouveauté et d'originalité. Des mots et des expressions que j'aime parce qu'ils m'amusent.
Ce roman est lascif et charnel. Amélie Nothomb, généreuse, y dévoile ses atours personnels.
"Deux mètres devant moi, le spectacle de son visage était captivant. Ses paupières baissées sur ses chiffres l'empêchait de voir que je l'étudiais. Elle avait le plus beau nez du monde, le nez japonais, ce nez inimitable, aux narines délicates et reconnaissables entre mille."
Une femme a cette capacité émotionnelle de se livrer à la contemplation féminine sans pour autant se sentir attirer sexuellement par l'objet de sa convoitise. Amélie Nothomb écrit ses fantasmes avec beaucoup de naturel et de mystère. Cette note enveloppe le lecteur, les sens en éveil, avec délectation.
Maintenant que son lecteur est apprivoisé, Amélie Nothomb contraste franchement la première couche suggestive, avec une soudaine laideur, vive et violente. La descente aux enfers d'une employée qui plus bas ne pourra pas tomber.
Asservissement, humiliation, accablement, désespérance, absurdité...
Stupeur et tremblements.
Bienvenue dans une entreprise japonaise au Japon.
La deuxième raison pour laquelle ce livre a pris du temps pour être dans mes mains, est que j'ai dû travailler en partenariat avec une grande compagnie japonaise le temps d'un projet de quelques mois. C'est une expérience à vivre. Belle, non. Intéressante, moui. Fatiguante, clairement oui. Mes homologues japonais auraient souhaité faire de moi leur chose prête à répondre à tout, tout le temps, le jour, la nuit. Par affirmation, et confiance en moi j'ai su m'imposer. Face à ma hiérarchie, j'ai su convaincre par mes arguments. Factuelle, j'ai surtout exposé la nécessité de conserver sa culture d'entreprise en proposant des priorités, des étapes, des délais et de la faisabilité. Pour un japonais, tout est prioritaire, sans distinction aucune. Vous pouvez vite vous retrouver enseveli.e.s par une charge de travail exponentielle.
J'en garde un souvenir professionnel enrichissant. Je revois mon homologue m'envoyer des emails à une heure où elle aurait dû dormir depuis longtemps... et lui demander de rentrer chez elle. Oust! Mes décisions ayant été entendues par les hautes sphères, elle a dû imaginer que mon poste était plus important que le sien, elle m'a écoutée pour aller se coucher. Il était 1h du matin à Tokyo.
J'ai beaucoup d'affection pour les personnes avec lesquelles j'avais eu l'occasion d'interagir. J'ai surtout une grande empathie, face à une civilisation dont le taux de suicide est très marqué.
Le final de ce roman est un des plus merveilleux manifestes qu'il m'ait été donné de lire.
L'histoire d'Amélie Nothomb et Mori Fubuki.
Lu en septembre 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4613
Citations et extraits (287) Voir plus Ajouter une citation
ChimereChimere   17 mai 2020
Or, on te sait égale, voire supérieure: ta géhenne est donc absurde, ce qui signifie qu'il n'y a pas d'itinéraire pour la quitter.
Si: il y en a un. Un seul mais auquel tu as pleinement droit, sauf si tu as commis la sottise de te convertir au christianisme: tu as le droit de te suicider. Au Japon, nous savons que c'est un acte de grand honneur. N'imagine surtout pas que l'au-delà est l'un de ces paradis joviaux décrits par les sympathiques Occidentaux. De l'autre côté, il n'y a rien de si formidable. En compensation, pense à ce qui en vaut la peine: ta réputation posthume. Si tu te suicides, elle sera éclatante et fera la fierté de tes proches. Tu auras une place de choix dans le caveau familial: c'est là le plus haut espoir qu'un humain puisse nourrir".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChimereChimere   17 mai 2020
- Comme je suis heureuse que nous soyons toutes les deux des enfants du Kansai! C'est là que bat le coeur du vieux Japon.
C'était là, aussi, que battait mon coeur depuis ce jour où, à l'âge de cinq ans, j'avais quitté les montagnes nippones pour le désert chinois. Ce premier exil m'avait tant marquée que je me sentais capable de tout accepter afin d'être réincorporée à ce pays dont je m'étais si longtemps crue originaire.
Quand nous retournâmes à nos bureaux qui se faisaient face, je n'avais trouvé aucune solution à mon problème. Je savais moins que jamais quelle était et quelle serait ma place dans la compagnie Yumimoto. Mais je ressentais un grand apaisement, parce que j'étais la collègue de Fubuki Mori.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChimereChimere   17 mai 2020
p. 77: "Fubuki, je suis Dieu. Même si tu ne crois pas en moi, je suis Dieu. Tu commandes, ce qui n'est pas grand-chose. Moi, je règne. La puissance ne m'intéresse pas. Régner, c'est tellement plus beau. Tu n'as pas idée de ma gloire. C'est bon, la gloire. C'est de la trompette jouée par les anges en mon honneur. Jamais je n'ai été aussi glorieuse que cette nuit. C'est grâce à toi. Si tu savais que tu travailles à ma gloire!
Ponce Pilate ne savait pas non plus qu'il oeuvrait pour le triomphe du Christ. Il y a eu le Christ aux oliviers, moi je suis le Christ aux ordinateurs. Dans l'obscurité qui m'entoure se hérisse la forêt des ordinateurs de haute futaie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChimereChimere   17 mai 2020
Fubuki avait été humiliée de fond en comble sous les yeux de ses collègues. La seule chose qu'elle avait pu nous cacher, le dernier bastion de son honneur qu'elle avait pu préserver, c'étaient ses larmes. Elle avait eu la force de ne pas pleurer devant nous.
Et moi, futée, j'étais allée la regarder sangloter dans sa retraite. C'était comme si j'avais cherché à consommer sa honte jusqu'à la lie. Jamais elle n'eût pu concevoir, croire, admettre que mon comportement relevât de la bonté, même de la sotte bonté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChimereChimere   17 mai 2020
p. 83: "Singulièrement, il y a une logique à cela: les systèmes les plus autoritaires suscitent, dans les nations où ils sont d'application, les cas les plus hallucinants de déviance - et, par ce fait même, une relative tolérance à l'égard des bizarreries humaines les plus sidérantes. On ne sait ce qu'est une excentrique si l'on n'a pas rencontré un excentrique nippon. J'avais dormi sous les ordures? On en avait vu d'autres. Le Japon est un pays qui sait ce que "craquer" veut dire".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Amélie Nothomb (137) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Nothomb
Amélie Nothomb - Les 9 romans que vous devez lire | Club Lecture | Konbini
autres livres classés : japonVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Stupeur et tremblements

Quel est la place de ce roman dans la bibliographie d'Amélie Nothomb ?

C'est son septième roman.
C'est son huitième roman.
C'est son neuvième roman.

10 questions
465 lecteurs ont répondu
Thème : Stupeur et Tremblements de Amélie NothombCréer un quiz sur ce livre
.. ..