AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2228894966
Éditeur : Payot et Rivages (09/03/1980)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Des crimes bizarres à la mise en scène perverse sont commis dans la ville de New York sans aucun mobile apparent... Parallèlement à l'enquête policière qui débute , une jeune femme recherche l'aide d'un psychanalyste : sa soeur , atteinte de troubles psychologiques graves aurait commis un meurtre , peut-être plusieurs... Quel est le lien entre ces deux histoires de folie et de sang ? Une jeune inspectrice d'origine chinoise et son coéquipier mexicain vont devoir ava... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
verobleue
  19 décembre 2014
« L'heure du pendu » de Leslie Glass est encore un livre ramassé sur le comptoir des livres voyageur de ma gare. L‘auteure, américaine, m'était totalement inconnue.
Des vendeuses de boutiques se font assassiner et leur corps sont pendus et mis en scène de façon particulière. L'enquête est menée par l'inspectrice April Woo chinoise et son équipier, Mike Sanchez, mexicain. On n'a pas vraiment le choix dans les suspects car rapidement, l'auteur se focalise sur deux grandes soeurs rousses excentriques Milicia et Camille Honiger-Stanton. L'une consulte Jason, psychanalyste, à propos de sa soeur, atteinte de troubles psychologiques graves et qu'elle imagine bien être responsable des crimes. Ce psychiatre connaît bien l'inspectrice à qui il a eu affaire lors du drame arrivé à sa femme qui l'a, depuis lors quitté.

Intrigue policière, joutes amoureuses et psychologiques s'entremêlent mais c'est compliqué et l'on se perd, c'est long, sans action et en définitive lassant. Mauvaise pioche.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
jfponge
  22 juillet 2017
Une cliente particulièrement énervée, accompagnée d'un caniche nain, frappe sans discontinuer à la porte d'un magasin de vêtements, quelques minutes après la fermeture. De guerre lasse, la vendeuse lui ouvre, et a le malheur de vouloir caresser son gentil petit chien, qui lui fait la fête. On la retrouvera pendue dans la réserve le lendemain matin. Suicide ? Meurtre ? Tel est le début d'une longue enquête dans laquelle April, une jeune inspectrice d'origine chinoise, va s'avérer plus fin limier que ses collègues les plus chevronnés. Ce polar new-yorkais se dévore d'une traite tant mystère et suspense s'affichent à longueur de pages, avec le coup de théâtre final de rigueur. Mais il vaut également par son regard aigu sur une société qui, sous couvert de démocratie et de respect des droits de l'homme, maintient les gens dans une stricte hiérarchie sociale basée sur le sexe, l'âge, les diplômes, et bien entendu la couleur de la peau.
Commenter  J’apprécie          10
Magreete
  17 septembre 2013
Une intrigue un peu longue par moment mais plutôt bien ficelée.
Des personnages intéressants et bien construits, des relations ambigües entre certains personnages.
J'ai beaucoup apprécié ce livre dont je ne connaissais pas du tout l'auteur. Je pense poursuivre vers d'autres de ses romans.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
tessgeffroytessgeffroy   02 mai 2012
Higgins braqua enfin sur elle ses paupières battantes. Elle ne put s'empêcher de cligner des yeux à son tour. S'imaginait-il que la carte de visite était sur le cadavre ? C'était une strangulation. Un truc de cinglé. C'est sous cet angle qu'ils dirigeaient les recherches, fouillant les archives pour retrouver des cas pathologiques semblables, établissant la liste des malades mentaux libérés depuis peu, des aliénés enfermés pour courts séjours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MagreeteMagreete   12 septembre 2013
- Cette table n'est pas bonne. Elle est peut-être un mauvais esprit dans ta vie.
Tous les espoirs d'April et sa confiance en elle s'envolèrent d'un coup. La peur d'être malchanceuse à ses examens, dans la vie en général, l'envahit tout entière comme un mauvais présage.
- Il n'y a pas de mauvais esprits dans ma vie.
- Si, le Dr George Dong dit qu'il aimerait te rencontrer, mais toi, tu ne veux pas. C'est donc qu'il y a un mauvais esprit dans cette maison.
- En bas peut-être. Moi, je n'ai jamais entendu parler de ce type.
- C'est pas un type, c'est un docteur.
- Maintenant tu va en entendre parler. (Sai prit la table et la transporta de l'autre côté de la pièce.) Là, la table ne bouge plus. Maintenant l'esprit est content. Vous deux, vous allez pouvoir vous rencontrer, vous marier et avoir beaucoup de bébés. (p 92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MagreeteMagreete   12 septembre 2013
- Wei, dit-elle, persuadée de répondre à Petite Mère Dragon solitaire, au rez de chaussée, trop paresseuse pour monter l'escalier.
- April Woo ?
une voix masculine.
- Oui, ici l'inspectrice Woo.
Silence.
- Allô ?
- Hum... ici George Dong.
Elle faillit lui demander : "Quel est votre problème, monsieur Dong?" comme si elle était à son bureau, dans la salle des inspecteurs, où on ne l'appelait qu'en cas de problème. Puis elle se rendit compte que c'était elle le problème. Sa mère avait fait le feng shui, arrangé la table bancale et exorcisé le mauvais esprit de son appartement.
Une bonne fille ne refuse jamais la chance de bonheur offerte par un Dieu souriant.
Bien que Sai Woo l'ait dûment prévenue que Geoge Dong "pourrait être sa dernière chance", April avait oublié de rêver à son avenir lumineux. Elle l'avait carrément chassé de son esprit.
- Oui, dit-elle, assagit. Bonjour. (p156)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MagreeteMagreete   12 septembre 2013
Remercier le dieu des Américains était devenu un réflexe chez elle. En réalité, il ne signifiait rien pour elle, et ses pensées allaient ailleurs. Elle s'inquiétait de savoir lequel parmi les multiples dieux chinois qui, d'après Sai Woo, planaient sans cesse au dessus de leurs têtes, devait être remercier en la circonstance. (p283)
Commenter  J’apprécie          10
MagreeteMagreete   12 septembre 2013
Au rez de chaussée, elle souleva le loquet de la porte du sous-sol et attendit un instant, se maudissant en chinois parce qu'elle avait peur d'ouvrir une porte et d'entre dans une cave où il pourrait y avoir des fantômes. Seuls des gens comme Petite Mère Dragon, nés en Chine, croyaient aux revenants. Les asiatiques de la deuxième génération ne pouvaient pas croire en ces balivernes. Les fantômes ne traversaient pas les océans. Ils restaient sur l'autre rive.
Elle alluma l'éclairage. (p265)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1649 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre