AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B00COHZDSQ
ANEP (30/11/-1)
4.75/5   2 notes
Résumé :
« Tout homme dévoué à son pays doit payer à sa patrie son tribut de patriotisme : en lui disant tout ce qu’il croit, en sa conscience, être la vérité». (Sully).
Pourquoi dévoiler et tourmenter la plaie qui, pendant quarante ans, a défiguré cette France roman- tique qui nous reste si justement fraternelle ? C’était, semblait-il, un pieux mensonge par omission qui ne faisait de mal à personne et nous dispensait de remâcher notre honte.
Nous sommes tous s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Warrenbismuth
  20 août 2021
Dans la liste des 24 publications des éditions de Minuit de 1957 à 1962 sur la guerre d'Algérie figure ce cas très intéressant de « Histoire d'un parjure » de Michel HABART qui se distingue sur le fond, ne racontant pas l'Algérie en direct ou presque, contrairement à la plupart des autres ouvrages, mais fait partir sa réflexion dès 1827, date des premiers frissonnements de la colonisation. Cet essai historique sort en 1960, en pleine guerre d'Algérie, ce qui n'est bien sûr pas du tout anodin. Essai difficilement résumable par sa richesse d'informations, je ne m'y risquerai d'ailleurs pas, me contentant de signaler certains renseignements présents dans le livre.
La France de 1830 est différente de celle de 1960, le pays est une monarchie. C'est d'ailleurs en 1830 que Louis-Philippe (qui sera le dernier roi de France) remplace sur le trône Charles X. Les relations avec l'Algérie se tendent suite à une vieille dette de blé (dans tous les sens du terme) que la France n'a pas payé. Un trésor algérien fantasmé entre également en scène. Mais ne refaisons pas l'histoire, puisque ces événements sont facilement consultables sur la toile. Attardons-nous plutôt sur la partie plus concrète, c'est-à-dire les relations sur le terrain entre les colons et les colonisés, puisque telle est le travail d'historien choisi par HABART pour nous permettre de renouer avec notre mémoire collective.
Dès 1830, les premiers massacres de population civile commencent sur la terre algérienne, le peuple est asservi. le prétexte de l'armée française est bien simple : protéger l'Algérie en lançant une chasse aux turcs, aux ottomans. Rapidement, le dialogue s'envenime. Trois proclamations françaises sont rédigées entre mai et juillet 1830, elles mettent le feu aux poudres par leurs termes ô combien belliqueux. Exemple, cet extrait de la deuxième proclamation : « le Seigneur inflige les plus rigoureux châtiments à ceux qui commettent le mal. Si vous vous opposez à nous, vous périrez tous jusqu'au dernier. C'est un conseil bienveillant. Personne ne pourra détourner de vous la destruction si vous ne tenez pas compte de nos menaces. C'est un arrêt du destin, et l'arrêt du destin doit fatalement s'accomplir ». Bienveillance, donc, le maître mot.
Une addition simple se forge dans les esprits des conquérants, addition que nous pourrions baptiser les 3 C : Civilisation = Colonisation + Christianisation. En effet, un pas supplémentaire est franchi, il va nous falloir rééduquer religieusement ce peuple revêche, lui faire croire à notre Dieu. Très vite, le sol algérien est témoin de destructions de villages, parfois entièrement incendiés, des pillages s'ensuivent, des exécutions sommaires éclatent, de plus en plus nombreuses. C'est la prise de possession pure et simple du pays, par la barbarie, le sang et la violence. C'est sur cette violence, et en l'absence de données officielles chiffrées, que l'auteur travaille ses chiffres pour étayer ses points de vue : la population algérienne diminue drastiquement durant ce protectorat devenu colonisation. HABART s'appuie notamment sur les travaux d'un certain Sidi HAMDAN, des travaux très sérieux, mais qui choqueront la France, et qui vaudront à son auteur ainsi qu'à sa famille d'être exilés. Il mourra peu après.
Une ordonnance royale est rédigée en 1834 : « 1° Alger doit être définitivement occupé par la France. 2° Il doit l'être à titre de colonie française. […] Si les tribus prétendent conserver la possession libre et indépendante du pays, ce serait la guerre prompte et terrible, la soumission ou la destruction. […] Vous appartenez désormais à la France ».
La spéculation sur les biens algériens saisis va bon train, les massacres continuent, celui de Blida fut un point de départ. La presse n'est pas en reste dans la surenchère, dès juin 1830 on peut lire par exemple : « N'a-t-on pas le droit d'exterminer les Algériens comme on détruit par tous les moyens possibles les bêtes féroces ? ». La situation devient hors contrôle. le pouvoir français cherche aussi à enclencher une extermination culturelle.
« L'eau-de-vie a détruit les Peaux-Rouges, mais ces peaux tannées ne veulent pas boire. L'épée doit donc suivre la charrue. […] Vous savez bien que la guerre d'Algérie est une guerre où l'on fusille beaucoup. le premier colon pouvait fusiller l'indigène qu'il voulait ». Dans ces propos, deux aspects primordiaux. En effet, la France s'est comportée dès 1830 en Algérie un peu comme les colons européens le firent sur le peuple dit « Indien » en le massacrant et en le déshumanisant sur son propre sol. de plus, dans ce combat de 1830, on parle déjà de guerre. HABART écrira d'ailleurs qu'il s'agit de la première guerre d'Algérie, vous comprendrez alors où nous mène son propos, vers la deuxième guerre d'Algérie (même si elle n'est reconnue comme telle que plus de 30 ans plus tard), entre 1854 et 1962. Mais n'allons pas trop vite en besogne, cet essai précis, empruntant environ 500 références à de nombreux ouvrages, archives ou discours, est sorti en 1960, en pleine « deuxième » guerre d'Algérie.
Sidi HAMDAN avait alerté la France et l'Algérie en son temps. Ici, il signe l'appendice (rédigé en 1833) de cet ouvrage très documenté et assez effrayant sur la mainmise de la France sur l'Algérie dès le début du protectorat. Il est un document témoignage épouvantable mais nécessaire pour bien comprendre la révolte s'instaurant sur le terrain à partir du 1er novembre 1954, il en est une base d'une extrême importance. 9 des 24 publications de Minuit sur la guerre d'Algérie parues entre 1957 et 1962 seront saisies par l'Etat français, ce ne sera pas le cas de cette « Histoire de d'un parjure ». Pourtant ce livre peut être vu comme l'un des plus offensifs, celui qui chronologiquement vient au premier rang de cette série d'essais ou de témoignages proposée en son temps par Minuit, sans doute la plus précieuse et la plus originale des publications sur la « deuxième » guerre d'Algérie, des archives monumentales à redécouvrir, notamment grâce aux éditions Fenixx qui ont numérisé ce document rare, ainsi que d'autres des éditions de Minuit difficiles à dénicher. Ce texte de 250 pages est également consultable gratuitement et en intégralité sur la toile en format PDF (https://jugurtha.noblogs.org/files/2018/06/Histoire-dun-parjure-Ana-Flitox.pdf).
Le 4 juin 1840, par le président du Conseil royal vient une explication, sordide, à cette colonisation : « C'est au nom du droit de la guerre, le droit le plus acquis chez l'homme, que la France s'est déclarée propriétaire légitime de l'ancienne Régence d'Alger ».
https://deslivresrances.blogspot.com

Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   07 avril 2016
Les témoignages sont formels. En 1830, tous les Algériens savaient lire, écrire et compter, « et la plupart des vainqueurs, ajoute la commission de 1833, avaient moins d’instruction que les vaincus ». Les Algériens sont beaucoup plus cultivés qu’on ne croit, note Campbell en 1835. A notre arrivée, il y avait plus de cent écoles primaires à Alger, 86 à Constantine, 50 à Tlemcen. Alger et Constantine avaient chacune six à sept collèges secondaires, et l’Algérie était dotée de dix zaouia (universités). Chaque village ou groupe d’habitants avait son école. Notre occupation leur porta un coup irréparable. Du moins, les avions-nous remplacées ? Mgr Dupuch nous répond, en déplorant qu’en 1840 il n’ait trouvé que deux ou trois instituteurs pour toute la province d’Alger. En 1880, on ne trouvait encore que treize (je dis bien treize) écoles franco-arabes pour toute l’Algérie. « Nous avons, dit notre grand orientaliste George Marcais, gaspillé l’héritage musulman à plaisir. »

Telle était la barbarie de ces barbaresques. Certes, les mœurs parfois frustes d’un peuple resté à l’écart, certains traits orientaux, le comportement expéditif de leur administration, leurs routines, leur indifférence au confort, leurs superstitions, leur pointilleuse dévotion choquaient nos sensibilités occidentales. Mais l’Algérie avait sa culture. Cet héritage méritait d’être préservé. « Le propre d’une civilisation n’est-il pas de savoir en accepter une autre sans la détruire ? » demandait Hamdan. En fait, ce fut une véritable extermination culturelle.

La commission d’enquête met ici les points sur les i : « Nous apportions à ces peuples les bienfaits de la civilisation, et de nos mains s’échappaient les turpitudes d’un ordre social usé. Nous avons débordé en barbarie les Barbares qu’on venait civiliser. » La discipline turque leur apparut sous nos pouvoirs comme une nostalgique oasis. Rovigo est aussi brutal : « Notre seule supériorité sur eux, c’est notre artillerie, et ils le savent. Ils ont plus d’esprit et de sens que les Européens, et on trouvera un jour d’immenses ressources chez ces gens-là, qui savent ce qu’ils ont été et qui se croient destinés à jouer un rôle ». « Ce qu’il faut, dit Tocqueville, c’est donner des livres à ce peuple curieux et intelligent. Ils savent tous lire. Et ils ont cette finesse et cette aptitude à comprendre qui les rend si supérieurs à nos paysans de France. » (pp. 137-139)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
enkidu_enkidu_   20 juillet 2016
On tente encore de faire de l’Algérie une ancienne colonie turque. Mais le doulatli et l’odjak algériens, depuis le début du XVIIIe siècle, ne dépendaient pas plus de la Porte que l’empereur germanique ne dépendait du pape. Le doulatli était partout reconnu comme souverain. En réalité, les Turcs étaient les « portiers » de l’Algérie – et les moins coûteux qu’il se pût trouver. On oublie trop que les Algériens, voisins des Espagnols, furent pendant des siècles obsédés par l’angoisse de subir le sort des Guanches et des Caraïbes. Ximenes, le cardinal d’Espagne, leur en avait donné un avant-goût en 1509, lors de la prise d’Oran : il y fit brûler et égorger les Maures par milliers, pendant qu’il se recueillait en son oratoire, remerciant le Seigneur des Armées de ce triomphe de la Croix sur le Croissant. Le célèbre Cortez, l’ange exterminateur des Indiens d’Amérique, était un des chefs de l’armée d’invasion que Charles Quint lança contre Alger trente ans plus tard. C’est pour ce se protéger contre cette effroyable menace que les Maures, qui n’avaient pas oublié les horreurs de la Reconquista, firent appel à la marine turque. Ils n’étaient pas marins et l’étendue de leurs côtes les ouvrait sans défense aux incursions maritimes.

En 1572, devant une nouvelle menace, ils demandèrent au roi de France Charles IX de les « recevoir en sa protection ». Charles IX décida de leur renvoyer son frère, le duc d’Anjou, et lui manda des instructions tout à fait pertinentes : « … qu’il ne leur soit fait aucun déplaisir en leurs mosquées et religieuses, ni en leurs personnes et biens. » Parlant du doulatli de l’époque, « il faut, ajoute-t-il, une fois la menace espagnole écartée, protester de lui rendre son pays » – et « le gracieusement traiter » pour pouvoir se retirer sans dommage, « dextrement »… « comme il est bien mal aisé qu’autrement il se puisse faire, vu l’insolence de l’homme de guerre français, lequel se rend insupportable en pays de conquête. » Finalement, les Algériens hésitèrent, les Turcs aussi. Le projet n’alla guère plus loin. Quelques mois plus tard, le duc d’Anjou poussait le roi au massacre de la Saint-Barthélémy, montrant que sa foi était tout aussi « ardente » que celle du cardinal d’Espagne. « Cette calamité du XVIe siècle », que les Algériens redoutaient tant de l’Espagne, devait, deux siècles et demi plus tard, leur venir de ceux que, jusque-là, ils tenaient pour leurs meilleurs amis parmi les Chrétiens, et qu’ils avaient sauvés de la famine aux temps de la République. (pp. 141-143)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
ResistantResistant   22 mars 2022
Les témoignages sont formels. En 1830, tous les Algériens savaient lire, écrire et compter, et la plupart des vainqueurs, ajoute la commission de 1833, avaient moins d'instructions que les vaincus.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Video de Michel Habart (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Habart
Présentation du livre par Thomas Sibille de la Librairie al-Bayyinah "Histoire d'un Parjure" de Michel Habart aux Editions Héritage.
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre