AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
EAN : 9782290004623
379 pages
Éditeur : J'ai Lu (11/01/2008)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 393 notes)
Résumé :
Par son rang de naissance, Jamère est promis à une brillante carrière militaire. Son père, le colonel Burvelle, anobli par le roi sur le champ de bataille, n'a pas attendu qu'il ait atteint l'âge d'intégrer l'école militaire pour lui imposer une discipline de fer et lui inculquer les rudiments de son éducation martiale. Mais que doit-il penser lorsque son père le confie aux soins d'un inquiétant guerrier nomade, un chamane qui l'entraîne dans un rêve dont il ressort... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
orbe
  20 juin 2015
Roman d'apprentissage d'un jeune garçon, fils d'un aristocrate terrien qui était aussi un militaire renommé, dans un décor qui évoque l'Ouest américain et la question des indiens.

Jamère est naïf. Second fils, d'un homme respecté, il est élevé pour suivre à son tour une carrière militaire. Son père lui impose une formation hétéroclite : des professeurs de toute sorte se succèdent.
Mais c'est le monde des indiens qu'il perçoit à l'orée de son monde qui l'attire. L'initiation subit à l'initiative de son père lors de ses quinze ans lui ouvre les portes d'un univers aux codes et aux croyances différents.

Jamère ne sera jamais plus comme avant...

Un récit très dense et qui vise un public jeune adulte. Les descriptions sont toutes en nuances et demandent la participation du lecteur.
L'auteur nous fait ressentir les plaines arides, monter sur des chevaux sauvages et respirer et douter avec Jamère. Il l'oppose au monde rigide des colons et de leur hiérarchie. Un beau livre exigeant !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
claudialucia
  06 octobre 2010
J'aime les romans Fantasy et, je le précise tout de suite, j'estime qu'il ne s'agit pas d'un genre inférieur car, à travers la fiction, c'est bien évidemment une vision voire une critique de notre monde qui est présentée.








J'aime les romans Fantasy et, je le précise tout de suite, j'estime qu'il ne s'agit pas d'un genre inférieur car, à travers la fiction, c'est bien évidemment une vision voire une critique de notre monde qui est présentée.
Le Soldat chamane de Robin Hobb se déroule dans un royaume fictif, La Gernie. Jamère Burvelle, le jeune héros, est fils d'un “seigneur de la guerre” anobli par le roi. Son rang dans la famille - il est le deuxième fils- détermine sa carrière. Il sera militaire et servira le roi. Ce que Jamère, très conventionnel et sans imagination, ne remet aucunement en cause. Mais un jour il sera confié par son père à un chamane nomade qui l'introduira dans un autre univers.
Dans le roman, les Gerniens ont perdu une guerre et un territoire qui leur assurait des débouchés sur la mer. le roi et son armée se sont lancés à la conquête des plaines intérieures, asservissant les peuples nomades à qui ils apportent “la civilisation”, selon les termes du père de Jamère, détruisant leurs pouvoirs magiques. Oui, mais lorsqu'ils parviennent dans les hautes montagnes, domaine des Ocellions, peuple sylvestre dont les Dieux sont des arbres, ils se heurtent alors à un pouvoir magique qui les dépasse et les effraie. La supériorité des armes, la haute technologie des Gerniens viendront-ils à bout de la Magie et de l'intraitable détermination des Ocellions. La nature, les arbres millénaires de la forêt qui abritent l'âme de leurs ancêtres seront-ils définitivement détruits par les Gerniens? Et quel rôle Jamère est-il amené à jouer dans ce combat décisif ?
Vous l'avez compris, le thème principal est celui de la colonisation et de l'extermination d'une civilisation par une autre au nom d'intérêts économiques. Inutile de dire à quels peuples Robin Hobb, américaine, née en Californie, fait référence!
Un autre thème est celui de la dualité, de la double appartenance. Comment peut-on rester fidèle aux siens? Comment continuer à obéir aux codes de sa société, aux règles d'honneur inculquées depuis l'enfance quand on sait que son propre peuple a des torts et détruit une civilisation passionnante?
Thème aussi de la condition de la femme, soumise et effacée, qui ne peut jouer aucun rôle dans la société. C'est pourquoi la cousine de Jamère, ardente et révoltée, est un personnage auquel l'on s'attache.
De plus, on retrouve dans le roman l'idée du relativisme : ce qui est bien dans une civilisation, ne l'est pas dans l'autre. Les Gerniens traitent les autres peuples de “sauvages” parce qu'ils n'admettent pas d'autres critères que les leurs! On pense aux écrits de Montaigne ou de Pascal et à ceux du siècles des Lumières, Voltaire, Rousseau..
Le roman ne manque donc pas d'intérêt et la lecture en est agréable et distrayante. L'écrivain fait preuve d'une imagination débordante, à son habitude, et nous réserve de nombreuses surprises.
Pourtant je n'ai pas aimé le soldat chamane autant que la précédente saga de Robin Hobb : L‘assassin royal. Pourquoi? A cause du personnage de Jamère qui n'a aucune consistance, qui ne remet jamais rien en question, qui ne pense pas par lui-même! Il accepte tout, l'autorité paternelle même injuste, la discipline militaire malgré le dysfonctionnement et l'inégalité sociale, le pouvoir du Roi même si cela conduit à l'anéantissement d'un peuple.
Il faudra attendre la fin du troisième roman pour qu'il se rebelle contre son père et le cinquième pour qu'il tranche son dilemme entre les deux civilisations. Et encore s'il y parvient, c'est parce qu'il y est obligé par la magie qui est maître de son corps et de son âme. On ne peut donc dire, du moins jusqu'au volume 5 (je n'ai pas encore lu les autres) qu'il ait une vision intelligente et claire de la situation. Dès lors, c'est difficile de se passionner pour un personnage aussi falot et inconsistant même s'il est courageux et gentil! Il me semble que si le choix de Jamère avait été volontaire et réfléchi, le propos de l'auteur en aurait été plus fort. Heureusement, les femmes ont plus de personnalité et sont plus intéressante mais, hélas! ce sont des personnages secondaires!
Ceci dit, j'ai bien l'intention de lire la suite car je VEUX savoir ce qui se passe!
Livres de poche Fantasy éditions France Loisirs : le soldat chamane
1 La Déchirure
2 Le Cavalier rêveur
3 le Fils rejeté
4 La Magie de la peur
5 le Choix du soldat
6 le Rénégat
7 Danse de terreur
8 Racines











Le Soldat chamane de Robin Hobb se déroule dans un royaume fictif, La Gernie. Jamère Burvelle, le jeune héros, est fils d'un “seigneur de la guerre” anobli par le roi. Son rang dans la famille - il est le deuxième fils- détermine sa carrière. Il sera militaire et servira le roi. Ce que Jamère, très conventionnel et sans imagination, ne remet aucunement en cause. Mais un jour il sera confié par son père à un chamane nomade qui l'introduira dans un autre univers.
Dans le roman, les Gerniens ont perdu une guerre et un territoire qui leur assurait des débouchés sur la mer. le roi et son armée se sont lancés à la conquête des plaines intérieures, asservissant les peuples nomades à qui ils apportent “la civilisation”, selon les termes du père de Jamère, détruisant leurs pouvoirs magiques. Oui, mais lorsqu'ils parviennent dans les hautes montagnes, domaine des Ocellions, peuple sylvestre dont les Dieux sont des arbres, ils se heurtent alors à un pouvoir magique qui les dépasse et les effraie. La supériorité des armes, la haute technologie des Gerniens viendront-ils à bout de la Magie et de l'intraitable détermination des Ocellions. La nature, les arbres millénaires de la forêt qui abritent l'âme de leurs ancêtres seront-ils définitivement détruits par les Gerniens? Et quel rôle Jamère est-il amené à jouer dans ce combat décisif ?
Vous l'avez compris, le thème principal est celui de la colonisation et de l'extermination d'une civilisation par une autre au nom d'intérêts économiques. Inutile de dire à quels peuples Robin Hobb, américaine, née en Californie, fait référence!
Un autre thème est celui de la dualité, de la double appartenance. Comment peut-on rester fidèle aux siens? Comment continuer à obéir aux codes de sa société, aux règles d'honneur inculquées depuis l'enfance quand on sait que son propre peuple a des torts et détruit une civilisation passionnante?
Thème aussi de la condition de la femme, soumise et effacée, qui ne peut jouer aucun rôle dans la société. C'est pourquoi la cousine de Jamère, ardente et révoltée, est un personnage auquel l'on s'attache.
De plus, on retrouve dans le roman l'idée du relativisme : ce qui est bien dans une civilisation, ne l'est pas dans l'autre. Les Gerniens traitent les autres peuples de “sauvages” parce qu'ils n'admettent pas d'autres critères que les leurs! On pense aux écrits de Montaigne ou de Pascal et à ceux du siècles des Lumières, Voltaire, Rousseau..
Le roman ne manque donc pas d'intérêt et la lecture en est agréable et distrayante. L'écrivain fait preuve d'une imagination débordante, à son habitude, et nous réserve de nombreuses surprises.
Pourtant je n'ai pas aimé le soldat chamane autant que la précédente saga de Robin Hobb : L‘assassin royal. Pourquoi? A cause du personnage de Jamère qui n'a aucune consistance, qui ne remet jamais rien en question, qui ne pense pas par lui-même! Il accepte tout, l'autorité paternelle même injuste, la discipline militaire malgré le dysfonctionnement et l'inégalité sociale, le pouvoir du Roi même si cela conduit à l'anéantissement d'un peuple.
Il faudra attendre la fin du troisième roman pour qu'il se rebelle contre son père et le cinquième pour qu'il tranche son dilemme entre les deux civilisations. Et encore s'il y parvient, c'est parce qu'il y est obligé par la magie qui est maître de son corps et de son âme. On ne peut donc dire, du moins jusqu'au volume 5 (je n'ai pas encore lu les autres) qu'il ait une vision intelligente et claire de la situation. Dès lors, c'est difficile de se passionner pour un personnage aussi falot et inconsistant même s'il est courageux et gentil! Il me semble que si le choix de Jamère avait été volontaire et réfléchi, le propos de l'auteur en aurait été plus fort. Heureusement, les femmes ont plus de personnalité et sont plus intéressante mais, hélas! ce sont des personnages secondaires!
Ceci dit, j'ai bien l'intention de lire la suite car je VEUX savoir ce qui se passe!
Livres de poche Fantasy éditions France Loisirs : le soldat chamane
1 La Déchirure
2 Le Cavalier rêveur
3 le Fils rejeté
4 La Magie de la peur
5 le Choix du soldat
6 le Rénégat
7 Danse de terreur
8 Racines

Lien : http://claudialucia.blog.lem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Salsera15
  04 juin 2012
Tout d'abord, je voudrais remercier les éditions Pygmalion pour m'avoir fait découvrir l'intégrale 1 du soldat chamane et du même coup, une auteure que je n'aurais pas osé lire par moi-même.
Concernant son style, j'ai été satisfaite de voir qu'elle écrivait de façon plus fluide et beaucoup moins lourde que l'auteur du Seigneur des anneaux. J'ai apprécié qu'elle prenne le temps de nous faire connaître la situation des divers personnages, mais aussi de nous mettre en contexte sur la situation de la nouvelle noblesse et de l'ancienne. Ses explications ont pu ainsi m'éclairer quant aux actions qui se produisent et les raisons les motivant. J'ai aussi été soulagée de voir qu'il n'y avait pas de descriptions interminables et que chaque action s'enchaînait rapidement les unes après les autres. Je ne me suis pas du tout ennuyée et j'avais même de la difficulté à poser le livre tant les fins de chapitres sont bien rédigées pour laisser l'envie au lecteur de poursuivre immédiatement la suite.
Concernant les personnages, j'ai apprécié qu'ils adoptent tous une personnalité très différente. Les étudiants de la cavalla ont tous une famille qui possède plus ou moins de revenus et perçoivent leurs études de façon différente. Ils ont des façons de s'adresser à Jamère et de se comporter variées qui font d'eux des personnes uniques. Spic est parmi ceux qui m'ont le plus plu ainsi qu'Épinie. Spic représente celui qui ne veut pas faire de vagues, mais qui au fond de lui bouillonne quant aux injustices. Il parait fragile et réservé, mais ne s'en laisse pas imposer. Épinie, quant à elle, se révèle être l'exemple d'une femme qui n'est pas de son temps. Alors qu'elle est supposée se soumettre aux choix et désirs de ses parents, elle prend les devants et décide elle même de l'homme qu'elle veut marier et ce qu'elle souhaite faire de sa vie. Jamère, le personnage principal, est celui qui subit le plus d'injustices. Alors qu'il fait tout pour aider les gens en difficulté, il se retrouve toujours blâmé pour des choses qu'il n'a pas fait. C'est un homme bon, mais sous-estimé.
L'intrigue est ce qui m'a le plus passionnée. Dans ce premier tome, on assiste à la jeunesse de Jamère et à ses apprentissages avec des professeurs qui lui enseignent à la maison. Par la suite, il fait son entrée à l'école royale de Cavalla, pour y apprendre le métier de lieutenant. Son apprentissage avec le Nomade Dewara est le passage qui m'a le plus marquée. L'auteure mélange constamment le monde imaginaire de Jamère représenté par sa deuxième personnalité avec sa réalité quotidienne. Il est constamment tiraillé entre sa volonté de servir la femme-arbre et son peuple réel. le monde de la femme-arbre est centré sur un amour de la nature, des ponts magiques et une frondaison luxueuse sur laquelle la femme-arbre doit se tenir accrochée. Bien que le monde réel soit plus terre à terre quant à ses plaines et moins luxuriant, Jamère doit se décider entre deux quêtes. le monde fantastique lui revient souvent dans son sommeil et le bouleverse. C'est comme s'il vivait dans un monde parallèle pendant qu'il dormait et que ses actions étaient réelles dans ce monde! Par la suite, dès son entrée à l'école, il reste marqué par la cicatrice infligée dans ce monde parallèle et subit en sus les injustices du colonel Stiet et de son fils Caulder. Les conflits politiques sont le moteur de cette école ou la noblesse ancienne ne possède pas les mêmes privilèges que la nouvelle noblesse.
Ce premier tome a été très intéressant et je dirais que cette saga a de bonnes chances de paraître dans mes coups de coeur. J'ai découvert une nouvelle auteure et j'ai l'intention de lire ses autres parutions.
Merci beaucoup pour cette merveilleuse découverte!
Je donne à ce premier tome la note de 5/5.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
RosenDero
  03 avril 2016
Jamère, héros et narrateur, fils militaire d'un nouveau noble, retrace son existence (de manière chronologique) et évoque plusieurs points clés de son enfance : sa rencontre avec la magie des plaines, les premières évocations de la peste de l'est, son apprentissage auprès d'un guerrier nomade et le changement insidieux qu'il entraine en lui, sa majorité, sa situation "amoureuse", son entrée et ses premiers temps dans l'école d'officiers qu'il fréquente.
———
Mon premier Hobb, et j'ai trouvé ça très fluide, très facilement lisible, avec un vocabulaire parfois recherché, assez plaisant. On rentre bien dans ce monde imaginaire où certains métaux ont le pouvoir de détruire la magie, où la ségrégation se fait entre gens "civilisés" et "nomades" voire, de manière plus sournoise, entre nouveaux nobles et nobles de souche, où le libre arbitre est muselé par un dogme religieux et le poids des traditions (tiens, que se passe-t-il lorsqu'un N-ième fils meurt dans son jeune âge? prive-t-on la famille d'un prêtre, d'un soldat ou d'un héritier ?), où la nature paie un lourd tribut face aux actions de certains hommes qui ont cessé de la révérer.
Les thèmes évoqués sont forts et on ne peut s'empêcher de voir des parallèles directs avec notre monde, hors de la fantasy (écologie et colonialisme, communautarisme et sectarisme, sans parler de l'autorité parentale, du poids des traditions, du libre-arbitre, etc.).
J'ai dévoré le bouquin dans sa totalité, mais je dois avouer que j'ai largement préféré le contenu des sept premiers chapitres que celui des cinq derniers. La faute à mes attentes, car si Robin Hobb met l'eau à la bouche en parlant de l'est, des terres lointaines, des vastes plaines, de barrière de montagnes, de pestes énigmatiques et d'escarmouches multiples qu'on y trouve, dans la première partie du roman, la seconde en manque cruellement puisqu'elle se focalise sur les années d'étude de Jamère dans une école d'officiers d'une grande ville de l'ouest (sorte de Poudlard pour garçons militaires). Les chapitres relatifs à cette école ne sont pas dénués d'intérêt, ne sont pas mal écrits ni longuets, je les trouve simplement en trop dans l'histoire de ce premier (demi) tome, ils apportent une cassure frustrante. En effet, j'espérais un volte-face quelconque, une influence plus perceptible du côté "chamane-écologiste" de Jamère, un enrôlement chez les éclaireurs (comme évoqué par Hure), une fuite, un renvoi, quelque chose.
Mais il faudra certainement attendre le tome 2.
J'espère ne pas y être déçu car le potentiel est bien là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Hillel
  24 juillet 2015
Tout d'abord parlons de la forme.
Le soldat chamane, on vous en parlait dernièrement, n'est pas une nouveauté. C'est un titre de Robin Hobb déjà publié en format poche chez J'ai Lu, ou chez Flammarion, mais qui ressort avec une nouvelle couverture, un grand format, dans la collection Flammarion Jeunesse. Et je dois dire que cet objet livre est tout bonnement magnifique. Une première et une quatrième de couverture sublimes. de plus, chaque chapitre est précédé d'une illustration en noir et blanc qui donne le ton du récit à venir et qui nous plonge dans cette atmosphère riche imaginée par l'auteur. Même la tranche a un petit côté esthétique qui colle parfaitement avec le tout. Bref c'est un très beau livre. Un grand bravo au service graphique de Flammarion et à Benjamin Carré pour ce magnifique travail.
Parlons du fond.
On ne présente plus Robin Hobb, auteur renommée et reconnue de fantasy à qui l'on doit deux séries déjà cultes "L'Assassin royal" et "Les Aventuriers de la mer". Ici elle nous propose une autre série fantasy dans un style qui lui est propre, "Le soldat chamane" dont La déchirure est le premier volet.
Alors on pourra lire ici et là que le récit est lent. Oui, c'est certain, mais une chose est sûre lorsqu'on s'attaque à un roman de Robin Hobb, on est complètement plongé dans un univers. Elle a l'art de faire rentrer le lecteur dans une atmosphère bien particulière de manière progressive et lente, comme pour mieux l'imprégner en douceur. Pour cela, elle prend le temps de décrire, de nous faire ressentir les choses, de nous faire découvrir chaque pan de son histoire, chaque anecdote que le héros va vivre. C'est un style très réfléchi, très soigné. Une très belle plume.
Tout comme dans la série "L'Assassin Royal", nous suivons un jeune héros à qui il va arriver de bien drôles de choses. Pourtant, ici, Jamère a beaucoup moins de problèmes que Fritz. Il revient sur sa vie de famille, sur des traditions, son éducation stricte dans un cadre stable et rassurant, autour d'une famille aimante. le tout dans un monde imaginé par l'auteur. C'est de la fantasy légère, subtile. pas de grande quête à l'épée ni de dragons. Mais des nomades, des guerres de peuples, de la magie et du spiritisme. Un univers entre le réel et l'imaginaire. Des descriptions qui nous plongent dans ce monde avec brio si bien qu'on se dit que tout cela a peut être existé.
Ainsi, nous suivons la vie de Jamère depuis ses 8 ans jusqu'à ses 19 ans et son entrée à l'école militaire de la cavalerie. Jamère est le second fils de la famille. En tant que tel il est voué à une carrière militaire, sur les traces de son père, avant que ce dernier ne soit anoblie par le roi. Très tôt nous sentons tout le poids de cette carrière qui l'attend, les ambitions et les espoirs de son père. Ce père qui n'aura de cesse de lui offrir la meilleur préparation possible à sa future carrière d'officier au service du roi. Même si pour cela cela doit passer par un apprentissage des plus terribles auprès de son ennemi, un guerrier nomade. Ainsi, à l'âge de 15 ans, Jamère va vivre une expérience troublante et périlleuse auprès d'un guerrier nomade. Dés lors il ne sera plus jamais le même.
Cette transformation n'est pas flagrante, et pourtant à la toute fin du récit on prendra conscience que les aventures commencent à peine pour Jamère, que sa vie toute tracée ne le sera pas forcément...
Oui, la fin nous laisse en suspens, et je sens que comme Fritz, Robin Hobb ne va rien épargner à son jeune héros.
Au final...
J'ai particulièrement aimé l'atmosphère rendu. Les descriptions d'un contexte si particulier et pourtant qu'on croit bien réel. Les chapitres relatant le périple de Jamère auprès de Dewara, le guerrier nomade si mystérieux, m'ont particulièrement captivée.
Le héros, narrateur de ce récit, m'a touchée par sa modestie, sa docilité, son humilité. Pourtant, il ne m'est pas apparu fade pour autant, et à la fin on sent qu'il commence à se révéler plus mature et sûr de lui. Une lente évolution.
Vous l'aurez compris, avec Robin Hobb, tout se fait lentement en douceur, comme pour mieux présenter ou imprégner le lecteur du cadre de son histoire à venir... Car en effet, la dernière page sonne comme un prélude à l'aventure qui va suivre...
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
TeaSpoonTeaSpoon   24 juin 2012
- Il paraît que tout le monde rêve la nuit, mais que seules certaines personnes s'en souviennent."
Je souris. " Et si tout le monde oubliait ses songes le matin venu, comment pourrait-on le prouver? Non. Quand je pose la tête sur l'oreiller et que je ferme les yeux, plus rien ne se passe dans mon esprit jusqu'à mon réveil, contrairement à toi; on dirait que tu remplis tes heures de sommeil d'aventures et de fantaisies."
Elle détourna le visage. " Je me réfugie peut-être dans mon imagination parce que je n'ai pas grand chose d'autre pour me distraire de la réalité.
- Allons! Je n'ai pas l'impression que tu mènes une existence si dure que ça.
- Non; je mène une existence sans intérêt." répliqua-t-elle avec une sorte d'amertume. Comme je la regardais, interdit, elle secoua la tête puis demanda: "Tu n'as donc jamais fait de rêve si bizarre que tu te réveilles le coeur battant, en ne sachant plus ce qui est réel, notre monde ou celui d'où tu émerges, Jamère?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Skarn-shaSkarn-sha   22 avril 2012
L’épée dans mon poing ne parut lui faire ni chaud ni froid. Elle s’inclina vers moi, ce qui me permet de constater que ses longs cheveux restaient accrochés au tronc de l’arbre, comme s’ils l’y enchaînaient. Elle m’examina d’un oeil perçant et j’eus l’impression qu’elle me scrutait jusqu’aux tréfonds. A mi-voix, sur le ton de la confidence, elle me dit : “Je vois ta difficulté ; il t’utilise pour m’écarter de sa route. Il t’a fait croire que tu devais me tuer pour acquérir le statut d’homme respecté. Il te trompe. Tuer, c’est tuer, rien de plus. L’estime que le Kidona t’accordera ensuite n’a de réalité que pour lui ; nul n’y attache de prix, toi moins que quiconque. Et tu n’as pas à m’ôter la vie pour atteindre à la véritable considération. Mon sang ne te vaudra que celle de ce dadais ; je devrais payer cher pour que tu jouisses de la déférence d’un rustre. Rien de valable ne s’obtient par le sang, jeune homme.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MaksMaks   31 décembre 2015
Il lui manquait la moitié de l’oreille gauche, dont une vilaine balafre marquait la partie absente ; en échange, il conservait l’oreille d’un Kidona dans une bourse à sa ceinture ; je ne l’avais vue qu’une fois, mais il n’y avait pas à se tromper sur sa nature. « Il avait voulu me couper la mienne, alors je lui ai tranché la sienne. J’ai réagi comme un barbare, mais j’étais jeune, en rogne, et le sang me dégoulinait dans le cou. Plus tard, après la bataille, j’ai regardé ce que j’avais fait et j’ai eu honte ; oui, honte. Malheureusement, on l’avait déjà enseveli et je ne pouvais pas la lui rendre, et je n’ai pas pu me décider à la jeter comme ça, n’importe où ; depuis, je la garde sur moi pour me rappeler que la guerre peut transformer un jeune homme en bête féroce. Et je te la montre aujourd’hui pour la même raison ; pas pour que tu ailles te vanter devant ta petite sœur et que ta mère se plaigne au colonel que je t’inculque des manières de sauvage, mais pour que tu réfléchisses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AkyahAkyah   20 décembre 2015
J'avais entr'aperçu un monde immense et merveilleux pour le voir aussitôt détruit. Je me sentais comme un enfant à qui l'on présente le jouet le plus désirable avant de le lui confisquer, et je ne pouvais me départir de l'impression d'avoir été dupé. La réalité dans laquelle j'avais toujours cru vivre un jour s'effaçait avant que j'eusse le temps de l'explorer.
Commenter  J’apprécie          110
frankgthfrankgth   09 juin 2012
Certains ne comprennent pas pourquoi ils ne s’installaient nulle part pour cultiver la terre, pourquoi ils ne bâtissaient pas de villes, de fermes, pourquoi ils n’apprivoisaient pas la nature ; mais si on pose la question à un Nomade, et je l’ai posée à plus d’un, ils la retournent tous : « Pourquoi ? Pourquoi passer sa vie toujours sur la même terre, voir le même horizon chaque matin, dormir chaque nuit au même endroit ? Pourquoi travailler pour obliger le sol à fournir de la nourriture alors qu’elle pousse partout et qu’il suffit de la trouver ? » Ils nous regardent comme des fous avec nos jardins, nos vergers, nos volailles et nos troupeaux ; ils ne nous comprennent pas plus que nous ne les comprenons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Robin Hobb (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Cinq femmes qui écrivent de la science-fiction.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
212 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre

.. ..