AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Secret de Ji tome 1 sur 4
EAN : 9782290328385
605 pages
J'ai lu (23/05/2003)
3.98/5   607 notes
Résumé :
Un jour vint Nol, le prophète, et il demanda à tous les royaumes de dépêcher leurs plus sages représentants pour un mystérieux voyage vers l'île de Ji. Peu en revinrent, et ceux qui le firent ne parlèrent jamais de ce qu'ils virent.

Et ainsi la tragique histoire sombra peu à peu dans l'oubli, seulement commémorée par les descendants des élus... Jusqu'à aujourd'hui, où les fanatiques de la secte Züu ont entamé une traque impitoyable pour les éliminer ... >Voir plus
Que lire après Le Secret de Ji, tome 1 : Six héritiers Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 607 notes
Livre acheté en 2018 et comme beaucoup de pavés, cela fait 5 ans qu'il traîne dans ma pal. Cet auteur fait partie des classiques du fantastique, d'où son apparition dans ma pal, mais ça sera mon premier de lui.

Le début est très intrigant avec ce prophète Nol et l'absence des émissaires pendant plusieurs mois sur l'île de Ji. Nous rencontrons par la suite Léni, l'une des héritières du secret de Ji. Malheureusement, l'auteur se perd bientôt dans les nombreux narrateurs qui ponctuent ses longs chapitres, la plupart étant des héritiers à qui il arrive malheur. le seul problème est qu'ils ne nous sont pas présentés en tant que tels, on prend le récit en cours de route. C'est donc régulier d'avoir des phrases ne servant pas à grand-chose. C'est dommage car ça plombe juste le récit. Sans toutes ses longueurs, l'histoire est intéressante et intrigante. Pour quelles raisons des assassins sont envoyés aux trousses des héritiers quatre générations après ? Qui les envoie ? Finalement, vu que l'histoire principale m'intriguait, j'ai fait abstraction des narrateurs subsidiaires pour en savoir plus. Nous savons bien peu de choses du secret de Ji. En revanche, nous n'avons pas le temps de nous ennuyer en compagnie de Léti et de deux autres héritiers. En chemin, nous apprenons à mieux les connaître et à les apprécier. le 1er tome audio est séparé en deux parties alors que mon exemplaire papier fait 605p. du coup, j'ai eu droit à 1h d'annexes au lieu d'avoir directement l'histoire (2h au total…). le début de la 2ème partie m'a dérouté, je ne retrouvais plus Léti et ses amis, alors qu'on venait de les quitter dans la pire des situations. Va-t-on enfin savoir qui en veut aux héritiers ? Et pour quelle raison ? J'ai eu un peu plus de mal avec ce « 2nd tome » car l'histoire n'avance qu'avec grand peine entre l'apprentissage de Léti aux combats et Yan à la magie. le reste du temps, notre groupe se déplace pour en apprendre plus sur leurs poursuivants et les raisons de cette chasse. Ce tome se finit sur un cliffhanger assez peu limpide... Cela ne me donne pas très envie d'en savoir plus avec les 2 derniers tomes. Peut-être un jour où ils seront gratuits sur Audible… Pour le moment, j'ai tellement d'autres séries plus captivantes dans ma pal que je vais laisser celle-ci de côté. En prime, le style de l'auteur ne m'a pas séduite plus que ça. Il passe son temps à répéter certains éléments au lieu d'approfondir son monde et ses différentes cultures. du coup, mon attention a plus souvent décroché dans cette seconde partie alors qu'on avait moins de narrateurs.

Comme vous l'aurez compris, la lecture de ce 1er tome a été assez mitigée. Quand la 1ère partie commençait enfin à devenir intéressante, la 2nde n'est quasiment constituée que de l'apprentissage de deux de nos héros. C'était un peu décevant donc et encore heureux (si l'on peut dire) que je l'ai écouté, sinon il aurait été vite abandonné. Je vous conseille néanmoins de le découvrir pour vous en faire votre propre avis. Pour ma part, je continue à épurer ma pal.

Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
Commenter  J’apprécie          262
Un auteur (français) qui aime ses personnages, qui prend le temps de nous les faire apprécier et de les découvrir...des personnages qui nourrissent l'histoire qui s'installe petit à petit, les révélations étant faites soit par les personnages eux mêmes (nous les découvrons en même temps qu'eux) soit par le récit...on se laisse porter par l'histoire qui nous apparait simple, logique et fluide...les péripéties des personnages découlent d'elles mêmes, comme si tout était écrit, comme si l'histoire nous était déjà connue, maintes fois rapportée et pourtant toujours avec des rebondissements imprévisibles et un intérêt entretenu et grandissant...des personnages qu'on pourrait croire stéréotypés et pourtant attachants par leur singularité et leur richesse, et qui se découvrent et se complexifient au fil du récit...L'on prend vraiment plaisir à se plonger dans leurs relations, dans leurs interactions et dans cette histoire qui les unit et les fortifie...leur union fait d'ailleurs la force de cette histoire car c'est bien dans l'union qu'ils pourront stopper la traque dont ils font l'objet...chacun a sa place, son moment de gloire...ils ne sont ni trop peu ni trop nombreux, l'auteur n'oublie personne...
Commenter  J’apprécie          290
Cet avis concerne les deux premiers volumes composant le cycle 'Le secret de Ji'.

En bref :
Les + : histoire originale, facile à lire, humour, un univers imaginaire bien bâti, captivant.
Les - : Style très pauvre, pas très bien écrit, on n'échappe pas aux clichés du genre.

L'histoire
Le roman commence par des assassinats, dans diverses cités et royaumes. Les personnages tués n'ont apparemment aucun lien entre eux, mais le mode opératoire des assassins est très semblable.
On apprend également que quelques cent dix-huit ans auparavant, Nol dit l'Etrange convia les plus sages représentants des différents voyages à une petite excursion sur l'île Ji. Ils disparurent ensemble pendant plusieurs décades et seulement quelques uns revinrent, qui tous refusèrent de révéler à quiconque où ils étaient allés. La plupart furent déchus de leurs fonctions et cette aventure fut oubliée, sauf par les descendants de ses émissaires, qui prirent l'habitude de se réunir tous les 3 ans, à la date anniversaire de l'expédition, le Jour du Hibou. Ce jour approche alors que ces héritiers sont tués un à un (en effet, on apprend que tous les assassinés du début sont des héritiers), par les membres de la secte de la déesse Zuïa : sous prétexte de foi, les Züu ne sont que des tueurs à gages, terrifiants de professionnalisme et d'efficacité. Qui donc les dirige ? Qui les a commandités ? Pourquoi en vouloir aux héritiers ? Et que s'est-il vraiment passé il y a cent dix-huit ans ?
Par chance, par ruse ou à force d'agilité et de résistance, quelques héritiers vont échapper aux tueurs et réussir à se retrouver. Ils entament alors une fuite éperdue et devront voyager à travers tout le monde connu pour pouvoir répondre à ces questions. Une quête qui pourra peut-être leur sauver la vie, ou les mener à des dangers plus graves encore.

Les Personnages

On n'échappe malheureusement pas aux banalités du genre ! Je vous présente:
• La vieille sage : Corenn
C'est une femme mature (elle est présentée comme telle, mais en fait elle n'est pas si vieille, on apprend au cours du récit qu'elle a aux alentours de 40 ans) qui vient du Matriarcat de Kaul, un état dirigé par un Conseil de femmes dont elle fait partie. Elle y est chargée de la diplomatie et ses talents seront bien utiles.
• La jeune fille têtue qui devient guerrière : Léti
Nièce de Corenn. Sa mère a été tuée par les Züu. Un peu prétentieuse et sur le défensive agressive au début, elle devient plus humaine et attachante au fil des pages.
Elle vient d'Eza, village côtier du Matriarcat de Kaul.
• le mec insignifiant-avec-un-talent-caché : Yan
Ce n'est pas un héritier mais il suivra Léti, son amie d'enfance. Et une fois embarqué dans la quête, il faudra aller jusqu'au bout. On ne lui connaît aucun talent particulier : il est pêcheur à défaut d'autre chose, mais il sait lire, ce qui n'est pas courant. Très naïf au début, il prendra de l'assurance au fur et à mesure des aventures.
• le guerrier grincheux : Grigàn
Le guerrier solitaire qui ne doit rien à personne et cache des blessures secrètes… La survie est sa spécialité. Il prend en charge la sécurité de la petite troupe mais faudra pas trop l'énerver.
Il vient du Royaume ramgrith.
• La naïve-mais-pas-tant-que-ça-finalement : Lana
Prêtresse d'Eurydis, la déesse Sage. Très pieuse et très belle, elle brillera par sa bonté d'âme. Elle vient du Royaume ithare, et plus précisément de la Sainte Cité, Ith.
• le gros gentil : Bowbaq
Venant du Royaume d'Arkarie, le plus septentrional des Hauts-Royaumes, c'est un être doux et poli, malgré sa masse de géant. On le croit un peu niais mais il n'en est rien, il est d'ailleurs père de famille. Il possède le talent d'erjak : il peut communiquer par la pensée avec les mammifères.
• le beau mec tombeur et farceur : Reyan
Moi je l'appellerais Rey-la-débrouille. Il a exercé mille et un métiers, tous moins prestigieux les uns que les autres pour être finalement comédien. Malin et beau parleur, son humour met de la fraîcheur dans le récit mais énerve Grigàn.
Il vient de Lorélia, la capitale du prospère Royaume marchand.
Tous ces personnages en croiseront quelques autres, notamment des méchants (sur lesquels je ne peux rien dire sans révéler des choses graves !!), mais l'histoire est bien sûr résolument centrée sur eux.
Ils sont bien décrits et possèdent évidemment chacun une personnalité propre, c'est le moins que l'on puisse dire. Ce manque de finesse est parfois agaçant, d'autant plus que certaines relations entre les différents membres évolueront d'une manière complètement prévisible.

Le Style

Il faut dire, ce n'est pas sublimement bien écrit. Ça manque de vocabulaire, ça manque de style, ça manque de richesse, ça manque de profondeur et de subtilité.
C'est un peu frustrant mais d'un autre côté c'est super facile et rapide à lire. Pas de danger de tomber sur un mot compliqué ou une phrase à rallonge.

J'ai trouvé des tics d'écriture particulièrement irritants. Des expressions et tournures de phrases qui se répètent à chaque page sur un large passage, puis ensuite une nouvelle vague…
Je joue à des jeux de rôles, et en lisant Pierre Grimbert j'avais justement l'impression de lire un extrait de Role Play, pour ceux à qui ça parle. En gros, des histoires écrites par des amateurs (parfois plus ou moins alphabétisés), avec plus ou moins de talent(s).
Si les évènements sont relativement bien menés et décrits, on a parfois du mal avec certaines actions, qui sont relatées de manière trop imprécise, on dirait que l'auteur lui-même ne s'imagine pas ces situations très clairement.
D'ailleurs, Bowbaq sera tour à tour brun et blond (ou blond et brun, je ne sais plus), dans ce cycle et dans celui d'après ('Les enfants de Ji')… Ok c'est un détail et je suis pointilleuse sur ce coup mais c'est pour dire.

Il y a aussi quelques incohérences temporelles : alors que l'histoire se déroule sur environ une demi-douzaine de décades (le temps dans le récit est découpé en décades, correspondant à 10 jours vous l'aurez deviné), Léti est sensée être dans sa quinzième année au début puis dans sa 17ème à la fin…
Mis à part ça, il faut avoir l'honnêteté de dire que le récit est bien mené, malgré les maladresses. La trame est originale, l'univers décrit n'a pas de goût de déjà-vu et est suffisamment riche et complexe, lui, pour être intéressant.
Il y a indéniablement un certain mérite à tenir ainsi le lecteur en haleine sur deux livres d'environ 600 pages chacun (en poche).


J'ai tout lu d'une traite et j'ai ensuite lu la seconde saga (en 2 semaines pour le tout, pour vous donner une idée). Comme quoi l'histoire vaut quand même le coup d'être lue.

En fait, cette histoire a le mérite de tout de même être originale et de nous brosser un univers très personnel et établi intelligemment. le monde dans lequel les héros évoluent est bien décrit, en plus il y a une carte au début du livre (les 2 tomes en poche en disposent) qui permet de suivre leurs pérégrinations, et un petit lexique, avec des explications sur certains dieux, certaines croyances et coutumes, sur le calendrier, sur la faune et la flore particulières que l'on rencontrera au fil du récit. J'ai trouvé ça très sympa, et je l'ai lu avant de commencer à lire l'histoire, ça permet de s'imprégner de l'univers dans lequel celle-ci se déroulera.

Les différents pays et royaumes ont leurs particularités propres, les castes et les rangs sont réalistes, tout comme les manières de vivre et de réagir des différents protagonistes.
Les évènements se placent et se relient entre eux de manière assez fluide et logique et on pourra même trouver matière à réflexion à propos de la naissance et de l'évolution des Dieux dans ce monde aux peuples si différents. La foi et les relations qu'entretiennent Dieux et humains sont en effet une des clés du récit.
Même si les 150-200 premières pages sont un peu fastidieuses et lourdes à digérer, l'histoire est suffisamment prenante pour qu'on s'accroche et que l'on soit favorablement surpris par, enfin, le décollage de l'action.
Le récit n'est pas dénué d'humour, notamment grâce au personnage de Rey, comme je l'ai dit plus haut, mais aussi parfois grâce aux descriptions des réactions des personnages.
Le suspense est correctement ménagé, on assemble les pièces du puzzle quasiment en même temps que les héritiers, on a envie d'en savoir plus. Surtout que bien sûr, chaque réponse apportée à une question en soulève encore de multiples autres... Les personnages ne sont que des jouets soumis au bon vouloir du destin, et malgré quelques incohérences minimes (parfois on a l'impression que les personnages savent des choses que le lecteur semblait être seul à savoir), suivre leurs aventures et mésaventures nous tient en haleine jusqu'à la fin, certes un peu expéditive.

Je n'irais pas jusqu'à comparer Grimbert à Tolkien ou Zelazny, comme j'ai parfois pu le voir dans des critiques sur différents sites, n'exagérons rien !

Une lecture qui n'a que le but de vous distraire. Après ces 2 livres j'ai enchaîné sur la suite, ‘Les Enfants de Ji', en 5 volumes. On en ressort content de sa lecture, mais aussi soulagé d'être arrivé au bout. (comme vous au bout de cette critique, non ? ;) )

(j'ai publié un avis sur le site Ciao il y a bien longtemps dont cette critique reprend le principal, ce n'est pas un plagiat ^^)
Commenter  J’apprécie          71
Amateur il y a quelques années d'Asimov et Herbert, j'ai découvert la fantasy, comme beaucoup avec Tolkien, et R. Silverberg. Puis, à part R. Hobb et T. Goodkind, je m'en suis éloigné, estimant qu'il se publiait trop de longs cycles, de qualité médiocre, voir nulle, en termes d'écriture.
Mais voici que, sur les conseils de mes amis babeliesques, je m'y remets peu à peu. J'ai ainsi bien apprécié le Secret de Ji 1. le scénario n'est pas trop nunuche, les personnages sont bien campés, il y a du rythme, et Pierre Grimbert écrit agréablement, mêlant humour et noirceur, sans multiplier les procédés faciles. le fait qu'il n'y ait pas eu de traduction plus ou moins réussie, s'agissant d'un auteur français, participe sans doute à cet agrément de lecture.
Je recommande donc, comme un bon roman de détente, et je pense que je lirai le 2.
Commenter  J’apprécie          192
L'histoire démarre sur les chapeaux de roue avec l'assassinat des héritiers les uns après les autres par les fanatiques de la secte Züu. Les héritiers étant les descendants des sages qui sont allés avec Nol sur l'ile de Ji il y a 4 générations. Très vite l'histoire se focalise sur la fuite de Coreen, une des mères du Matriarcat de Kaul, et de Léti, sa nièce. Yan, un jeune pêcheur, amoureux de Léti, les suit et les rejoint vite. La compagnie grossit rapidement : d'abord Grigan, le guerrier des Bas-Royaumes qui se sent le devoir de protéger le groupe, puis Bowbaq, un pacifiste qui parle aux animaux, puis Rey, un noble dilettante qui n'a rejoint le groupe que pour protéger sa vie et enfin Lana, une prêtresse du culte d'Eurydis. Les personnalités des différents membres du groupe sont bien rendues, même si un peu stéréotypées, entre Coreen, la diplomate et magicienne, Grigan, le guerrier, Léti, qui veut apprendre à se battre pour se défendre seule, et Yan, qui va découvrir la magie !! sans parler des autres.

Bien entendu, la première destination du groupe est l'ile de Ji, qui leur livrera un petit morceau de l'histoire, mais pour la rendre plus mystérieuse encore. le groupe va devoir aller d'un lieu à un autre, toujours poursuivi par les tueurs Züu dans le but d'en apprendre un peu plus sur leur mystérieux ennemi.

Cette poursuite n'est pas lassante, car chaque étape apporte des challenges différents (monstres, spectres, même une rencontre avec un dieu) et rajoute son petit lot de révélations (et de mystères !). En fait, chaque petite révélation rend le puzzle plus large et plus complexe, ce qui est bien rendu par l'auteur.

Certes, le groupe a une certaine tendance à se précipiter tête baissée dans le danger, mais cela reste de la fiction. le groupe finira le premier tome en apprenant le nom de leur ennemi, ce qui sans dévoiler l'histoire, les plongera dans un abime encore plus grand de perplexité.

Le groupe avec ses contrastes fait un bel ensemble dont l'auteur Pierre Grimbert sait bien jouer pour notre plus grand plaisir. L'histoire d'amour entre Yan et Léti, où les 2 adolescents s'attirent et se cherchent sans s'oser s'avouer leur amour est mignonne.

L'intrigue est dense, même si un peu longue à se mettre en place et l'auteur sait nous dévoiler les indices petit à petit pour nous donner encore plus envie de lire la suite. le livre est dense, plus de 600 pages, mais se lit d'une traite. Les ingrédients sont classiques, mais le mélange est très bien fait et la magie prend, ce qui est ce que l'on attend d'une telle histoire.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Le plus difficile allait être les quelques pas qui le séparaient de la fosse. Il glissa son poignard dans sa botte, s’accroupit, muscles bandés, prit une grande inspiration et se projeta plus qu’il ne courut dans le petit dénivellement le long du mur. Ses mains et ses genoux s’enfoncèrent dans un pied et demi de neige ; il les dégagea promptement et rampa avec toute son énergie vers l’arrière de la maison, s’attendant à tout moment à sentir la piqûre douloureuse d’une flèche. Il n’en était pas certain, mais il lui semblait bien avoir entendu au moins un claquement pendant son saut. Il ne prit pas la peine de vérifier si un nouveau bois empenné dépassait de ses murs. Par contre, il percevait maintenant clairement des éclats de voix : un homme, qui devait se trouver à une trentaine de pas environ, lançait des ordres dans une langue inconnue.
Commenter  J’apprécie          40
A l'aube du jour de l'Ours, sept personnes émergèrent difficilement d'entre les rochers, par le même chemin qu'elles avaient emprunté deux lunes plus tôt. Les soldats postés là observèrent avec incrédulité le Duc Reyan, fatigué, les yeux vides de toute expression, et Rafa de Griteh, les cheveux brûlés et la face noircie, transporter sur une civière de fortune le roi Arkane de Junine, blessé à la tête et pressant un garrot rougit sur le moignon de son bras gauche. Ils virent son Excellence Yon de Kaul tituber en portant dans ses bras un Honorée Mère Tiramis inconsciente. Enfin ils virent Leurs Excellences Maz Achem d'Ith et Moboq d'Arkarie fermer la marche en traînant les pieds.

Le prince Vanamel, Saat l'Économe et Saa-Vez de Jezeba manquaient à l'appel. Nol l'Étrange n'était pas revenu non plus
Commenter  J’apprécie          40
- Avec ta Volonté, disait la Mère, il te sera plus facile de pousser que d'attirer. Plus facile d'abattre que d'élever. Plus facile de détruire que de bâtir.
Avec juste un peu de rage, tu peux faire exploser un rocher en poussières. Mais il te faudra beaucoup, beaucoup de sérénité pour le reconstruire. C'est cela qui est beau.
La sérénité est la magie. La patience, la réflexion, la modération sont la magie.
Commenter  J’apprécie          40
_ Tu as des questions à poser ?
_ Des tas. Tellement que je ne sais par laquelle commencer...
_ Je souhaite pouvoir répondre à chacune, et j'espère répondre juste. Après tout, ce que je sais n'est peut-être que mensonges que je répands à mon insu... La magie est mystérieuse, même pour les magiciens.
_ Vous dites bien que ce que vous allez m'apprendre est peut-être faux ?

Yan n'avait pas employé un ton agressif, mais sa surprise était évidente. La base de tout enseignement, songea Corenn. Je ne possède pas forcément la vérité. Mets en doute ce que je t'enseigne. Réfléchis, et tu auras appris.
Commenter  J’apprécie          20
Surmontant son appréhension, il s'approcha d'abord de l'homme tué par Wos. Sa peau avait blanchi et une fine couche de givre commençait à le recouvrir. Bowbaq plissa ses mains sous le cadavre et le souleva pour le retourner. Des craquements écœurants se firent entendre quand le corps gelé et raidi fut arraché à son carcan de neige...

[p.40]
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Pierre Grimbert (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Grimbert
À l'occasion de la sortie de son nouveau roman le 26 août 2022, l'auteur du Sang des Parangons a répondu à nos questions dans ce nouvel épisode intitulé "J'irai lire chez Pierre Grimbert".
*** Ils étaient les champions de l'humanité, choisis pour aller implorer l'aide des dieux. Mais pour sauver le monde de la destruction, ils devaient d'abord en affronter les plus anciens dangers. Le monde des hommes est en train de s'effondrer. Quelques royaumes ont déjà disparu à jamais, engloutis par le sol qui s'ouvrait sous leurs cités, réduits en cendres par la lave et les flammes qui composent désormais leur seul paysage. Et toutes les prières, tous les sacrifices, semblent incapables d'y remédier. L'humanité assiste, impuissante, à son crépuscule. Une dernière chose doit cependant être tentée. Une folie, à la hauteur de cette situation désespérée. Chaque nation, chaque territoire a ainsi désigné son champion. Certains sont des sages, des savants, ou des dévots. D'autres sont des mercenaires, des aventuriers, des guerriers ou des chevaliers. Et il se trouve même des rois et des reines… Ensemble, ils vont devoir pénétrer la montagne sacrée, siège du palais souterrain des dieux. Et s'ils parviennent jusqu'aux éternels, malgré les dangers légendaires que renferme cet endroit, ils devront les convaincre de sauver leur monde agonisant. En les suppliant… ou bien en les défiant, si nécessaire.
*** Le Sang des Parangons de Pierre Grimbert Le 26 août en librairie.
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (1857) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz Pierre Grimbert

Quel livre de Pierre Grimbert a été publié en Novembre 2001 ?

Le guetteur de dragons
La malédiction du coquillage
La reine des Amazones
Le trophée des sorciers

8 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre GrimbertCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..