AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Simone Manceau (Traducteur)
EAN : 9782809702491
576 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (10/03/2011)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Une vache surgit de la forêt. C’est le début d’une grande histoire d’amour qui va faire de l’humble Ramu et de sa femme Lakshmi les sauveurs de leur village.
Dans cette composition soigneusement orchestrée, Radhika Jha manifeste son amour pour son pays et les hommes simples qui l’habitent, confrontés à une nature à la fois féroce et maternelle. Son roman résonne en nous comme une parabole, une de ces épopées de vie et de mort qui se transmettront de génératio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Marie2406
  16 juin 2020
Superbe livre qui nous plonge au plus profond de l'Inde et de ses croyances millénaires mettant face à face ceux qui refusent tout changement et s'arque boutent sur les traditions et ceux qui veulent en faire fi pour mener le pays sur la voie de la modernité.
Ramu le plus pauvre de Nandgaon ce pauvre village ne survit que grâce à la charité du patel le chef du village dont il garde le troupeau de chèvres. Ramu n'a rien à lui et on lui refuse le droit de posséder de la terre ou du bétail, il a même été relégué dans une maison en ruine à l'écart du village près de la forêt.
Lakshmi quant à elle a pu aller faire des études à l'université, mais son père ruiné va se suicider, et à 25 ans elle qui est toujours célibataire n'est plus rien dans cette société indienne.
Elle sera contrainte d'accepter un mariage arrangé, mais à son âge (en Inde 25 ans c'est trop vieux pour qu'une fille puisse se marier) et sans dot, seul un homme comme Ramu qui n'a rien à offrir peut accepter l'offre de la marieuse.
Lakshmi arrive donc avec son époux à Nandgaon et elle découvre un village isolé de tout, aucune route n'y mène, il n'y pas d'électricité. le village vit totalement replié sur lui-même comme il a toujours vécu depuis des siècles.
Un jour Ramu découvrira une vache perdue dans la forêt, le patel va l'autoriser à la garder, c'est une Junglee, une vache sauvage qui ne vaut rien, et qui ne vaut en tout cas pas la peine qu'on la fasse entrer dans le troupeau collectif du village. La vie n'en sera pas changée.
Oui mais….. Lakshmi va recevoir la visite de Manoj Mishra, spécialiste de l'insémination artificielle des vaches.
Sans rien dire à son mari et sans demander l'autorisation au chef du village, elle fera inséminer la Junglee.
Lorsque le veau naitra, un veau noir et blanc ne ressemblant en rien aux vaches indiennes, les villageois y verront un don des dieux.
D'autant plus que 2 ans plus tard le miracle va se reproduire et la fille de la Junglee va elle-même avoir un veau et va se mettre à produire des litres et des litres de lait et rendra Ramu et Lakshmi plus riche que le patel lui-même.
Le village va alors se diviser, ceux qui resteront fidèles au patel en souhaitant que rien ne change dans le village, et ceux qui voudront suivre Ramu et Lakshmi dans leur quête de modernité.
Un livre qui nous démontre à quel point les traditions de ces villages isolés de tout perdurent encore aujourd'hui et les paralysent, alors qu'en parallèle une autre partie de l'Inde envoie des satellites sur la Lune….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Isalire
  03 août 2018
Ce roman parle de l'Inde reculée et actuelle, à travers une fable longue comme un conte raconté veillée après veillée par Radhikha Jâ au pied d'un arbre neem.
Un village, qui tente de résister aux affres de la modernité sous la houlette ferme et tendre de son chef, découvre les rendements agricoles modernes et la perspective d'enrichissement que cela engendre. Et tout cela grâce à une vache et à toute une suite de hasards.
C'est une belle métaphore, pleine de sagesse, sans jugements. Certains reprochent le style enfantin du récit. En ce qui me concerne cela ne m'a pas dérangé. Peut-être faut-il plutôt y voir une note d'oralité voulue par l'auteur ? Mme Radhika Jâ, cela fait donc de vous une magnifique conteuse, et il fut doux de vous "écouter" en vous lisant soir après soir.
Commenter  J’apprécie          40
Atasi
  17 juillet 2013
C'est l'histoire d'un chèvrier Ramu qui découvrit une vache dans la forêt et après l'avoir guérit de ses blessures la ramena dans son village Nandgaon, ce qui sidéra le village car toutes les vaches venaient uniquement de ce village.
Le patel l'autorisa à garder sa vache au vue de sa situation très miséreuse. Un jour, Ramu était à garder les chèvres du patel, un homme Manoj Mishra, frappa à leur maison, Lakshmi, l'épouse de Ramu le reçoit et cet homme voulait administrer à une insémination artificielle sur une vache en chaleur, ce qui était le cas de Junglee. Lakshmi connaissant le procédé ayant fait des études et étant originaire de la ville, l'autorisa à le faire car aucun taureau du village n'était autorisé à la monter. Quelques mois plus tard, naquit Kamdhenu, une vache dont les villageois se moquèrent déjà qu'elle n'avait pas de père et qu'elle n'était pas très belle, mais quand elle produisit ensuite du lait plus que toute autre vache du village, que certains villageois en profitèrent et que Ramu le vendit en ville et sortit avec son épouse de la misère, les gens commencèrent à la vénérer. Les choses changèrent peu à peu à Nandgaon, où normalement seul le patel prenait les décisions, accordait des prêts, écoutait les problèmes des villageois, etc. Nandgaon était un village isolé sans route ni électricité ni eau. Les choses changèrent encore plus vite lorsque le village fût pris d'une inondation terrible qui obligèrent tous les villageois à réhabiliter l'ancien village de l'autre coté de la rive.
Je conseille vraiment de découvrir ce livre qui est très différent des romans que l'on a l'habitude de lire. On découvre le monde rural, l'amour des hommes pour leurs bêtes, la vie dans un village isolé où chacun retourne sa veste selon ses besoins, le rôle d'un patel ... et la science qui veut produire plus de rendement.
Lien : http://atasi.over-blog.com/d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
truc33
  14 avril 2015
Très beau livre sur l'Inde entre tradition pure et recherche de modernité. La vache sert de fil conducteur. Un homme découvre comment faire produire beaucoup de lait aux vaches et naïvement veut offrir cette technique aux paysans pour les sortir de la pauvreté. l'idee est belle mais déclenche dans un paisible village le début de la convoitise et la fin de l'entraide. A lire et a relire.
Commenter  J’apprécie          30
Culturopoing
  31 mars 2011
Eradiquer la pauvreté en Inde grâce à des troupeaux sacrés rendus plus productifs par l'insémination artificielle : c'est l'idée illuminée que souffle une Hollandaise au jeune Manoj Mishra dont l'idéalisme n'attendait qu'un but pour s'enflammer, "jamais plus les villageois ne dépendraient d'un roi, de la météo, des politiciens et de leurs laquais. Lui allait leur rendre leur indépendance. Et leur fierté aussi." Formé au KIRD, l'Institut pour le développement rural de Kamdhenu, le voici vite sur sa moto chargé d'un bidon de semence à implanter dans les campagnes, prêt à en découdre avec les mentalités locales qui ne voient pas cette sorcellerie d'un très bon oeil.
Lisez cet article en entier sur Culturopoing !
Lien : http://www.culturopoing.com/..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Marie2406Marie2406   17 juin 2020
A Nandgaon, la visite de l’étranger poussiéreux sur sa motocyclette fut vite oubliée. En moins de quinze jours, il fut réduit à l’état d’épouvantail, juste bon à effrayer les enfants désobéissants. Le village oublia même pourquoi il était venu. Ce n’était ni fortuit ni choisi. Nandgaon s’était coupé du monde. Avant d’arriver au village, la route avait bifurqué, abandonnant le sentier sur lequel Manoj s’était égaré. Cet isolement avait garanti la paix et une certaine harmonie : toute ingérence extérieure était considérée comme une menace.
En revanche, le mariage de Lakhsmi avait été bien plus commenté, et pendant bien plus longtemps. Tout d’abord, les villageois s’étaient émerveillés de la façon dont Ramu, l’idiot du village, avait réussi à se dégotter une épouse belle et intelligente. Quand ils apprirent qu’elle avait même fait des études supérieures, ils en restèrent stupéfaits et quelques peu apitoyés. Pourquoi, se demandèrent-ils, une telle femme avait consenti à épouser ce béta ? Mais quand ils surent que le père de Lakshmi s’était donné la mort, ils cessèrent de l’inviter, de peur d’être contaminés par sa malchance. Même les femmes les plus pauvres prirent leurs distances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Marie2406Marie2406   16 juin 2020
Chaque jour la vache partait avec le troupeau.
Le matin, la petite Deux-Jambes aux douces mains venait à la grange au toit de chaume où habitait la vache, ouvrait la porte et l’emmenait rejoindre ses compagnes. Alors, dans un nuage de poussière, dans l’unique ruelle du village, la bête suivait le tintement des clochettes et le clopinement des sabots, rassurée d’être parmi celles qui lui ressemblaient, tandis que la Deux-Jambes guidait le troupeau et le conduisait au pré. Il n’y avait ni arrêts impromptus ni redémarrages précipités. La vache se contentait de suivre les autres, attirée par l’odeur d’herbe fraîche qui lui chatouillait les naseaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtasiAtasi   16 juillet 2013
Les bestiaux étaient presqu'en tous liés entre eux, car leur patel prêtait généreusement à tous les villageois les rejetons mâles de Nandini, chaque fois qu'une vache était en chaleur. À travers eux, le village entier était inextricablement uni. Mais ces animaux, Lakshmi ne tarda pas à le comprendre, n'étaient que la représentation physique de quelque chose de beaucoup plus fort qui unissait ces gens et rendait ce village très différent de celui d'où elle venait et de tous ceux qu'elle avait connus. C'était l'amour qui liait les villageois à leur bétail et, puisque ces bovins se rattachaient tous au patel et à chacun de leurs congénères, c'était comme si tout Nandgaon n'avait qu'un seul cœur, et que ce cœur, c'était le troupeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie2406Marie2406   15 juin 2020
Dès son premier jour, Kami, la génisse de Ramu fut une énigme pour tous, sauf pour les enfants. Pour eux, elle fut une source de terreur exquise. Subhash, qui du haut de ses sept ans, se prenait pour un expert en bovins, sous prétexte que chaque jour il conduisait aux champs le troupeau de son père, ne cessait de s'extasier devant Kami :
- Tu vois ses yeux tous roses ? C'est des yeux de rakshasis !
- Quelles rakshasis ? questionna ingénument le petit Mani, du haut de ses cinq ans.
- Les rakshasis des forêts !
- Comment tu sais à quoi ça ressemble les rakshasis des forêts ? T'en as déjà vu en vrai ?
- Comment ça, « en vrai » ? bien sûr que oui ! Elles sont noires et blanches, avec des grandes dents et des yeux roses. Et la taille d'un jambolan. En plus, elles mangent les gens.
- Mais t'y vas jamais, dans la forêt ! contre-attaque Mani.
- Et comment, que j'y vais dans la forêt !
- Quand ça ?
- La nuit, quand les minus comme toi, ils dorment.
- J'suis pas un minus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Radhika Jha (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Radhika Jha
Vidéo de Radhika Jha
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
85 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre