AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christiane Besse (Traducteur)
EAN : 9782020564885
566 pages
Éditeur : Seuil (17/11/2002)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Contraint à la retraite, le plus âgé des politiciens indiens, le vénérable et irascible Ved Vyas dicte avec vigueur et opiniâtreté à son scribe Ganapathi de bien singuliers mémoires...

Le Grand Roman indien s'inspire de l'épopée du Mahabharata, Maha signifiant « grand », Bharata désignant le clan qui conquit et peupla l'Inde du Nord. L'idée de parodier ce texte fabuleux pour retracer l'évolution de l'Inde moderne exigeait une maîtrise par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
JeanPierreV
  30 avril 2020
"...l'Inde n'est pas un pays sous-développé, mais au contraire une nation hautement développée dans un état de décadence avancé"
Ved Vyas, vieux diplomate, décide à 88 ans, avant de faire le grand voyage sans retour de dicter ses mémoires à Ganapathi...un thème et un livre alléchant pour tout lecteur désireux de se plonger dans une culture.
"...ce que je vais dicter ce sont les souvenirs de ma vie et de mon temps [...] dans mon épopée je parlerai du passé, du présent et de l'avenir, de l'existence et du trépas, de la floraison et du dépérissement, de la mort, de la résurrection, de ce qui est, de ce qui fut, de ce qui aurait dû être."
Oui, mais...
Le livre allie à la fois le conte, la mythologie indienne et L Histoire, le roman et les mémoires...l'humour et le drame
Tous les noms des personnages sont fictifs, certains font référence à des personnages historiques que le lecteur identifie sans peine, d'autres sont plus difficilement identifiables, et certains semblent sortis de l'imagination de l'auteur.
Le sujet est alléchant, le pays est fascinant...tout est réuni pour donner un grand plaisir au lecteur..
Oui...le lecteur de roman pourra trouver un grand plaisir à cette lecture, qui mêlera aventures, rencontres, poésie, humour, parce qu'il le lira comme tout autre roman fictif.....parce qu'il se laissera emporter par le texte, la colonisation, la décolonisation...et l'âme, la culture, les traditions indiennes
Le lecteur qui, quant à lui identifiera le double d'un personnage historique en reconnaissant Nehru, Gandhi ou d'autres, cherchera, c'est ce que j'ai tenté de faire, à identifier les autres personnages...j'ai sans aucun doute commis cette erreur, je ne les ai pas tous reconnus..
Je ne disposais pas d'une part de cette connaissance de l'épopée du Mahabharata, d'autre part des détails de l'Histoire et des hommes politiques de l'Inde du XXème siècle.
Ces lacunes m'ont empêché de prendre tout le plaisir que cette lecture me promettait...je ne me suis pas laissé emporter suffisamment par le côté roman du texte
"Dans la vie on doit toujours choisir entre être celui qui raconte des histoires et être celui au sujet de qui on raconte des histoires."
Dans tous les cas, on ne peut qu'être admiratif du travail important de l'auteur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Kio971
  11 juin 2020
N'ayons pas peur des mots : le grand roman indien est un ouvrage époustouflant et éblouissant ! Les 567 pages imprimées en caractères relativement petits de cette édition Points se lisent d'une traite.
Le grand roman indien est un livre époustouflant car Shashi Tharoor, son auteur, sous les traits d'un vieux politicien dictant ses mémoires à son jeune secrétaire, nous présente l'Histoire de l'Inde sous des couleurs nouvelles, non dans les demi-teintes d'une vieille photo sépia, mais avec les touches éclatantes d'une mosaïque palatiale.
Le grand roman indien ne se résume pas. le grand roman indien ne se raconte pas. Tout au plus peut on en dire qu'il va jusqu'à puiser dans les mythes et légendes du pays - et plus particulièrement du plus célèbre d'entre eux, le Mahabharata - pour nous livrer ce récit véritablement décoiffant et plein de fantaisie.
Le grand roman indien est un livre éblouissant car son auteur nous raconte l'Histoire de l'Inde dans une langue superbe, alternant moments d'humour et passages plus sombres (comme en témoignent les quelques citations que j'en ai extraites ... mais il a fallu se limiter malheureusement !)
Qu'en dire d'autre ? Sinon qu'on ne peut qu'encourager les lecteurs qui ne la connaîtrait pas encore à découvrir cette oeuvre magnifique. Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105
Atasi
  27 juillet 2013
Subtile mélange entre l'épopée sanskrite de la mythologie hindoue le Mahâbhârata et une partie importante de l'histoire de l'Inde : la fin de la colonisation britannique, l'Inde qui devient Indépendante et l'Inde après l'Independance.
L'histoire commence avec Ved Vyas qui veut raconté sa vie à un scribe du nom de Ganapathi. Il s'adresse à lui comme si Ganapathi était nous (Ganapathi est aussi un nom de Ganesh, celui justement qui avait écrit pour Ved Vyas cette épopée ...). On y retrouve les grands personnages ayant vécu à ces époques mais bien évidemment les noms, les lieux ont été modifié car même si le livre est sûrement très proches de l'histoire, il a été remodelé également à s'approcher au mieux au Mahâbhârata.
Ce livre demande tout de même une certaine concentration car énormément de personnages défilent dans ce livre, et bien sûr il faut garder le fil de l'Histoire mixé à une épopée ...
Lien : http://atasi.over-blog.com/l..
Commenter  J’apprécie          80
Hathi
  09 août 2018
a lire
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AtasiAtasi   28 juillet 2013
Il est difficile pour toi, qui vis aujourd'hui au milieu de l'évidence du dénuement et qui le prends pour naturel de concevoir une Inde autre que pauvre, injuste et misérable. Mais c'est pourtant ce qu'était l'Inde avant l'arrivée des Anglais, ou alors pourquoi seraient-ils venus ? Crois-tu que les marchands, les aventuriers et les commerçants de la Compagnie Orientale des Indes avant l'arrivée fait voile vers un pays de disette et de misère ? Non, Ganapathi, ils sont venus dans une Inde fabuleusement riche et prospère, ils sont venus en quête de fortune et de profit, et ils prirent ce qu'ils purent prendre, laissant les Indiens se vautrer dans leurs restes. Ganga savait, en pataugeant dans la gadoue et la merde des taudis ouvriers, que tout cela n'existait pas avant l'arrivée des Anglais et représentait une négation de cette idée de Vérité en laquelle il croyait si passionnément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kio971Kio971   11 juin 2020
Tu sais bien Ganapathi, comment dans notre pays, pas un mariage n'est arrangé, pas un voyage en avion organisé, pas un projet inauguré, avant que les thèmes astraux n'aient été établis et consultés. Un Indien sans horoscope est comme un Américain sans carte de crédit [...]
Commenter  J’apprécie          80
Kio971Kio971   11 juin 2020
Pas plus que nous n'aurions soupçonné ce que le processus pratique de la Partition allait entraîner. La nomination, par exemple, d'un géographe politique qui n'avait jamais de sa vie mis les pieds sur aucun des territoires à attribuer soit à l'Inde, soit au nouvel Etat du Karnistan. "C'est très facile annonça l'universitaire binoclard en brandissant une baguette devant une carte à petite échelle. [...] "Félicitations mister Nichols !"Un vieux fonctionnaire se leva d'un bond. "Je vis et je travaille dans ce district depuis dix ans et je dois vous tirer mon chapeau. Vous venez de réussir à faire passer votre frontière internationale au beau milieu du marché, à donner les rizières au Karnistan et les entrepôts à l'Inde, la plus grande porcherie de la zilla à l'Etat islamique et la madras du Saint Prophète au pays que les musulmans quittent. Oh, et si j'interprète correctement ce gribouilis-là, ajouta t-il en prenant sa baguette à l'expert bouche bée, l'instituteur aura besoin d'un passeport pour aller au petit coin à la récréation. Bravo mister Nichols, j'espère que le reste de votre travail se révélera aussi ... facile !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kio971Kio971   11 juin 2020
J'ignore s'ils émurent Priya Duryodhani, ces millions d'hommes en haillons, de femmes ravagées et de nuées de gosses qui, avec une dignité tragique, se frayèrent à coup de souffrance, un chemin dans la conscience du monde. J'ignore si elle se désola ou enragea de les voir se blottir sous des arbres, des tentes, dans des tuyaux géants désaffectés, de l'implacable mousson et de l'implacable humanitarisme des objectifs à foyer variable occidentaux. J'ignore si elle enragea devant la pluie de platitudes et d'offres de charité dont l'univers la gratifia tandis que les réfugiés continuaient à se déverser des blessures sanglantes infligées par l'armée karnistanaise. J'ignore si ce fut par amertume ou mépris qu'elle refusa ces sparadraps et tranquillisants que le monde s'avéra plus disposé à donner que le garrot qu'elle recherchait, la forte pression internationale qui seule aurait pu forcer Jarasandha Khan à retirer ses baïonnettes de la tendre chair gélabine dans laquelle elles s'étaient si grotesquement enfoncées. J'ignore, Ganapathi, ce qu'elle ressentit. Mais nous savons tous ce qu'elle fit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kio971Kio971   11 juin 2020
Le soleil avait entamé sa descente précipitée dans l'inconnu et l'horizon s'embrasait d'orange, tel du safran éparpillé sur une mer houleuse. Dans l'obscurité montante les insectes ressuscitaient, bourdonnaient, pépiaient, mordaient dans la pâleur marbrée de la chair coloniale. C'était l'heure où les esprits anglais se prenaient à songer à boire. Le crépuscule ne dure jamais en Inde, mais sa venue équivalait à celle de l'ouverture des pubs que nos maîtres avaient laissés derrière eux. La nuit tombait et le moral remontait; l'odeur âpre du tonique à la quinine inventé par des planteurs solitaires pour noyer et justifier leurs gins solitaires se mêlait à la senteur des frangipaniers de leurs jardins feuillus et ravagés d'insectes, et le cliquetis apaisant de la glace contre le verre n'était troublé, de temps à autre, que par la claque d'une paume frustrée sur un bout de peau rougissant, tout juste évacué par un moustique anglophage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature anglaise : textes divers (270)
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
85 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre