AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203148225
Éditeur : Casterman (01/02/2017)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 40 notes)
Résumé :
De toute façon, Solomon n'avait jamais besoin de sortir de la maison. Il avait de la nourriture. Il avait de l'eau. Il pouvait voir les montagnes depuis la fenêtre de sa chambre. Ses parents étaient si occupés qu'il organisait sa vie à la maison à sa guise. Jason et Valérie Reed n'intervenaient pas, parce que finalement céder à leur fils était la seule solution pour qu'il aille mieux. À l'âge de seize ans, il n'avait pas quitté le domicile familial depuis trois eux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
BOOKSANDRAP
  11 février 2017
> https://booksandrap.wordpress.com/2017/02/11/phobie-douce-john-corey-whaley/

Avis : J'ai adoré. J'ai vraiment adoré. C'est un livre jeunesse et pourtant ce thème des désordres mentaux, qui peut-être difficile à traiter est abordé de manière très juste sans jamais tomber dans le cliché ou dans le pathos. Et c'est ça qui fait que ce bouquin est une réussite.
L'auteur n'a pas du tout voulu qu'on plaigne Solomon, on nous expose seulement ses problèmes, différents d'ados lambda de son âge c'est certains. On nous permet d'apprendre à le connaitre, et sincèrement, on tombe sous le charme dès les premières minutes en sa compagnie.
Une chose que j'ai beaucoup aimé, c'est le fait que les bases sont posés doucement. L'histoire n'est ni enrobée de longueurs inutiles ni d'une rapidité excessive qui gâcherait toute la beauté du livre.
L'auteur prends son temps pour nous emmener là où il veut nous emmener. C'est simple mais tellement bien exécuté qu'on ne peut que se laisser bercer en attendant la suite.

Je ne pensais pas, en entament ce livre, que je l'aimerais autant.
J'accrochais bien à l'intrigue mais je trouvais la plume peut-être un peu trop simple et peut-être un peu ciblé jeunesse et pourtant quand je referme ce livre, je me rends compte que rien n'existait autant durant ma lecture. Impossible de le lâcher, impossible d'abandonner Solomon seul chez lui sans compagnie. « Phobie douce » m'a volé quelques heures de sommeil mais je ne regrette rien. Maintenant que j'ai terminé ce livre je peux vraiment vous dire que c'est une merveilleuse découverte, un petit coup de coeur, de ceux qui sont inattendus et terriblement dévastateur. Un joli récit plein de tendresse, écrit avec une justesse incroyable.

Le point fort de ce roman c'est définitivement l'humour.
On passe un excellent moment du début à la fin. Sol, Clark et Lisa forment un trio tant improbable que magnifique. Ils m'ont fait sourire, rire, ils m'ont aussi parfois énervés mais c'était toujours un vrai plaisir de les suivre. C'est un humour parfois noir, parfois mordant, parfois graveleux. Sol est vraiment un garçon pleins de surprises, un brin timide, sincère, qui n'a pas peur de se moquer de lui-même et ça j'ai vraiment apprécié. C'est une petite perle.
J'ai beaucoup d'attachement à ces personnages. Je les ai trouvés vraiment tous très touchant dans leur manière d'agir. Bien que j'ai parfois eu du mal avec le personnage de Lisa et ses motivations quant à son amitié avec Sol, mais elle à bon coeur et comprends ses erreurs même si parfois il est trop tard et que le mal est déjà fait, c'est une fille aveuglé parfois par sa trop grande estime de soi.
Gros gros coup de coeur pour les parents de Solomon par contre. Ils sont juste géniaux. Je rêverais d'être comme eux plus tard avec mes enfants, si détendus, drôle tout en gardant leur place de parents. Ils font tout pour que leur fils se sentent mieux. Comment ne pas craquer pour eux ?

Autre point qui m'a ravie : Il y'a beaucoup de rythme.
Bien qu'on soit dans un young-adult assez classique, on ne s'ennuie pas une seule seconde. On alterne à chaque chapitre entre le point de vue de Lisa et de Sol. Même si il n'y a pas énormément d'actions je dois le reconnaitre, le livre est un condensé d'émotions.
La plume de l'auteur est enivrante on se prends vraiment au jeu. On est complément immergé dans la vie de cet ado si particulier. Peut être que oui c'est vrai il ne s'y passe pas grand chose mais c'est en tout cas une histoire bien plus captivante que certains policier ou young-adult que j'ai pu déjà lire par le passé. Au fil des pages on a l'impression de les connaître je vous garantie que je n'avais aucune envie de les quitter. J'ai eu le coeur déchiré quand je voyais la fin se profilait, je n'avais pas envie de les laisser derrière moi.

Je suis à la fois triste de terminer cette histoire et heureuse d'avoir eu la chance de la découvrir.
Il est de ces romans qu'on aimerait, a peine terminé, recommencer du début et le redécouvrir en étant encore inconscient du petit chamboulement qu'il va nous apporter. « Phobie douce » était de ce genre là. Un roman sensible et pourtant ô combien percutant et douloureux par certains aspects.
C'est un très beau bouquin avec un message très important. Un hymne à la vie et au courage, criant qu'il faut du courage pour affronter ses Demons qu'ils soient grands ou petits. Une petite pépite dans la littérature ado que je vous recommande chaudement si vous avez adoré par exemple « Audrey retrouvée » de Sophie Kinsella. J'ai adoré la conclusion de ce livre, une fin ouverte mais pas si ouverte finalement, laissant imaginer au lecteur un futur plus radieux.
Je mentirais en disant que ce livre laisse indemne. On en ressort bouleversé, le sourire au lèvre mais aussi le coeur serré et rempli d'espoir.
C'est un livre poignant à la plume parfois un peu simple mais terriblement saisissante. Un régal qu'on aimerait qu'il dure plus. 300 pages puissante d'amitié, d'amour et de confiance que je recommande aux ados comme aux plus grands. Une diamant brut à se procurer d'urgence !!

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tagadalove17
  09 juin 2018
Ce roman est une très bonne découverte. En effet, c'est la première fois que je lis et même que je connais un livre adolescent traitant de l'agoraphobie. Moi même souffrant de crises de panique, j'ai trouvé que l'auteur a parfaitement su décrire celles-ci de manière réaliste sans en faire un mélo-drame. de plus, j'ai beaucoup aimé le fait que, malgré le fait que Solomon soit agoraphobe et qu'il ne soit pas sorti de chez lui depuis , l'auteur nous le présente comme un garçon tout à fait normal, équilibré, avec de l'humour et qui est capable de se faire des amis. Cela permet de démonter les préjugés sur les personnes souffrants d'angoisse et/ ou de crises de paniques.
J'ai également bien aimé le personnage de Lisa qui veut aller en fac de psychologie. Je comprends parfaitement son engouement à vouloir aider les gens et même si le but de sa rencontre avec Solomon est moralement répressible, son caractère et sa manière de voir la vie nous le fait oublier.
Enfin, j'ai vraiment accroché avec Clark qui casse lui aussi les préjugés car malgré sa popularité au lycée et son physique avantageux, il ne traite pas les filles comme des bouts de viande, ne cherche pas à coucher avec les filles à tout pris et au contraire préfère prendre son temps et enfin, il est tolérant et ouvert d'esprit.
Un très beau roman que je conseille à tout le monde lire pour une lecture enrichissante et agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
orbe
  07 février 2017
Solomon ne quitte jamais sa maison. En proie à des crises de panique, il a choisi depuis trois ans de vivre chez ses parents sans jamais sortir.
C'était sans compter la persévérance et les certitudes de Lisa Praytor qui décide sans le lui dire de le prendre comme sujet du mémoire qui doit lui ouvrir les portes de l'université de psychologie qu'elle souhaite intégrer.
Pour cela le premier pas sera d'arriver à s'introduire chez lui et de réussir à devenir son ami...
Un roman qui traite d'un sujet peu traité, celui de la phobie qui touche un grand nombre d'adolescent.
Rester chez soi, ne plus se confronter au monde et à l'autre peut être une terrible tentation. Surtout quand tout le confort est à portée de main et que l'on s'imagine dans une vie bercée par les aventures de Star Trek.
Mais ensuite le récit glisse sur d'autres sujets comme la manipulation, l'amitié ou encore l'homosexualité. Dès lors les frontières s'estompent et chacun doit tenter de se révéler pour rester honnête avec soi-même.
Un récit original sur la comédie que sont nos vies.

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
VibrationLitteraire
  15 février 2017
Un livre bien mené sur une pathologie psychiatrique souvent méprisée…
Nous suivons deux personnages dans cette histoire : Solomon et Lisa. Solomon est enfermé chez lui depuis 3 ans. Il est agoraphobe et se sent parfaitement rassuré chez lui avec ses petites habitudes. Il fait cependant de régulières crises d'angoisse. Lisa a décidé de le guérir pour pouvoir obtenir une bourse dans une bonne fac de psychologie…
Lorsque l'on m'a proposé ce livre, j'avoue avoir été de suite attirée car c'est un sujet que je connais de par mon métier. de plus, j'ai d'emblée apprécié le prénom du protagoniste. En effet, Solomon est en réalité un homme qui a fait des recherches sur la théorie d'exposition dans les phobies dans les années 50… Cela montrait que l'auteur avait fait des recherches pour l'écriture de son livre et j'ai été forcément tout de suite séduite !
J'ai beaucoup aimé le fait que l'on suive alternativement Solomon et Lisa. Cela permet une vision plus globale de la situation. Lisa sort avec Clark qui va lui aussi devenir un très bon ami de Solomon et l'aider.
Les parents de Solomon et en général la plupart des personnages secondaires sont adorables. Cependant, je n'ai pas vraiment aimé le personnage de Lisa que j'ai trouvé très narcissique, presque mégalomaniaque au départ. Ses motivations à aider Solomon sont plus que discutables et très égocentriques au début de l'histoire.
Lisa mène une sorte de thérapie par le jeu, par le lien social, pour sortir Solomon de chez lui. Au final, elle réalise sans le savoir (enfin, l'auteur devait le savoir), une sorte de “modeling” c'est-à-dire qu'elle montre bien à Solomon qu'il ne lui arrive rien lorsqu'elle va à l'extérieur. Finalement, Solomon subit comme une thérapie d'exposition avec cet extérieur qui se ramène chez lui.
J'ai été agréablement surprise par le côté psychologique du livre plutôt bien mené par l'auteur. Les angoisses ressenties par Solomon sont réelles et pas trop clichées. Les réflexions ne sont pas empreintes de préjugés. Je n'ai juste pas aimé le fait que ses parents l'aient laissé abandonner son suivi psychiatrique et psychologique en croyant à un miracle. Alors oui, c'est légèrement l'objet de ce livre mais cela se passe heureusement rarement comme ça !
Il me semble que Solomon a aussi quelques tocs même si l'accent n'est pas mis dessus. C'est très réaliste, parfois les deux sont en effet présents.
J'ai bien aimé cette petite histoire sympathique qui aborde des thèmes importants comme la confiance en soi, la relation entre les autres et soi, l'homosexualité, les études et ambitions de chacun et surtout cette période charnière qu'est l'adolescence.
Cependant, j'ai été un peu déçue par la fin qui ne répond pas vraiment à toutes mes questions.
J'ai beaucoup aimé ce roman young-adult basé sur un thème dont on parle peu et qui peut dédramatiser les choses pour des adolescents en proie aux phobies, aux tocs. Ce sont des maux connus chez les adolescents qui sont, à mon plus grand regret, trop peu abordés. À mettre entre toutes les mains, malade ou non, pour plus de compréhension et donc de tolérance.

Lien : http://vibrationlitteraire.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EsseG71
  06 juillet 2017
Lisa est la jeune américaine type : bonne élève, investie dans son lycée, en couple avec le plus beau garçon du lycée, sportif bien évidemment. Mais Lisa veut plus que tout quitter la trop petite ville où elle vit, et brigue la meilleure fac de psycho du pays. Pour être admise, elle doit rédiger un mémoire sur un cas particulier et faire preuve de ses talents de psychologue. Elle choisit Solomon comme objet d'étude, ce garçon qui, il y a trois ans, s'est laissé tomber dans la fontaine du lycée, et que personne n'a revu depuis.
Car Solomon s'est enfermé chez lui. C'est la seule solution qu'il a trouvé pour ne plus ressentir les crises de paniques qui le terrassaient quand il s'obligeait à vivre au milieu du monde. Il est heureux comme ça ! Il continue ses études par correspondance et met un point d'honneur à avoir terminé ses devoirs avant que ses parents rentrent du travail. Il peut passer ses journées en caleçon. Il a même transformé le garage en holodeck, comme dans sa série préférée.
Alors quand Lisa le contacte pour lui proposer d'être son ami, bien sûr sans lui donner la vraie raison, il va quand même hésiter, Solomon.
Je n'en dirais pas plus. Je pensais lire un roman sur le thème de la phobie scolaire, ce n'est pas tout à fait ça. Solomon est carrément incapable de vivre au milieu des autres sans céder à la panique.
Bien sûr, l'histoire est parfois un peu téléphonée. Mais on passe un bon moment, c'est un roman idéal pour l'été, pour nos ados.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
tagadalove17tagadalove17   09 juin 2018
- Il paraît que plus un garçon a de frères, plus grandes sont les chances pour qu'il soit homosexuel. Et pour le water-polo, est-il vraiment nécessaire que je te fasse un dessin ?
- Oh, je vois. Des garçons en maillot de bain qui chahutent dans une piscine... Bonjour le stéréotype !
Il n'est pas gay, je te dis.
Commenter  J’apprécie          00
NadaelNadael   08 mars 2017
« Il allait devoir le lui dire. Et ce serait la première fois qu’il prononcerait ces mots. Solomon était gay et en avait pris conscience depuis l’âge de douze ans. Oh, ça n’avait pas été bien compliqué : un jour, il avait tout bonnement constaté qu’il préférait les garçons. À cet âge-là, c’était aussi simple que ça. Il ne se préoccupait pas du jugement qu’on pouvait porter sur lui: vu qu’il n’avait aucune intention de quitter la maison, il n’aurait jamais à évoquer publiquement sa préférence. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NadaelNadael   08 mars 2017
« Je crois que nous faisons tous ça, de temps à autre. Nous laissons certaines personnes disparaître parce qu’elles sont différentes et soulèvent des questions auxquelles nous ne trouvons pas de réponse. »
Commenter  J’apprécie          70
deslivresetclorissodeslivresetclorisso   12 janvier 2018
"Hélas, il n'eut pas le temps de se réjouir : il sentit aussitôt l'oxygène lui manquer et son rythme cardiaque piquer une pointe alarmante. Il se tourna sur le ventre, étreignit l'oreiller, y enfouit le visage et tâcha de respirer profondément."

J'ai choisi ce passage car Solomon nous décrit ce qu'il subit souvent et nous fait comprendre que ce qu'il vit est extrêmement compliqué.

MN
Commenter  J’apprécie          10
BOOKSANDRAPBOOKSANDRAP   11 février 2017
Parfois la vie est un triste verre d’eau du robinet,
Parfois c’est une grande limonade servie dans un verre givré avec une rondelle de citron vert
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : agoraphobieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
271 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
. .