AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Là où les lumières se perdent (43)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
marina53
27 mars 2017
Comté de Jackson, Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, s'appeler McNeely signifiait quelque chose. Jacob est le fils de Charlie McNeely, un homme pour le moins violent, influent, intouchable et manipulateur. Un homme qui règne en maître sur le marché local de la drogue. Jacob, à 18 ans, ne doute pas un seul instant de son avenir qui semble tout tracé, Charlie ne manquant pas de le tremper dans ses affaires juteuses. Mais, ce jeune homme, trop tendre, peu impliqué, attristé mais résigné de voir sa mère, accro à la meth, dériver de jour en jour et amoureux de Maggie, une jeune fille qu'il a quitté afin de la protéger, rêve et espère d'un tout autre avenir. Mais, lors d'un règlement de comptes régenté par son père, les choses ne se passent pas comme prévu. Jacob, déjà empêtré dans une bagarre qui a mis son adversaire dans un piteux état, voit peu à peu les choses s'engluer...

David Joy nous offre un premier roman d'une force incroyable et d'une noirceur profonde et nous plonge dans une ambiance étouffante, oppressante. Dans cette partie des Appalaches, Jacob McNeely est confronté à un choix cornélien : suivre les traces de papa, subir le poids paternel et devenir un homme de pouvoir et d'influence ou s'échapper, laisser derrière lui son passé et vivre enfin comme il le souhaite. Quelque soit son choix, il ne se fera qu'au prix du sang. Ce roman fait la part belle aux notions de liberté, de rédemption, de relation père/fils, de fatalité. La galerie de personnages qui s'agitent autour de ce jeune homme, terriblement attachant, est d'une trempe féroce et sans concession, notamment le père, personnage sournois et ayant la mainmise dans la région. Un premier roman remarquable, violent, noir et d'une intensité rare. Une écriture riche qui décrit brillamment les paysages immenses, empreints de liberté, l'ambiance sinistre et les sentiments qui habitent Jacob.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
iris29
29 mars 2017
C'est le genre de premier roman où toi lecteur, tu te dis que tu tiens un auteur brillant , un auteur que tu suivras .
C'est un genre de roman qualifié de noir, très noir ...
C'est le genre de roman qui prend racine dans un coin paumé des USA, là où les touristes ne foutent jamais les pieds et pour cause . Quand tu es né là-bas , devenu adulte , il vaut mieux fuir .
Caroline du Nord, Les Appalaches . Un bled et son parrain local , un certain McNeely , hyper violent , hyper malin, hyper dangereux et son fils , Jacob.
C'est le genre de roman noir, où un gentil gamin est le fils du méchant , où ce gosse est englué dans une vie de merde et ne sait pas comment s'en sortir . Il aimerait bien se barrer d'ici , avec sa Maggie , changer de vie, sauver son âme . Mais a-t' il vraiment le choix ?
C'est le genre de roman où toi lecteur, tu t'attaches au gamin. Tu as envie de lui crier :" fais pas ça , malheureux !
- Mais tu vas m'écouter à la fin ? "
Sauf que le gamin , il t'écoute pas , ni au début, ni au milieu, ni à la fin ..
C'est le genre de roman où l'auteur te retourne le moral , te montre son coté sombre et éteins les lumières en partant .
Et le plus drôle dans cette histoire très noire, c'est que l' auteur s'appelle Joy ... David Joy .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          524
Stelphique
24 août 2016
Ce que j'ai ressenti:…La lueur d'un roman noir…

Jacob est un jeune homme, pris entre deux feux: il va lutter donc contre son sang, son lieu de naissance, sa destinée. Faire mentir coûte que coûte les statistiques qui le condamnent à cette vie entravée par la violence et le désespoir. Il va se prendre à rêver très fort, pour se sortir de son lot de misère de départ, et c'est cette volonté qu'on admire, cette petite lueur qui vacille souvent, mais qui a le mérite de ne jamais disparaître…L'Amour sera son île, son phare, son ultime lieu de repos…

« le sang est plus épais que l'eau, et je me noyais dedans. Je sombrais dans ce sang, et une fois que j'aurais touché le fond personne ne me retrouverait. » p162

Toutes les lumières ne sont pas perdues, non, dans cette histoire pourtant très sombre…Certaines s'allument dans ce grand tunnel ténébreux entaché de sang poisseux. Personnellement, j'en ai vu deux, de lumières, qui sont très importantes à mes yeux c'est: Poésie et Espoir. L'auteur nous offre quelques jolis moments de douceur et de rêve dans son écriture pourtant abrupte et féroce. le quotidien dans ces contrées profondes n'est pas à envier, on sent comme un fatalisme indélébile, mais quelque fois, le ciel s'ouvre et on aperçoit une étincelle dans ce roman Noir, à moins que ce ne soit une lumière fantôme qui sorte, inexplicablement du sommet d'une montagne…

David Joy nous fait cadeau d'un roman puissant, avec un personnage qui nous ouvre son intimité, ses doutes, ses attentes. C'est un jeune avec une certaine destinée malléable, il est au seuil de son passage à l'âge adulte et de la voie qu'il est encore en mesure de choisir…La force de ce livre est là, dans cet éventail de possibilités. Son avenir se tient là dans ses lignes, entre nos mains…

Et regarder en arrière vous ralentit. Regarder en arrière vous empêche de voir clairement. Regarder en arrière peut signer votre arrêt de mort.p155

J'ai adoré cette lecture pour ce qu'elle nous emmène à réfléchir. Et je voulais juste dire que le final est juste MAGNIFIQUE. Un auteur à suivre, sans aucun doute, avec un talent déjà certain. Pour un premier roman, j'ai trouvé qu'il en connaissait déjà un rayon sur les âmes en perdition…

Je me disais que certaines âmes n'étaient pas dignes d'être sauvées. Il est des âmes auxquelles même le diable ne veut rien avoir affaire.p162

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
Zephyrine
17 mai 2017
Un roman très très sombre....Voilà une Amérique qui est bien loin de celle des séries américaines...
Jacob le sait dès son enfance, il n'a aucun avenir, mère accro à la meth, père à la tête d'un business de drogue. Il finira comme l'un ou comme l'autre. Mais cela n'est pas dans sa nature, il veut autre chose, et il le veut avec Maggie, qui vaut mieux que ça. Mais malgré tout ses efforts, Dieu ne semble pas exercer ses prières, et doucement l'auteur va nous faire suivre sa longue descente aux enfers...
Le personnage de Jacob inspire l'empathie, ses sentiments sont décrits avec finesse et justesse. La plume de l'auteur est percutante, dans sa description d'une Amérique sans avenir.
C'est un beau livre, à lire, mais comme je le disais il y a peu pour le livre Désolations de David Vann, il vaut peut-être mieux éviter quand on est déprimé....
Commenter  J’apprécie          190
encoredunoir
02 septembre 2016
Le roman noir « rural » est décidément à la mode et la production devient pléthorique avec, on s'en doute, à boire et à manger. Beaucoup de maisons d'éditions surfent sur la vague et l'on commence à voir apparaître un certain nombre de pâles copies de Ron Rash ou de Daniel Woodrell. Mais, au milieu de tout cela apparaissent encore parfois quelques pépites. C'est le cas avec Là où les lumières se perdent, de David Joy.
Rural noir ? La question peut d'ailleurs se poser. Car si l'on est dans les Appalaches, du côté de la Caroline du Nord, tout cela pourrait se passer un peu n'importe où, y compris, pourquoi pas, dans un quartier d'une métropole, et, en fin de compte, l'environnement naturel compte peu face au combat intérieur de Jacob McNeely, « héros » du livre, jeune homme de dix-huit ans vivant sous la coupe d'un père régnant en maître sur le trafic de drogue local. Jacob semble destiné à décevoir son géniteur : trop tendre, pas assez impliqué dans un trafic de drogue dont il ne peut que voir les effets sur sa mère accro à la meth, et amoureux de la belle et intelligente Maggie dont il espère qu'elle réussira à mettre les voiles de ce patelin pour réussir sa vie ailleurs.
Une exécution commandée par son père qui tourne au vinaigre, une bagarre dans une fête de lycéens où Jacob manque tuer un autre adolescent et le jeune homme, qui se sent déjà étouffé par son père et par la petite ville dans laquelle il vit, voit les rares portes de sortie se refermer devant lui.
C'est finalement une histoire vieille comme le monde que conte David Joy. Pour pouvoir vivre sa vie, pour gagner sa liberté, Jacob doit tuer le père. Et la façon dont l'étau se resserre sur lui ne lui laisse pas le choix. Il va falloir le faire vite et aucun retour ne sera possible. de toute manière, les tourments qui agitent Jacob, son besoin d'aider Maggie à partir – comme une fuite par procuration – rendent son départ impérieux, fusse les pieds devant.
Si les personnages qui s'agitent autour de Jacob, son père, la petite amie de ce dernier, ses hommes de main ou les policiers à se solde peuvent apparaître monolithiques voire caricaturaux, David Joy, par le biais de petits détails – la description d'une caravane, d'une fille endormie, quelques larmes – réussit à les rendre plus complexes qu'ils paraissent et, surtout, le personnage de Jacob, narrateur de l'histoire, est, lui, rendu dans toute son humanité, avec ses contradictions, ses lâchetés, son indécision et, finalement, sa détermination. Tout n'est sans doute pas parfait dans Là où les lumières se perdent, il y a des hauts, quelques bas, mais surtout de beaux moments de grâce. Et l'on se dit que si David Joy continue sur cette voie-là, ce sera un auteur à suivre très attentivement dans les prochaines années. En attendant on peut déjà lire ce premier roman, âpre, tragique et violent.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gruz
07 septembre 2016
Pour bien se rendre compte de la lumière, il faut de l'ombre. Au risque que la lumière se perde dans les profondeurs des ténèbres.

Caroline du nord, un trou perdu et des habitants qui le sont tout autant. A l'image de Charly, fils du dealer en chef local et d'une mère droguée, qui a baigné toute sa vie dans la violence. Un environnement où tout est corrompu, des flics jusqu'à l'âme même de l'endroit.

Là où les lumières se perdent est un roman noir typique d'une Amérique profonde qui a perdu le sens de ses valeurs. Un environnement qui assèche les sentiments ; désert d'humanité où pointe (peut être) une once de lumière.

Ne pas croire sa première impression de lecture, et les premières pages somme toute assez banales. La suite prend davantage aux tripes.

Ne pas croire aveuglément en la comparaison de la 4ème de couverture qui rapproche ce roman de Seul de silence de R.J. Ellory. Je cherche encore le rapport.

Mais, croire qu'il y a une échappatoire à ce long tunnel d'obscurité ?

A travers ce court roman et son écriture à la fois sèche et enlevée, David Joy nous parle d'un jeune homme qui (sans presque s'en apercevoir) tente d'échapper à ses chaînes virtuelles qui le lient à son passé et à sa filiation. Un roman sur le déterminisme et sur l'éventuelle possibilité de changer un destin tout tracé. Par l'amour, peut être…

L'histoire racontée par David Joy n'a rien de vraiment originale, tant de romans noirs du même genre ont déjà proposé ce genre d'ambiance de désolation autour d'un déferlement d'horreurs.

Me reste principalement de cette lecture, le sentiment lancinant d'avoir partagé au plus près une tranche de vie d'un jeune homme annoncé comme perdu dès sa naissance.

Me reste de ce roman le poids des événements et l'apprêté de sa narration qui pèsent sur mes épaules de lecteur, surtout après sa fin réussie.

Me reste l'impression d'avoir lu un bon mais trop court roman noir à l'américaine, même s'il m'a semblé en avoir lu de meilleurs dans le genre. Sentiment étrange et assez impalpable. Nombre d'autres lecteurs parlent de chef d'oeuvre, ce qui prouve indéniablement la qualité de ce texte.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
belette2911
09 octobre 2016
"Au loin, là où regardait l'Indien, le soleil se couchait sur l'éternité. Et c'était cette promesse d'éternité qui pouvait pousser un homme à faire le grand saut."

Appalaches, du côté de la Caroline du Nord, dans un trou perdu, non loin d'une ville…

Jacob McNeely, 18 ans, est le fils Charly McNeely, baron local de la drogue bleue, la cristal meth.

Son avenir à lui est déjà tout tracé, pas de boite privée, pas de science po, pas de ENA, pas de H.E.C…

Et dans le pire des cas, s'il ne travaille pas pour la boîte de papa, c'est dans la gueule qu'il s'en prendra.

Oui, l'avenir de Jacob semble tracé : fils d'une mère junkie accro à la meth et d'un père qui en vend, il sait que jamais il n'ira ailleurs que dans ces montagnes. Son avenir est inscrit dans ses gènes et son avenir est sans lumière.

Si on ne choisit pas ses parents ou sa famille, on peut choisir ses amies et Jacob a toujours eu des vues sur la jolie Maggie, son amie d'enfance, celle qui le comprend, celle qui pourrait être sa bouée de sauvetage, celle qui pourrait l'aider à sortir de toute cette merde dans laquelle il doit surnager.

Nous sommes dans un roman noir, un roman "rural noir" car il nous emporte dans l'Amérique profonde, dans une Amérique où règne la violence, dans une ville ou tout le monde est corrompu, surtout les flics qui mangent dans la main du père McNeely car il leur refile des biftons qui mettent du beurre dans leurs fins de mois (qui sont toujours dures).

Oui, ici, black is black, noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir. Élevé par un père dur et sans amour, cherchant toujours les rares fois où il a été fier de lui, Jacob sait que s'il ne fait rien, le milieu de bouffera, lui qui n'a pas l'étoffe de son père.

Mais comment faire pour se détacher de se père ? Freud aurait dit que couper le cordon n'était pas suffisant, il faut aussi tuer le père…

Ici, il y a de la violence, de la misère humaine dans le sens où Jacob a reçu peu d'amour ou de marques de tendresse de ses parents, pourtant, dans le fond, il les aime.

Ici, le sang coule, les hommes sont des brutes, des corrompus, ici, on règle ses comptes à coup de révolvers et on finit dans le lac avec un peu de malchance.

Ici, ce n'est pas mourir qui est difficile, c'est vivre ! Et il n'y a pas grand-monde pour chanter "Je veux vivre".

Mais si le sang a coulé abondamment, il y a eu aussi une vallée de larmes : celles de Jacob, celles de Maggie et les miennes.

Parce que oui, même si Jacob n'est pas un ange, même s'il est violent à certains moments, que c'est un buveur, un fumeur de Winston et de beuh, c'est aussi un garçon qui a manqué de tout, mais qui peut tout vous donner s'il vous aime.

Oui, j'ai aimé Jacob et le quitter en refermant le livre fut une torture, même si, dans le fond, il est toujours dans ma tête, ce gamin.

Un roman noir qui m'a pris aux tripes, qui est allé droit dans mon coeur, droit dans mon sternum, comme un coup de poing.

Un récit magnifique, une plume sans concession, des personnages attachants (Jacob, Maggie), le tout donnant un récit poignant, émouvant, humain, déchirant que tu termineras par un grand cri car, tel un loup, tu hurleras ta douleur à la fin du roman.

PS : les plus mélomanes auront reconnu le détournement des paroles de "Auteuil, Neuilly, Passy" des Inconnus, une phrase de "Né Quelque Part" de Maxime le Forestier et le titre d'une chanson de Faudel "Je veux vivre".

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Bazart
02 août 2017
de lumière il ensera beaucoup question dans ce livre de David Joy ( un nom pas forcément prédestiné tant le livre est irrigué d'une vraie tristesse), celle qui éclaire mais aussi celle vers laquelle Jacob voudrait aller alors que tout est si sombre dans sa vie.

Son père, homme violent, est à la tête d'un traffic de drogue et de corruption auquel il mêle son fils. Jacob assiste à une terrible execution d'un des employés de cette entreprise suspecté d'avoir parlé, et ce passage à tabac déchainera une série d'évènements tous aussi redoutables les uns que les autres.

L'amour qu'il partage avec Maggie, son amie de jeunesse, ne suffira à le sauver et Jacob s'enfonce dans l'obscurité.

Ce roman âpre et déchirant nous captive de bout en bout, on assiste aux efforts déespérés d'un jeune homme englué dans son destin et le dénouement, inattendu et cruel, nous laisse peu d'espoir sur son avenir. Ce livre fait partie de ceux que l'on n'oublie pas.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          130
JIMEDE
14 janvier 2017
Un sentiment mitigé après cette lecture de David Joy et cette plongée dans les Appalaches à la rencontre de Jacob Mc Neely et de son destin noir, très noir.

Forcément, quand on est né d'une mère totalement accro à la Meth et autres drogues dures, et d'un père baron local de tous les trafics d'alcools et de substances illicites, la route semble tracée.

Mais dans ce petit coin de Caroline du Nord, Jacob lutte depuis tout petit contre cette destinée qui ne lui correspond en rien et dans laquelle il ne se retrouve pas. Il aspire à un avenir avec la jolie Maggie, "trop belle pour toi" aurait dit Blier. Mais sa vie n'est que lutte. Avec les autres, avec son père, avec lui-même surtout, pour trouver un courage qui lui fait souvent défaut.

Là où les lumières se perdent est un petit fragment de la vie de Jacob, quelques jours où sa vie va basculer dans un enchaînement de violences, de meurtres et d'évolutions relationnelles qui vont changer sa destinée. Qui vont lui permettre d'abandonner son rôle de "spectateur de lui-même" pour devenir acteur de sa propre vie. Quel qu'en soit le prix...

Le livre est remarquable dans sa manière de nous plonger dans une ambiance sombre qui va crescendo, de parfaitement nous embarquer dans la complexité des rapports entre Jacob et ceux qui l'aiment, de nous intégrer dans les tourments de ce jeune paumé attachant.

Mais ce rythme qui monte en puissance tout au long du livre - pour un final époustouflant - est parfois fracassé par quelques longueurs et digressions qui nous font retomber dans l'intérêt de lecture, comme si Joy hésitait parfois entre deux styles. Alors qu'il excelle dans le noir...

À suivre avec son prochain opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
trust_me
06 octobre 2016
Rejeton d'un baron de la drogue, Jacob sait que son chemin est tout tracé. Mais contrairement à son père, Jacob n'est pas un gros dur violent et impitoyable. Contrairement à son père, il garde de l'affection pour sa mère camée jusqu'à l'os qui sombre peu à peu dans la folie. Contrairement à son père, il se verrait bien quitter ce trou paumé des Appalaches dont il n'est jamais sorti depuis sa naissance. Car contrairement à son père, Jacob éprouve des sentiments. Il s'imagine un avenir avec Maggie, cette copine d'enfance qui est devenue sa petite amie. Mais pour que cet avenir puisse se concrétiser, il va lui falloir couper le cordon. Et pour couper le cordon, pas d'autre solution que de tuer le père…

Là où les lumières se perdent, c'est l'histoire d'une impossible rédemption, l'histoire d'un drame inévitable. le poids de l'atavisme a ici tout de la malédiction. L'hérédité que voudrait fuir Jacob est une chape de plomb pesant trop lourd pour ses frêles épaules. S'en extraire nécessite des choix douloureux qu'il ne semble pas encore prêt à faire, sauf si, poussé par les circonstances et la rancoeur, il décide d'agir sans réfléchir.

Un premier roman sombre au titre on ne peut plus évocateur. le récit emmène le lecteur vers une tragédie à venir dont personne ne doute dès les premières pages. Une noirceur qui n'est pas sans rappeler des auteurs tels que Benjamin Whitmer, John Bassoff ou Jake Hickson. du polar « redneck » qui ne brille certes pas par son originalité mais reste diablement efficace. La fin, aussi prévisible que crépusculaire, m'a beaucoup plu.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre