AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782355847295
Éditeur : Sonatine (03/09/2020)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l'ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu'il braconne sur des terres voisines, il tue accidentellement un homme. Lorsqu'il réalise qu'il s'agit d'un membre du clan Brewer, connu dans cette région désolée des Appalaches pour sa violence et sa cruauté, il craint pour sa vie et celle de ses proches. Une seule personne peut l'aider : son meilleur ami, Calvin Hooper. Mais Dwayne Brewer, à la recherche d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  08 septembre 2020
Ce que j'ai ressenti:
Je m'accroche à la brillance de l'étoile montante David Joy. Il fait partie de mon ciel, de mon univers du Noir dans lequel j'adore me retrouver. Je me consume d'admiration à chaque nouveau roman. Je ne sais pas s'il y a Ce lien entre nous, mais chaque année, je me fais une joie de découvrir l'histoire qui me mènera sur des chemins brumeux, quelque part en pleine nature, où la violence et la beauté se rencontrent et font des étincelles. Les Appalaches ont quelque chose de fascinant, de vraiment fascinant et magique, et grâce à la plume intense de Joy, je saisis un peu de l'ambiance de ces lieux. Ces immensités donnent le vertige et ont une force d'attraction terrible: elles peuvent même faire trébucher les hommes, endurcir leur coeur, les mener sur des pistes animales, les faire prendre les chemins du désespoir…Les Appalaches sont aussi splendides que dangereuses, et avec cette histoire de vengeance, le cadre naturel prend encore plus d'espace et pesanteur. Jusqu'à saisir une certaine conscience…
Il avait toujours été dérouté par le fait qu'une telle cruauté puisse survivre au milieu de tant de beauté. Pourquoi avait-Il imposé au monde une telle souffrance?
C'est une histoire d'hommes, ni bon ni mauvais, mais qui prennent des décisions irréversibles. Rien n'est jamais évident dans ces choix, mais ça les fait dévier de leurs destinées de manière irrévocable. Alors, bien souvent il faut jouer avec de nouvelles règles que l'autre nous impose. Des balles perdues aux refuges cachés, de l'amour enfoui à la rage dévoilée, de la volatilité à la fumée, dans leurs quotidiens de misère rien ne sera jamais plus pareil, parce qu'on leur a enlevé leur essentiel. Mais jusqu'où peuvent-ils aller comme ça? Jusqu'à quel enfer vont-ils se confronter? Jusqu'à quel trou vont-ils se regarder? le face à face est inévitable, puisque chacun à y perdre…Je vous laisse découvrir ce roman noir tout à fait remarquable…
Il y avait de la magie dans ce monde.
J'ai adoré. Encore une fois, David Joy nous fait vibrer, nous emmène avec talent et sensibilité, au plus près de l'âme humaine, dans ce qu'elle a de pire et de meilleur aussi. Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me déchire le coeur, mais comme j'aime cette sensation aussi, profondément. Il nous dévoile la force et la fragilité des hommes, les merveilles de la nature et son éclatante beauté. Je ne me lasse pas de sa manière de nous raconter le monde quand il s'ouvre et se referme, je ne me remets jamais tout à fait de sa façon de nous mettre en lumière avec autant de poésie, le coeur brisé des hommes…Bref, je ne sais pas s'il y a Ce lien entre nous, mais je me fais une Joy, de lire ses romans…
Tout ce qu'il aimait s'était dissous dans ses bras, et le monde était désormais vide.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
belette2911
  24 avril 2020
Caroline du Nord, les Appalaches, une de mes destinations régulières en littérature.
La Nature est grande et belle, encore un peu, on verrait les petits papillons gambader gaiement dans ces paysages bucoliques…
On aurait même envie de chantonner ♫ promenons-nous dans les bois ♪ avant que le chasseur ne nous tire dessus…
Oublions le bucolique, nous sommes dans un roman de Davis Joy et jusqu'à présent, ce n'est pas son fond de commerce, les petits papillons.
Ses personnages traînent toujours derrière aux une vie de merde absolue, des pères alcoolos, des torgnoles reçues ou des coups de ceintures, le tout dans des cabanes qui ferait passer le moindre poulailler du fond de votre jardin pour une demeure de patron de Cac40.
Nous partons sur une histoire vieille comme le Monde : une vengeance… Darl Moody a confondu Carol Brewer avec un sanglier… Entraînant son pote Calvin avec lui dans cette merde, il lui demande un coup de main pour l'enterrer ni vu, ni connu…
Dwayne, le frangin de Carol l'a mauvaise et il va chercher les coupables de la disparition de son frère. Je vous le dis de suite, ça va chier ! Non, ça va saigner !
Des liens, il y en a partout dans ce roman : un lien fraternel entre Dwayne et son frère handicapé, Carol, qu'il a toujours protégé; un lien fraternel aussi entre Darl et Calvin, qui, sans être frère, sont potes depuis toujours. Un lien amoureux aussi, entre Calvin et Ange, sa copine. le tout tissant une trame épaisse qui donne au roman une atmosphère sordide, noire, lourde.
Vous qui lisez ce roman, gardez-vous de porter tout jugement sur l'un ou l'autre, car, malgré les apparences, je n'ai jamais réussi à en détester l'un plus que l'autre, à en cautionner un ou à en condamner un autre. Impossible. Chacun a ses motifs pour agir ainsi et même la scène la plus horrible a ses circonstances atténuantes.
Ailleurs, ça ne marcherait pas, mais dans les Appalaches, dans ces petits trous du cul paumés de l'Amérique, chez ces pauvres gens qui se sont battus toute leur vie pour quelques dollars, c'est presque normal. Ici, la loi ne s'applique pas !
L'action est présente, mais c'est le côté psychologique qui est le plus important et c'est pour lui que ce roman vaut la peine d'être découvert.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Waterlyly
  08 avril 2020
Caroline du Nord. Alors qu'il est en train de braconner dans une propriété où il ne devait pas se trouver, Darl tire et tue par erreur un homme. Lorsqu'il se rend compte que cet homme n'est autre que Carol, il est prit de panique. En effet, Darl connaît très bien son frère, Dwayne, ainsi que la violence dont il fait preuve. Il décidera de demander de l'aide à son meilleur ami Calvin pour cacher le corps. Il va alors s'ensuivre une chasse à l'homme sans précédent où la vengeance sera le mot d'ordre.
Quel roman pesant. L'auteur a un talent immense pour rendre toute noirceur possible à une intrigue qui est pourtant assez simple au départ. C'est la manière dont David va dérouler son scénario qui est impressionnante.
Le cadre choisi par l'auteur est vraiment judicieux. Cela ajoute indéniablement un supplément de noirceur. Ici, pas de grandes villes, pas de richesse. C'est presque un thriller d'ambiance. La pauvreté des personnages, ainsi que leur désoeuvrement va donner lieu à des situations noires.
Il ne faudra pas s'attendre à un thriller qui va à toute vitesse, bien au contraire. David Joy va se focaliser sur la psychologie de ses personnages et prendra le temps de bien camper son décor. Les descriptions immersives sont très présentes. L'auteur le fait à merveille, mais malgré tout, à certains moments, j'ai trouvé qu'il en usait peut-être un peu trop. C'est vraiment le seul bémol que je peux trouver à ce roman.
La plume de l'auteur est très belle. Comme je l'ai dit, elle est immersive et très visuelle. Les chapitres ne sont pas très longs, et cela se lit vraiment très bien.
Un thriller à lire pour son ambiance emplie de noirceur, sans s'attendre à de l'action, mais plutôt à une grande dimension psychologique. C'est une lecture peu ordinaire et qui ne peut laisser son lecteur indifférent. À découvrir.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Amnezik666
  14 avril 2020
Comme dans son précédent roman, le Poids du Monde, c'est dans un comté rural des Appalaches que David Joy situe son action. Si la nature tient une place importante dans le récit, n'espérez pas des descriptions de paysages bucoliques et enchanteurs… ici Dame Nature aurait plutôt tendance à compliquer la vie des hommes. On serait tenté de dire qu'elle agit en état de légitime défense tant les hommes en questions s'acharnent à la transformer (défigurer ?) afin qu'elle réponde au mieux à leurs intérêts économiques.
De nouveau David Joy met en scène des personnages qui ne sont pas nés avec une cuillère en argent dans la bouche. Des individus, tels Darl et Calvin, qui ont dû trimer (et triment encore) sang et eau pour essayer de s'en sortir. Quand ils n'ont pas, à l'image de Dwayne et Carol Brewer, eu à s'adapter à la violence qui les entourait, à affronter (chacun à sa façon, en baissant les yeux, ou en frappant le premier) les railleries et le mépris de leurs semblables.
Le titre ne saurait être mieux choisi tant les liens entre les personnages sont au coeur de l'intrigue. Qu'il s'agisse des liens du sang unissant les deux frères Brewer, un cadet que Dwayne s'était juré de protéger contre vents et marées. de l'amitié indéfectible unissant Darl et Calvin, une amitié qui poussera Calvin à couvrir ce qui aurait pu n'être qu'un tragique accident de chasse. de l'amour entre Calvin et sa copine, Angie, alors que cette dernière ne sait pas comment lui annoncer qu'elle est enceinte. de la rage omniprésente chez Dwayne, qui va se transformer en haine meurtrière contre ceux qui ont fait du mal à son frère, et, par extension, contre tous ceux qui se mettront à travers de son chemin.
Des personnages sur lesquels David Joy ne porte aucun jugement, et que le lecteur sera bien en peine de juger. Rien n'est tout blanc ou tout noir en ce bas monde, tout n'est que nuances de gris. L'auteur a un incroyable talent quand il s'agit de nous placer dans la peau de ses personnages, on en arrive même à comprendre (à défaut de la partager) la soif de revanche, de sang et de mort de Dwayne Brewer.
L'auteur annonce la couleur d'entrée de jeu en imposant le noir comme reading code, une noirceur à laquelle il ne renoncera quasiment jamais au fil de son récit, une noirceur qui ira crescendo, une noirceur glauque et poisseuse qui nous collera à la peau.
Une fois encore l'écriture de David Joy vous percute droit au coeur, une fois de plus son intrigue va vous passer les tripes au mixer… Et une fois de plus vous refermerez ce bouquin en pensant : « putain, quel talent il a ce mec ! ».
Un bouquin où tout est d'une incroyable justesse, un bouquin que vous aurez bien du mal à lâcher une fois qu'il vous aura happé dans son implacable mécanique, un bouquin qui vous laissera KO debout, mais que vous refermerez à regret.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
ya2meufs_qui_lisentetvoyagent
  07 septembre 2020
🌲HYMNE A LA JOY !🌲
Attention révélation ! David Joy, retenez bien son nom. Joy comme joie, forcément. C'était la première fois qu'on lisait cet Américain de 36 ans et on va le suivre à la trace car il dépeint l'Amérique des oubliés, des paumés, des mal barrés avec un putain de style, une langue puissante, vivante, animale mais aussi pétrie de tendresse et d'humanité.
Nous sommes dans le comté de Jackson, en Caroline du Nord, dans les Appalaches, ces forêts à la beauté sauvage, traversées par des cerfs, des sangliers, des opossums, des rivières scintillantes pas encore souillées par l'homme. Sans cette nature, dure mais généreuse, les humains crèveraient de faim car ce coin des États-Unis est miné par la crise, les habitants sont endettés jusqu'à la gueule, créchent dans des mobil-home ou survivent grâce au braconnage ou aux petits larcins. Bref, c'est le royaume de la démerde. Un soir, Darl Moody, en quête de gibier, tue accidentellement un homme et demande à son meilleur ami de l'aider à enterrer le corps. Mais le frère du défunt, une brute épaisse, violente et cruelle, est bien décidé à venger sa mort...
Il y a tout dans ce roman, une chasse à l'homme féroce, une tension dingue, une ode à la nature, des scènes où le sordide côtoie la poésie, de la noirceur et de l'espoir, des personnages abîmés, des losers magnifiques qui nous ont souvent émues aux larmes. Quand il décrit les Appalaches, David Joy sait de quoi il parle, le gars vit dans une maison de rondins, pêche et chasse en mode trappeur. Son thriller noir, âpre et lumineux, nous a totalement séduites. Ne passez pas à côté de ce petit chef-d'oeuvre !
Lien : http://dans-la-tete-des-peop..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   05 septembre 2020
Tout ce qu’il aimait s’était dissous dans ses bras, et le monde était désormais vide.
Commenter  J’apprécie          80
StelphiqueStelphique   05 septembre 2020
Il avait toujours été dérouté par le fait qu’une telle cruauté puisse survivre au milieu de tant de beauté. Pourquoi avait-Il imposé au monde une telle souffrance?
Commenter  J’apprécie          10
StelphiqueStelphique   05 septembre 2020
Il y avait de la magie dans ce monde.
Commenter  J’apprécie          10
Amnezik666Amnezik666   13 avril 2020
J’ai lu ce livre à bien des reprises et je crois autant que n’importe quel homme pieux de cette montagne qu’Il est là-haut en train de regarder tout ça. La différence, c’est que je sais une chose qu’ils ignorent. Je sais qu’Il a un sens de l’humour vraiment tordu. » Dwayne secoua la tête et sourit. « Selon moi, la seule chose qu’Il ait jamais réussie, la seule chose qu’Il ait faite de façon absolument parfaite, ce sont ces montagnes. Ces arbres. Ces ruisseaux. Ça, Il l’a réussi, expliqua Dwayne. Mais ensuite Il a créé l’homme. Il a créé un animal si idiot qu’il détruit le cadeau qui lui a été fait, et Lui reste assis là et Il regarde. Maintenant, dis-moi que c’est pas tordu comme sens de l’humour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ya2meufs_qui_lisentetvoyagentya2meufs_qui_lisentetvoyagent   02 juillet 2020
"Certains jurent qu'ils peuvent sentir la peur, mais qu'il s'agisse d'une véritable odeur ou de quelque chose de totalement différent n'a pas vraiment d'importance. Dwayne Brewer, pour sa part, pouvait sentir la faiblesse. C'était une sensation qui lui venait comme la chair de poule. Aussi naturelle. Aussi immédiate"
Commenter  J’apprécie          20

Videos de David Joy (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Joy
David Joy - Là où les lumières se perdent .À l'occasion de la 8ème édition du festival America, le festival de littératures et cultures d'Amérique du Nord, David Joy vous présente son ouvrage "Là où les lumières se perdent" aux éditions Sonatine et traduit en français par Fabrice Pointeau. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/170870/david-joy-la-ou-les-lumieres-se-perdent Notes de Musique : "TENNESEE HAYRIDE" by Jason Shaw - Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : roman noirVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1942 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..