AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756028738
Éditeur : Delcourt (05/09/2012)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 302 notes)
Résumé :
La vie reprend doucement son cours pour les habitants de la communauté. Mais le danger n'est jamais très loin... Morts et vivants rôdent. Lorsqu'Abraham et Michonne découvrent l'existence d'un homme avec de fortes aptitudes pour se battre et ne semblant pas éprouver la peur, les souvenirs du Gouverneur resurgissent. Rick et les siens voient leur confiance en l'humain une nouvelle fois mise à l'épreuve.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  22 mai 2013
Qu'il fait bon d'avoir sa dose de Walking Dead de temps en temps. L'accro que je suis remercie mon porte-monnaie d'avoir fait l'effort nécessaire pour cela !
Avec « Un Vaste Monde », il était sûrement important pour Robert Kirkman de faire changer la destinée de notre cher groupe de survivants pour viser une perspective plus large, une échelle plus complexe. En effet, on peut légitimement se dire qu'ils commencent à avoir tout affronté en termes de tensions individuelles, de relations personnelles, il va falloir à un moment donné changer d'échelle. Et c'est ce que nous avons dans ce tome-ci, car la petite communauté d'Alexandria reçoit un énième visiteur qui fait de belles promesses et lance de beaux espoirs dans la tête de nos chers personnages. Je ne dévoile pas davantage l'intrigue ici, car, je le rappelle si besoin, les gros spoilers dans les critiques, voire même les résumés complets, c'est vraiment honteux !
D'un point de vue plus technique, Charlie Adlard se fait bien plaisir dans sa mise en scène en multipliant les points de vue variables et surtout en s'appuyant toujours plus sur des grandes planches individuelles mettant en valeur l'expression d'un seul personnage. Cela sert la volonté de Robert Kirkman de toujours plus s'appuyer sur les relations interpersonnelles et les choix faits par chacun. Même s'il est le narrateur par excellence et que sans lui il n'y a pas de série, le personnage de Rick commence malgré tout à avoir du plomb dans l'aile, car ses réactions commencent à devenir caricaturales… à voir si cela se perpétue par la suite ou sera pleinement justifié par les auteurs.
Une très bonne montée en tension, donc, tout au long de ce tome et on devine que le dix-septième, s'il est bien mené, pourrait s'avérer plus que passionnant vu les promesses des dernières pages !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
garrytopper9
  17 novembre 2014
Déjà le tome 16 ! le temps passe vite quand on s'amuse. Enfin, là je parle des lecteurs, parce que les survivants, eux, s'amusent beaucoup moins.
Ici, Rick doit réorganiser la vie à Alexandria mais le scénariste décide d'ouvrir les horizons en introduisant tout un tas d'autres groupes semblables à celui de Rick, qui ont su s'organiser.
Et quoi de mieux pour amener cela qu'un nouveau personnage, très charismatique, répondant au nom de Jésus ?
Le monde s'ouvre et devient vaste et le scénariste parvient ainsi à renouveler son environnement. Voilà quelques tomes maintenant que l'on avait fait le tour d'Alexandria et la communauté de la Colline permet d'apporter un peu de nouveauté.
Une fois de plus, Kirkman montre qu'il ne tourne pas en rond en insufflant à chaque tome un nouveau souffle, une nouvelle direction à suivre, c'est un peu ce qui fait le succès de cette série.
J'ai bien aimé ce vaste monde qui s'ouvre à nous même si, du coup, les zombies disparaissent de cet album. Les relations sociales sont mises en avant et il est assez amusant de constater que la première chose que vont faire les survivants d'un carnage, c'est de réorganiser une sorte de commerce entre différentes communautés.
Kirkman continue ce qui semble être maintenant le but final de nos héros : reconstruire une mini société, avec divers camps, favorisant les échange commerciaux.
Du coté des dessins, Aldard nous offre des pages pleines, centré sur un personnage, ce qui offre une multitude de détails. J'ai l'impression qu'avec ce système, il est plus à l'aise, car le rendu est bien plus joli !
Bref, vous l'aurez compris, je ne me lasse pas de cette série !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Presence
  01 juillet 2017
Ce tome fait suite à Deuil et espoir (épisodes 85 à 90) qu'il faut avoir lu avant. Il comprend les épisodes 91 à 96, initialement parus en 2011/2012, écrits par Robert Kirkman, dessinés et encrés par Charlie Adlard, avec des nuances de gris apposées par Cliff Rathburn.
Eric, Glenn, Maggie, Aaron et un autre effectuent une maraude dans les alentours d'Alexandria pour récupérer ce qui peut encore l'être. Ils doivent se défendre contre une poignée de zombies, et constatent qu'il n'y a plus grand-chose à récolter. À Alexandria, Rick a réuni Abraham Ford, Michonne, Nicholas et Andrea pour expliquer comment il envisage l'avenir de la communauté. Les dernières boites de conserve fabriquées commencent à dater de 2 ans. La communauté doit absolument réussir à cultiver sa nourriture. Dans une pièce à côté, Carl et Sophia jouent ensemble et papotent. L'une demande si l'oeil de l'autre le fait souffrir, le premier évoque la mort des parents biologiques de Sophia. Après la réunion, Abraham Ford se rend devant la grille de la clôture pour jeter un coup d'oeil de l'autre côté, et échange quelques mots avec Holly. Andrea évoque sa solitude avec Rick Grimes.
Puis Rick Grimes va rendre visite à la docteure Denise Cloyd, pour faire le point sur l'approvisionnement de la pharmacie. le petit groupe étant partie pour récupérer des produits revient sur ces entrefaites. Eric rentre chez lui retrouver son chéri Aaron, avec la bouteille de whisky qu'il a dissimulée aux autres. Rick rentre chez lui et essaye de discuter avec son fils de sa blessure à l'oeil. La discussion s'avère frustrante. le lendemain, Abraham Ford et Michonne sortent à l'extérieur pour exterminer quelques zombies et vérifier que leur nombre n'a pas trop augmenté. Ils tombent nez à nez avec un individu seul, leur déclarant s'appeler Jésus (Paul Monroe). Il leur apprend qu'il vient de la part d'une communauté appelée Colonie Hilltop, et qu'il est en mesure de leur proposer de faire du troc.
En commençant ce seizième tome, le lecteur s'attend à observer comment Rick Grimes continue d'organiser la communauté d'Alexandria pour qu'elle devienne autosuffisante, et puisse vivre en autarcie, en recommençant à manger des légumes et des fruits frais (un miracle qu'aucun d'entre eux n'ait encore attrapé le scorbut). Il prend plaisir à voir Rick Grimes continuer dans la voie de la planification à moyen terme, de prendre l'avis des autres, même s'il ne s'agit que d'un cercle restreint, et de s'appuyer sur leur compétence. Comme Andrea, il s'interroge sur l'intégration si rapide de Nicholas au groupe des décideurs. L'état d'urgence étant toujours bien réel, il est normal que Rick reste le chef de la communauté du fait de ses capacités à en assurer la meilleure sécurité possible. Par contre, l'intégration de Nicholas renvoie à la parabole des ouvriers de la onzième heure, ainsi qu'à l'efficacité d'une revendication. Finalement, cet individu n'a fait que se plaindre de manière destructive et le voilà intronisé dans le cercle des décideurs. En fonction de sa sensibilité, le lecteur peut trouver cette décision injuste, ou bien y voir une fine manoeuvre pour éviter que Nicholas ne recommence manigancer dans le dos de Rick et de ses proches. Quoi qu'il en soit, ce choix est évidemment de nature politique, et il rappelle que tous les membres de la communauté ne pensent pas à l'identique.
Dans ce premier épisode, Carl Grimes continue à conserver une importance de premier plan. Dans le tome précédent, le lecteur avait éprouvé l'impression que le scénariste l'utilisait comme moyen de torturer mentalement son personnage principal. Il s'interroge sur le sens à donner à cette scène au cours de laquelle Rick essaye de se rapprocher de son fils, et ce dernier établit clairement son autonomie émotionnelle vis-à-vis de son père. Charlie Adlard réalise une scène dont il a le secret : la chambre est plongée dans le noir car ça se passe le soir, et les ombres mangent une bonne partie du visage des 2 personnages. Dans la première partie de cet épisode, ses dessins rendent compte de la banalité des éléments (les pavillons, le van utilisé par l'équipe de récupération, les vêtements fonctionnels), il réussit une très belle mise en scène pour Andrea quand elle s'adresse à son objet transitionnel, même s'il dramatise son langage corporel en exagérant ses mouvements.
Mais, comme l'indique le titre de ce tome, Robert Kirkman n'a aucune intention de s'en tenir à une intrigue plan-plan de reconstruction progressive d'une société agricole. Déjà la communauté d'Alexandria va se retrouver confrontée à un nouveau contact avec une autre communauté. Robert Kirkman a établi à plusieurs reprises que la prise de contact en elle-même constitue une phase décisive pour la suite, et aussi dangereuse que complexe. La prise de contact avec l'envoyé de la Colonie d'Hilltop ne déroge pas à la règle. Rick Grimes et les autres savent ce qu'ils ont à perdre. Ils n'ont aucune possibilité d'avoir une assurance sur ce qu'ils pourraient éventuellement gagner, ni sur la réalité de ce que raconte l'envoyé. Lors de sa première apparition, les dessins de Charlie Adlard montrent un individu aguerri et très compétent. Il neutralise facilement plusieurs personnes, sait se battre, et développe un argumentaire en béton. En face, les dessins montrent Rick Grimes en mode paranoïaque. Son visage est fermé et dur comme de la pierre, en disant long sur sa conviction qu'il s'agit d'une arnaque pour piller la communauté d'Alexandria. Les visages des autres autour de lui indiquent clairement qu'ils estiment que ses précautions sont disproportionnées par rapport au risque potentiel. Scénario et dessins sont en phase pour montrer en quoi la façon d'agir de Rick Grimes conduit à une impasse : Paul Monoroe ligoté sur une chaise et mis au secret dans une pièce sans fenêtre. le lecteur voit l'absurdité de la situation, tout en éprouvant de l'empathie pour Rick Grimes et en approuvant sa façon d'agir. Les précédentes rencontres avec d'autres groupes ont prouvé encore et encore que pour survivre tous les coups sont permis, à commencer par exterminer les autres.
Robert Kirkman se montre encore plus retords que d'habitude car Rick Grimes et les siens gardent l'avantage tout du long de cette prise de contact, et donc il leur appartient de décider du prochain coup, de conserver cet avantage tactique et d'en tirer profit. Toujours aussi sadique avec ses personnages, il les replace dans une situation impossible quand ils arrivent finalement devant cette autre communauté, fortifiée comme il se doit. À nouveau, il faut choisir que faire, que décider, en disposant de l'avantage du premier coup, mais pas de celui du choix du terrain ou du nombre. Cette situation permet au scénariste d'enfoncer le clou encore plus loin. Ça ne rate pas, l'un des membres de la troupe de Rick doit se défendre d'une agression d'un des membres de la nouvelle communauté, et ça se passe très, très mal. Charlie Adlard s'en donne à coeur joie dans la mise en scène réaliste de ce combat à l'arme blanche. Les 2 adversaires pataugent maladroitement dans la boue, s'en retrouvent maculés après avoir chuté. Une blessure au couteau provoque un épanchement de sang sur le visage de l'autre qui ne peut pas s'écarter à temps. le lecteur se retrouve presqu'à sourire devant tant de maladresse, devant un combat si malhabile. Dans le même temps, l'absence de d'exagération romantique dans cette représentation ajoute du crédit à son déroulement, et la rend d'autant plus pathétique et plausible.
Robert Kirkman appuie également là où ça fait mal avec la composition du groupe qui est dépêché pour aller vérifier les dires de Paul Monroe. Les membres de la communauté, ou plutôt Rick Grimes doit décider qui fait partie de l'expédition de reconnaissance, vers la colonie Hilltop. Sans présager de la suite, il est évident que diviser les forces de la zone Alexandria constitue une prise de risque non négligeable, et qu'il n'y a pas de tant de personnes que ça capables d'assumer les responsabilités assumées par Rick Grimes, et un ou deux autres. Comme souvent dans ce genre de phase narrative, Robert Kirkman utilise avec largesse les dialogues plus ou moins conflictuels entre 2 personnages. le lecteur s'est habitué aux gros plans de Charlie Adlard sur les visages des personnages, leur regards graves et pénétrés, leurs expressions plus ou moins nuancées, plus ou moins parlantes. le scénariste et le dessinateur estiment que lors d'une conversation, l'individu doit être concentré sur son interlocuteur, ne regarder plus que lui. Cela confère effectivement une forme d'intensité aux échanges verbaux, contraignant le lecteur à regarder celui qui parle en face. Ce choix narratif rappelle également que dans la vie réelle, la communication ne passe pas que par les mots ou par le langage corporel, mais également par une multitude signaux qui viennent renforcer ce qui est dit, ou au contraire le contredire, en tout cas apporter des nuances. le choix narratif des auteurs fait sens, mais en même temps il conforte le lecteur dans l'idée qu'ils restreignent sciemment leur champ de communication pour appuyer leurs effets.
Pourtant la lecture de ces épisodes ne donne pas une impression de pauvreté visuelle. Charlie Adlard reste impressionnant d'efficacité dans sa narration visuelle. Il maîtrise la forme des tâches noires irrégulières pour rendre compte de tout un tas de chose. Il en fait un usage plus raisonné, évitant de noircir ses cases à tire-larigot, pour leur donner plus de poids. Il se sert de ces zones noircies pour rendre compte de la luminosité, et d'une certaine manière des ombres portées (plus ou moins exactes d'un point de vue géométrique). Il laisse également un peu de marge à Cliff Rathburn pour qu'il accentue discrètement les effets lumineux sur les surfaces, en ajoutant un peu de relief, en faisant varier le niveau de gris. de séquence en séquence, le lecteur se rend compte de l'impressionnante dextérité avec laquelle le dessinateur rend compte de différentes textures. Il y a les plis dans les vêtements qui sont de forme différente en fonction de la nature du tissu. Il y a ces quelques traits secs sur le col du blouson de Rick Grimes, qui donnent l'impression de pouvoirs en toucher les poils synthétiques. Il y a la tension du pantalon de Paul Monroe, alors qu'il se tient débout les jambes un peu écartées pour observer la communauté d'Alexandria aux jumelles.
Dans le dernier tiers du tome, il pleut dru sur la région. Avec les images le lecteur croirait entendre les gouttes s'écraser sur le capot de la voiture, et légèrement rebondir. Il voit leur impact sur le pare-brise, là aussi lui évoquant le regard dans le vague qu'on peut avoir en voiture en regardant la pluie frapper les carreaux. Quelques pages plus loin les personnages doivent descendre de voiture et patauger dans la boue pour pousser leur véhicule. le lecteur se rend compte qu'il peut voir la viscosité de la boue comme s'il pataugeait lui aussi dedans. Lorsqu'il se remet à pleuvoir, la pluie aplatit les chevelures en train de prendre l'humidité de manière naturelle. Les dessins de Charlie Adlard présentent une dimension tactile très convaincante.
En prenant un peu de recul, le lecteur prend aussi conscience de la manière dont les dessins l'emmènent dans les environnements où se trouvent les personnages. Il a pris l'habitude de déambuler dans les rues de la zone Alexandria, s'y sentant en sécurité, comme les autres personnages. Il effectue avec eux le tour du périmètre de la zone, à l'extérieur, appréciant l'efficacité du cordon de protection qui a été dressé avec des carcasses de voiture pour empêcher un nouveau déferlement d'une horde de zombies. Il tourne la tête dans tous les sens comme les personnages pour essayer de détecter le signe d'une présence hostile aux abords de la palissade de protection de la zone. Toujours avec eux, il ouvre grands les yeux pour observer tous les détails dans la colonie Hilltop. Derrière une apparence parfois grossière, les dessins immergent bel et bien le lecteur dans ce monde aux côtés des personnages. Un autre exemple très étonnant de cette familiarité avec l'environnement se trouve dans les zombies eux-mêmes. Comme les protagonistes, le lecteur ne fait plus trop attention à eux. Ils font partie du décor, et il suffit d'un coup d'oeil pour jauger de leur distance, et leur flanquer un coup dans le crâne pour les stopper. Mais s'il recommence à y prêter attention, le lecteur se rend compte que ces zombies sont plus grotesques qu'effrayants, des baudruches répugnantes, peu inquiétantes.
Cependant comme d'habitude, l'attention du lecteur est plus accaparée par l'intrigue que par les qualités de la narration visuelle. Il se trouve pris au dépourvu en voyant que Robert Kirkman ouvre son récit vers une direction aussi évidente qu'inattendue. En plus des thèmes habituels (planifier la survie, établir un mode de gouvernance adapté à l'urgence, continuer à vivre malgré tout), le scénariste passe à un palier supérieur. Il ne s'agit plus de savoir s'il est possible d'intégrer une poignée de survivants de plus, ou de s'intégrer à une communauté déjà existante. Il s'agit de repenser la coexistence d'au moins 2 communautés, le commerce, d'envisager une forme d'interdépendance. le lecteur éprouve comme une bouffée d'air frais devant l'ouverture de la thématique de la survie, tout en sachant pertinemment que cela s'accomplira dans la douleur et la souffrance, sans parler de la mort de compagnons de route.
Encore une fois, Robert Kirkman & Charlie Adlard transportent le lecteur dans ce monde post apocalyptique, avec une simplicité aussi déroutante qu'efficace. Une fois de plus, ils évoquent les questions de survie présente depuis le premier tome, mais toujours en y apportant un point de vue supplémentaire, à défaut d'être entièrement neuf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
boudicca
  24 mai 2013
Seizième volume de la série à succès « Walking dead », « Un vaste monde » se révèle sans réelle surprise aussi réussi et addictif que les précédents volumes. Comme depuis un moment déjà les scènes d'action ou d'horreur ont tendance à se faire un peu plus rares, sans pour autant que l'intérêt des lecteurs pour les comics ne décroisse. Il faut bien l'avouer, si vous êtes vous aussi rendus à ce stade de l'histoire, c'est que vous êtes devenus, comme moi, complètement accro aux aventures de Rick, Andréa, Glenn et les autres. On retrouve sans grande surprise ici tous les éléments qui ont fait le succès de la série : du suspens, des personnages complexes et attachants, des morts-vivants... Comme souvent, Kirkman nous fait miroiter l'espoir de jours meilleurs, ici avec l'existence d'une vaste communauté ayant parvenu à recréer davantage qu'un semblant de civilisation, tout en mettant nos nerfs à rude épreuve. S'agirait-il d'un mirage? le pari vaut-il la peine d'être prit? Et surtout, en ces temps troublés, peut-on faire confiance si aisément à des étrangers dont on ne sait rien?
L'action se fait ici assez limitée et on constate au final peu d'évolution dans les relations entre les personnages. Ce seizième volume nous offre essentiellement des scènes de la vie « quotidienne »: réunion au sommet organisée par Rick, moment d'intimité entre Carl et Sophia ou encore Rick et Andrea, défrichage de zombies dans les environs... La routine, donc. Cela dit, au bout de maintenant seize tomes en version française, on commence un peu à connaître Robert Kirkman qui nous a prouvé plus d'une fois par le passé qu'il adorait par dessus tout surprendre ses lecteurs. Cette faible lueur d'espoir qui brille au loin depuis maintenant deux ou trois tomes serait-elle encore un leurre? Ce « Vaste monde » serait-il le calme qui précède la tempête? Les indices disséminés par-ci par là par l'auteur ne sont en tout cas guère rassurants et font craindre aux lecteurs pour la vie de certains membres du groupe qui n'ont plus subi de véritable grosse perte depuis maintenant un moment.
Ne reste plus qu'à se plonger dans le dix-septième volume de la série pour le découvrir (volume contenant le centième numéro de la version américaine originale), et son titre, « Terrifiant », n'augure rien de particulièrement bon pour nos survivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Amindara
  29 décembre 2016
ATTENTION, cette critique contient des spoilers pour ceux qui n'en seraient pas rendus à ce stade.
Qu'est-ce que je disais ? le calme avant la tempête… et bah on la voit pointer le bout de son nez. Mais juste un petit peu. Ce tome-ci la fait arriver, tout doucement, il joue avec nos nerfs, il nous met du suspens.
Rick et les autres sont en sécurité dans leur quartier. Ils se sont débarrassés de la horde qui pressait leurs murs quelques tomes plus tôt permettant à Rick de se rendre compte qu'en fait, l'union fait la force (c'est presque bizarre qu'il ne s'en soit pas rendu compte plus tôt d'ailleurs…). Carl s'est réveillé et même s'il a quelques trous de mémoire, il va bien. Les autres aussi. du moins aussi bien que possible. Tout va bien donc.
Mais rapidement, un nouveau personnage fait son apparition. Et autant dire ce qui est, après tout ce qu'on a vu, il ne nous inspire absolument pas confiance. A Rick non plus d'ailleurs. Vous me direz, c'est normal. le truc avec ce type, c'est qu'il a l'air lourdement armé. Et les auteurs sont doués en ce sens qu'ils nous le présentent comme hostile dès le départ. C'est vrai quoi, il est là, et il surveille le groupe de Rick à distance comme ça. Donc forcément, on pense directement à un méchant. Mais finalement, Jésus (parce que c'est son nom), s'avère plutôt digne de confiance. Et il révèle à Rick et aux siens l'existence de la Colline, une autre communauté, bien plus grande que celle de Rick, qui voudrait vivre en coopération avec celle de Rick, comme ils le font déjà avec deux ou trois autres communautés alentours. Alors Rick et les siens ne sont pas les seuls à vivre de manière « pacifique » dans la région ? On l'aurait presque oublié.
Et la tempête dans tout cela ? Attendez deux minutes, j'y viens. Avec la découverte de ce nouveau groupe de gentils, Rick apprend également autre chose de beaucoup moins sympa. Il existe dans le coin un autre groupe, carrément plus hostile, mené par un dénommé Negan, qui se fait appelé « les sauveurs ». Dit comme ça, ils passeraient presque pour des gentils. Sauf qu'ils ne le sont pas. En fait, ils se ramènent, là, comme ça, ils prennent la moitié des réserves de bouffe de ceux qui font partie de leur réseau (autrement dit La Colline et d'autres groupes qu'on ne connait pas encore), et si cette moitié ne leur suffit pas ? Ils n'hésitent pas à utiliser la violence. de vrais méchants donc. Vous la voyez venir la tempête ? Et notre Rick, épris de justice comme il est, à votre avis, que va-t-il décider ?
Alors, je ne sais pas si vous pensez comme moi, mais on commence à se dire que pour une fois, Rick devrait laisser couler. Je veux dire, son groupe à lui n'est pas menacé. Negan et les sauveurs ne savent probablement même pas qu'ils existent. Aller à sa poursuite, c'est aller au devant des ennuis. On ne sait pas de quoi Negan est capable mais qu'est-ce qu'il se passerait si c'était un nouveau gouverneur ? Sauf que bon, Rick a de bonnes raisons de s'en mêler, et à vrai dire, on le comprend. La Colline possède des vivres, et Rick n'en a plus. Offrir à la Colline de les débarrasser de Negan serait leur moyen de payer la nourriture qu'ils recevraient en échange. Ca se tient. Mais bon, quand même, moi, tout ça, ça ne m'inspire rien qui vaille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
SciFiUniverse   06 décembre 2019
Un Vaste monde s'apprécie sans doute mieux à la lumière des épisodes qui le suivent tant les situations qu'il présente vont être démenties par la suite, pour la plus grande douleur des personnages principaux. Ça n'en reste pas moins un très bon volume de transition qui ouvre de nouvelles perspectives.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
BulledEncre   25 mars 2014
Un tome qui a soulagé les fans. Ça repart au quart de tours !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   10 octobre 2012
Tout le sel de ce comics créé par Robert Kirkman repose sur la profondeur psychologique des personnages et de leur relation.[…] Enfin, les grandes questions de société ne sont pas en reste. […] Walking Dead achève de nous convaincre et a définitivement sa place dans nos bibliothèques !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   19 juillet 2012
Kirkman arrive à nous surprendre encore et encore. Il arrive à maintenir le suspense durant tout le long de ces pages. Il nous montre toujours les aléas de la condition humaine.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   22 mai 2013
On est en sécurité derrière ces murs, mais on a perdu de vue ce qu’il y a de l’autre côté… un vaste monde. Regardez-le… tout autour de nous. Il attend qu’on en fasse à nouveau partie. Il faut juste qu’on ait le courage de l’accepter.

Commenter  J’apprécie          180
garrytopper9garrytopper9   17 novembre 2014
Le coupable dort dans sa cellule quand l’innocent grimpe aux barreaux.
Commenter  J’apprécie          230
goodgarngoodgarn   11 septembre 2012
-ça va tout changer,vous saisissez ? on va pouvoir arrêter de survivre...
...et commencer à vivre.
Commenter  J’apprécie          70
DexteretteDexterette   29 septembre 2012
Je vois un monde sans rôdeurs... Un monde où les enfants jouent dans les champs... Un monde où on n'a plus de raison d'avoir peur.
Commenter  J’apprécie          20
PartheniaParthenia   20 janvier 2015
Rick : Elle veille sur nous. On va rester dans sa ligne de mire. Elle pourra couvrir notre retraite s'ils nous attaquent. Faites attention.
Abe : Donc on se fait tirer dessus, et après, nos gars sauront qu'ils sont cuits. C'est le plan ? T'es un chef de merde, Rick.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Robert Kirkman (63) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman
Masterclass Robert Kirkman
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robert Kirkman

Quel futur dessinateur de comics et un de ses premiers collaborateurs a-t-il rencontré dès le lycée ?

Brian Michael Bendis
Charlie Adlard
Michael Avon Oeming
Tony Moore

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Robert KirkmanCréer un quiz sur ce livre
.. ..