AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Zariel (Autre)
EAN : 9782376864905
450 pages
Editions ActuSF (19/08/2022)
3.97/5   58 notes
Résumé :
Shinya est l'onmyoji impérial. Maniant l'illusion et la divination, il est le garant de l'équilibre entre le monde des humains et celui des esprits, à la fois protecteur, juge et bourreau. Quand la fiancée de l'empereur est victime d'une étrange malédiction, c'est à lui de mener l'enquête. Shinya se lance sur les traces du coupable, mais celles-ci semblent conduire tout droit vers un lieu de son propre passé, qu'il pensait oublié...
D'où vient la longévité ex... >Voir plus
Que lire après L'héritage de l'esprit-roiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 58 notes
5
8 avis
4
10 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis
Japon 1335
Un magicien chargé de faire respecter la loi impériale va enquêter au royaume des esprits afin de trouver le responsable de l'empoisonnement de la fiancée de l'empereur.

Après un début en demi-teinte, le roman s'est finalement révélé une bonne lecture.
On suit un magicien dans un Japon féodal.
Le système des clans et la vie guerrière sont très bien représentés.
L'autrice nous emmène au royaume des esprits et c'est cette partie de l'histoire que j'ai préférée. Elle m'a d'ailleurs rappelée la lecture de la Famille de l'Hiver et le Roi-Fée de Elisabeth Ebory.
L'autrice décrit le royaume des esprits comme un lieu de refuge pour les désincarnés, lesquels vivent sous la protection d'un mystérieux roi.
J'ai apprécié en particulier la description de la vie du protagoniste dans cet univers et le chemin qu'il a du parcourir pour y survivre.
C'est bien écrit. Les drames et les péripéties sont nombreux.
Le début ne m'a pas emballée car le protagoniste était représenté comme un magicien invincible et peu d'explications étaient données sur ses fonctions et ses capacités. Pendant un moment, je me suis demandé si je n'allais pas assister à un warrior-opera où toutes les intrigues allaient être résolues par un abracadabra en japonais.
La suite du récit est plus travaillée dans les nuances et l'intrigue prend vraiment forme.
Une bonne lecture mais pas un coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          200
Apparue sur la scène de l'imaginaire français avec son recueil de nouvelles fantastiques « Les neiges de l'éternel » en 2015, Claire Krust revient avec un nouveau roman fortement inspiré lui aussi de la culture japonaise. L'ouvrage met en scène Shinya, un homme occupant la prestigieuse fonction d'onmyoji impérial, traquant sur tout le territoire les esprits susceptibles de s'en prendre aux humains et de menacer le fragile équilibre régnant entre leurs deux mondes. Peu intégré à la cour où il s'est fait de redoutables ennemis, notre héros se voit confier la mission de retrouver l'esprit à l'origine d'une malédiction lancée sur la fiancée de l'Empereur. Or l'onmyoji croit reconnaître, à défaut de l'instigateur, au moins la provenance du sort : une cité perdue dans une forêt lointaine et dans laquelle des centaines d'esprits se sont réunis, à l'insu des humains, pour y vivre seuls et libres. Un lieu dangereux, d'autant plus pour les simples mortels, et où notre homme va devoir se rendre aux côtés de compagnons de route qui pourraient bien à tout moment se retourner contre lui. Parmi eux Sayo, grande magicienne à qui le poste d'onmyoji aurait du revenir et qui couve une grande rancune à l'égard de Shinya, mais aussi Moroyo et Aï, deux esprits capturés par le héros et qu'il maintient captif dans son esprit afin de profiter de la puissance qu'ils ont à offrir. le roman se focalise sur le point de vue de l'un de ces esprits, celui d'une jeune femme nouvellement intégrée à Shinya et qui doit donc se familiariser peu à peu, de la même manière que le lecteur, à son nouveau cadre et ses limites. le récit est entrecoupé de longs chapitres sous forme de flash-back dans lesquels nous découvrons le passé de l'onmyoji, de son enfance à son entrée au service de l'empereur en passant par ses années passées en compagnie des esprits de la ville de l'esprit-roi. Quelques chapitres permettent de temps à autres de décentrer l'histoire du protagoniste en donnant le point de vue d'un personnage mineur, mais ils sont relativement peu nombreux et ont davantage pour objectif de faire avancer l'intrigue que de mettre en avant d'autres acteurs.

L'histoire mise en scène par Claire Krust n'est pas particulièrement dense mais elle est efficace et prend rapidement une direction inattendue. Les scènes se déroulant dans le passé et permettant de mieux cerner la personnalité de Shinya sont aussi intéressantes que celles du présent et permettent de lever progressivement le voile sur les interrogations qu'on pouvait avoir concernant la ville de l'esprit-roi. Celle-ci ne manque d'ailleurs pas d'éveiller la curiosité, et c'est avec plaisir que l'on se familiarise non seulement avec les spécificités qui régissent la vie des esprits mais aussi avec les esprits eux-mêmes : leur apparence parfois étonnante, leur puissance, leur histoire… le roman ne manque donc pas d'action ni de surprises, mais le récit reste avant tout intimiste et accorde beaucoup d'importance aux relations tissées entre les personnages. le problème, c'est que ces relations manquent de profondeur, si bien que, aussi plaisante que soit l'histoire, l'implication émotionnelle du lecteur reste limitée. Les grands drames aussi bien que les retrouvailles ne suscitent ainsi que peu de réactions, et cette distance affective amoindrit peu à peu l'intérêt que l'on porte au récit. Les particularités de la culture ou du folklore japonais exploitées ici remplissent néanmoins leur rôle et permettent d'instaurer une ambiance qui, elle, est à même de relancer régulièrement la curiosité du lecteur. J'ai pour ma part été assez sensible à la volonté de l'autrice d'aborder la question de la condition féminine dans son univers et de mettre en scène une proportion égale de personnages masculins et féminins, qu'ils soit esprits ou humains. Cet aspect est très présent au début du roman, avec une insistance sur l'importance de donner naissance à un héritier ou sur les violences dont certaines peuvent être victimes dans l'intimité du foyer, mais ces questionnements disparaissent à mesure que l'action prend le pas sur l'exposition de l'univers. de même, on peut regretter que l'ébauche de réflexion concernant les difficultés du personnage à se construire avec des stéréotypes du genre qui le mettent mal à l'aise soit si rapidement abandonnée.

« L'héritage de l'esprit-roi » est un roman agréable à lire qui met en scène un univers inspiré de la culture japonaise et raconte la difficile cohabitation entre le monde des humains et celui des esprits. Les personnages manquent cependant de profondeur, ce qui donne à l'ensemble un côté un peu simpliste et limite l'implication émotionnelle du lecteur.
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
Commenter  J’apprécie          90
Merci aux éditions ActuSF pour l'envoi de l'héritage de l'esprit-roi, le dernier roman de Claire Krust. J'avais très envie de me plonger dans ce livre qui se centre sur les esprits du folklore japonais. J'avais aussi hâte de retrouver la plume pleine de sensibilité de l'autrice. Je salue également la belle couverture faite par Zariel.

Claire Krust reprend des croyances anciennes du Japon. Les esprits sont présents partout, sous la forme de créatures étranges, d'animaux ou même à l'apparence humaine. Ils sont chassés par des exorcistes chargés de garder l'équilibre entre humains et êtres mystiques appelés onmyoji. Shinya, le personnage principal est certes l'onmyoji royal mais il ne partage pas l'idée que les yokais doivent être dominés et systématiquement éliminés. Ainsi, l'histoire du livre se concentre aussi bien sur une enquête que la nécessité de trouver un nouvel équilibre pour humains et esprits. Cela ne semble pas très original à première vue, mais l'autrice fait défiler un ensemble de personnages attachants et bien écrits.

Shinya est le premier et j'ai beaucoup apprécié sa personnalité, mesurée et humble malgré son talent avéré. Son histoire est révélée au fil du roman et construit un personnage complexe, aux motivations de prime abord floues mais qui gagnent en justesse avec le temps. Il est accompagné de plusieurs esprits, des shikigamis à son service, qui ne manquent pas de personnalité. Moryo, un esprit-loup fougueux et avide de vengeance. Mais aussi Aï, un esprit à l'existence dramatique, à la fois puissante et rendue très fragile par son impossibilité à enfanter. Ils sont accompagnés d'une onmyoji humaine aussi déterminée qu'ambitieuse. J'ai beaucoup aimé la ville des esprits, qui rappelle les films Ghibli.

L'histoire est très fluide et menée de manière agréable. On suit les pérégrinations de Shinya avec plaisir. L'autrice joue avec les flashback pour nous montrer le passé du personnage principal, ce qui permet d'apporter de la diversité à son écriture et à ses scènes. En outre, l'histoire ne manque pas d'émotions, puisque les drames qui se jouent sont nombreux. Les esprits deviennent de dangereux démons à cause d'une étrange maladie. J'ai également beaucoup apprécié mes aspects mystiques, comme la maladie de la promise de l'Empereur. Les malédictions apportent une dimension nouvelle aux enquêtes.

L'écriture de Claire Krust est limpide. Sa simplicité donne une forme de pureté aux événements et aux motivations des personnages. le style peut paraître simple, mais l'autrice parvient à imprimer une forme de poésie dans la simplicité. On se concentre sur les événements, les relations qui lient les personnages. Car le centre est de l'histoire est aussi le poids du passé. La façon dont nos choix nous emmènent dans des lieux insoupçonnés et changent complètement notre destin. On retrouve cette notion dans le conflit qui oppose les humains et les esprits. Comment construire une société en sécurité malgré les combats qui ont eu lieu ?

Claire Krust propose un texte joliment travaillé. Son style simple et épuré met très bien en avant les croyances du Japon, dans lequel les esprits sont présents dans le monde des humains. Elle met très bien en scène les conflits entre humains et yokai, cristallisés par les onmyojis, chargés de garder l'équilibre. Mais un équilibre en faveur de qui ? Les personnages, humains comme esprits, sont bien campés, notamment Shinya. le choix de mettre en place des flashback permet d'apporter de la profondeur et du rythme.
Lien : https://lageekosophe.com/202..
Commenter  J’apprécie          91


Enquêter sur une malédiction

Avec son nouveau roman, Claire Krust nous offre une ribambelle d'esprits en tout genre ! Dans cet univers japonais, le folklore prend vie : démons, fantômes et autres existent bel et bien, ils côtoient les humains. Toutefois, l'équilibre entre ces deux mondes doit être maintenu, c'est la raison d'être des onmyojis. Ainsi l'on suit Shinya, l'onmyoji impérial, personnage énigmatique et secret, qui change son apparence et porte une étrange marque au front qui apparaît de temps à autre.

Alors qu'il est appelé pour guérir la fiancée de l'empereur, il fait appel, pour l'assister, à Sayo, à qui aurait dû revenir le titre d'onmyoji impérial. Elle est persuadée que c'est à cause de Shinya que sa grand-mère est décédée, et cherche à le prouver. le sortilège qui a atteint la fiancée de l'empereur se révèle une malédiction puissante, lancée par un esprit. S'ils ne parviennent à l'identifier, Shinya entraperçoit le lieu où elle a été lancée. Une forêt.

Les deux onmyojis font alors équipe pour enquêter et retrouver l'esprit qui a lancé la malédiction, car il doit être puni. Ils sont accompagnés de leurs Shikigamis, « esprits domestiques ». Moryo, un loup arrogant, et Aï, une jeune femme dont se servaient des humains, sont au service de Shinya.

La ville de esprits

Comme à son habitude, Shinya n'est pas causant, aussi, ses compagnons prennent leur mal en patience durant le trajet. Les voilà qui abordent l'orée d'une forêt. L'onmyoji impérial les conduit à une frontière, là ils pénètrent dans le monde des esprits ; des masques cachent l'identité humaine des deux onmyojis. D'étranges lanternes animées finissent par apparaître, et bientôt, ils aperçoivent la ville. La ville des esprits.

À l'instar du Voyage de Chihiro, cette ville s'apparente grandement aux versions humaines, mais à l'architecture parfois impossible, très haute. Bien entendu, ici il n'y a que des esprits, des onis (ogres), des kitsune (renards) : toute la représentation possible des yōkai (démons japonais).

Ce qui est intéressant de noter, c'est que d'ordinaire, c'est-à-dire dans le monde humain, les différents esprits cohabitent ici, malgré la puissance et la bestialité de certains. Mais tout comme son reflet mortel, la ville montre des stratifications sociales : les Premiers (les plus vieux et donc puissants esprits) dans leur vaste propriété, la classe moyenne (artisans, commerces) et les clandestins.

Comment un tel univers est-il né ? Il s'agit de l'esprit-roi qui l'a créé, pour abriter les esprits car ils ne peuvent vivre auprès des humains, ces derniers les chassent en faisant appel à des exorcistes, les empêchent de rester dans leur lieu de vie humain. Si ce projet ressemble à une utopie, malheureusement l'esprit-roi a disparu depuis des siècles, et bien que tous attendent son retour, les inégalités et injustices se creusent dans sa ville. Les gardes en viennent même à tuer des clandestins.

Le passé refait surface

Alors que nos compagnons s'installent en ville pour enquêter, l'on comprend que Shinya a vécu ici, autrefois, dans une autre vie. Tout comme dans Les Neiges de l'Éternel, Claire Krust a mis en place un récit non linéaire. Car si Shinya ne se raconte pas, Aï entre dans ses souvenirs, ainsi, le récit est entrecoupé de plusieurs parties conséquentes de la vie de Shinya avant qu'il ne devienne onmyoji impérial. Je dois dire que ces passages m'ont le plus plu, ils sont le véritable fil du rouge du roman, le lien reliant le monde des humains à celui des esprits.

Le retour de l'esprit-roi

Shinya fait des efforts pour ne pas se laisser gouverner par son passé et la mélancolie et les colères qu'il contient, pour mener à bien sa mission, maintenir l'équilibre. Pourtant, plus nous avançons, et plus ce terme d'équilibre vacille. L'injustice ressort dans les deux univers, humain comme celui des esprits. le passé que Shinya pense révolu existe toujours, bien que dans un premier temps il va fermer les yeux dessus, se réfugiant dans le rôle de l'onmyoji.

Lorsque l'enquête qu'il mène avec Sayo percute de plein fouet la sécurité de la ville de l'esprit-roi et, par extension, le monde des hommes. En effet, une étrange maladie pousse à la folie les esprits qui tuent alors leurs semblables, se métamorphosant en êtres ignobles pourvus de tentacules et imprégnés d'un miasme noir.

Alors que le passé de Shinya le rattrape, l'on murmure le retour de l'esprit-roi. Mais alors pourquoi accuse-t-on de traîtrise Hinode, la gardienne de la frontière, amie de l'esprit-roi ?

Traits et couleurs

Voilà les grandes lignes du nouveau roman de Claire Krust. Magie, folklore japonais vivant, malédiction, enquête et passé, le tout en un récit non linéaire. L'autrice nous propose comme de coutume un style épuré, toutefois, je pense qu'elle aurait ici gagner à donner des détails supplémentaires quant aux descriptions et aux personnages : par exemple, le tableau de la ville grouillante d'esprits manque de traits et de couleurs à mon goût. Par ailleurs, côté détails, Moryo est bizarrement absent durant une bonne partie de l'intrigue, et la question quant au cerisier de la famille de Soya, évoquée plusieurs fois dans le récit, n'a pas été résolue.

Malgré tout, passons sur ces détails : j'ai beaucoup apprécié cette lecture, notamment tout ce qui a trait aux esprits, à l'esprit-roi (un dragon !), au passé de Shinya, plus intéressant au final que l'enquête qui le conduit de nouveau dans la ville de l'esprit-roi. La résolution est magistrale ! Tous les éléments s'imbriquent pour assembler le puzzle final et terminer sur des couleurs plus apaisées, amicales.

En bref : avec son nouveau roman, Claire Krust nous offre un récit non linéaire, entre Princesse Mononoké et le Voyage de Chihiro. Magie, folklore japonais vivant, malédiction, enquête et passé s'imbriquent sous le style épuré de l'autrice qui, bien que manquant d'un peu de profondeur et de couleur, offre de bons moments de lecture. L'Héritage de l'esprit-roi nous offre une ribambelle d'esprits en tout genre ! Alors vous aussi, venez découvrir la ville de l'esprit-roi, mais n'oubliez pas votre masque, au risque d'être dévoré.e…
Lien : http://maude-elyther.over-bl..
Commenter  J’apprécie          00
C'est un roman original qui change de la fantasy à laquelle je suis habituée. Certes, le cadre est médiéval avec des seigneurs, des combats entre clans, des histoires de classe, etc., mais ici, point d'elfes, d'ogres ou de nains. Kami, yokai (kitsune, oni, tengu…), fantômes… impossible de nier l'impression de plonger dans des estampes et dans les films d'Hayao Myazaki, le voyage de Chihiro et Princesse Mononoke en tête, à travers la prolifération d'esprits et de physionomies ainsi qu'une étrange maladie qui transforme ces derniers en véritables monstres. Ainsi, en dépit d'un univers jamais rencontré en fantasy pour ma part, je n'ai eu aucune difficulté à visualiser les scènes, à faire naître des images des mots de Claire Krust.
L'univers est globalement bien développé, notamment la ville de l'esprit-roi – où se passe la majeure partie de l'histoire – avec les rêves qui lui ont donné naissance, son architecture et ses boutiques, mais aussi ses défaillances et ses abus. le système de magie, utilisant des gestes, des mots et des écritures (tatouages, sceaux…), est intéressant, mais je regrette qu'il n'ait pas été davantage approfondi. On se représente comment ça marche, mais le tout reste flou, comme réservé à celles et ceux qui maîtrise la magie.

De la même manière que l'on voyage entre le monde matériel et spirituel, la construction oscille entre temps présent et flashbacks tandis qu'un esprit lié à Shinya – un shikigami – épluche les souvenirs de son maître. Une construction classique mais efficace qui permet de découvrir progressivement les secrets du puissant magicien. le puzzle se met en place avec une grande fluidité et on ne regrette jamais de quitter une époque pour une autre, signe que Claire Krust a su me passionner avec toutes ses histoires parallèles.
J'ai apprécié la plume, belle et poétique, imagée et tranquille. L'autrice prend son temps pour poser les relations entre les protagonistes, les développer, les laisser mener leurs enquêtes et découvrir leur voie. Au-delà de l'intrigue autour de la malédiction, ce sont surtout les sentiments qui animent les personnages qui sont au coeur du récit. Portées par le devoir, la haine, l'amitié, la culpabilité, la rancune, les souvenirs et les histoires passées, leurs interactions sont riches et jamais figées. Cependant, tous et toutes semblent à la fois réunis et séparés par la solitude qui les anime pour différentes raisons et leur parcours en viendra à interroger la notion d'équilibre, tant prônée par les onmyojis (sa pertinence, sa justesse en dépit de la partialité de tout un chacun, son coût, ses justifications...). Il y a donc un soupçon de mélancolie qui n'était pas pour me déplaire, soutenue par certains épisodes tragiques du récit.

Ce n'est pas tout à fait un coup de coeur, peut-être m'a-t-il manqué un petit peu de force émotionnelle, mais c'était une très bonne lecture avec un univers intéressant qui a vécu dans mon esprit tout au long de ma lecture et une ambiance très réussie.
Lien : https://oursebibliophile.wor..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Nombre de parents souhaitent avoir un enfant à leur image, et pourtant, ils n'ont aucun contrôle sur sa personnalité future, et sont déçus lorsqu'elle ne correspond pas à leurs attentes. Mais un fils n'est pas là pour contenter son père. Une fois qu'il est venu au monde et a grandi, il lui échappe, s'affirme, et devient une entité indépendante. Il faut accepter que l'être à qui on a donné la vie ne nous ressemblera peut-être pas.
Commenter  J’apprécie          40
Aujourd’hui, elle savait de quoi étaient faits les dieux et avait bien conscience de leur vanité. Combien d’entre eux écoutaient seulement la voix des humains et s’employaient réellement à protéger leurs récoltes, leurs villages et leur progéniture ? Combien de mortels suppliaient sans savoir que leurs kami avaient été chassés par un autre, qui se goinfrait de leurs offrandes en se moquant d’eux, sans jamais exaucer le moindre de leur vœu ? Pourtant les fidèles croyaient encore. Il fallait bien croire pour affronter le quotidien et les pertes.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : japonVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (179) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2482 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..