AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Rose-Marie Makino-Fayolle (Traducteur)
EAN : 9782714443526
396 pages
Belfond (04/01/2007)
4.04/5   1657 notes
Résumé :
Dans un avion, une chanson ramène Watanabe à ses souvenirs. Son amour de lycée pour Naoko, hantée comme lui par le suicide de leur ami, Kizuki. Puis sa rencontre avec une jeune fille, Midori, qui combat ses démons en affrontant la vie. Hommage aux amours enfuies, le premier roman culte d'Haruki Murakami fait resurgir la violence et la poésie de l'adolescence.

Œuvre d'une ampleur exceptionnelle, placée sous le parrainage de Salinger et Fitzgerald, La B... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (207) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 1657 notes

latina
  18 mars 2017
Va-t-il être possible pour moi de rendre compte de l'ambiance de ce roman génial d'un de mes écrivains- fétiches ?
Ambiance quotidienne qui tout doucement vire à la noirceur, alors que tout à l'extérieur parait lisse.
Ambiance bon enfant qui lentement glisse vers le désespoir.
Murakami n'a pas son pareil pour me faire adhérer à sa réalité. Avec naïveté (enfin, c'est ce qu'il nous fait croire !), sans tralala, il place ses personnages : jeunes étudiants en première année de l'université, ils se croisent et se tendent l'un vers l'autre.
Watanabe, le narrateur, est un garçon sans histoire. Il est cartésien, pas très sociable, mais sans a priori, gentil. Son ami Kizuki aime qu'il l'accompagne alors qu'il sort avec sa copine Naoko.
Et puis un jour...Kizuki se suicide. Watanabe continuera à voir Naoko, qui adopte un comportement pour le moins bizarre. Entretemps, il rencontre Midori, une jeune fille assez excentrique. L'amour, l'amitié, la folie, la solitude, tout va se mêler.
Et peu à peu, je me suis sentie impliquée, une curieuse résonance s'est installée en moi.
Tout doucement. Insidieusement.
Murakami sait comment agir avec ses lecteurs, en tout cas avec moi. Il me prend dans ses rets, d'abord lâches, parce que je ne me méfie pas quand j'assiste à des gestes banals de la vie, puis lentement, il resserre les liens, et quand je me dis que finalement, ce roman n'est pas si spécial...ça y est, je suis piégée, je n'arrive plus à m'en détacher. Je me surprends à penser : « Quelle analyse tellement vraie, tellement juste ! C'est vraiment ça, l'âme humaine ! » . Et plus j'avance, plus j'approche de la fin, plus j'ai le sentiment que Murakami a atteint mes pensées les plus intimes pour les retranscrire.
Les dernières pages m'ont troublée et emportée à la fois.
Avec cette « ballade de l'impossible », j'affirme tout simplement ceci : Murakami, je l'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10630
Guylaine
  09 juin 2013
Comme il est difficile de parler d'un livre qu'on a vraiment aimé...
L'histoire commence dans un avion en partance pour l'Allemagne, le personnage principal, Watanabe, y entend une chanson des Beatles : Norwegian Woods, qui le trouble terriblement, et qui l'entraîne des années en arrière, alors qu'il n'a que 19 ans.
C'est l'époque où il a perdu son meilleur ami, Kizuki, et où il s'est rapproché de la petite amie de celui-ci, Naoko, afin de surmonter ce choc, de s'épauler face à l'innaceptable.
Dans le même temps, il rencontrera également Midori, une jeune femme originale, un peu fofolle et pleine de vie.
Les frontières entre l'amitié et l'amour ne sont pas toujours bien nettes, même si Watanabe essaie d'être fidèle à ce qu'il s'est promis, il entend les désirs de l'une, attend que l'autre guerrisse. C'est un homme de coeur, fidèle et doux.
Si vous ajoutez à tout ceci, la lente écriture de Murakami, son style poétique, aussi délicat qu'une fleur de cerisier, vous comprendrez pourquoi j'ai autant aimé ce livre.
Je voudrais tout de même ajouter qu'il y a quelques scènes sensuelles, voire un peu plus, qui pourraient choquer les plus jeunes.
Enfin, je tiens à remercier manU17, la petite grenouille verte, pour ce cadeau ! :-D
Norwegian Woods :
http://youtu.be/¤££¤13Watanabe20¤££¤
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          878
Ladybirdy
  01 juillet 2019
Malgré les critiques élogieuses qui parsèment le site, j'avoue à contre coeur être littéralement passée à côté de ce premier Murakami.
La ballade de l'impossible, c'est l'histoire d'un jeune universitaire Wanatabe dans ses premiers pas dans l'amour, l'amitié. Des histoires impossibles avec la maladie en toile de fond comme pour Naoko, dépressive et avec la solitude aussi.
Wanatabe est amoureux de la copine de son ami. Ce dernier se suicide et Naoko se retrouve libre mais peut-on aimer quand les racines du malheur sont si profondes?
Wanatabe attendra et comme il lui a promis, n'oubliera pas Naoko.
Je m'attendais à ouvrir ce livre sur des pages où poésie et psychologie auraient tissé un jardin asiatique comme je les aime, malgré de beaux passages, des réflexions pertinentes, je me suis ennuyée dans cette ballade de l'impossible. Parce que l'auteur semble donné le ton et la lumière aux détails insignifiants comme manger un concombre, la taille de la jupe de Mirodi,... et ne s'attarde pas vraiment sur les sentiments de ses personnages. Je ne me suis attachée à aucun d'eux que j'ai tous trouvés insipides et déprimants à souhait. Sans compter les beaucoup trop nombreux passages sur le sexe décrits platement sans finesse, ni sensualité. Je me suis arrêtée à cent pages de la fin quand une fois de plus l'auteur nous sert du sexe à gauche et à droite. Je ne saurai donc pas si Wanatabe et son amie Mirodi se rendront visionner un film porno et ma foi, je m'en balance quelque peu.
Ce que je garderai en mémoire de ce roman, c'est cette lumière extraordinaire dans une petite librairie belge à Huy, un silence chantant, une odeur de livres m'émoustillant les narines et surtout oui surtout les yeux pétillants de mon amie Cécile qui parlait de ce livre avec mille étoiles dans ses yeux. Je lis souvent des billets où j'entraperçois vos petits yeux briller mais écouter quelqu'un parler d'un livre qu'il a aimé, c'est une farandole d'étoiles qui viennent danser à vos pieds.
A vos étoiles !
À mes prochaines !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7913
le_Bison
  03 janvier 2014
Un air des Beatles, « Norvegian Woods », mais une forêt japonaise où les cryptomerias s'élèvent au-delà des nuages. Ou presque. Là-bas, cette jeune fille qui y vit reclus. Une institution de santé. Jeunesse déprimée, petit ami suicidé. Watanabe se souvient par cet air pop de son adolescence, cet amour de jeunesse, Naoko et cet ami Kizuki qui a mis fin à ses jours.
Watanabe, fidèle compagnon, fidèle amant. Patience de cet amour impossible. Un nouvel amour, une nouvelle jeune fille, Midori. Non, impossible. La ballade dans les forêts reculées, promenade onirique qui sent bon la sève et l'amour. Déambulation urbaine, à la recherche de l'amour, ou de l'amitié. Un choix à faire. L'honnêteté comme point d'ancrage dans son univers. Alors que la société avance sans cesse, dans cette fin de décennie sixties, lui préfère s'arrêter. Non pas de vivre, ni même pour mourir, mais pour respirer. Et réfléchir. Quelques masturbations, il a le temps, il attend.
Un roman riche en émotions, en plaisir, en sensualité. Il parle de l'amour, de la mort, de l'amitié et de la maladie mentale, de la sexualité et de solitude. Accompagné ou seul, les ballades de Watanabe construisent une histoire d'adolescence, une musique s'écoule sur le chemin, jazz et bop, une âme s'élève.
Les cryptomerias forment une allée comme un long tunnel où les rayons de soleil sont filtrés par les feuillages touffus de cette ligne végétale. Quoiqu'il en soit, il faut avancer, pour voir ce qu'il y a de l'autre côté de l'horizon, là où la lumière s'affiche et l'ombre disparaît derrière soi. Un peu comme se faire sa légende, en respectant ses principes. Quelques sacrifices, secondaires, et à l'extrémité, l'amour et l'amitié, la sincérité et peut-être même le bonheur. Même si cette allée peut paraître longue et interminable. Principe même du tunnel où l'on ne sait jamais à l'avance quand la lumière reviendra illuminer notre route. Bref, ce roman de Murakami fut d'un bonheur complet, ce genre de sentiment qui te donne envie de partir en forêt, et de t'allonger nu sur les feuilles et la mousse, avec une musique dans la tête et relire quelques passages enivrants de cette balade. Impossible ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          684
Winter-
  27 octobre 2019
C'est par ce livre que j'ai décidé de rencontrer Haruki Murakami dont j'avais tant entendu parler. Cette rencontre fut inoubliable. Nous suivons une très belle histoire d'amour et d'amitié narrée avec retenue et pudeur. Rien n'est exprimé avec violence, ni le sexe ni les sentiments et pourtant la mort par suicide est omniprésente. le héros narrateur, s'il est marqué à vie par la disparition brutale d'êtres chers, continue à vivre mais nous ne savons pas comment. L'auteur si pointilleux dans ses descriptions concernant les actions, les attitudes, la tenue vestimentaire de ses héros... que ça en devient parfois longuet, reste muet sur le devenir de son héros. Par contre les descriptions de paysage sont plus rares et assez peu lyriques. Ainsi, Haruki Murakami vous emporte dans un monde plein de sensibilité, de nostalgie et d'humour. le héros va découvrir la complexité et la force des histoires d'amours croisées sur un fond musical composé par les Beatles. La description du japon des années 60-70 est éblouissante. le tempo du roman fait de sa lecture un véritable régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          641


critiques presse (2)
LaProvence   21 janvier 2022
Haruki Murakami relève avec brio l'exercice de narrer une histoire somme toutes banale, sans jamais ennuyer le lecteur. On veut toujours en savoir plus sur le cheminement de Watanabe, ses pensées, ses rencontres avec des personnages étranges avec un caractère bien trempé, qui vivent leur vie de jeunes adultes dans la capitale. Un roman reposant.
Lire la critique sur le site : LaProvence
LaCroix   15 juillet 2019
Une histoire d’amour douce-amère, enfiévrée, hantée par la mort, poétique… et sexy !
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (230) Voir plus Ajouter une citation
anhjanhj   05 mai 2022
Les gens d'ici connaissent bien les étoiles et me disent où se trouvent la Vierge ou le Sagittaire. Sans doute s'y sont-ils intéressés bien malgré eux, car, une fois la nuit tombée, il n'y a rien d'autre à faire par ici. Et pour la même raison, ils connaissent très bien les oiseaux, les fleurs et les insectes. Quand je parle avec eux, je comprends à quel point je suis ignorante, et c'est un sentiment très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
anhjanhj   05 mai 2022
- Tu sais ce que j'aime le plus dans les cinémas qui passent des films pornos ?
- Je n'en ai pas la moindre idée.
- Eh bien, quand il y a des scènes de sexe, on entend les gens tout autour avaler bruyamment leur salive, me dit-elle. J'aime beaucoup ce bruit de déglutition. C'est charmant.
Commenter  J’apprécie          00
AsteriosAsterios   22 octobre 2018
-Mais je veux savoir, moi. C'est de la pure curiosité. Dis, quand vous vous masturbez, vous pensez à une fille déterminée?
- Oui. Pour moi en tout cas, c'est comme ça. Mais je ne sais pas très bien comment font les autres, lui répondis-je, renonçant à lui tenir tête.
- Tu l'as déjà fit en pensant à moi? Réponds-moi franchement, je ne me mettrai pas en colère.
- Non, pour être franc, lui répondis-je honnêtement.
- Pourquoi, je ne te plais pas?
- Ce n'est pas cela. Tu as beaucoup de charme, tu es jolie et tu t'habilles de façon provocante qui te vas bien.
- Alors pourquoi est-ce que tu ne penses pas à moi?
- D'abord, parce que je te considère comme une amie et que je ne veux pas te mêler à ce genre de choses. Enfin, à ce genre de fantasmes. Et puis...
- Il existe quelqu'un d'autre à qui penser....
- Oui, en quelque sorte.
- Même pour ça, tu es très bien élevé, n'est ce pas? C'est ce que j'aime en toi. Mais tu ne veux pas me laisser la vedette au moins une fois? Dans tes fantasmes et tes pensées impures? J'aimerai bien y jouer un rôle. Je t'en prie, puisque nous sommes amis. Tu conviendras comme moi que je ne peux pas demander ça à quelqu'un d'autre. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut demander à n'importe qui. Si je m'adresse à toi c'est justement parce que je sais que tu es mon ami. Je voudrais que tu me dises après comment ça c'est passé. Et ce que tu as fait par exemple.
Je soupirai.
Mais il ne faut pas passer à l'acte. Parce que nous sommes amis, tu comprends? On peut penser et faire tout ce que l'ont veut du moment qu'on ne passe pas à l'acte.
- Tu crois? J'ai rarement eu à subir de telles contraintes, tu sais.
- Tu veux bien y réfléchir?
- Oui
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
AsteriosAsterios   23 octobre 2018
-En voyageant toute seule, je n'ai cessé de penser à toi dit-elle. Je me disais que se serait bien si tu avais été à mes côtés.
-Pourquoi?
-Pourquoi fit-elle en me jetant un coup d’œil comme si elle était en présence du néant. Pourquoi, mais qu'est ce que tu veux dire pas là?
- Ce que je te demande, c'est pourquoi tu as pensé à moi?
- C'est certainement parce que je t'aime. Tu vois une autre raison? Tu crois que j'ai envie d'être avec quelqu'un d'inconnu que je n'aimerais pas particulièrement?
- Mais enfin tu as un ami, alors tu n'as pas besoin de penser à moi, lui dis-je en buvant lentement mon whisky-soda.
-Parce que je n'ai pas le droit de penser à toi si j'ai un ami?
- Non ce n'est pas ce que j'ai voulu dire...
- Tu sais Watanabe, commença t'elle en pointant son index vers moi, je te préviens, cela fait un mois que ça dure, et ça commence à bien faire. Alors arrêtes de me faire des réflexions bêtes et méchantes. Ou alors je vais finir par me mettre à pleurer, et quand je m'y met, je pleure toute la nuit. Cela ne te ferait rien? Tu sais je pleure comme une bête, sans me soucier des gens qui sont autours. Je t'assure!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
AsteriosAsterios   21 octobre 2018
(...) - je cherche seulement à réaliser un simple caprice. Un pur caprice. Par exemple, je te dis comme ça que j'ai envie d'une tarte aux fraises, alors tu laisses tout tomber pour courir la chercher. Tu reviens essoufflé et tu me la donnes en disant: "Tiens, Midori, voici ta tarte aux fraises", et moi je la jette par la fenêtre en disant: "j'en veux plus !" C'est ça que j'attends.
- Il me semble que cela n'a pas grand-chose à voir avec l'amour, lui dis-je, légèrement étonné.
- Mais si, seulement tu ne le sais pas, me dit-elle. Il y a des jours où c'est très important pour les filles.
- De jeter une tarte aux fraises par la fenêtre?
- Oui. Et j'aimerai bien que le garçon me dise alors: "j'ai compris Midori. Excuse moi. J'aurai dû deviner que tu n'avais plus envie de tarte aux fraises. je suis aussi idiot et insensible qu'une bourrique. Pour me faire pardonner je vais aller t'acheter autre chose. Qu'est ce que tu veux? Une mousse au chocolat, un gâteau au fromage blanc?
- Et qu'est ce que cela donnera?
- Je l'aimerai
- Cela semble plutôt absurde.
- Mais pour moi c'est cela l'amour. Personne ne veut comprendre.... (Midori secoua légèrement la tête sur mon épaule.) Pour certaines personnes , l'amour commence par des choses insignifiantes ou sans importance. Si cela ne passe pas par là, ce n'est pas la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Haruki Murakami (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Haruki Murakami
Vidéo de Haruki Murakami
autres livres classés : suicideVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura