AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Indécence manifeste (22)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
alainmartinez
  26 juillet 2016
Depuis la sortie du film « Imitation Game » du réalisateur Morten Tyldun en 2014 tout le monde connait Alan Turing. Véritable héros de la Seconde Guerre Mondiale, Turing et son équipe ont réussi à décrypter les communications secrètes de l'état-major allemand, grâce à une machine mise au point par Alan. Obligé de tenir secret son rôle et ses travaux durant cette période, il aura fallu attendre 2009 pour qu'un Premier ministre Anglais présente ses excuses pour la manière dont Turing fut traité.
Roman ? Polar historique ? Biographie ? « Indécence Manifeste » de David Lagercrantz est un peu tout cela.
Le 7 juin 1954, Alan Turing est retrouvé mort sur son lit, à coté de lui une pomme croquée empoisonnée au cyanure. L'explication d'un suicide semble satisfaire tout le monde. Leonard Corell, jeune inspecteur chargé de l'enquête, ressent la nécessité d'investiguer plus à fond sur sa mort. Il reconstitue sa vie et découvre que Turing était homosexuel, ce qui était interdit à l'époque, et a été condamné à la castration chimique. En interrogeant son entourage, ses amis, ses collègues, il fait le portrait d'un homme seul, renfermé qui a du mal à se faire comprendre. Il découvre que Alan Turing était un génie en mathématiques et qu'il a joué un rôle essentiel - et très secret - pour les services secrets durant la guerre en fabriquant une machine qui permettait de casser les codes allemands. En reconstituant le mystère qui entoure Alan, c'est sur sa propre vie que Corell s'interroge.
Ce roman sans action ou suspense où se côtoient des personnages réels (Alan Turng, Robin Gandy, Ludwig Wittgenstein) et fictifs (Leonard Corell) arrive à nous captiver. Très bien documenté, il nous plonge dans les années 50, ces années d'après-guerre et aussi de guerre froide. La peur du communisme. L'intolérance. L'homophobie. David Lagercrantz met en lumière l'injustice qu'a subie Turing. Un bel hommage a cet homme considéré comme l'un des pères de l'informatique et de l'ordinateur. Un très bon roman historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Lampyre
  27 septembre 2017
J'ai trouvé ce roman un peu déroutant au début , sachant que je m'attendais à une enquête policière .
Au final , sur les pas de l'inspecteur Leonard Corell , on enquête sur la personnalité d'Alan Turing , célèbre mathématicien sans lequel l'issue de la seconde guerre mondiale aurait pu être toute autre et que l'on retrouve mort en 1954 à son domicile , suite à ce qui semble être un suicide .
Au fur et à mesure du récit , s'affine également le portrait de Léonard Corell , à travers ses certitudes , ses doutes et ses interrogations au sujet de cette mort . Avec lui , le lecteur se plonge dans l'histoire de ce mathématicien , du cryptage /décryptage , de la machine Enigma , de l'espionnage et du sort fait aux homosexuels dans l'Angleterre des années cinquante.
Ce livre m'a donné envie de relire "Enigma" de Robert Harris , lu il y a déjà longtemps .
J'ai vraiment aimé la manière dont cette histoire , "prenante", est menée.
Commenter  J’apprécie          120
mdhennin
  27 avril 2016
Indécence manifeste est un roman sympathique qui dépeint avec un réalisme social plutôt bien vu la vie d'Alan Turing. Si l'atmosphère puritaine et hostile aux homosexuels et aux communistes de l'Angleterre d'après-guerre est bien décrite, le roman pèche par son ambition. En effet, construit comme un polar, on nous laisse miroiter une révélation spectaculaire qui, au fil de l'enquête, s'avère décevante, parce que déjà connue, pour peu que l'on connaisse déjà un peu la vie et l'oeuvre d'Alan Turing. Paradoxe, me direz-vous ? Sans doute, mais alors c'est une mise en abîme réussie car tout tourne justement autour des paradoxes (le paradoxe du menteur) et de ses conséquences dans l'informatique actuelle...
Commenter  J’apprécie          110
sweetie
  19 juin 2019
À la suite du visionnement du film le jeu de l'imitation, j'ai voulu en savoir un peu plus sur Alan Turing et j'ai opté pour le roman dont le titre, Indécence manifeste, réfère au Code pénal britannique datant de 1885.
David Lagercrantz tente de cerner la personnalité de Turing dans ce polar historique. Au lendemain de la mort de Turing à à son domicile en juin 1954, un jeune inspecteur, Leonard Corell, est dépêché sur les lieux en vue d'une investigation approfondie. Au fil de ses recherches et au long des entretiens avec d'ex-collègues et des proches du mathématicien, Corell se sent de plus en plus impliqué et en vient à outrepasser son mandat.
La lecture d'un tel roman, à notre XXIe siècle branché, ouvert et planétaire, est une expérience fascinante et déroutante. En pleine guerre froide, espionné par les services secrets britanniques, harcelé pour son orientation sexuelle dont on craignait une potentielle faiblesse humaine, Turing n'a pas bien vécu l'après-guerre, lui qui avait réussi à décrypter la machine allemande Enigma, réduisant par cet exploit la durée du conflit. « Il demeurait la fragile araignée au centre de la toile, sur lequel on lançait sans arrêt des regards vigilants. »
J'ai beaucoup apprécié la construction du roman ainsi que l'écriture de David Lagercrantz; ses personnages sont crédibles, conséquents avec leurs actes et amènent une dimension terre-à-terre au génie d'Alan Turing, figure centrale du récit.
Turing, lui-même qualifié de « code inviolable », « fasciné par l'imitation de l'humain » dont le « grand rêve était de mécaniser la pensée, pour ainsi dire de matérialiser la logique. » J'aurais aimé qu'il vive plus longtemps…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ISK
  23 avril 2016
Quel drôle de roman.
À ne pas savoir par où commencer. Ce titre que j'ai du mal à qualifier de polar est une énorme surprise, et des meilleures.
Polar, sans doute, puisqu'après tout il débute sur une mort mystérieuse et met en scène un inspecteur de police de Wilmslow qui ne se satisfait pas de l'évidence du suicide du mathématicien homosexuel Alan Turing dans les années 50. Un drôle de roman historique de ce Suédois qui raconte comme un Russe une histoire bien anglaise…
Surprise donc, d'abord par cet éclatement des genres et des tons. Parce que si les ficelles du polar sont bien là, le traitement que lui réserve Lagercrantz est très intellectuel et transcende le genre. Amateurs de frissons et d'action s'abstenir, il s'agit d'un ouvrage hautement littéraire, polymorphe et contemplatif, qui réfléchit plus qu'il n'avance –et quelle réflexion : mathématiques, philosophie, théorie littéraire, communisme, intelligence artificielle, poésie, l'ouvrage survole paradoxes scientifiques et remises en cause morales et académiques sur fond d'espionnage et d'évolution des moeurs sociales et sexuelles post-Seconde Guerre Mondiale, sans lourdeurs mais avec finesse.
Surprise également par la qualité de l'écriture et de la narration, avec une langue ciselée, précise, et des personnages très nuancés. Deux figures majeures, le mort et le vivant, le personnage historique et le personnage de roman, le premier qui se dessine petit à petit, fantasque, imprudent, génial, le second étonnamment humain dans sa petitesse, ses failles, sa vanité, sa faiblesse, pas de héros, pas d'antihéros non plus, tous deux tour à tour attendrissants, agaçants, pathétiques ou furieusement antipathiques. Des personnages secondaires qui ne manquent pas non plus de substance, jamais bâclés ni convenus.
Surprise enfin par la cohérence entre la forme et le fond du roman, et par les mille petits échos et clins d'oeil littéraires qui le parsèment, par sa pudeur et son intelligence, et par cet auteur que je découvre et qui ne prend le lecteur de polar ni pour un imbécile ni pour un paresseux. La fin toutefois, même si satisfaisante, est à mon sens un peu « facile », et un peu expédiée après la montée en puissance et l'exigence du reste du roman. Mais elle ne gâche rien, et "boucle la boucle" si l'on a été attentif aux premières pages de cet ovni...
Bref, il y aurait beaucoup à dire de ce polar littéraire comme on aimerait en dénicher plus souvent. Lisez-le.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
bidule62
  18 novembre 2016
Biographie qui prend la forme d'une enquête policière et qui permet de découvrir le mathématicien anglais, Alan Turing, génial scientifique, briseur du code Enigma des nazis, homosexuel, ostracisé et mené au suicide.
La forme (roman policier) est assez surprenante, mais au fond prenante. Les analyses scientifiques, pas toujours simples à suivre mais sont intéressantes. J'ai apprécié ce roman biographique.
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson
  14 mai 2018
Ce livre nous parle d'un temps où l'homosexualité était un délit répréhensible,
Ce lìvre nous parle d'un temps où le communisme était un délit répréhensible,
Ce livre nous parle d'une époque où ces deux faits étaient largement condamnés.
Ce livre nous parle d'une époque où si on était marginal, on etait homosexuel et, ou communiste, la remise en cause des valeurs traditionnelles de la société se devait d'être catégorique.
Ce livre fait partie de notre histoire pas si lointaine que ça.
Si par hasard vous allez consulter ce que nous raconte Wikipedia sur Alan Turing, vous vous apercevrez vite que "indécence manifeste" est une biographie plus ou moins romancée de sa vie.
Je dis romancée car il faut bien boucher les trous de la vie exceptionnelle d'un homme exceptionnel. Sa vie était une longue énumération de chiffre qu'il a manipulé pour son plus grand plaisir.
Alors ne nous fions pas à la quatrième de couverture, une fois de plus, une enquête vertigineuse euh .... ce n'est pas une enquête, juste le récit d'une vie dans le monde de l'espionnage pendant la seconde guerre mondiale.
Je ne pense pas que ce livre soit destiné à un public intéressé par les romans policiers, mais plutôt par les romans historiques et accessoirement mais intensément intéressé par le monde des mathématiques !
Une anecdote qui m'a bien plu, si un jour on me demande de signer ma carte d'identité, je refuserai car on nous a dit par ailleurs qu'il ne fallait rien écrire dessus ! Merci Monsieur Alan Turing de m'avoir donné cette idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lilytaix
  27 décembre 2018
Le personnage d'Alan Turing que j'avais découvert au cinéma dans le film "imitation games" m'avait séduite. Aussi, n'ai-je pas résisté à la tentation de m'offrir "indécence manifeste", après avoir découvert la 4ème de couverture, pour en savoir plus sur la vie d'Alan Turing.
De ce point de vue, je n'ai pas été déçue. Le roman débute pratiquement où le film s'arrête.
Juin 54, le corps d'AlanTuring est découvert sans vie. A côté de lui, sur sa table de chevet, se trouve une pomme croquée, imbibée de cyanure.
L'inspecteur Corell, chargé de l'enquête va s'intéresser au passé de ce mathématicien...
Pour les lecteurs qui aiment le genre policier : s'abstenir !
Ce qui est intéressant dans ce roman ce n'est sûrement pas l'enquête qui est totalement plate, sans action mais la biographie d'Alan Turing. Un véritable roman historique très bien écrit. Corell va s'intéresser au passé d'Alan Turing que les services secrets veulent cacher à tout prix. Quel rôle a joué le mathématicien pendant la seconde guerre mondiale ? On va y découvrir l'histoire du mathématicien et de sa personnalité, l'histoire du cryptage/décryptage, le sort réservé aux homosexuels dans les années 50, le réalisme social, l'atmosphère puritaine.
Toutefois, ce roman demeure un peu trop contemplatif à mon grès . J'y ai trouvé des longueurs surtout dans le quart final et je l'avoue le paradoxe du menteur m'a profondément ennuyée.
Pour conclure, je dirai qu'il s'agit néanmoins d'un bel hommage au père de l'informatique, écrit dans un excellent style littéraire qui aurait, cependant, mérité un peu plus de dynamisme dans le récit .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarieIsabella
  27 juin 2016
Alan Turing était un grand mathématicien, il vivait pour les chiffres et la logique et habitait en lui l'idée d'une machine capable de reproduire la pensée humaine, faisant de lui un paria dans les années 1930. Considéré comme fou, insensé, aux idées impossibles, il a longtemps fait parler de lui dans son milieu professionnel mais sans lui la deuxième guerre mondiale aurait pris une autre fin. Il est celui qui a déchiffré les codes des nazis, même « Enigma » afin de gagner la guerre.

Cependant, sa mort par suicide soulèvera bien des questions.

L'inspecteur Corell mènera une enquête sur la mort d'Alan Turing qu'il croit illogique venant d'un si grand savant. Au fur et à mesure de son avancée, le policier ne sera pas soumis à des mystères autour de sa victime mais des siens. La vie d'Alan Turing rappelle à Leonard sa propre vie, ses échecs, ses vielles ambitions, son amour des chiffres et le suicide de son père. En enquêtant sur le passé de Turing, Corell découvre des secrets cachés du gouvernement datant de la guerre mais aussi un nouvel espoir pour sa vie à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
zeroproject
  22 avril 2016
Le nom de l'auteur, David Lagercrantz, a fait tremblé l'univers du polar avec une suite réussie pour la saga Millenium, un exercice pourtant périlleux. Avant de s'attaquer à ce monstre, il avait déjà tenté sa chance avec Indécence manifeste. Heureusement pour lui, ses livres sont sortis dans le mauvais ordre en Français... sinon j'aurais crains un massacre pour feu Stieg Larsson.

Que veut dire ce titre ? Indécence manifeste ? Des termes signifiants simplement délit d'homosexualité à l'époque. On suit une enquête sur un suicide, mais pas n'importe lequel : celui de Sir Alan Turing ! L'essentiel est (presque) là...

Car les personnages ne débordent pas de charisme, et pourtant, ils sont fort nombreux, jusqu'à Churchill lui-même. Par chance, Turing parfaitement son rôle !

Si les décors semblent fidèles à l'époque, le peu de positif s'arrête ici.

Car le fil rouge de l'histoire est absent ; ou insignifiant. L'inspecteur Corell tente d'en découvrir plus sur le passé de Turing, voilà tout. Il y a un marasme de théories mathématiques, philosophiques ou physiques. Une émotion ressort : l'ennui ! Les pages s'accumulent, et l'on avance pas d'un iota !!! Rageant, car l'écriture, elle, tient la route.

En clair, un roman à éviter, ou à lire si l'on souffre d'insomnies : dodo garanti !
Lien : http://www.bmds.ch/index.php..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Millenium 4 -Ce qui ne me tue pas

Qu'est-ce qui retourne tout le service de la NSA?

Un cambriolage
Une fusillade
Un hacker

22 questions
36 lecteurs ont répondu
Thème : Millénium, tome 4 : Ce qui ne me tue pas de David LagercrantzCréer un quiz sur ce livre
.. ..