AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782812931260
214 pages
Éditeur : Editions De Borée (04/07/2019)
4.12/5   8 notes
Résumé :
À la fin du XIXe siècle, le jeune Johan de Winkler quitte sa Lorraine natale pour prendre le chemin de la capitale avec la ferme intention de marcher sur les traces de Rimbaud. Un destin malicieux et les rudesses de la vie se chargeront de faire voler ses ambitions en éclats. Si la littérature perd un poète, l'époque y gagne un témoin : devenu journaliste, Johan rendra compte de la construction de cette tour Eiffel qui va célébrer à la fois le centenaire de la révol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
montmartin
  14 décembre 2019
Février 1887, Johan de Winkler, jeune poète, débarque à Paris bien décidé à vivre de sa plume, il n'a aucune idée de la vie qui l'attend, il est livré à lui-même pour la première fois. Son rêve : écrire dans un journal, c'est le seul moyen d'impressionner son père qui le méprise. À Montmartre, il se fait dévaliser par des voyous. Il est recueilli par Moriaty, un ouvrier qui vient de se faire embaucher sur le chantier pharaonique de la tour Eiffel. Devenu journaliste au « Phare » un journal nouvellement crée, Johan va mêler dans ses articles le quotidien des ouvriers avec celle de l'aventure que représente une telle construction.
Philippe Lemaire nous conte donc l'histoire de la construction de la tour Eiffel qui doit être l'apogée de l'exposition universelle de 1889. À travers son récit nous comprenons les trouvailles techniques nécessaires pour mener à bien cette tour démesurée pour l'époque.
Une plume qui rappelle parfois celle de Zola, d'ailleurs comme un clin d'oeil, deux personnages se nomment Coupeau et Lantier que l'on retrouve dans l'Assommoir. Comme Zola, Philippe Lemaire sait faire revivre le Paris des ouvriers, certains sont venus pour faire vivre leurs rêves, d'autres pour faire vivre leur famille. Mais aussi Montmartre, ce quartier à l'humeur joyeuse, avec ses rues étroites et gouailleuses, ses gosses braillards, ses cafés de deux sous où l'on mange une soupe à l'ail gratinée en compagnie de peintres sans le sou et de leurs modèles à la vertu fluctuante. Au fil des pages, nous croisons Toulouse Lautrec, Rodin, Camille Claudel, Van Gogh, et bien sûr Gustave Eiffel.
Mais le personnage principal reste le chantier de la tour. L'humidité qui est partout, la fatigue qui transforme les muscles en plomb, mais aussi pour chacun l'impression de participer à une aventure exceptionnelle, d'être l'un des rouages de cette oeuvre grandiose symbole du triomphe de l'industrie. Philippe Lemaire nous indique avec précision toutes les prouesses techniques mises en oeuvre pour faire d'abord les fondations des quatre piliers et ensuite monter étage par étage cette tour incroyable pour l'époque.
Philippe Lemaire a parfaitement réussi à recréer le Paris de la fin du 19ème siècle, dans un récit où se mélangent amours et amitiés.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
littera_priscilla
  28 juillet 2019
Imaginez un Paris sans Tour Eiffel, sans Sacré-Coeur, à peine sorti de la Commune… Difficile, n'est-ce pas ? C'est pourtant le décor que plante Philippe Lemaire dans son roman Des nerfs d'acier qui paraît aujourd'hui aux Editions de Borée.
Dans ce roman, nous sommes transportés à quelques années de l'exposition universelle, et quel voyage ! A l'instar du héros, Johan, nous débarquons dans ce Paris que nous ne connaissons pas et nous assistons, fascinés, à l'érection d'un monument qui fait naître bien des polémiques et nous savons quelle sera sa destinée dans le ciel de Paris. du chantier initié par Gustave Eiffel j'ai moi-même appris beaucoup de choses passionnantes : je ne m'étais jamais posé la question de savoir comment ils avaient pu construire une telle chose à la fin du XIXe siècle, ne serait-ce que du point de vue logistique !
Mais l'histoire ne tient pas qu'à cela. Johan est un personnage attachant, épris de liberté et de littérature. Il va découvrir la vie parisienne, la vie tout court au contact de personnages variés et hauts en couleur : Malou et Ti Gouverneur, des expatriés martiniquais qui vont lui apprendre les réalités de l'esclavage et de la colère, mais aussi de l'amour et de la solidarité ; Moriaty et Massimo, ouvriers puis contremaîtres sur cet immense chantier qui vont lui donner le goût du travail et le sens de l'amitié ; Adèle qui va l'initier à l'amour et à la peinture ; Maxence, son frère, qui va lui faire une belle démonstration de la goujaterie ; des peintres, des ouvriers, des journalistes qui constituent une fresque vivante du Paris fascinant de cette entrée dans le XXe siècle.
Ce que j'ai vraiment énormément apprécié dans cette histoire, ce sont les nombreuses références à la littérature du XIXe siècle que j'aime beaucoup. Johan m'a fait tellement penser au Lucien de Rubembré des Illusions perduesDe Balzac, ou au George Duroy, Bel-Ami de Maupassant : comme eux, il s'agit d'un jeune homme qui fuit la dictature socio-familiale, empreint d'idéaux et d'admirations littéraires, rimbaldiennes ici. Comme eux, croyant connaître un succès littéraire, il va devoir revoir ses prétentions à la baisse et se contenter du journalisme, avec ses codes et ses lois, pas toujours moraux. Mais Philippe Lemaire ne s'arrête pas là, sa culture littéraire lui permet de faire de Maxence un Bel Ami en puissance, qui profite de l'amour et de la richesse des femmes pour son épanouissement personnel, allant jusqu'au duel (qui tétanise autant George que Maxence). Les descriptions du chantier ont également quelque chose de zolien, on y sent l'influence de Germinal avec les descentes dans la mine ou de L'Assommoir lors des soirées passées par les personnages dans les cabarets (j'ai d'ailleurs noté la présence d'un ouvrier appelé Coupeau et d'un photographe appelé Lantier).
Le style de l'auteur est fluide, agréable et souvent beau. J'ai notamment relevé un passage qui s'annonçait très prometteur dès le début du roman:
« Les ivrognes se succédaient devant le comptoir. Chacun avait sa façon bien à lui d'encourager son vice. Tristesse ombrageuse de l'un, culpabilité fuyante de l'autre, arrogance méprisante du troisième, mais dans le fond, ils se ressemblaient tous avec les mêmes visages couperosés de tristesse, les mêmes voix râpeuses qui se perdaient dans un dédale de mots décolorés. »
La lecture que je vous propose aujourd'hui va vous faire vivre des aventures à dimensions spatiale, temporelle, littéraire et initiatique. Si vous aimez vous fondre dans une époque, dans des destinées romanesques, vous ne pouvez qu'adorer ce roman… Laissez-vous embarquer !
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LesLecturesDeLaDiablotine
  22 août 2019
Loin d'être la fierté de sa famille, Johan est une totale déception. Son frère est médecin en devenir pendant que lui, et bien, il ne fait que rêvasser au grand damne de son père qui aurait préféré qu'il fasse un métier reconnu, un métier qui l'aurait rendu fier. le jeune homme préfère s'imaginer auteur ou encore journaliste, un choix de métier qui ne ravit pas les siens. Il décide de quitter sa famille pour tenter sa chance sur la capitale.

Sauf que voilà, notre jeune personnage va très vite se sentir perdu. Il ne maîtrise pas les codes de vie des parisiens, il va très vite se retrouver en grande difficulté. Pour s'en sortir, il va devoir apprendre très vite. Il a une fâcheuse tendance à faire confiance facilement à autrui sauf que ces derniers vont se servir de lui jusqu'à le dépouiller. Il va vouloir se réfugier chez son frère ; il lui demandera conseils et aides mais ce dernier va se servir de son frère pour ses propres intérêts ! Johan n'a clairement pas de chance avec les personnes qui l'entourent et qu'il côtoie. Il va tenir bon, il va se battre comme il le peut, avec les armes qu'il a pour percer dans la presse parisienne. Son travail et sa patience vont payer, il va avoir la chance de se retrouver en première ligne pour la plus grande entreprise parisienne de l'époque, à savoir la construction de la dame de fer pour la prochaine exposition universelle, celle qui deviendra la Tour Eiffel. Ce chantier pharaonique aura des milliers de petites mains à son service pour devenir la plus belle au monde !

La Tour Eiffel est un monument qui m'a toujours intrigué pour sa grandeur, pour sa stature, pour sa beauté. Lorsque j'ai vu qu'un roman allait nous parler de la construction de la dame de fer, je ne pouvais pas ne pas découvrir ce titre !

J'ai beaucoup aimé Johan car il a fait preuve d'un grand courage ! Il a pris la décision de quitter sa famille pour réaliser son rêve et mener sa vie comme il l'aimerait. On s'attache facilement à ce jeune homme qui se donne les moyens de voir ses rêves de grandeur se réaliser. Il va nous faire découvrir la capitale, sous un nouveau jour, un jour que j'aurai aimé connaître. Lors de son arrivée sur Paris, il fera des rencontres pas des plus courtoises malheureusement... Je dois vous avouer que j'avais parfois envie de lui coller des paires de claques, sa naïveté qui faisait son charme arrivait à certains moments à m'agacer. Il ne faut pas abuser des bonnes choses.

Je ne sais pas si vous le savez mais je suis une grande fan des romans de Zola. J'ai lu et relu la saga des Rougon-Macquart à plusieurs reprises alors quand l'auteur nous fait l'honneur de s'inspirer de cet illustre auteur qui affectionnait Paris comme jamais, mon petit coeur battait la chamade encore un peu plus au fil des pages.

J'ai beaucoup aimé me balader dans le Paris d'antan le temps de ces quelques pages, j'ai aimé découvrir le monde de la presse de l'époque, j'ai aimé que l'auteur nous donne des éléments pour nous expliquer comment la tour est devenue la plus grande et la plus célèbre au monde.

La plume de l'auteur est belle, fluide, descriptive, très agréable à lire. Je ne connaissais pas sa plume, pour ma part, c'est une très belle découverte que ce soit au niveau de la plume, de l'histoire et des personnages crées par l'auteur.

Tout ça pour vous dire que j'ai passé un agréable moment livresque au XIXème siècle, le temps de ces quelques pages. Si vous souhaitez connaître l'histoire de la Tour Eiffel, faire un bond dans le passé en compagnie de Johan pour visiter le Paris de l'époque, ce livre est assurément fait pour vous.
Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AUDRIT
  01 juin 2021
J'ai littéralement dévoré ce livre, un régal. Une page d'Histoire qui nous immerge dans le Paris de la fin du XIXème siècle, période que j'adore lire, le Paris qui voit apparaître de nombreux progrès technologiques, politiques, sociaux et économiques.
Le Paris de tous les défis, de tous les espoirs et des désillusions parfois.
Mais aussi le Paris des boulevards, des hôtels particuliers, des bas quartiers, des théâtres et musées, des halles et ses marchands, les rues animées par un ballet incessant de fiacres et charrettes de livraisons au milieu des piétons.
Le Paris qui bouge, vit et fourmille.
Le Paris des notables, des petits bourgeois, ces messieurs en habits et hauts-de-forme et des belles dames, ces élégantes, gantées et chapeautées.
Mais encore celui des petites gens, ouvriers en casquettes et pantalons de velours, des petits vendeurs de journaux à la criée, des ménagères, des cousettes, des lavandières et blanchisseuses, celui des étudiants, des écrivains, des banquiers ou des provinciaux venus en goguette.
C'est donc aussi une immersion dans le Montmartre d'alors, où marlous, filles de petites vertus, peintres et poètes passent des nuits agitées où la butte n'est encore que terrains cultivés où le sacré coeur est en construction. Là où l'on croise Toulouse Lautrec, Rodin, Degas, Van Gogh, Camille Claudel, Aristide Bruant et bien d'autres.
Le Montmartre des cabarets, des vieilles rues et petits bistrots où l'on peut déguster des soupes pas très chères et où l'absinthe coule à flots.
Nous sommes en 1887, commence l'immense chantier au Champs de Mars en vue de l'Exposition Universelle qui se tiendra 2 ans plus tard, lors du centenaire de la Révolution française, occasion de montrer au monde la puissance industrielle française, pour se faire, l'ingénieur Gustave Eiffel a été sollicité pour construire une tour d'acier, projet qui ne fait pas l'unanimité, fort critiqué par de grands noms célèbres et écrivains réputés. Cette construction va nécessiter un immense besoin de main d'oeuvre, tous les corps de métiers vont se côtoyer et l'auteur nous entraîne dans cette folie gigantesque. On y apprend chaque étape, des fondations où les hommes travaillent dans l'humidité et risquent leur vie comme dans les mines, aux terrassements, à la pose des premières piles, puis la mise en place des échafaudages en bois, l'apport des poutres d'acier, des grues etc. Des ingénieurs et contremaîtres aux simples ouvriers, le travail ne manque pas, et ce sont terrassiers, maçons, riveteurs, peintres, mais aussi des gabiers bretons réputés pour leur agilité et manque de ressenti de vertige, qui sont recrutés.
Tout ceci raconté à travers le témoignage d'un jeune Lorrain, Johan de Winker parti pour la Capitale avec la ferme intention de devenir poète, après bien des déboires, finit par s'orienter vers le journalisme. On lui confie notamment l'avancement du chantier de la Tour et il en sera le témoin direct. le tout raconté avec brio, où Amours et Amitiés tiennent la part belle dans ce Paris en plein essor.
Bref, j'ai adoré !
Un livre super intéressant dont je remercie l'auteur ainsi que les éditions De Borée et plus particulièrement Virginie pour son envoi en SP.
Lien : http://jose-lire-et-le-dire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MAMIEJAUNE
  05 juillet 2021

Mon avis
Je remercie les Editions de BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Des Nerfs d'acier », roman de Philippe LEMAIRE et de retrouver la plume fluide et précise de cet auteur que j'ai découvert en lisant « La Forêt des violons ».
Philippe LEMAIRE nous transporte en 1887 et nous découvrons Johan, jeune poète qui quitte Nancy pour tenter sa chance à Paris, se libérer du courroux paternel et vivre ainsi comme il l'entend. Johan est avide de liberté et de littérature. Il est toutefois un peu naïf lors de son arrivée dans la capitale et nous suivons ses aventures, les rencontres qu'il fait avec de nombreux artistes tels que Camille Claudel, Toulouse Lautrec, Rodin, Van Gogh... et Gustave Eiffel.
L'auteur nous plonge vraiment dans le Paris du XIXème siècle et nous offre un très beau voyage dans le temps. Ses descriptions précises nous permettent d'imaginer aisément l'immense chantier nécessaire à la construction de la grande et majestueuse dame de fer que nous connaissons aujourd'hui.
Philippe LEMAIRE met en scène deux mondes diamétralement opposés à cette époque, d'une part les parisiens aisés, bourgeois, notables etc.. qui profitent de la vie et d'autre part les ouvriers qui doivent travailler dur dans des conditions extrêmement difficiles afin de faire vivre leurs familles.
J'ai beaucoup apprécié les nombreuses références littéraires, les descriptions de la vie parisienne dans les rues sales peuplées mais également les soirées dans la cabarets. Un vrai régal pour les lecteurs, qui comme moi, aiment particulièrement le XIXème siècle.
L'auteur aborde avec brio divers thèmes tels que l'amour, l'amitié, les liens de famille, les nouvelles technologies, le monde de la presse etc..
J'ai ADORE ce roman historique romancé très bien écrit et documenté tant sur les plans historique que culturel que j'ai lu d'une traite tant il me passionnait.
Un très bon moment de lecture.
Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/
Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

Lien : https://www.facebook.com/joe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Videos de Philippe Lemaire (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Lemaire
Philippe Lemaire était présent à la Foire du livre de Brive. Il évoque sa rencontre avec ses lecteurs. En savoir plus sur « Mathilde » : http://bit.ly/2gTWovO
Dans les années 1940, le parcours initiatique d?une adolescente encore insouciante s?ouvrant à la vie, à ses premières amours, à l?engagement. L?Occupation et l?arrivée d?un officier allemand vont bouleverser son existence. C?est une rêveuse, Mathilde. Ses grands yeux bleus la trahissent. Sur son vélo ou parmi ses livres, l?adolescente, pleine d?impatience, fuit la solitude de la maison familiale ancrée dans un Haut-Jura secret et rugueux. Et la monotonie de l?atelier de couture où elle travaille. Emma, Suzy, Claire, Jean et Pierre forment une bande d?amis à l?image de la jeunesse insouciante et laborieuse d?avant-guerre. Dans leur sillage, Mathilde s?ouvre à la magie des salles obscures, aux discussions engagées dans les cafés. Surtout, elle capte tout de leurs jeux amoureux qui la troublent tant? L?imminence de la guerre puis l?Occupation, un talent révélé pour la photo et les valses-hésitations de son c?ur feront grandir Mathilde. De spectatrice de la vie des autres, deviendra-t-elle, enfin, l?actrice de sa propre existence ?
+ Lire la suite
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Qui a écrit ces romans au 19e siècle

Qui a écrit Germinal ?

Flaubert
Zola
Théophile Gauthier
Maupassant

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre