AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9780143133148
272 pages
Penguin Books Ltd. (02/10/1900)
4.8/5   5 notes
Résumé :
"In Thomas Ligotti's first nonfiction outing, an examination of the meaning (or meaninglessness) of life through an insightful, unsparing argument that proves the greatest horrors are not the products of our imagination but instead are found in reality.

"There is a signature motif discernible in both works of philosophical pessimism and supernatural horror. It may be stated thus: Behind the scenes of life lurks something pernicious that makes a nightm... >Voir plus
Que lire après The Conspiracy against the Human RaceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Une de mes rares lectures en anglais (puisque cet essai n'existe pas en traduction), The Conspiracy Against the Human Race propose la thèse suivante : se pourrait-il que l'existence ne soit pas préférable à la non-existence (en raison de toute la souffrance qui caractérise l'existence humaine du début jusqu'à la fin) et que notre conscience nous persuade de l'inverse (ce en quoi consisterait cette conspiration) ? Malgré notre conditionnement à croire que l'existence est bien (après tout, ce n'est pas comme si nous pourrions faire l'expérience de son alternative et en garder souvenir…), ce conditionnement n'est pas infaillible : il arrive que l'individu perçoive certaines « lueurs » (glimspe), derrière toute cette façade de belles apparences, indiquant qu'il s'y cache cette vérité dérangeante (uncanny, dans un sens similaire au sentiment que produisent sur nous certains robots japonais trop humains*), un quelque chose de pernicieux qui rend notre monde cauchemardesque (something pernicious that makes a nightmare of our world).

Basant son propos notamment sur l'oeuvre du norvégien Peter Wessel Zapffe et son court essai The Last Messiah** (également non traduit), Thomas Ligotti explore cette idée avec des arguments qui sont malheureusement assez convaincants. L'auteur aborde plusieurs sujets variés et présentés quelquefois un peu de façon éclectique : les thèses transhumanistes, le cas de trois personnes à avoir enfin réussi à atteindre l'éveil (au sens bouddhique), mais par accident (et avec des résultats contraires à ce que nous pourrions nous attendre a priori), Lovecraft et les quelques autres écrivains à avoir exploré cette horreur nihilisante à travers leurs écrits… C'est une lecture qui confronte le lecteur et à laquelle nous pouvons ou pas être en accord, bien que Ligotti reconnait que les prophètes de malheur, clamant haut et fort la nullité de l'existence, sont rarement estimés et encore moins lus. Contrairement à d'autres écrits pessimistes où, à la fin, nous retrouvons quand même un soupçon d'optimisme (par exemple, le Mythe de Sisyphe d'Albert Camus), il n'en est rien de ce livre.

*C.f. https://fr.wikipedia.org/wiki/Vall%C3%A9e_de_l%27%C3%A9trange
** https://openairphilosophy.org/wp-content/uploads/2019/06/OAP_Zapffe_Last_Messiah.pdf
Commenter  J’apprécie          20
Très bon.
Des chapitres un peu artificiels pour paver une voie dans le domaine du pessimisme.
Dans la veine la plus noire de Schopenhauer, du Kacynski, un soupçon de Cioran et compagnie. De bonnes analyses majoritairement atemporelles et assurément misanthropes.
Ca se lit facilement. Il ne s'agit pas d'un essai universitaire mais d'un recueil de pensées structurées qui ne réclame ni vocabulaire spécifique ni érudition pointue mais une bonne dose de sincérité philosophique.
A recommander pour ceux qui ont un peu fait le tour du domaine (Caraco, Cioran, Messtavic, Klima, Schopenhauer...) et qui ont envie d'une petite lecture requinquante qui se lit presque comme un roman. Ca peut aussi faire une bonne porte d'entrée à ceux qui n'ont jamais trop goûté de l'amère saveur du spleen, mais ça n'ouvre que peu la voie à d'autres lectures, le livre se basant principalement sur un petit texte d'un écrivain norvégien inconnu et pas traduit en France.
A savoir aussi : beaucoup disent que le personnage de Rusty Cohle dans True Detective est basé sur ce livre (et ça ne m'étonnerait pas que ça soit vrai tant c'est presque parfois paraphrasé)
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
As we are all aware, people often have seriously discrepant interests and desires. If this were not so, we would all be getting along with one another, which has never been and never will be the rule. Nothing in our history or our nature even hints that we will ever liquidate our differences, which can be anything from a good-natured divergence of opinion to a war-making contentiousness over property rights. Some people would like to have a little peace rather than the ever-sounding disharmony of bloodletting. But for that to happen, our myriad voices would have to dissolve into a single pitch—a unison that would bore to tears anyone who is not a saint or ego-dead.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : pessimismeVoir plus


Lecteurs (17) Voir plus



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
961 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

{* *}