AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Lise Chapuis (Traducteur)Florence Courriol (Traducteur)
EAN : 9782382460139
Agullo (24/02/2022)
3.79/5   12 notes
Résumé :
" Ce jour-là j'avais décidé que je ne baisserais jamais les yeux la première. "
Lire Rien pour elle, c'est comme regarder l'histoire défiler par la fenêtre.
Ce premier roman magnifique, poignant, très habilement construit, démontre un talent certain chez cette nouvelle voix, dans la veine d'une Elsa Morante ou d'une Elena Ferrante.
C'est l'histoire d'une femme qui traverse la vie en se battant comme une gladiatrice. Depuis les années de guerre e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  12 mars 2022
Rien pour elle est un magnifique portrait de femme en lutte dans une société hostile. On suit Tullia de 1943 à 1990, à partir de ses six ans. Et on l'aime immédiatement pour son incroyable détermination. Elle est de ceux qui doivent survivre à tout prix sans pour autant renoncer à cultiver une riche intériorité. Les épreuves sont nombreuses mais jamais présentées avec un misérabilisme surplombant : sa naissance dans une famille démunie, les bombardements durant la Deuxième guerre mondiale qui détruisent son immeuble romain, une enfance passée dans les rues comme marchande ambulante, un père aimé qui meurt prématurément laissant le champ libre à une mère terrible, une vie de labeur comme ouvrière puis blanchisseuse.
Avec la voix de Tullia qui résonne à la première personne, Laura Mancini creuse son personnage ordinaire sans aucun expédient pour la rendre extraordinaire, soulignant ses failles, dessinant ses rêves. La construction narrative choisit de mettre en évidence des moments de la vie de Tullia, les chapitres brassant le temps long d'une vie, s'enchaînant à coup d'ellipses très bien maitrisées. L'émotion reste pudique mais affleure au détour d'une phrase. J'ai très souvent été cueillie par la dernière phrase de chaque chapitre, particulièrement soignée pour conclure un épisode important ou éclairant l'évolution de Tullia.
Les chapitres sont toujours datés et associés à un lieu romain, un quartier, une rue … le Trastevere, Portonaccio, la piazza Vittorio, San Lorenzo ou encore Trinita dei Monti … les amoureux de Rome se régaleront de déambuler dans cette ville, mais rien ce n'est pas la Rome pittoresque qui est montrée, c'est la Rome des classes populaires décrite avec une belle authenticité et avec une vitalité qui rappelle le Naples d'Elena Ferrante. Tullia et Rome semblent parfois fusionner. Lorsque Tullia fuit le domicile parental très jeune, elle embrasse Rome qui l'accueille puis la guide, même si la vie n'y est pas plus douce et peut y être très cruelle. Car Tullia est profondément seule. Même dans une ville traversée par des émois socio-historiques ( la Deuxième guerre mondiale, la renaissance économiques des années 1960, les émeutes des années 1970 avec ses luttes syndicales ), Tullia reste en marge des grands mouvements collectifs.
En fait, Tullia est avant tout une femme en marche, elle avance têtue à la recherche de sa liberté, de sa dignité et du respect d'elle-même. Et ce n'est pas facile lorsque plane au-dessus de soi une figure maternelle aussi étouffante que Rosa qui vit sa maternité multiple avec un sentiment de malheur. Rosa et ses sautes d'humeur. Rosa et son charme féroce. Sa bestialité et sa folie grandissante. Tout le roman tourne autour de la question de la maternité et de la relation mère-fille. Tullia cherche à se libérer de la présence encombrante et intrusive de sa mère. Même lorsqu'elle a coupé les liens, elle sent en permanence sur elle le regard de sa mère, tel un phare implacable lui renvoyant ses propres échecs avec sa fille Marzia. L'ultime chapitre est superbe, permettant à Tullia de fermer enfin le cercle. Dommage que la relation entre Tullia et sa fille se déroule de façon moins convaincante.
Un premier roman vraiment prometteur. Assurément, Laura Mancina est une auteure à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1196
diablotin0
  26 mai 2022
C'est la phrase en exergue "ce jour-là j'avais décidé que je ne baisserais jamais les yeux la première" qui m'a donné envie de lire ce roman. La couverture est de plus très belle, alors, pas d'hésitation, je l'embarque avec moi.
Mais, mon enthousiasme s'est très vite estompé. Je n'ai pas su apprécier "rien pour elle".
Le style, l'écriture, la mise à distance ne m'ont pas plus. Je pensais trouver un roman beaucoup plus poignant et peut-être aussi plus militant. Les chapitres courts, couvrent à chaque fois une année. Et d'un chapitre à l'autre plusieurs années ont pu s'écouler.
Cette construction empêche de suivre avec attachement et émotion l'histoire.
Ces bribes de vie ne sont pas assez exploitées à mon goût. Chaque chapitre donne un sentiment d'inachevé, on a envie d'en savoir plus.
La 4ème de couverture est pourtant alléchante et résume bien l'histoire.
Tullia est née à Rome d'une mère malade et maltraitante et d'un père qui décédera quand elle n'est encore qu'une petite fille . Très vite, elle montre un caractère volontaire, combatif.
Alors oui, cela aurait dû me plaire mais la plume de l'auteur manque , pour moi, de chaleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Reginalda
  21 février 2022
Les éditions Agullo, désormais spécialisées dans la littérature européenne, nous présentent une nouvelle autrice italienne, dont elles publient avec « Rien pour Elle » le premier roman. le personnage principal en est une femme et quelle femme ! Tullia naît dans une famille romaine modeste – la lectrice que je suis n'a pu s'empêcher de se la visualiser dans un film de Rossellini – mais plutôt heureuse, avant que tout ne vire au cauchemar, d'abord à cause de la guerre (le roman commence dans les années 1940) puis, surtout, avec la mort du père. Car la mère, Rosa, de cette fratrie de cinq est pour le moins instable : cruelle, incapable de témoigner de l'affection à ses rejetons. Sa seule préoccupation est de compter inlassablement, impitoyablement, les maigres sous que ses enfants lui rapportent chaque soir, au terme de journées harassantes à arpenter la ville afin de vendre qui de la petite bijouterie, qui du matériel pour les coiffeurs. Par chance, Tullia a pour elle un caractère bien trempé et parvient à quitter le nid familial pour aller gagner sa vie – toujours à la dure – de son côté.
Sa vie sera faite en grande partie d'emplois pénibles et auxquels elle ne trouve pas de sens, sans amis, entre de nombreuses brimades (sa mère, ses employeurs, ses collègues, les hommes et même ses frères) et quelques brefs épisodes où elle-même reconnaît le bonheur.
N'allez pas croire pour autant que Lara Mancini se complaît dans le misérabilisme. C'est tout le contraire. À l'instar de sa protagoniste, l'écriture est sèche, voire dure (peut-être même un peu trop). Et le parcours de cette femme à la fois ordinaire et extraordinaire force l'admiration. Une autrice à suivre.
Un grand merci à Babelio et aux éditions Agullo, pour l'envoi de cet ouvrage dans le cadre de la masse critique de Babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tempsdelecture
  15 avril 2022
Si d'aucuns excellent à truffer leur récit de rebondissements en tout genre, du plus attendu au plus invraisemblable, sur une trame historique riche et variée, il reste encore des romans qui au contraire ne s'appuient guère que sur quelques amplement donnés, mais richement exploités, pour avoir une réelle consistance. Vous l'aurez deviné, c'est le cas de Rien pour elle, premier roman de l'auteure italienne Laura Mancini, publiée par Agullo Éditions. À l'opposé du titre, le récit est entièrement dévoyé à la protagoniste principale, Tullia, sous les yeux de laquelle la focalisation se concentre.
Chaque chapitre correspond à une année de la vie de Tullia, on trouve parfois deux chapitres dévolus à la même année, dont l'existence commence six années avant le début du roman, en 1937 donc ; la vie n'est pas vraiment simple pour cette fille aînée d'une famille pauvre de plusieurs enfants dont la mère la prend volontiers, et assez méchamment, à partie régulièrement. Envoyée au turbin dès l'âge de treize ans, arpentant sans fin les rues interminables de la capitale italienne pour vendre ses accessoires de coiffure aux artisans postés dans leur échoppe. le monde n'aura jamais assez de rouleaux de bigoudis pour entretenir ses têtes permanentées. La peau cuirassée, le caractère forgé par une enfance dans la rue, endurci par les sautes d'humeur et la versatilité hargneuse d'une mère froide et indifférente, qui a vite fait de se désolidariser de toute attitude maternelle envers elle, c'est par elle-même que Tullia part construire sa vie. Dans les ménages, le blanchissage, l'échine courbée, l'honneur droit. Loin de ce qui lui servait de cerce familial. Mais toujours à Rome, cette ville même ou l'on peut vivre mille et une vies. C'est ce que les notables romains qualifieraient de petite vie, dans un petit immeuble, n'ayant guère plus devant elle que les trois sous qui lui servent à s'acheter de quoi sustenter sa fille d'abord et elle-même ensuite. Parce que c'est une fille-mère dans un pays et une époque très traditionalistes, la version de chaire et d'os du Dieu catholique ne résidant après tout qu'à quelques kilomètres d'elle, et où le meilleur rôle est encore dévolu à cet autre père, celui de sa fille, qui ne souhaite pas assumer le fruit de ses ébats.

Dès le début, c'est-à-dire dès les six ans de la fillette, on comprend de quel bois est fait son caractère, sa force, sa stabilité, sa volonté, sa résistance, irréductibles. C'est une herbe folle qui a grandi hors des clous et que la mère ne saura pas emporter dans sa folie : cette conscience des défiances du monde qui l'entoure, elle l'acquiert très tôt, et cette maturité trop juvénile est annonciatrice du rôle de pilier qu'elle jouera toute sa vie. À la mort de son père, elle rapporte les ressources financières principales du foyer, endossant par la même le costume de son père, de chef de famille, c'est un rôle qui ne la quittera jamais vraiment. Homme et femme, mère et père, c'est la tête la première qu'elle va traverser sa vie, avec le travail comme prison et comme moyen d'émancipation principal, elle endosse les sacrifices des autres comme les siens propres. C'est un roman qui démontre, encore une fois, à quel point le rôle de l'homme peut se révéler bien secondaire et que la femme dispose des mêmes ressources si tant est qu'on lui en laisse la possibilité - le noeud du problème se trouvant justement ici. Certes, c'est une femme forte, mais c'est surtout une succession de sacrifices qui font de sa vie, une existence passée au service de son entourage. Une vie de labeur pour tous, en de rares moments pour elle-même, et cette narration, divisée en une sorte de semblant de récapitulatifs annuels, met en exergue cette absence de vie personnelle qui égraine son existence, la seule satisfaction étant de pourvoir à l'existence de sa fille sans l'aide de personne.
Dans Rien pour elle, la narratrice se tue à la tâche des différents métiers qu'elle exerce, mais elle sait pour elle fait, et si j'ai été prise de compassion pour la jeune fille qu'elle était, j'ai été ensuite pleine d'une admiration pour cette mère, absolument seule, qui a choisi d'assumer entièrement l'enfant qu'elle a eu très jeune.
Autant que clair qu'obscure, dans les moments les plus lumineux que sombres de l'existence de Tullia, j'ai aimé cette langue élégante, qui est celui d'une fille qui n'a jamais eu l'occasion de s'instruire à l'école, mais par elle-même, qui s'est ensuite abreuvée et saoulée de mots. Cette langue porteuse d'un regard très clairvoyant sur les personnes qui traversent sa vie sans qu'elle ne tombe jamais dans un bas-côté mélodramatique. On la soutient, mais on ne la prend jamais en pitié. Son acuité de penser, de l'observation rend son jugement incisif, tranchant, tout comme elle l'est, et d'une capacité à prendre de la hauteur, à se détacher de la folie de sa mère, de l'absence de son père, de la place démesurée que ses frères et soeur ont pris sur elle, ces capacités qui ne naissent de rien, puisqu'elle n'a jamais rien eu à elle. Sauf ce qu'elle s'est construit.
Lien : https://tempsdelectureblog.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Missef
  20 février 2022
Merci à Babellio et à la Masse Critique, ainsi qu'aux éditions Agullo pour l'envoi de ce livre.
L'histoire de Tullia commence en 1943 avec les bombardements sur Rome (la ville étant l'un des personnages à part entière du livre) et court jusque dans les années 1990. Dans ce roman, présenté sous une forme rappelant les entrées d'un journal intime (date et lieu), la protagoniste qui est aussi la narratrice est ballotée au gré des événements familiaux (mort du père, misère, irascibilité et maladie mentale de la mère, naissance de sa propre fille...) et contrainte de travailler très dur pour survivre et s'extirper d'un environnement toxique. Malgré cette forme, cependant, le lecteur n'entre dans son quotidien qu'à travers les scènes, fortes et souvent marquantes certes, d'une existence qui n'est relatée que par bribes et avec une sorte de recul que l'on aurait pu attendre d'un personnage extérieur et pas de celui qui les vit. Les événements sont relatés sans fioritures mais aussi sans la part d'affect qui m'a manqué dans certains passages pour entrer pleinement en empathie avec ce personnage par ailleurs très digne dans les épreuves et marquant toutefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
SudOuestPresse   23 mars 2022
Dans ce premier roman étonnant, l’Italienne Laura Mancini nous offre une plongée grouillante dans une Rome inconnue, des bombardements de 1943 aux mutations urbaines des années 1990.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TempsdelectureTempsdelecture   15 avril 2022
Je parvenais à entendre la respiration de ma mère qui s’essoufflait de plus en plus, mais je ne comprenais pas si c’était le poids d’Elio Secondo ou bien cette haine qui la rendait si nerveuse. Elle ne serait jamais heureuse nulle part, c’est pour cela qu’elle enrageait. Elle fuyait la guerre, mais elle l’emportait avec elle : une vie en première ligne sans raison aucune.

Laisse-moi y faire, un point c’est tout, et Giuseppe coupa court, puis se rapprocha du groupe et mit ainsi fin à leur conversation.

Notre père était un homme bon et intelligent, c’est lui qui nous indiquait la direction à prendre, la durée, la méthode, les risques et les solutions. Tout le monde s’en remettait à sa vision lucide des choses. Tout le monde sauf ma mère : à partir de ce jour-là, elle adopta un air de condamnée. A la maison, elle lui tournait toujours le dos, secouait les matelas comme si des pestiférés y avaient dormi, déplaçait les tables de chevet d’un côté, de l’autre, les traînant bruyamment, en proie à une irritation sans mesure. Pendant toute la durée de notre séjour à Capistrello, Rosa se montra hostile au moindre rapport avec les femmes du village. Si sa sœur n’avait pas déployé toute son énergie, elle serait sans doute arrivée à nous isoler tous de cette petite communauté montagnarde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TempsdelectureTempsdelecture   15 avril 2022
Aurora, la dernière. Je me rendais compte seulement maintenant que je ne l’avais jamais écoutée,prise comme je l’étais par mes ennuis. De nous tous, c’était celle qui avait la peau la plus dure, je l’avais compris en la voyant qui souriait tout le temps, petite, même quand il n’y avait pas de quoi rire. Une part de moi l’avait punie en me désintéressant d’elle, parce qu’elle ne s’était pas crevée dans la rue, comme nous autres. Maintenant je comprenais tout à coup que nos histoires, différentes mais parallèles, nous avaient amenées au même point.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : liens du sangVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Laura Mancini (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1303 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre