AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Kaim agnès El (Traducteur)
EAN : 9782374253329
488 pages
Rue de l'échiquier (03/03/2022)
4.57/5   98 notes
Résumé :
En 1972, quatre jeunes scientifiques du MIT rédigent à la demande du Club de Rome un rapport qu’ils intitulent The Limits to Growth. Celui-ci va choquer le monde et devenir un best-seller international. Pour la première fois, leur recherche établit les conséquences dramatiques d’une croissance exponentielle dans un monde fini.
En 2004, quand les auteurs reprennent leur analyse et l’enrichissent de données accumulées durant trois décennies d’expansion sans lim... >Voir plus
Que lire après Les limites à la croissance (dans un monde fini)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
L'avez-vous lu ?
non ? Et bien revenez quand vous l'aurez lu.
oui ? Et bien, si c'était la version originale, vous pouvez sans perdre votre temps vous procurer et lire la version "30 ans après", qui enrichit considérablement l'oeuvre, maintenant que le temps passé entre les deux a prouvé indubitablement le bien-fondé d'une telle thèse, en plus d'une nouvelle conclusion qui fait un peu sortir ces ingénieurs-système de leurs habituelles réserves quant aux solutions disponibles, surtout l'étonnant paragraphe sur l'importance de l'Amour, au sens large, comme fondation d'un système efficient; argument qui pourrait sembler creuser le tombeau des naïvetés quant à la nature humaine, mais qui résonne ici de la plus simple et belle manière, de cet espoir dont il ne faudrait jamais se départir.
Commenter  J’apprécie          250
Je croyais lire le rapport original augmenté d'une actualisation au début des années 2000. Mais c'est un texte entièrement réécrit ! En 1972 l'alerte avait déclenché une première prise de conscience (je débutais mes études d'économie), et j'aurais été curieux de lire aujourd'hui comment ce livre fondateur abordait les divers thèmes et en quoi il était véritablement visionnaire !
Au lieu de ça, l'approche de 2004 est à la fois conforme à ce qui a été écrit et développé depuis par d'autres auteurs et obsolète par rapport aux plus récentes publications. Tout était dit en 1972, tout est en train de se passer comme anticipé, la continuité de nos comportements nous envoie dans le mur annoncé !
C'est ce texte d'origine que je vais essayer de trouver !
Commenter  J’apprécie          150
Pierre Dac nous a prévenu "Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir." :-)
Mais si l'avenir est inconnu par définition et que de nombreux imprévus peuvent venir contrecarrer, en bien comme en mal, les prévisions les plus rationnelles, il n'est pas interdit d'essayer de le deviner.
"Les limites à la croissance", plus connu sous le nom de "rapport Meadows" nous donne des prévisions pour l'économie mondiale du 21ème siècle et soyons clair elles ne sont pas bonnes.
La conjonction entre une démographie galopante (on parle aujourd'hui 10 milliards d'habitants en 2050), l'augmentation de la consommation des ressources (l'industrialisation des pays dits "émergeant" contre-balançant les modestes efforts de sobriété des autres), l'érosion de ces mêmes ressources et leurs exutoires laissent à penser à un effondrement de l'économie mondiale dans les décennies qui viennent.
Il ne s'agit pas d'un essai d'économie mais d'une autre disciple scientifique nommée "dynamique des systèmes" qui tente justement d'évaluer l'évolution de systèmes complexes car multifactoriels en se concentrant sur leurs grandes lignes.
Certains critiquent donc ce fameux rapport Meadows mais sans doute cela revient à essayer de faire descendre la fièvre en en cassant le thermomètre.
En effet, qui peut dire que face à des ressources et des exutoires limités en taille, une augmentation infinie de la consommation ne pose pas de problèmes ?
Et combien même il n'y aurait qu'une "chance" sur 10 pour pour que ces prévisions soient justes, il serait déraisonnable de ne pas les prendre en compte.
Bref à lire pour vous faire votre opinion car cela vous concerne et il paraît qu'un homme informé en vaut deux !
Commenter  J’apprécie          100
C'est un gros livre qui s'inquiète pour l'avenir et développe à l'infini tous les indices qui justifieraient cette inquiétude. Il n'y a ni ordre ni mise en forme : ce n'est pas un rapport scientifique ; ce n'est pas un manifeste politique ; ce n'est pas un témoignage ; ce n'est pas un cadrage des comportements humains à l'échelle de la planète ; et n'est pas non plus une réflexion philosophique.

Une première phrase édifiante qui révèle le niveau de fantaisie de superficialité du texte, dans les premières pages : "Nous ne précisions cependant pas quelles pénuries ni quels types d'émissions risquaient de mettre fin à la croissance en nécessitant plus de capital qu'il n'y en aurait de disponible ; cela est tout simplement dû au fait qu'il est impossible de faire des prévisions scientifiques si détaillées au sein du système complexe qui est le nôtre et qui mêle population, économie et environnement. » Traduction : on se fait peur mais de toute façon, il n'y a rien à en conclure de sérieux. Veuillez lire la suite avec attention néanmoins. Mmhmm. Non, je ne vois pas bien pourquoi.

À la page 53, je n'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire : elle présente une ligne qui ressemble aux contours du Fuji-Yama. C'est un graphique qui présente (pour l'humanité) l'évolution passée, et à venir, du "bien-être". Évidemment, l'ordonnée est privée d'échelle.

Et donc, là, j'ai arrêté ma lecture.

Commenter  J’apprécie          32
Voici un livre qui donne à réfléchir. Basé sur un modèle informatique, il prévoit un effondrement de la population humaine d'ici moins d'un siècle ! Je prends à dessein un raccourci (à peine) un peu rapide pour donner la teneur de l'ouvrage. Les auteurs nous explicitent dans sa première partie les bases d'un logiciel qu'ils ont développé (World 3) pour modéliser entre autres l'évolution de la population humaine, son bien-être, les niveaux de pollution, de ressources non renouvelables, etc. J'ai trouvé cette première partie un peu rébarbative (elle demeure assez théorique, peut-être à cause de la rigueur des auteurs qui sont des universitaires). La deuxième partie est plus intéressante avec la description des différents scénarios. Malheureusement pour nous les humains, la majorité d'entre eux sont assez sombres ! Il y a aussi un chapitre un peu plus positif, consacré à la lutte (réussie) contre le trou dans la couche d'ozone. Enfin, en fin d'ouvrage, sont données des pistes pour atteindre la durabilité. En résumé, je dirais que c'est un livre très bien documenté (il en devient aride par moment) qui vaut la peine d'être lu par toute personne sensible à l'avenir de notre Terre.
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Une société durable n’est pas une société immobile, ennuyeuse, uniforme ou rigide. Ce n’est pas, et cela ne peut sans doute pas être, une société contrôlée par un pouvoir central ni une société autoritaire. C’est un monde dans lequel on aurait le temps, la possibilité et la volonté de corriger ses erreurs, et d’innover et de préserver la fertilité des écosystèmes. Un monde qui pourrait s’attacher à améliorer avec intelligence la qualité de vie plutôt que de s’entêter à augmenter la consommation matérielle et le stock de capital physique.
Commenter  J’apprécie          60
L'idée de limites à la croissance est pour beaucoup impossible à envisager. Les limites sont politiquement taboues et économiquement inconcevables. Notre culture tend à nier leur existence en faisant une confiance aveugle aux pouvoirs de la technologie, au fonctionnement de l'économie de marché et à la croissance de l'économie, solution à tous les problèmes, y compris ceux qui viennent de la croissance même.
Commenter  J’apprécie          40
Dans 𝑇ℎ𝑒 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑠 𝑡𝑜 𝐺𝑟𝑜𝑤𝑡ℎ, nous expliquions que les limites écologiques planétaires (en matière d’utilisation des ressources et d’émissions de polluants) auraient une influence importante sur le développement mondial durant le XXIè siècle. Nous attirions l’attention du lecteur sur le fait que l’humanité allait peut-être devoir consacrer beaucoup de capital et de main d’œuvre pour lutter contre ces limites, au oint que la qualité e vie moyenne pourrait baisser au cours du XXIè siècle. Nous ne précisions cependant pas quelles pénuries ni quels types d’émissions risquaient de mettre in à la croissance en nécessitant plus de capital qu’il n’y en aurait de disponible ; cela est tout simplement dû au fait qu’il est impossible de faire des prévisions scientifiques si détaillées au sein du système complexe qui est le nôtre et qui mêle population, économie et environnement.
Commenter  J’apprécie          10
Tout système constitué d'une population, d'une économie et d'un environnement, qui a besoin d'un temps de réaction et souffre d'une lenteur physique, qui est confronté à de seuils et à des mécanismes érosifs et qui se développe rapidement, est, au sens strict du terme, ingérable. Ses technologies auront beau être extraordinaires, son économie, parfaitement efficiente et ses dirigeants, brillants, il ne pourra éviter les dangers. S'il s'évertue à accélérer, il dépassera les limites.
Commenter  J’apprécie          30
𝐿𝑒𝑠 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒𝑠 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝑐𝑟𝑜𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 est la seconde réédition, augmentée, du livre 𝑇ℎ𝑒 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑠 𝑡𝑜 𝐺𝑟𝑜𝑤𝑡ℎ. Cet ouvrage a été publié en 1972 ; puis, en 1992, nous en avons publié une version révisée, 𝐵𝑒𝑦𝑜𝑛𝑑 𝑡ℎ𝑒 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑠, dans laquelle nous débattions des développements intervenus à l’échelle planétaire en 20 ans, par rapport aux scénarios de 𝑇ℎ𝑒 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑠 𝑡𝑜 𝐺𝑟𝑜𝑤𝑡ℎ.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Donella H. Meadows (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donella H. Meadows
À l'occasion de la parution en français de l'ouvrage de référence « Pour une pensée systémique » de Donella Meadows, l'ADEME, les éditions Rue de l'échiquier et le cabinet de conseil Inddigo ont organisé le mardi 21 mars 2023 une la soirée consacrée à la question « Pour une transition systémique en France ? ».
Programme :
• Introduction par Thomas Bout, fondateur des éditions Rue de l'échiquier, et Bruno Lhoste, président d'Inddigo, cabinet de conseil et d'ingénierie en développement durable, et directeur de la collection « Initial(e)s DD » aux éditions Rue de l'échiquier dans laquelle est paru l'ouvrage Pour une pensée systémique de Donella Meadows.
• Table ronde « Pour une transition systémique en France ? » avec : - Arthur Keller, spécialiste des risques systémiques et des stratégies de résilience ; - Mariana Mirabile, économiste et analyste politique pour l'OCDE ; - Thibaut Faucon, responsable du programme Transition systémique de l'ADEME ; - Stéphanie Gaucher, architecte urbaniste chez Inddigo ; - Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle et président de la Fabrique des Transitions.
Échanges animés par Thomas Bout et suivis d'une discussion avec la salle.
+ Lire la suite
autres livres classés : écologieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (512) Voir plus



Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..