AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.03 /5 (sur 71 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 23 09 1967
Biographie :

Laurent Testot, né le 27 septembre 1967, est journaliste au magazine Sciences Humaines. Spécialisé en histoire, géopolitique et religion, il exerce également comme formateur et guide conférencier.

Il a dirigé une douzaine de hors-séries et livres pour Sciences Humaines, notamment : "Histoire globale, un nouveau regard sur le monde" (2008) ; "Une autre histoire des religions" (2010) ; "La Guerre" (avec Jean-Vincent Holeindre, 2012, rééd. 2014) ; "Vers un nouveau monde" (2013) ; "Histoire du Monde" (2014).

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent Testot   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Réchauffement climatique, extinction de centaines de milliers d'espèces, pollutions globales, guerres de l'eau et d'autres ressources, migrations massives... tous ces dangers convergent et se démultiplient en un péril unique que des certains ont commencé à envisager : celui d'un effondrement global de la civilisation, voire de la biosphère elle-même, engagée dans une tragique « sixième extinction ». Première grande synthèse sur cette question d'urgence, quarante spécialistes de toutes disciplines nous livrent ici le fruit de leurs travaux – les philosophes Dominique Bourg et Christian Godin, l'agronome Pablo Servigne, les historiens Jean-Baptiste Fressoz et Valérie Chansigaud, le militante écologiste Lamya Essemlali et la femme politique Delphine Batho, l'ingénieur Philippe Bihouix, la juriste Valérie Cabanes, le biologiste Pierre-Henri Gouyon, le journaliste Stéphane Foucart, l'économiste Gaël Giraud et tant d'autres. Sous la direction du journaliste Laurent Testot et de l'expert en risques Laurent Aillet, Collapsus dresse un état des lieux et nous aide à comprendre les dynamiques en cours afin d'engager nos choix citoyens. https://www.albin-michel.fr/ouvrages/collapsus-9782226448972

+ Lire la suite

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Unhomosapiens   17 juin 2018
Cataclysmes de Laurent Testot
Ces Amérindiens (de Patagonie) vivent nus. La priorité des missionnaires est de les vêtir. Quête de vêtements usagers à Londres. Distribution en Patagonie. En moins d'un an, les dizaines de milliers d'Amérindiens qui se sont réfugiés auprès des missions sont quasiment tous morts, piqués par les poux, contaminés par un flot de maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés. Tués par ceux qui venaient les sauver.
Commenter  J’apprécie          200
Unhomosapiens   16 mai 2019
Cataclysmes de Laurent Testot
Qui se souvient qu'il y a deux mille ans, on trouvait encore des lions en Grèce, des éléphants en Syrie et des aurochs en France ?
Commenter  J’apprécie          210
Unhomosapiens   17 mars 2022
Cataclysmes de Laurent Testot
L'humain est en fait l'espèce invasive ultime et n'a plus de prédateur, notamment depuis qu'il a terrassé les épidémies. Son expansion est sans autre limite que celles de la planète. De tous ces animaux disparus, de cette sixième extinction amorcée il y a au moins 50 000 ans, démultipliée au XIXème siècle et toujours plus destructrice, nous sommes les coupables héritiers.
Commenter  J’apprécie          172
Unhomosapiens   07 juin 2018
Cataclysmes de Laurent Testot
Quand un superprédateur sort de son lieu d'origine, rien ne l'arrête, car il lui est aisé de tout massacrer. C'est le rêve d'abondance qu'ont vécu nos ancêtres, jouissant du pays de cocagne, dès qu'ils ont mis le pied dans de nouveaux milieux. Aux chasseurs de Sungir (actuelle Russie) d'il y a 30 000 ans, amateurs de ragoût de mammouth, en passant par les navigateurs indonésiens se régalant d'omelettes d’œufs d'oiseaux éléphants de Madagascar, il y a mille ans, ont succédé les braconniers contemporains massacrant à la Kalaschnikov les derniers rhinocéros pour revendre leur corne 60 000 euros le kilo sur le marché de la pharmacopée chinoise.
Commenter  J’apprécie          130
OmbreetPoussiere   26 mai 2019
Homo Canis de Laurent Testot
Dès que les Européens nous ont aperçus, ils ont eu en tête de nous exterminer. Rappelons que l’Australie a été dépeuplée à l’arrivée des Blancs. Comme les Amérindiens avant eux, les Aborigènes ont été emportés par des vagues de maladies, et les survivants ont subi des politiques génocidaires : travail forcé, expulsion des meilleures terres, sédentarisation, exécution sommaire des protestataires, et au XXe siècle vol des enfants afin de les « civiliser » ….. Rien ne leur a été épargné. Nous autres dingos avons, dans l’ensemble, mieux résisté. Alors que le milieu se transformait. Imaginez l’Australie voici trois siècles, quelques centaines de milliers d’Aborigènes, répartis en myriades de groupes, brûlant périodiquement le couvert végétal pour entretenir le milieu : faire pousser des jeunes plantes, amener le petit gibier à se multiplier….



Puis ces jardiniers du feu, décimés suite à l’arrivée des Européens, cessent toute activité. D’innombrables vaches et moutons les remplacent. Les Européens forent des puits, créent des points d’eau dans la steppe pour abreuver le bétail. Des animaux inconnus prospèrent. Les chats, amenés par les navires, prolifèrent et détruisent nombre de petits mammifères. Les lapins s’échappent des clapiers et se multiplient faute de prédateurs. Les renards, introduits pour les détruire et aussi, en bonus, permettre la chasse à courre trouvent plus facile de boulotter les petits mammifères indigènes que le rongeur à longues oreilles. Si chats et renards font facilement bombance, c’est que leurs proies n’identifient pas ces nouveaux venus comme prédateurs. Ils opèrent encore aujourd’hui des dégâts immenses dans l’écosystème australien.



Nous autres dingos pourrions vous aider à lutter contre leur prolifération. Comme tout carnivore, nous pratiquons la surprédation : quand l’occasion se présente nous massacrons chats et renards, y compris les jeunes, pour limiter la concurrence. Mais vous avez choisi de nous combattre à outrance. Un des premiers naturalistes à nous étudier, Walter Beilby l’avait sèchement résumé en parlant de nous : « Ce sera une bénédiction quand ces brutes seront toutes mortes ». En conséquence de quoi nous avons été traqués, piégés, emprisonnés, fusillés. Vous avez même construit le Mur, le Dingo fence, la plus longue clôture continue du monde, 5300 km de grillage électrifié haut de près de deux mètres, isolant la partie sud-est de l’Australie. L’ouvrage a commencé dans les années 1880, en barrage à l’expansion des lapins. Mais il n’était pas achevé quand maitre Jeannot l’a dépassé. Alors les éleveurs de moutons l’ont terminé son édification entre les années 1920 et 1960, parce que certains d’entre nous manifestent une propension forte à massacrer leur bétail quand il n’est pas défendu. Tout ça n’a servi à rien. Même si nous sommes beaucoup moins nombreux du côté sud-est du Mur que dans le reste de l’Australie, nous avons survécu. Et les chasseurs qui avaient pour tâche de nous exterminer ont même coutume de dire que nous sommes de toute la Création l’animal le plus retors à poursuivre. Ironie du sort : lapins et kangourous ont proliféré là où nous raréfions, détruisant les pâturages des ovins. Manipuler l’environnement mène souvent à des conséquences imprévisibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Unhomosapiens   10 juin 2018
Cataclysmes de Laurent Testot
Sous le seul règne d'Auguste, 3500 éléphants sont mis à mort dans les arènes de Rome. (...) Lors d'un autre évènement, le raffinement est porté à son comble avec le carnage de 300 autruches paniquées, à l'aide de projectiles spécialement conçus pour décapiter les oiseaux géants.
Commenter  J’apprécie          120
OmbreetPoussiere   25 mai 2019
Homo Canis de Laurent Testot
Les Amérindiens n'ont peut-être pas inventé la roue (sauf pour les jouets d'enfants, sous forme par exemple de petits chiens en bois ou en terre cuite montés sur roulettes), mais en avaient-ils besoin ?

Quelle que soit la culture concernée, une constante émerge : répartir les charges, attacher les chiens était affaire de femme, l'autre bête de somme !
Commenter  J’apprécie          115
Unhomosapiens   22 mai 2019
Cataclysmes de Laurent Testot
L'année 1989 a vu la fin du communisme d’État, et la prise de conscience environnementale mondiale qui s'amorçait aurait pu mener à un futur différent. Or c'est un modèle alternatif qui a triomphé. Le néolibéralisme a permis l'extension du schéma consumériste occidental à la planète entière au moment même où l'on se rendait compte que ce comportement n'était pas soutenable. Singe est devenu schizophrène.
Commenter  J’apprécie          90
OmbreetPoussiere   25 mai 2019
Homo Canis de Laurent Testot
A quoi ressemblaient ces chiens accompagnant les Paléo-Amérindiens ? On en a une vague idée pour le Nord. En zone inuit, Nord du Canada et Groenland, à des simili-loups évoquant peut-être les actuels malamutes d'Alaska ou groenlandais, des chiens de traineau puissants à la fourrure épaisse. Un peu plus ou sud, dans les forêts des nations iroquoises ou huronnes, à de grands mâtins qui ont peut-être contribué au terre-neuve. Encore plus au sud, vers les Grandes Plaines et les prairies, des tribus partiellement nomades chassent le bison. Elles sont accompagnées d'importantes meutes de chiens de taille moyenne, tractant des charges sur des travois, comme le décrit l'explorateur Francisco Coronado en 1541 : attachez deux bâtons parallèles de part et d'autre de l'animal, ligotez dans l'intervalle vos biens enveloppés de couvertures, de tentes et de peaux, et faites tirer alors que seules les extrémités des bâtons traînent sur le sol.
Commenter  J’apprécie          71
Laurent Testot
Unhomosapiens   04 octobre 2018
Laurent Testot
Dans l'imaginaire de l'ailleurs, il existe une distinction fondamentale entre voyageur et touriste. Le voyageur est valorisé, présenté comme autonome, respectueux des populations locales, désireux de savourer la rencontre et capable de s'imprégner de l'esprit du lieu visité. Le touriste serait pur consommateur. Il aurait payé pour traverser le monde, en une course aux selfies devant les monuments "qu'il faut avoir vu dans sa vie". Il limiterait ses contacts avec les populations locales à la satisfaction de ses besoins primaires, nourriture et sommeil.

(Le monde des religions numero 91)
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Cache-cache avec les villes !

Américaine, je fus la "Nouvelle Angoulême", puis la "Nouvelle Amsterdam", avant de m'appeler :

Boston
Washington
New York

12 questions
110 lecteurs ont répondu
Thèmes : géographie , histoire , culture généraleCréer un quiz sur cet auteur