AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368774769
Éditeur : IDP (01/04/2016)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Lors d'une réunion entre amis, Udô retrouve par hasard Kiyotake, dont il était amoureux au collège, huit ans plus tôt. Mais à l'époque, Kiyotake préférait les filles de petite taille avec de longs cheveux, et Udô, en plus d'être un garçon, faisait vingt centimètres de plus que lui. Depuis, Kiyotake a bien grandi, mais il n'a pas changé, et Udô ne correspond toujours pas à son idéal... Malgré tout, cette rencontre leur donne l'occasion de prendre un nouveau départ : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Tachan
  27 juin 2018
Encore une découverte yaoi, on ne m'arrête plus ! Non, en fait, c'est à cause des titres que j'ai découvert la semaine dernière qu'il me fallait absolument me procurer et je suis tombée sur celui-ci en même temps. J'ai de suite été séduite par le trait de la mangaka et l'histoire d'un amour de collège jamais oublié me tentait bien.
Je n'ai pas été déçue du côté des dessins que j'ai trouvés doux et fins avec de jolis cadrages et des décors très sobres comme j'aime, même si je suis plus réservée sur les expressions un peu froides des personnages.
Là où j'ai eu plus de mal, c'est avec le démarrage de l'histoire. Il faut dire que le héros, Udô, n'est pas des plus sympathiques et que la façon dont il s'y prend pour renouer avec son premier amour est assez glauque et dérangeante. J'ai beaucoup de mal avec l'absence de consentement dans les yaois et le fait que des viols se transforment en histoires d'amour, ça manque cruellement de bon sens et de réalisme et c'est fort dommage de véhiculer ce genre de clichés encore une fois. du coup, le revirement de Kiyotake qui a toutes les raisons d'en vouloir à Udô est assez maladroit, de même que le départ de ses sentiments pour lui, alors qu'il y avait de quoi faire une bonne histoire.
En effet, c'était intéressant de s'intéresser d'abord à un bi, et non juste à un homo, qui n'a pas oublié son premier amour et qui n'est pas le type super sûr qu'il semble être. C'est touchant de le voir douter, hésiter, se tromper, mal se conduire, être immature, etc. J'ai beaucoup aimé ces aspects là de lui. A l'inverse, j'ai trouvé le second, Kiyotake plus classique et plus lisse. C'est un hétéro qui commence à s'intéresser à un autre garçon après des retrouvailles un peu glauques et après un certain passif, mais en voyant la fragilité et les bons côtés de ce dernier, il commence à s'inquiéter et s'intéresser à lui. J'ai trouvé son évolution moins logique. Par contre, leur duo fonctionne très bien, j'adore leur couple une fois qu'il est constitué et je regrette qu'on ne les voie pas plus malgré tout le drame dont la mangaka aime peupler son histoire.
L'histoire justement se lit sans déplaisir. Elle est rythmée et avance bien. La romance est au coeur mais on voit également pas mal le jeune frère d'Udô (le héros d'un autre titre de la mangaka). Il y a juste ce qu'il faut de drame pour pimenter l'histoire et attendrir le lecteur. Passé la première scène de sexe qui m'a dérangée, les autres scènes du genre sont peu nombreuses, bienvenues et plus du tout choquantes, elles participent à l'histoire. J'ai également aimé les petits chapitres bonus à la fin.
The Story of never ending unhappiness est donc un titre dont j'ai aimé les dessins, le personnage principal et son évolution ainsi que ses relations avec son frère, mais j'ai vraiment eu du mal avec la situation de départ, c'est dommage. Je tenterai quand même le titre consacré au petit frère.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kobaitchi
  02 février 2017
Pour commencer, j'aurais envie de dire que cette histoire n'est pas vraiment mémorable. Je l'ai lue deux fois ces deux derniers mois avec à chaque fois pour intention d'en faire un article. Ce que je n'ai de toute évidence pas fait. Et les deux fois quelques jours après ma lecture je n'étais déjà plus en mesure d'en faire un résumé.
Du coup il a bien fallu que je le relise une fois de plus, mais en travers, juste pour m'en rappeler. Histoire de pouvoir enfin vous en parler.
Une fois n'est pas coutume, nous commencerons par nous intéresser aux dessins.
Visages fins, boucles qui volètent au vent, soucis du détails dans l'habillement, les protagonistes sont charmants. Décor minimaliste nous incitant à nous concentrer avant tout sur les personnages, il sait malgré tout se rappeler à nous quand le scénario le demande. Bout d'un bâtiment, interieur d'un bar, douche ou voiture sont parfaitement rendus pour nous permettre de situer l'action en une case lors d'un changement de lieu et savent se refaire discrets dés l'instant d'après. Nous permettant de reporter la totalité de notre attention sur le « quoi » plutôt que sur le « où ».
Visuellement donc c'est une réussite. C'est beau, épuré sans être minimaliste. C'est un livre que l'on prend plaisir à feuilleter.
Passons maintenant à l'histoire et … fâchons-nous un peu.
Comme dans, hélas, beaucoup de yaoi, l'histoire de nos deux héros commence par un viol. Un viol un peu différent de d'habitude (je n'en reviens pas de devoir écrire ça …) dans le sens où le violeur est le pénétré, mais un viol quand même.
Cette partie est importante et il est difficile de la mettre de côté. Alors oui, il y en aura toujours bien quelques-un.e.s pour me rétorquer que c'est la norme dans les yaoi et que c'est juste un prétexte pour la suite de l'histoire. Mais, personnellement, je n'ai plus envie de lire ce genre de choses. Et c'est également le cas de la plupart des yaoistes que je connais. Donc non, ce n'est pas un détail. Cette partie de l'histoire ne dure que quelques pages et aurait parfaitement pu être remplacée par autre chose.
(lire la suite sur le blog)
Lien : http://kobaitchi.com/the-sto..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zaphrina
  25 mars 2018
Ce manga me donne un avis assez étrange. Au début, on comprend Udô et on finit par le détester. Ce n'est pas une façon de montrer son amour. Cependant, au vue des dialogues, Kiyotake n'est pas mieux. On a l'impression qu'ils ne peuvent aimer que lorsque l'autre se trouve dans une situation de faiblesse. On peut même dire qu'il y a un peu de manipulation et d'abus de faiblesse des deux côtés. À choisir je préfère Kioyotake qui demande quand même la permission contrairement à Udô.

Je pense que vous aurez compris le sous-entendu. J'ai trouvé l'intrigue un peu illogique. Il m'arriverait ce genre de chose je porte plainte. Je ne vais pas voir l'autre en lui disant "donc on sort ensemble" comme si c'était tout à fait normal. Ça m'a vraiment choqué. J'ai quand même lu jusqu'au bout mais ce passage m'a laissé un malaise sur le reste. D'autant plus quand on voit le vrai visage de Kiyotake. Il est loin d'être tout mignon.

En bref, voilà un manga un peu stéréotypé qui m'a laissé avec un sentiment très bizarre.
Lien : https://lessortilegesdesmots..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yuya46
  17 juillet 2016
...
J'ai passé un très bon moment avec ce one-shot et je ne peux que le recommander.
Lien : http://www.yuya.fr/chronique..
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : violVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
758 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre