AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782375060308
200 pages
Éditeur : Taïfu Comics (24/11/2016)
4.36/5   58 notes
Résumé :
Sa voix m'a transpercé, elle est en moi.
C'est une arme létale, une arme folle.

Uenoyama est un lycéen féru de guitare et de basket. Seulement, la passion qui l'animait semble s'être éteinte pour laisser place à un quotidien morne, rythmé par de simples siestes. Un jour, il tombe sur Mafuyu, qui s'est endormi à l'un de ses endroits favoris, une superbe guitare Gibson serrée contre lui. Ce dernier le supplie alors de la réparer et de lui appren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 58 notes
5
13 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Aelynah
  18 janvier 2017
Ce manga que je découvre grâce aux éditions Taifu est catégorisé yaoi. Il reste cependant accessible à tous car assez soft, du moins dans ce tome qui ne voit se profiler que les prémisses d'un amour naissant.
Uenoyama est un lycéen féru de guitare et de basket. Aux pauses déjeuner il semble dorénavant pourtant préférer la sieste.
Même sa passion pour la musique et son groupe apparaît éteinte ou en sourdine. Il faut dire qu'il vit avec sa soeur aînée qui prend un malin plaisir à en faire sa bonne pour les corvées alors qu'elle se prélasse ou traîne à la maison en petite tenue. du coup Uenoyama passe pour un garçon que les filles n'intéressent pas ou du moins qui ne voit pas le succès qui le distingue des autres. C'est un jeune garçon plutôt solitaire et assez taciturne.
Pas autant que l'un de ces camarades du groupe, Kaji, batteur, qui aurait tendance à faire peur avec ses piercings mais qui nous surprend pas son sens de l'analyse.
Le dernier Haruki est le petit rigolo de la bande et le bassiste.
C'est l'arrivée dans leur vie de Mafuyu qui va changer tout ça.
C'est un personnage énigmatique que ce premier tome introductif va nous amener à découvrir petit à petit. Au travers d'éléments tristes de son passé et de son envie presque abusive d'apprendre la guitare il va pénétrer dans le cercle fermé de ces trois-là et faire ressortir une passion qui s'étiolait. Pourtant de prime abord il n'a rien d'un leader ou d'un ado charismatique. Peu sûr de lui, renfermé et discret il est tout l'inverse des autres.
Mais il a ce quelque chose qui va les remotiver.
Uenoyama d'abord, après avoir écouté un morceau fredonné par Mafuyu. Puis les autres que cet air va entraîner à nouveau vers le chemin des projecteurs.
Pas de scènes osées ou même coquines dans ce tome. Un yaoi aux faux airs de seinen. Mais on sent tout de même poindre l'émotion qui étreint les personnages, les troubles qui les laissent parfois surpris et la souffrance d'un passé pas toujours révolu.
Un bon premier tome qui nous met dans l'ambiance, la crée et y plonge le lecteur en douceur. La vie est un long fleuve tranquille pourrait qualifier cet opus. On suit le cours des choses avec parfois un à coup mais toujours on tient le cap. Les dessins sont clairs et tracés d'un crayon léger. Là encore ni violence ni brutalité dans le style. Natsuki Kizu a un scénario plein de poésie et de bons sentiments qui promet une histoire saine et belle emplie de musique et d'émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lilylelfe
  21 septembre 2017
Ce manga, je l'ai découvert par hasard, et son thème et sa couverture m'ont vraiment fait flasher sur lui. D'abord, les couvertures sont splendides. Les personnages y sont en noir et blanc, seule la guitare de Mafuyu est colorée (en rouge), ainsi que le fond, qui est fait d'un patchwork de couleurs très sobres. le contraste est très beau et retranscrit une ambiance très « rock » qui colle parfaitement au manga. Les personnages y sont en train de jouer, chacun bien campé dans son rôle, et rien qu'à travers ces couvertures, on sent déjà leur forte personnalité transparaitre.
Les dessins sont magnifiques. Les personnages sont beaux. Les expressions sont poignantes, et extrêmement réalistes. Quand ils jouent de la musique, quand Mafuyu chante, on le voit, on le sent… on l'entend. Sincèrement, ces dessins contribuent vraiment aux frissons qu'on ressent régulièrement dans le dos à la lecture de cette belle histoire un poil tragique, un peu violente (émotionnellement parlant), et très touchante.
Given est un énorme coup de coeur pour moi. Un manga juste parfait, qui m'a fait vibrer et qui, à chaque fois que je le lis, m'oblige à pleurer toutes les larmes de mon corps. L'histoire de Mafuyu, guitariste débutant et chanteur hors pair, est juste déchirante. Poignante. Bouleversante. Elle ne peut pas laisser indifférent, surtout qu'elle est partiellement racontée à travers le chant, la voix magique de Mafuyu. Alors, vous me direz que ce ne sont que des dessins et du papier, qu'on ne peut donc pas entendre la voix de Mafuyu… Mais je vous jure que si. Quand il ouvre la bouche et se met à chanter, le monde s'arrête. le nôtre. Et celui de Uenoyama particulièrement.
Cette histoire ne se réduit pas à une histoire d'amour. C'est une histoire d'ado paumés, qui ne se comprennent pas eux-mêmes, qui souffrent de leurs émotions, qui tentent de les exprimer à travers la musique. Parfois, ils y parviennent, et ils touchent alors quelque chose de profond, de vrai, de juste qui les aide à se transcender. Souvent, ils sont juste perdus dans le flot de leurs jeunes vies, trop remplies de sentiments, d'incompréhension, de colère.
L'histoire est surtout centrée sur Uenoyama, au départ. On suit ses pensées chaotiques, on le voit tomber peu à peu amoureux de Mafuyu et ne pas savoir quoi faire de ces sentiments-là. On le voit se débattre sans fin contre lui-même, contre les autres, aussi, parfois. Il est extrêmement expressif, parfois même violent dans sa façon d'exprimer ses émotions, ou de tenter de les cacher. Il camouffle son obsession pour Mafuyu derrière un masque de stress et de colère, lui parle souvent mal, le dispute, s'en prend à lui… Il recherche sa présence tout en le renvoyant sans cesse bouler.
Les deux autres musiciens, Aki et Haruki, réalisent assez vite ce qui se trame, mais ils sont impuissants à gérer les émotions de leur ami qui est en train de couler à pic. Au passage, j'aime beaucoup le sérieux d'Aki, qui contraste avec son look de punk et son air parfois dangereux, alors qu'il est adorable, et l'humour et la gentillesse d'Haruki, qui en plus est super beau avec ses cheveux longs !
Mafuyu, lui, a une histoire de vie terriblement tragique. Je ne vous en parle pas ici, parce que c'est un tel choc de le découvrir, de revenir en arrière, peu à peu, sur son histoire, je ne voudrais pas en gâcher la surprise. Mais toujours est-il qu'il a énormément de choses à exprimer, et une incapacité quasi-totale à s'exprimer, à montrer ses émotions… Ce qui rend l'ambiance du groupe un peu plus tendue au fur et à mesure qu'un premier concert va se profiler et que Mafuyu va osciller entre son désir de chanter, de créer ses propres paroles qui lui permettront de se libérer en partie du poids qui le plombe et l'empêche d'aller de l'avant, et sa peur, son impossibilité à écrire ces mots qui lui arrachent le coeur, qui le révèleraient, lui, aux yeux du monde… à ses propres yeux. le personnage de Mafuyu est extrêmement émouvant. Doux, sage, posé et gentil, il cache de tels traumatismes, une telle force intérieure, une telle souffrance qu'on ne peut pas ne pas être touché par lui.
Le côté musical est vraiment bien rendu, comme je l'ai dit. L'ambiance « groupe » est très bien faite et super sympa. On voit le groupe de jeunes évoluer entre émulation et crises à gérer, les deux aînés ont leurs propres soucis, mais ils galèrent à gérer Mafuyu et particulièrement Uenoyama, qui se transforme, au fur et à mesure qu'il réalise ses sentiments pour Mafuyu, en bombe à retardement. Si ces deux-là ne parviennent pas à s'exprimer et à dénouer leurs noeuds, tout risque d'exploser… C'est ainsi que l'ambiance du manga est sous perpétuelle tension. On y retrouve bien sûr les questionnements de l'adolescence, la difficulté de l'amour, la complexité des émotions, l'angoisse qu'Ue éprouve à réaliser qu'il est amoureux d'un garçon, alors qu'il ne se savait pas attiré par les hommes… Autant de thèmes incontournables qui sont particulièrement bien évoqués ici, avec une violence très adolescente qui ne laisse pas de marbre. En plus, les personnages n'ont pas des vies évidentes, ils ne sont pas de simples jeunes ayant une famille stable, une existence posée, etc… Un certain nombre de personnages secondaires sont également bien campés, ont une ébauche d'histoire, donnant plus de profondeur encore au manga.
Bref, je ne peux que vous conseiller ce manga unique et inoubliable, qui en plus est tout public, même si certains thèmes abordés sont difficiles, et les histoires de vie complexes et douloureuses. Mon fils de 11 ans l'a dévoré autant que moi. Il n'y a pas du tout d'érotisme, évidemment. C'est une belle histoire qui peut vraiment parler à de jeunes lecteurs (pas trop jeunes et un minimum matures quand même, d'autant que l'histoire est complexe) et bien évidemment, qui touchera énormément le public adulte. Un immense coup de coeur que je vous recommande chaudement.
Aurélie pour le blog d'Amabooksaddict
Lien : http://amabooksaddict.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Louis_LUCAS
  20 décembre 2016
Après plusieurs années à défendre le rock sur des webzines musicaux, c'est donc en connaissance de cause que j'ai jeté mon dévolu sur ce manga lors du dernier Masse Critique proposé par Babelio (que je remercie d'ailleurs au passage).
"Given" n'est pas le premier manga ayant pour thème ce genre musical. Il y a eu le sympathique mais néanmoins trop court "Bremen", "Nana" qui a surtout attiré un lectorat féminin et bien entendu l'indétronable "Beck", LE manga sur le rock. "Given" est l'oeuvre de Natsuki Kizu, un mangaka spécialisé dans le Yaoi, un sous-genre que je ne connaissais pas jusqu'à présent.
Si les informations que j'ai pu récolter sur le net sont exactes, le Yaoi met en scènes des histoires d'amour homosexuelles entre hommes mais s'adresse plus particulièrement à un lectorat féminin. Ma première lecture s'étant faite sans connaître les codes du genre, je dois dire que j'ai été assez surpris par le caractère intimiste de la narration, par la finesse des traits des personnages et la mise en valeur, un brin exacerbée, des émotions sur les visages.
Autant dire que cette première tentative n'a pas été réellement concluante. le rock, la musique fait partie intégrante de l'histoire mais elle n'en est pas le moteur. Elle apparaît plutôt en toile de fond et sert de faire-valoir à la relation vouée à devenir ambigüe entre Uenomaya et Mafuyu.
Une fois digéré le fait qu'il y aura peu de références musicales - tout au moins dans ce premier tome - et que "Given" narre avant tout les errances, les sentiments et les états d'âmes d'une bande de post-adolescents, la deuxième lecture a été plus agréable sans toutefois réellement captiver. Beaucoup d'ellipses, quelques digressions surprenantes - une étude du look (coiffure, piercings, ...) de chacun des protagonistes - et la sensation diffuse que ce manga s'adresse en priorité à un public adolescent.
Les dessins sont magnifiques, les personnages sont stylisés à l'image des groupes de rock japonais ou des stars de la J-Pop et le personnage de Mafayu avec son regard de mélancolique éperdu intrigue suffisamment pour donner envie de poursuivre la lecture, tout au moins du deuxième tome.
Si certains aspects de cette lecture ont quelque peu freiné mon enthousiasme, "Given" m'a permis de découvrir un genre que je connaissais pas, le Yaoi, et une approche narrative parfois éclatée, un peu déstabilisante pour la compréhension de l'histoire mais pas inintéressante. Reste à espérer que la musique trouve dans le prochain opus un peu plus d'espace pour s'exprimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
starmornielna
  01 février 2021
En décembre, je découvrais Given avec l'animé. J'ai tellement aimé qu'il était impossible que je ne me procure pas les mangas, d'autant plus qu'ils vont plus loin que l'animé. Avec pour l'instant 5 tomes parus en France, la publication est longue, bien qu'un sixième tome soit prévu chez nous en juillet (et peut-être un film aussi…). Given, c'est donc un manga sur la musique, mais aussi sur l'adolescence, le passage à l'âge adulte, sur l'amour, le deuil… Finalement, plein de thèmes y sont traités avec beaucoup de puissance et de subtilité.
Dans ce premier tome, l'histoire démarre avec Uenoyama, un guitariste doué qui n'a plus le goût de grand-chose. Alors qu'il allait une énième fois sécher les cours pour faire une sieste dans son endroit favori, il a la surprise de découvrir que quelqu'un se trouve déjà là. le garçon qu'il rencontre a tout de mystérieux, il ne parle pas beaucoup, semble triste, dis à peine son nom et tient contre lui une Gibson, une guitare de pro qu'il ne semble pas savoir utiliser. Très surpris par cette rencontre, Uenoyama va vite être fasciné par Mafuyu et l'aider, déjà à changer les cordes de sa guitare, puis à lui apprendre à en jouer. Après avoir été percuté par sa voix, à mesure qu'il essaie d'apprendre à le connaître, Uenoyama va finalement l'inclure dans son groupe en tant que chanteur. L'arrivée de Mafuyu dans le groupe leur donne un second souffle, mais bouleverse aussi entièrement la vie de chacun des membres.
Pas besoin d'y connaître quelque chose en musique pour apprécier ce manga, la construction des planches suffit à faire vibrer les pages et la lecture. Et autant le dire de suite, j'ai adoré, plus encore que l'animé. Difficile d'exprimer avec des mots tout ce qu'on peut ressentir à la lecture de ce manga, grossièrement je dirai que pour ma part ça m'a bouleversée. Chaque personnage semble, à l'intérieur de lui, être pris dans une tempête d'émotions fortes qu'il n'exprime pas, parce qu'il ne sait pas comment faire, avant que ça sorte puissamment de lui. Tout est toujours à fleur de peau, et émouvant comme jamais ! Si vous avez la larme facile, prévoyez des mouchoirs ! Car ce qu'ils vivent est désespérément tragique, fort mais aussi plein d'espoir.
Dans ce premier tome, l'histoire se centre principalement sur Uenoyama et Mafuyu, bien que les deux autres membres du groupe soient aussi importants. Plus âgés et déjà à la fac, Akihiko et Haruki font office de grands-frères et de guide pour les deux autres. On les découvre petit à petit à travers les pages, et sans doute qu'ils seront beaucoup plus développés dans les tomes suivants, car ici c'est surtout avec Mafuyu que tout commence.
Je ne dévoilerai pas ce qui est arrivé à Mafuyu, mais c'est juste immensément triste et on comprend pourquoi il n'arrive pas à exprimer tout ce qu'il ressent. Les événements sont racontés avec beaucoup de pudeur malgré leur violence, et on assiste, avec Uenoyama, à une sorte de cheminement vers la guérison de Mafuyu à travers la musique, bien que selon moi il s'agisse plutôt d'acceptation. La guitare a beaucoup d'importance car est le seul lien vers le passé, mais elle permet aussi à Mafuyu de se reconstruire. Uenoyama, bien qu'il n'ait pas le même vécu, est aussi touchant car il est pris par surprise par Mafuyu qui le déstabilise immédiatement et qui fait naître en lui des sentiments forts qu'il ne comprend pas. La relation entre les deux, plutôt jolie mais complexe avec tous les non-dits, évolue doucement et maladroitement au fil des pages.
Ça ne m'a pas dérangé d'avoir vu l'animé avant, car le manga est vraiment construit d'une façon plutôt originale, moins linéaire, ce qui fait que je n'ai pas eu l'impression de lire exactement ce que j'ai vu à la case prêt. Ce tome est donc juste sublime, j'ai eu un très gros coup de coeur pour cette histoire bouleversante. Je ne peux qu'en conseiller la lecture !
Lien : https://lesaffamesdelecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth
  16 décembre 2016
J'ai reçu ce manga des éditions Manga-Taifu dans le cadre de la dernière masse Critique Babelio et je les en remercie.
Ce manga fait écho pour moi à la série Beck qui aborde aussi le thème des groupes de musique et de la guitare et du chant mais la ressemblance s'arrête là.
Dans un univers lycéen et étudiant, Uenoyama est un beau gosse un peu nonchalant qui passe son temps à dormir en classe et faire la sieste dans les escaliers dès qu'il le peu pour se reposer de sa vie trépidante qui alterne la musique, le basket et son job après l'école.
C'est dans les escaliers justement qu'il rencontre une autre élève de la classe voisine une très belle guitare dans les bras. En essayant d'échanger quelques mots avec lui, Uenoyama se demande comment un adolescent qui ne sait ni jouer, ni changer les cordes, se trouve en possession d'un tel instrument et ce qui l'attire vers la musique. Car Mafuyu lui demande de lui apprendre à jouer de la guitare.
Le lecteur suit les personnages pendant les répétitions du groupe de rock que forment Uenomaya, Haruki et Akihiko. Ces deux derniers, âgés de 20 ans, décident de prendre Mafuyu un peu sous leur protection et lui donnent des conseils.
Deux événements vont frapper le héros de l'histoire : l'émotion qui l'a submergé en entendant Mafuyu chanter et la rumeur qui court qu'il sortait avec un garçon dans son collège et que celui-ci s'est suicidé.
Uenomaya n'arrive pas à comprendre tout ce que cela suscite en lui.
J'ai bien aimé ce livre dont j'ai trouvé les personnages intéressants et plutôt attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   16 décembre 2016
Je ne sais jamais quelle est la bonne manière de réagir. Je suis incapable de faire ce que tout le monde fait si facilement. Tous savent rire et pleurer. Je ne suis pas doué pour ça. (p.103-104)
Commenter  J’apprécie          90
rickissrickiss   13 février 2017
- Quand on l'écoute, on sent la passion derrière. Une passion qui donne des frissons. C'est comme s'il criait sans crier. [...]
- Quand je l'entends, je perds mon sang-froid. Ca remue un truc au fond de moi... Ca me donne envie de casser quelque chose... En tout cas, ça m'inspire rien de doux...
Commenter  J’apprécie          30
Erik_Erik_   06 décembre 2020
La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent.
Commenter  J’apprécie          30
zazimuthzazimuth   16 décembre 2016
Je suis sûr que je suis vraiment plus nul que tout le monde pour m'exprimer. (p.108)
Commenter  J’apprécie          40
zazimuthzazimuth   16 décembre 2016
- Bah Suzuki et toi...
- Satô
- C'est que vous n'êtes ni très sociables ni dans la même classe et vous ne vous ressemblez pas vraiment. Alors les filles jasent. (p.70)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : GuitareVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
844 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..