AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9789083003405
228 pages
Éditeur : SWW Press (04/08/2019)
4.5/5   1 notes
Résumé :
Traduction du titre en Français : Séduire et tuer des nazis.

This is the astonishing true story of three teenage Dutch girls, Hannie Schaft and sisters Truus and Freddie Oversteegen, that has inspired many throughout the world.When Nazi Germany invaded the Netherlands in World War II, these girls took up arms against the enemy by seducing high-ranking Nazi officers, luring them into the woods and killing them. They provided Jewish children with safe ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
kielosa
  22 avril 2020
+++++++ SÉDUIRE ET TUER DES NAZIS +++++++
Aux Pays-Bas, Hannie Schaft (1920-1945) est incontestablement la plus célèbre résistante à l'occupant nazi pendant la dernière guerre mondiale. La "fille aux cheveux roux" comme on a surnommé cette héroïne est comparable à Lucie Aubrac en France et constitue dans son pays avec Anne Frank un véritable icône du conflit. Dans ce livre richement illustré de Sophie Poldermans, 2 autres résistantes néerlandaises côtoient Hannie : les soeurs Oversteegen, Truus (1923-2016) et Freddie (née en 1925 et morte en 2018, un jour avant son 93ème anniversaire).
Pour les lectrices et lecteurs j'ai ajouté une photo d'Hannie Schaft et une autre des soeurs Oversteegen, prise en 2014 avec le Premier ministre Mark Rutte des Pays-Bas.
La jeune Sophie Poldermans (née en 1981) est une dame dynamique avec des diplômes en droit international public (université d'Amsterdam) et droits de l'homme (université de Berkeley, Californie). Elle a été stagiaire à la Cour pénale internationale de la Haye (crimes de guerre en ex-Yougoslavie) et est actuellement chargée de cours de techniques de règlement de conflits ("conflict resolution") à l'université d'Amsterdam.
Mais Sophie Poldermans est avant tout une passionnée de l'histoire des femmes résistantes. Elle n'avait que 17 ans lorsqu'elle a remis sa contribution au Conseil National de Commémoration d'Hannie Schaft, dont plus tard elle est devenue membre. Sophie donne régulièrement des conférences sur la place des femmes dans la résistance en temps de guerre. Il y a tout juste un an, en avril 2019, elle a fondé l'organisation "Sophie's Women of War" , voire le site "www.sophieswomenofwar.com" et elle peut être contactée pour des conférences, visites guidées... sur l'adresse email info@sophieswomenofwar.com.
L'auteure a connu personnellement pendant une vingtaine d'années les soeurs Oversteegen et ce sont elles qui l'ont encouragé à continuer son travail de commémoration : "vous êtes jeune et il est important que quelqu'un nous fasse connaître à la jeunesse, lorque nous ne serons plus là !"
Comme adolescente, l'auteure pouvait voir de sa chambre la forêt près de Haarlem, à 30 kilomètres à l'ouest d'Amsterdam, où Hannie,Truus et Freddie seduisèrent des nazis haut gradés, les attirèrent en forêt et les tuèrent.
C'est Hannie Schaft qui a inspiré Harry Mulisch pour son roman à succès "L'attentat" de 1982. le réalisateur Fons Rademakers en a fait 4 ans plus tard un film émouvant avec le même titre et l'actrice Monique van de Ven dans un rôle majeur.
Hannie Schaft, la fille de 2 parents dans l'éducation, a eu peut-être une enfance surprotégée par ses parents après la mort de son unique soeur de diphtérie en 1927, lorsqu'elle avait 7 ans. Hannie était une enfant calme et timide, qui faisait de son mieux à l'école parce qu'elle voulait devenir conseillère juridique à la Société des nations (le précurseur de l'ONU) à Genève. Physiquement, plutôt fine et effacée avec des taches de rousseur, elle n'avait pas du tout l'allure d'une dangereuse séductrice ou femme fatale. Non, elle n'avait rien de son illustre compatriote exotique Mata Hari. Mais elle avait de fortes convictions de devoir moral. Ainsi, déjà en 1939, elle envoya des petits colis en Pologne pour les soldats polonais prisonniers des nazis.
L'invasion de son propre pays par la peste brune, le 10 mai 1940, l'horrible bombardement de Rotterdam et le programme antisémite des conquérants ont vite convaincu la jeune fille que sa place était dans la résistance. D'autant plus qu' à la faculté de droit de l'université d'Amsterdam, où elle faisait ses études, elle avait des amies juives qu'elle s'est mise à protéger.
Le père de Truus et Freddie Oversteegen était un homme volage qui a laissé en 1933 à son épouse, Trijntje, le soin des mômes de 10 et 8 ans. Leur mère a été une femme exceptionnellement courageuse, qui seule pour subvenir aux besoins de sa famille, a trouvé néanmoins le moyen d'héberger dans sa petite maison 5 réfugiés juifs allemands. Maman Oversteegen imprimait chez elle en plus un journal illégal.
C'est au printemps 1943 que les 3 filles ont rejoint l'organisation de résistance sous la conduite du commandant Frans van der Wiel. En dépit de leur difference de caractère et tempérament elles y formèrent une équipe unie et efficace. Et disciplinée pour la distribution de tracts et après d'armes, vol et falsification de documents et actes de sabotages. Elles en ont fait des kilomètres sur leur vélo, en mission. de cette date jusqu'à la défaite allemande, Hannie s'est cachée à 51 adresses différentes.

Simultanément à leur chasse des gradés de la Gestapo et des traîtres néerlandais, le trio s'est aussi débrouillé pour sauver de nombreux Juifs, surtout des enfants juifs.
Je ne vais pas entrer dans le détail des opérations effectuées par les 3 jeunes résistantes, que je vous laisse découvrir.
Au cours d'une mission, Hannie Schaft a été arrêtée le 21 mars 1945, reconnue par la police nazie, interrogée et torturée. Elle a admis ses propres faits de guerre, mais elle n'a lâché aucun nom de résistant. Trois semaines avant la libération des Pays-Bas, elle a été fusillée, le 17 avril 1945.
Le 27 novembre de la même année une cérémonie religieuse a eu lieu en présence de la reine Wilhelmine et la princesse Juliana. Au cimetière honoraire de Bloemendaal, Hannie Schaft est la seule femme parmi les 371 résistants qui y sont enterrés.
Truus et Freddie ont survécu et se sont mariées. Truus a eu 4 enfants, dont l'aînée s'appelle Hannie, Freddie en a eu 3. Les 2 dames ont souffert de troubles de stress post-traumatique
Dans un échange d'emails, l'auteure m'a aimablement fait savoir que son ouvrage, sorti en août 2019, n'existe actuellement qu'en version anglaise. Son livre se lit très vite. Il compte en tous 227 pages, dont 56 pages de photos, des cartes géographiques, une chronologie des événements principaux (9 pages), des notes, une bibliographie et un index.
L'auteure explique que pendant l'occupation des Pays-Bas par les nazis, environ 90% de la population tentait de poursuivre une existence aussi normale que possible, 5% a été collabo et seulement 5% résistant. Dans cette catégorie une minorité étaient des femmes, avec en haut du sommet Hannie, Truus et Freddie.
À la fin de son prologue, Sophie Poldermans se pose la question : Qu'est-ce que moi j'aurais fait si j'avais été à la place de ces 3 héroïnes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          588


autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2407 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre