AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782012563247
280 pages
Éditeur : Hachette Livre BNF (01/05/2012)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
La pornocratie, ou Les femmes dans les temps modernes / par P.-J. Proudhon
Date de l'édition originale : 1875
Sujet de l'ouvrage : Femmes
Collection : Oeuvres posthumes de P.-J. Proudhon

Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AdrasteAdraste   23 septembre 2014
M. Enfantin prend pour exemple la balance. Il dit par la bouche de son interprète, Mme J*** L***, p.153:
" Dans le fait de comparer deux corps pesant dans leurs rapports de poids, il y a bien les deux plateaux de la balance qui donne le plus ou le moins; mais, pour déterminer la différence, pour l'exprimer et la convertir en fait, il faut un criterium de pesanteur qui fait partie de la balance ou que vous y annexez au moment de l'opération (comme les poids), mais qui, dans sa norme unitaire, est antérieur et supérieur au fait de pesage et se rattache à la loi générale de pesanteur. Dans cette opération, vous l'avez ramené à l'unité; vous avez comparé deux choses entre elles dans leurs rapports avec une loi générale, et vous avez formulé un fait nouveau. Eh bien ! notre entendement, qui est vivant, est à la fois l'agent et l'instrument de l'opération. Comme la balance, il a ses deux plateaux et il a sa mesure propre."
Vous ne comprenez rien à ce charabia, n'est-il pas vrai, madame ? Ni moi non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AdrasteAdraste   23 septembre 2014
Des faits, je vous en ai cité de toute sorte; mais comme il vous a plu de n'y voir que des sarcasmes à votre adresse personnelle, vous les avez déclarés non avenus. Il faut pourtant, mesdames, que nous partions d'un principe, si nous voulons que le public qui nous lit nous entende. Est-ce de vous qu'il s'agit, ou de votre sexe ? Évidemment c'est de votre sexe, au nom duquel vous protestez, et que vous dites tyrannisé, dégradé par le mien, Laissons donc de côté ce qui peut vous être particulièrement désagréable dans l'enquête: ou vous serez sauvées avec toutes les femmes, ce qui veut dire que vous abjurez vos maximes; ou vous serez blâmées toutes seules. Soyez tranquilles, il n'y aura pas de confusion, pas d'injustice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AdrasteAdraste   23 septembre 2014
Ces faits [...] je me suis borné à les indiquer en masse, ne me croyant pas obligé de rapporter autrement des vérités tombées dans le domaine public. Cela vous a donné prétexte de dire que je n'avais cité aucun fait. C'est ainsi que raisonne la femme lorsque la passion la domine, la femme affranchie de toute foi comme de toute bonne foi. Elle ne voit, ni entend; comme la fameuse Scylla de la mythologie, elle jappe. Détruisez donc la statistique du commerce, détruisez la biographie universelle, détruisez la témoignage des théologiens, des philosophes, des poètes, des moralistes; détruisez l'aveu de vos chefs de file, détruisez cette critique littéraire, qui vous met à votre place; détruisez la phrénologie et quand vous aurez détruit toutes ces choses, vous pourrez dire que je n'ai pas produit de faits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AdrasteAdraste   24 septembre 2014
L'Angleterre, l'Amérique, la Belgique, la Suisse, etc., affirment le self-government, et prouvent leur dire par la plus heureuse application. La loi, disent ces nations, est l'expression de la volonté générale: elle n'a besoin, pour se manifester, que d'un débat contradictoire, d'un vote; après quoi, elle est mise à exécution par le ministère. Il n'est nul besoin là d'aucune autorité intermédiaire. - La Révolution de 89 a dit la même chose: c'est pourquoi les diverses constitutions dites monarchiques, qui en sont sorties, ont voulu que le roi, directeur ou président, ne fût autre chose que le chargé d'exécution de la loi, à cette fin sollicité de former le ministère, mais non son auteur, son révélateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AdrasteAdraste   24 septembre 2014
J'ai retrouvé dans les sectes de l'époque, icariens, humanitaires, saint-simoniens, phalanstériens, dans toute cette bohème artistique et littéraire, les mêmes tendances, le même esprit, la même dépravation que chez les gnostiques.
Poussant l'examen dans le dernier détail, j'ai démontré, par d’illustres exemples, que la femme qui s'éloigne de son sexe, non seulement perd les grâces que la nature lui a données, sans acquérir les nôtres, mais retombe à l'état de femelle, bavarde, impudique, paresseuse, sale, perfide, agent de débauche, empoisonneuse publique, une Locuste, une peste pour sa famille et la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73

Lire un extrait
Video de Pierre-Joseph Proudhon (1) Voir plusAjouter une vidéo

Charles FOURIER ou le bonheur du peuple
La vie et la pensée de Charles FOURIER sont retracées à travers des lieux significatifs ainsi que de nombreux documents d'Archives, gravures, photos et peintures.Ce sujet fait partie d'une série intitulée "Les utopistes du XIXe siècle". Deux autres volets sont consacrés à : Pierre Joseph Proudhon et Gustave COURBET, également Francs Comtois. Charles FOURIER est né à Besançon en...
autres livres classés : ConcubinageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un prénom (seulement...) dans le titre

"Marius"

Marcel Pagnol
Alphonse Daudet
Victor Hugo
Guy de Maupassant

12 questions
51 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre