AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749917697
Éditeur : Michel Lafon (03/01/2013)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Souhaitant oublier l'accident de voiture où il a perdu sa femme et où il a lui-même failli laisser sa vie, Terra s'installe dans une petite ville de la Colombie-Britannique afin d'y enseigner la philosophie.


Coïncidence ? Fatalité ? Dès son arrivée, d'étranges phénomènes et d'extraordinaires changements s'opèrent en lui. Pourquoi ses étudiants le vénèrent-ils soudain ? Pourquoi les arbres tentent-ils de l'agripper sur son passage ? Pourquoi le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
argali
  04 janvier 2013
Ce roman d'Anne Robillard, bien que publié après son grand succès, « Les Chevaliers d'Emeraude » est en fait son premier roman. Si je peux me permettre, cela se sent, car l'histoire est un peu brouillonne, et les ficelles qui font avancer l'intrigue un peu grosses.
A la fois fantastique et roman de science-fiction, le récit mise tour à tour sur l'aspect irréel des événements et sur le côté scientifique. Cela pourrait être une bonne idée si les deux étaient menés à bien et développés avec finesse mais très vite, tout s'emballe et philosophie, légendes, réincarnation et sorcellerie viennent semer le trouble. On ne sait plus très bien où l'auteur veut nous mener.

Le petit plus de cette histoire est, pour moi, la partie philosophique mettant en exergue la théorie de l'étiquetage. Claire, concise, bien illustrée, elle lance l'histoire de manière originale et pertinente. Mais cela ne fait pas un roman.

Pour le reste, comme je le signale plus haut, le genre mélange trop de choses : un fond religieux et mystique, un brin de science-fiction et de haute technologie classée top secret, un zest de chevalerie et de valeurs moyenâgeuses, le tout parsemé de bons sentiments et de lutte contre les forces du Mal. Tout ça sous les yeux ébahis d'une population qui ne pipera mot à la presse ou aux médias et mieux, se rangera corps et âme aux côtés de cet ange du Bien aux pouvoirs de guérison surnaturels. Cela me semble peu crédible.

J'aurais aimé adhérer à ce roman car le début m'a plu et malgré un style facile et sans recherche formelle, j'avais envie de poursuivre ma lecture par curiosité. J'éprouvais vraiment l'envie de savoir ce qui allait arriver au héros. Je pense que c'est l'entrée en scène des chevaliers qui a eu raison de mon intérêt. Trop c'est trop.

J'attends encore le roman d'héroic fantasy qui me séduira et me fera vraiment aimer le genre. A moins que je n'ai plus l'âge d'accrocher à cette littérature.

Lien : http://argali.eklablog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tiboux
  12 janvier 2013
Les ailes d'Alexanne m'ont permise de découvrir la plume d'Anne Robillard. Depuis la lecture du premier volet, je suis entièrement fan de la saga. C'est mon océan de bien-être. L'écriture y est douce, délicat ainsi que addictive. Tout ce que j'aime.
Par la suite, je me suis lancée dans son must-have à savoir Les chevaliers d'émeraude. Un univers agréable, dans lequel, je me suis laissée transporter avec plaisir. Cependant, j'ai une préférence pour les aventures d'Alexanne.
Ce fut un bonheur de rencontrer ces deux mondes. Un réel plaisir de lecture en faite. Suite à ceci, comment puis-je résister à une nouvelle parution de cette romancière ? Impossible que je puisse passer outre. Au contraire, je mourrai d'envie de tester... notamment pour me conforter dans mes sentiments.
Au bout du compte, je suis entièrement conquise par cette nouveauté. Oui, encore une nouvelle saga. Je ne les compte plus parce que c'est un cercle vicieux dont je ne verrai jamais la fin. Alors, je profite tout simplement.
« Qui est Terra Wilder ? » est un premier tome. Certes, ce n'est pas indiqué sur la couverture. Par contre, c'est indiqué sur la tranche. Un petit 1 précise l'information. Dommage que ce détail ne soit pas réellement en évidence. Car si on n'est pas attentif, on passe à côté.
Tous les sentiments ressentis - durant ma lecture de 4h44 [Les ailes d'Alexanne] - je les ai retrouvés dans ce premier opus. L'écriture d'Anne Robillard est un pur plaisir livresque. Pour moi, elle est douce, magique... possédant une note addictive. Dès que je plonge dans un de ses récits, je ne peux pas décrocher avant la fin. Dans cet opus, dès les premiers mots, j'ai été happé par le style. Sa patte est reconnaissable entre milles cependant chaque univers reste unique.
Qui est Terra Wilder ? Un titre qui est parfaitement adapté à ce roman. Terra Wilder est un homme blessé par la vie. Dans cette histoire, j'ai eu le plaisir à le rencontrer puis à le connaître par le biais de ce récit. Cet ouvrage tourne autour de ce personnage y compris l'intrigue. Figurez-vous que je me suis beaucoup attachée à cet homme. Il n'est pas facile à apprivoiser mais il est pourvu d'une douceur à laquelle je suis sensible.
Cet ouvrage offre un récit très complet. de plus, l'univers fourmillent de détails ainsi que de descriptions qui enrichissent particulièrement le monde imaginé par Anne Robillard. Trois éléments rythment la lecture. Terra Wilder travaillait pour la NASA avant son terrible accident de voiture. La NASA est présente dans l'histoire jusqu'à la dernière page. Parallèlement, nous avons deux quêtes dont l'une concerne les vies antérieures. La seconde tourne autour d'un jeu de rôle : Arthur et les chevaliers de la table ronde. Je ne dévoilerai rien de plus. Ainsi le mystère reste entier.
Un petit mot sur les personnages. Ils sont attachants en particulier le protagoniste principal. Il y a des liens très forts qui unissent certains aux autres. L'amour ainsi que l'amitié sont omniprésents au fils des pages.
Pour ma part, je suis ravie de cette découverte. Je suis réconfortée dans mes sentiments vis à vis de l'auteure. J'aime tout simplement sa plume. J'aime le côté fantastique trouvé dans Terra Wilder. N'oublions pas la part de magie que j'affectionne énormément. Je ne sais pas si vous verrez ce que je veux dire. En faite, c'est ce que je ressens. A chaque fois que je plonge dans un opus des Ailes d'Alexanne, je perçois une certaine douceur, une certaine magie. Des éléments que j'ai eu plaisir à retrouver dans ce premier tome.
Lien : http://bookmetiboux.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rsab
  03 décembre 2012
Quand la réalité devient fiction
Après les chevaliers d'Émeraude, Anne Robillard réussit encore à captiver les lecteurs de fantastique. C'est toutefois dans un décor réel que prend place Qui est Terra Wilder.
Les choses avaient bien changé depuis que Terra Wilder, un astrophysicien de la NASA, s'est réveillé du coma dont l'avait plongé son terrible accident de voiture. En effet lorsqu'il se réveilla, sa femme était décédée et on l'avait renvoyé de son travail. Afin de se remettre du choc, Terra décide de se rendre en Colombie-Britannique au Canada où on lui a proposé un poste en tant que professeur de philosophie. Mais, alors que tout semblait aller pour le mieux, Terra découvre que d'étranges pouvoirs lui ont été attribués. Afin d'élucider cette mystérieuse découverte, le scientifique se retrouvera plonger dans un décor plutôt étrange où magie et science sont réunies.
Se situant entre science et fiction, Qui est Terra Wilder nous transporte dans un monde nouveau. L'auteure a réussis à garder suffisamment d'intrigue pour conserver l'attention du lecteur jusqu'à la fin tout en faisant avancer l'histoire sans perdre de temps. Même si la présence de nombreux personnages peut parfois confondre le lecteur, il n'en demeure pas moins que chacun a sa place dans cet univers à la fois moderne et ancien. de plus, l'évolution constante du personnage principal démontre à quel point le titre a été choisi judicieusement. Effectivement, au moment où on croit tout savoir sur Terra Wilder, celui-ci fait ressortir de son passé une information qui amène autant de réponses que de questions faisant avancer l'histoire.
Pour toutes ces raisons, je note ce livre à 4.5 étoiles sur 5 le suggère très fortement à tous les amateurs de fantastique.
Randy Sab-Roy
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alison.trebes
  05 février 2013
J'ai pu lire ce livre dans le cadre d'un partenariat avec Michel Lafon, et je suis vraiment navrée de devoir faire une critique si négative alors que l'on m'a donné l'occasion de découvrir ce livre...
En effet, j'ai l'impression que le fait d'avoir fini ce livre tient du miracle tellement la lecture a été dure pour moi. Les 200 premières pages m'ont parues sans intérêt à part la philosophie du "non étiquetage" répété en long en large et en travers pour ma plus grande exaspération. Après ces 200 pages ennuyeuses à mourir, on enchaine avec 300 pages d'actions en tout genre sans aucun sens.
Pour parler d'action, parlons en (ATTENTION SPOILER). Tout est mélangé, l'ancien génie de la NASA (certes, jusqu'ici c'est pluaisible). On enchaine ensuite avec le fait que terra est un ange gardien venu sur terre pour sauver les gens et modifier son karma (bon, encore une fois certes, pourquoi pas)... Puis pouf d'un coup il serait un chevalier de la table ronde, et pas n'importe lequel, le roi arthur, qui se bat contre un méchant sorcier avec l'aide de ses chevaliers et d'un magicien. Alors là j'ai juste envie de dire WTF ?!
J'ai vraiment eu l'impression que plus on avançait plus c'était du grand n'importe quoi avec cet enchainement de choses tirées par les cheveux.
Un seul sujet aurait largement suffit et aurait rendu ce livre beaucoup moins long.
Outre les actions et le sujet "foireux", excusez moi pour le terme, le style d'écriture m'a paru exaspérant, j'avais l'impression que c'était écrit par un enfant de 13 ans... Tout était explicite et expliqué, aucun sous entendu, bref pas du tout mon goût.
Enfin, les dialogues entre Terra & sa femme sont répétitifs et toujours les mêmes.
Pour conclure, un livre que je n'ai pas du tout apprécié et je m'excuse encore auprès de Camille et de Michel Lafon..

Lien : http://leslecturesdalisonk.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lestribulationsdunelectrice
  22 janvier 2014
Souvenez-vous, j'ai découvert Anne Robillard avec Les Ailes d'Alexanne et les deux tomes que j'ai lus ont été des coups de coeur. Ensuite, j'ai eu l'occasion de découvrir le tome 1 des Chevaliers d'Emeraude qui lui aussi a été un coup de coeur.
Quand j'ai vu «Qui est Terra Wilder », j'ai donc eu très envie de le lire car j'étais curieuse de savoir si ce premier tome me plairait autant que mes précédents coups de coeur pour l'auteure.
En commençant ce roman, je n'avais même pas lu la quatrième de couverture. La seule raison qui m'a tant attirée vers ce bouquin est le fait que ce soit Anne Robillard qui l'a écrit.
C'est avec un très grand plaisir que j'ai retrouvé la superbe plume de l'auteure qui encore une fois m'a permis de voyager et de m'évader. Ce bouquin est mon deuxième coup de coeur de l'année.
Ce qui fait la force de cette petite merveille est le fait qu'on a du mal à la classer dans un genre bien précis. On assiste à un mélange de styles littéraires qui va de la Fantasy, au fantastique en passant par la science-fiction.
Dès les premières pages, on se retrouve plongé dans l'univers de Terra, on apprend à le connaître un peu à la fois et on est vraiment impatient de savoir ce qu'il va lui arriver. J'ai été totalement conquise par cet homme et ses différents pouvoirs. J'étais tellement prise par l'histoire que j'ai pu ressentir les émotions à sa place.
Au niveau des autres personnages, j'ai également beaucoup apprécié Amy et sa façon d'être très attentionnée avec Terra.
Bien sûr, il ne faut pas oublier Sarah et ses apparitions qui m'ont transportée. J'avais vraiment l'impression de l'avoir en face de moi à chaque fois qu'elle apparaissait.
Les autres protagonistes ont tous un rôle important dans l'histoire et sont tous très bien imaginés.
Les descriptions sont très bien faites, il n'y en a ni trop, ni trop peu et elles nous permettent de nous plonger dans le monde de notre héros principal et d'imaginer les décors pour encore mieux accrocher à l'histoire.
L'intrigue est très bien ficelée et, au plus j'avançais, au plus je sentais l'angoisse monter car j'étais très inquiète pour Terra et je voulais que tout se passe bien pour lui.
L'auteure a également su me captiver en ajoutant à l'histoire certaines révélations qui m'ont très agréablement surprise.
En bref, j'ai hâte de découvrir la suite des aventures de Terra et, après ce nouveau coup de coeur, je ne peux que vous confirmer que je suis complètement fan d'Anne Robillard. Si vous ne connaissez pas cette auteure et que vous aimez la Fantasy, je ne peux que vous conseiller de la découvrir de toute urgence.

Lien : http://lestribulationsdunele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   09 avril 2018
Le lendemain matin, après une autre nuit sans rêve, Terra Wilder reprit courage. Il fit sa toilette, avala un café et un calmant et grimpa dans l’autobus, remettant son suicide à plus tard. Après tout le mal que Michael Reiner s’était donné pour lui trouver un emploi à l’autre bout du monde, il lui devait au moins de faire un effort. Lorsqu’il arriva en classe, il trouva ses élèves tous sagement assis à leur place. Il les salua et eut droit à une vingtaine de sourires sincères.

— Aujourd’hui, nous parlerons d’acceptation, annonça-t-il en scrutant leurs visages. Ce qui nous ramène une fois de plus à la théorie de l’étiquetage. Pour accepter notre univers tel qu’il est, il faut d’abord identifier ce que nous percevons avec nos sens, avec notre intellect et nos émotions, et ensuite adopter une attitude de neutralité.

— Il faut rester neutre devant des émotions comme l’amour et la haine ? s’étonna Fred, le jeune Amérindien.

— C’est exact. Devant le plaisir et la douleur aussi. Vos sens transmettent sans cesse de l’information à votre cerveau, qui l’analyse instantanément et la compare à celle qui se trouve déjà dans votre mémoire. Il remet ensuite un rapport à votre esprit conscient.

— Notre esprit nous dit alors comment réagir, en se basant sur ce que nous avons déjà vécu dans le passé, comprit Karen.

— En ce moment même, vous êtes en train de m’analyser et de vous faire une image mentale de moi en me comparant à l’information et aux émotions emmagasinées dans votre mémoire au sujet des étrangers avec un accent différent et des profs de philosophie que vous avez connus.

— Mon image, c’est celle d’un homme drôlement plus intelligent que moi, peu importe l’accent, répliqua Frank.

— C’est une étiquette.

— Mais comment pourrais-je ne pas vous en coller une ?

— En me voyant tout simplement comme un être humain semblable à des millions d’autres.

Les adolescents lui parlèrent alors de leur professeur de philosophie précédent. Comme il avait entendu dire que ces étudiants étaient difficiles et agressifs, monsieur Harrison était arrivé en classe avec une panoplie d’étiquettes. Il s’était barricadé derrière son statut de professeur pour se protéger. Les choses s’étaient passées différemment à l’arrivée de Terra, parce qu’on ne lui avait rien dit.

— Mais si je me mets à accepter tout le monde, je risque de me faire casser la gueule si je tombe sur un gars plus gros que moi qui ne pratique pas le non-étiquetage et qui a décidé qu’il n’aimait pas les types aux cheveux longs, protesta Frank.

— Tu peux lui expliquer cette théorie dans tes propres mots, suggéra Terra.

— Avant ou après qu’il m’aura sauté au visage ?

Les élèves éclatèrent de rire, mais Terra vit que Frank posait cette question très sérieusement.

— Je préférerais que ce soit avant, répondit-il, amusé. Les gens n’accepteront pas tous cette théorie d’emblée. Ils mettront du temps avant de communiquer sans utiliser d’étiquettes. Mais nous devons commencer quelque part.

— Comment une poignée d’étudiants du secondaire pourraient-ils changer le monde ? lança Katy, une petite brunette aux yeux pétillants.

— Par contagion, affirma Terra. Lorsqu’une personne adopte une philosophie, d’autres en entendent parler et ils en font part à d’autres jusqu’à ce que cette philosophie devienne la façon de penser de la majorité. Certains hommes politiques ont compris la force de ce système et l’ont utilisé dans le passé, certains à bon escient, d’autres non.

Il leur donna l’exemple d’Hitler.

— C’est ici qu’un autre grand principe entre en jeu, ajouta Terra. Pour que la philosophie du non-étiquetage puisse prendre racine, nous devons d’abord et avant tout reconquérir notre innocence d’enfant.

— C’est vrai que nous ne portions pas de jugements quand nous étions petits, se rappela Julie.

« Ils ont compris la leçon », sentit Terra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   09 avril 2018
Le lendemain matin, après une autre nuit sans rêve, Terra Wilder reprit courage. Il fit sa toilette, avala un caffé et un calmant et grimpa dans l'autobus, remettant son suicide à plus tard. Après tout le mal que Michael Reiner s'était donné pour lui trouver un emploi à l'autre bout du monde, il lui devait au moins de faire un effort. Lorsqu'il arriva en classe, il trouva ses élèves tous sagement assis à leur place. Il les salua et eut droit à une vingtaine de sourires sincères.

- Aujourd'hui, nous parlerons d'acceptation, annonça-t-il en scrutant leurs visages. Ce qui nous ramène une fois de plus à la théorie de l'étiquetage. Pour accepter notre univers tel qu'il est, il faut d'abord identifier ce que nous percevons avec nos sens, avec notre intellect et nos émotions, et ensuite adopter une attitude de neutralité.

- Il faut rester neutre devant des émotions comme l'amoure et la haine ? s'étonna Fred, le jeune Amérindien.

- C'est exact. Devant le plaisir et la douleur aussi. Vos sens transmettent sans cesse de l'information à votre cerveau, qui l'analyse instantanément et la compare à celle qui se trouve déjà dans votre mémoire. Il remet ensuite un rapport à votre esprit conscient.

- Notre esprit nous dit alors comment réagir, en se basant sur ce que nous avons déjà vécu dans le passé, comprit Karen.

- En ce moment même, vous êtes en train de m'analyser et de vous faire une image mentale de moi en me comparant à l'information et aux émotions emmagasinées dans votre mémoire au sujet des étrangers avec un accent différent et des profs de philosophie que vous avez connus.

- Mon image, c'est celle d'un homme drôlement plus intelligent que moi, peu importe l'accent, répliqua Frank.

- C'est une étiquette.

- Mais comment pourrais-je ne pas vous en coller une ?

- En me voyant tout simplement comme un être humain semblable à des millions d'autres.

Les adolescents lui parlèrent alors de leur professeur de philosophie précédent. Comme il avait entendu dire que ces étudiants étaient difficiles et agressifs, monsieur Harrison était arrivé en classe avec une panoplie d'étiquette. Il s'était barricadé derrière son statut de professeur pour se protéger. Les choses s'étaient passées différemment à l'arrivée de Terra, parce qu'on ne lui avait rien dit.

- Mais si je me mets à accepter tout le monde, je risque de me faire casser la gueule si je tombe sur un gars plus gros que moi qui ne pratique pas le non-étiquetage et qui a décidé qu'il n'aimait pas les types aux cheveux longs, protesta Frank.

- Tu peux lui expliquer cette théorie dans tes propres mots, suggéra Terra.

- Avant ou après qu'il m'aura sauté au visage ?

Les élèves éclatèrent de rire, mais Terra vit que Frank posait cette question très sérieusement.

- Je préférerais que ce soit avant, répondit-il, amusé. Les gens n'accepteront pas tous cette théorie d'emblés. Ils mettront du temps avant de communiquer sans utiliser d'étiquettes. Mais nous devons commencer quelque part.

- Comment une poignée d'étudiants du secondaire pourraient-ils changer le monde ? lança Katy, une petite brunette aux yeux pétillants.

- Par contagion, affirma Terra. Lorsqu'une personne adopte une philosophie, d'autres en entendent parler et ils en font part à d'autres jusqu'à ce que cette philosophie devienne la façon de penser de la majorité. Certains hommes politiques ont compris la force de ce système et l'ont utilisé dans le passé, certains à bon escient, d'autres non.

Il leur donna l'exemple d'Hitler.

- C'est ici qu'un autre grand principe entre en jeu, ajouta Terra. Pour que la philosophie du non-étiquetage puisse prendre racine, nous devons d'abord et avant tout reconquérir notre innocence d'enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   09 avril 2018
En se dirigeant vers le bâtiment de briques rouges, Terra Wilder prit la décision d’enterrer son passé une fois pour toutes et de devenir un nouvel homme. Il éviterait de révéler sa véritable identité aux professeurs et aux élèves qu’il allait bientôt rencontrer. Sa survie en dépendait. Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas que les arbres se penchaient sur son passage pour le toucher. Il grimpa avec prudence les quelques marches qui menaient au porche et pénétra dans l’école.

Terra s’arrêta devant la porte de sa classe et prit une profonde inspiration. À l’intérieur, les adolescents riaient bruyamment. Le nouvel enseignant sentit son courage s’envoler. On ne lui avait rien dit sur ses élèves, lorsqu’il avait accepté le poste. Il savait seulement qu’ils avaient entre seize et dix-huit ans.

Il entra et se rendit jusqu’au gros pupitre. Au lieu de s’installer sur la chaise, il préféra s’asseoir sur le meuble et observa la vingtaine d’élèves qu’on lui avait confiés. Les adolescents continuèrent de chahuter pendant un moment avant de s’apercevoir qu’il était là. Le silence se fit peu à peu tandis qu’ils examinaient cet homme aux tempes grisonnantes vêtu d’un complet très chic. Terra en profita pour se présenter.

— Je suis votre nouveau professeur de philosophie, déclara-t-il, avec un accent Britannique agrémenté de Hollandais.

— Où est monsieur Harrison ? demanda un des garçons.

— Il a remis sa démission la semaine dernière.

— Si vous êtes prof, pourquoi avez-vous les mains vides ? voulut savoir une élève. Vous n’avez pas de plan de cours ou de feuilles à nous remettre ?

— Soyez indulgent, les pria Terra avec un sourire. Nous n’en sommes qu’à la première journée.

— Vous n’allez pas nous imposer de devoirs aujourd’hui ? s’étonna une jeune fille, qui semblait plus réservée que les autres.

— Non.

— Est-ce que vous avez au moins l’intention de nous enseigner quelque chose ? s’énerva un garçon qui ressemblait aux Amérindiens qu’il avait rencontrés dans la rue un peu plus tôt.

— Pas aujourd’hui. Je vais plutôt essayer de répondre à vos questions, sauf si elles sont trop personnelles.

Des sourires de prédateurs apparurent sur leurs jeunes visages et Terra se demanda s’il ne venait pas de se jeter lui-même dans la gueule du loup.

— Quel est votre nom ?

— Je m’appelle Terra Wilder.

— Terry ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   09 avril 2018
Terra Wilder était plutôt nerveux tandis qu'il marchait prudemment en direction du bâtiment de l'école secondaire de Little Rock en s'appuyant sur sa canne. Il n'avait jamais enseigné de toute sa vie, mais il savait que c'était une étape nécessaire à sa réhabilitation. Cinq ans plus tôt, il avait été victime d'un terrible accident d'automobile dans lequel son épouse avait perdu la vie. Même si les chirurgiens avaient réussi à lui reconstruire des jambes artificielles, ils n'avaient rien pu faire pour son coeur, qui pleurait toujours la mort tragique de sa femme. C'était Michael Reiner, son psychiatre et bon ami, qui avait finalement persuadé Terra qu'un changement de climat et de profession l'aideraient à oublier le passé et à recouvrer son équilibre émotif. Docile, Terra avait donc accepté de quitter le Texas et de s'installer en Colombie-Britannique afin d'y enseigner la philosophie.
Terra marchait lentement sur le trottoir de ciment usé en faisant bien attention de ne pas fatiguer ses jambes. Il s'intéressait aux alentours. Il avait vécu dans plusieurs pays depuis sa naissance, quarante-sept ans plus tôt, mais aucun d'entre eux ne l'avait préparé à la beauté sauvage de cette région du Canada. Il y avait partout des arbres immenses.
Little Rock était une belle petite ville. Jadis, elle avait connu une économie florissante, mais la fermeture de la plupart des usines avait contraint un certain nombre de ses habitants à travailler à la scierie locale. Les autres étaient sans emploi. Malgré leurs maigres revenus, ces braves gens rêvaient d'un avenir meilleur pour leurs enfants et les obligeaient à aller en classe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   09 avril 2018
Lorsque la cloche retentit, les élèves quittèrent Terra à regret. Le professeur erra dans les couloirs déserts. Les étudiants étaient maintenant assis devant d’autres maîtres. Terra trouva finalement la salle des professeurs. On avait placé sur le dossier de sa chaise un carton lui souhaitant la bienvenue, mais il n’y avait personne. Il s’assit à son pupitre, appuya sa canne contre le mur et fouilla les tiroirs : tous vides. En fait, il n’avait aucune idée de ce qu’il pourrait bien y mettre. Un homme entra dans la pièce. — Monsieur Wilder, je vous cherchais, commença-t-il. Je suis James Miller, le directeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anne Robillard (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Robillard
Anne Robillard explique le pourquoi de l'Ice Bucket Challenge .
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Chevaliers d' Emeraude

Comment s'appelle la petite fille mauve qui est apporté par la reine de Shola ?

Magda
Kira
Anna
Louise

7 questions
246 lecteurs ont répondu
Thème : Les Chevaliers d'Émeraude, Tome 1: Le feu dans le ciel de Anne RobillardCréer un quiz sur ce livre