AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354085710
Éditeur : Mnémos Editions (01/06/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Un homme, Alan Querdillon, un soir de 1949, entame un récit extravagant et atroce. Il raconte comment, au début de la seconde guerre mondiale, il a réussi à s'évader d'un camp de prisonniers pour se retrouver... en l'an 102 du reich de Mille Ans prophétisé par Adolf Hitler, où les nazis ont triomphé et dominent le monde. Traqué par le sinistre Grand Veneur du reich, tel un gibier humain, il est obligé de fuir dans les immenses forêts d'une Europe méconnaissable... P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nebalfr
  12 février 2018
LES NAZIS ONT (DÉJÀ) GAGNÉ LA GUERRE

Le Son du cor, tout récemment réédité par Mnémos, est un roman assez curieux, séminal par certains aspects, toujours unique par d'autres – un roman, en tout cas, plus subjectivement, qui avait titillé ma curiosité lorsque j'en avais appris l'existence, il y a de cela pas mal de temps déjà, à la lecture de l'essai d'Éric B. Henriet L'Histoire revisitée : panorama de l'uchronie sous toutes ses formes, qui lui consacrait quelques pages, même sceptiques (j'y reviendrai).

Ce qui était sans doute indispensable, car l'on qualifie le plus souvent ce bref roman écrit en 1950 et publié en 1952 comme une uchronie – et éventuellement la première du genre à user d'un thème devenu rebattu depuis : la victoire des nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Ce qui a suffi à en faire une des oeuvres les plus célèbres dans ce registre, même si, sans doute, considérablement moins que le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick, paru dix ans plus tard, ou encore le Fatherland de Robert Harris, quarante ans plus tard (je plaide coupable, je ne l'ai jamais lu, celui-ci).

Pourtant, ce qualificatif d'uchronie peut prêter à débat – et Éric B. Henriet, justement, ne le juge pas forcément pertinent, pour des raisons qui me paraissent plus ou moins convaincantes : notamment, l'absence de point de divergence clairement identifié (mais en a-t-on besoin ? J'ai le sentiment que, en l'espèce, « les nazis ont gagné la guerre » est bien suffisant...), ou encore le flou du procédé opérant le passage entre notre monde et celui où les nazis ont gagné la guerre (a fortiori envisagé sous l'angle technique ; mais les uchronies « pures », n'opérant pas tel passage, s'en passent fort bien, par essence, et les uchronies jouant sur cet effet de bascule ne sont guère plus explicites, souvent).

Dans cette perspective, le roman, dont le statut pleinement uchronique serait ambigu, ne relèverait donc pas du genre science-fictif, même en jouant par ailleurs la carte de l'anticipation, et éventuellement scientifico-technique ; son ambiance le rapprocherait plutôt de la fantasy ou du fantastique (qualifié pour la peine de genre « par essence réactionnaire », bon…) ? Admettons – en mettant le cas échéant l'accent sur la dimension éventuelle de rêve/cauchemar du récit d'Alan Querdillon, Xavier Mauméjean écrit à ce propos des choses intéressantes dans sa préface.

Mais, finalement, ces catégorisations parfois byzantines sont probablement secondaires : l'essentiel est ailleurs, dans la peur et le dégoût – sensations fortes qui tirent le roman dans le genre horrifique, pour le coup sans guère d'ambiguïté. Et, plus précisément, nous pouvons sans doute parler ici de survival, même si je doute que le terme ait été employé alors (…), et pourtant au sens le plus strict puisqu'il s'agit d'une histoire de chasse à proprement parler – ce qui apparente le roman de Sarban, par exemple, au film Les Chasses du comte Zaroff (datant de 1932, soit vingt ans plus tôt… mais aussi avant l'arrivée au pouvoir des nazis), et à bon nombre de classiques du cinéma d'horreur américain ultérieur.

Mais sans doute faut-il mettre l'accent sur un autre aspect du roman, à s'en tenir à ces considérations de genre – car le récit d'Alan Querdillon, dans toute son horreur, a en même temps quelque chose d'un fantasme sadien sinon sadique, la forêt de Hackelnberg entrant en résonance avec le château de Silling ; de même que ses maîtres nazis répondent aux libertins de Sade, comme le feront, en 1975 seulement, les fascistes de Salò dans le film de Pier Paolo Pasolini (qui m'a laissé totalement froid par ailleurs, mais ce n'est pas la question). Et c'est bien ce qui pose problème à certains commentateurs, semble-t-il, qui se pincent un peu le nez devant cette dimension du roman… Mais j'y reviendrai plus tard.

SARBAN, ALIAS

Quelques mots sur l'auteur, ce mystérieux Sarban – pseudonyme derrière lequel se cache un Anglais du nom de John William Wall (1910-1989). Un écrivain de science-fiction ? Ou disons d'imaginaire, pinaillages sur le genre du Son du cor mis à part – son oeuvre la plus célèbre et de loin, pourtant, et la seule traduite en français (cette réédition chez Mnémos reprend la traduction de Jacques de Tersac pour Opta/Galaxie-bis en 1970 ; si j'étais mesquin, je noterais qu'une vilaine coquille baladeuse sur la couverture et en page de garde nous donne à quatre reprises le nom erroné « Jacques de Tursac », il faut se rendre au copyright, et nulle part ailleurs, pour que le nom du traducteur ne soit pas ainsi écorché… Oups ? Je l'ai noté ? C'est que je suis mesquin, alors…). Quoi qu'il en soit, Sarban n'a guère livré autrement que deux recueils de nouvelles fantastiques, et quelques récits en sus, rares.

John William Wall était avant tout un diplomate britannique – qui a passé l'essentiel de sa carrière aux Proche et Moyen-Orient, y compris semble-t-il durant la Seconde Guerre mondiale ; il n'a donc pas directement connu la guerre en Europe, et l'expérience du héros dans les camps de prisonniers allemands relève purement de son imagination. Notons toutefois qu'il n'était pas totalement détaché des considérations militaires, car il a aussi travaillé pour les services de renseignement britanniques – mais après la guerre seulement, semble-t-il.

AU COIN DU FEU

Toujours est-il que le roman, so British, débute avec une aimable et spirituelle conversation dans un salon feutré, au coin du feu. Les alliés ont remporté la guerre il y a quelques années à peine (nous sommes semble-t-il en 1949), et elle paraît déjà bien lointaine à certains, faut-il croire... Toujours est-il que les convives, badins, y débattent, pour la beauté de l'exercice, de la législation anglaise concernant la so British encore chasse à courre. Pro et contra s'affrontent aimablement… mais un des convives ne semble pas goûter la plaisanterie : Alan Querdillon, en fait dès la première ligne du roman, une attaque en force donc, associe ce loisir prétendument sophistiqué, mais à ses yeux barbare, aux concepts de terreur et d'indicible. Ce qui jette comme un froid… Tout particulièrement en ce qui concerne la charmante et spirituelle Elizabeth – dont tout le monde suppose qu'elle épousera un jour Alan Querdillon… qui n'a cependant pas l'air très pressé de lui proposer le mariage.

Il y a une raison à cela – une raison, pour le coup, « indicible »… Une confidence, toujours au coin du feu, nous permettra pourtant d'en savoir davantage – une confession, plutôt, que fait Querdillon, par la suite le narrateur jusqu'à la conclusion du roman, à l'individu en creux, et plus qu'ensommeillé, qui est pour l'heure notre narrateur, et qui adopte donc un point de vue extérieur face au trouble de son ami. Une raison de plus, à vrai dire, d'envisager l'ensemble comme étant un rêve ou un cauchemar – d'autant qu'à un second niveau Querdillon lui-même présente les choses ainsi ; je vous renvoie à la préface de Xavier Mauméjean.

S'ÉVADER VERS LE PIRE

Mais Alan Querdillon prend alors la parole, et la conservera donc jusqu'à la dernière page. Il a quelque chose à raconter – une expérience très improbable qu'il a vécue durant la guerre, ou qu'il croit avoir vécue, enfin…

Querdillon était un lieutenant dans la marine britannique. Il a été fait prisonnier par les Allemands lors de la bataille de Crète, en 1941, et déporté dans un camp en Allemagne avec ses semblables. Mais pas question pour eux de sombrer dans le fatalisme : ambiance La Grande Évasion ! Mais tout cela demande du temps et le plus grand soin… Querdillon a aidé à l'évasion de plusieurs soldats britanniques, mais sans en bénéficier lui-même ; il ne tente véritablement le coup qu'en 1943… et ça se passe mal. Perdu dans la forêt, le soldat est soudain affecté par un phénomène qu'il ne comprend pas le moins du monde...

… Et il se réveille dans une chambre d'hôpital, au personnel allemand. Semi-conscient, il peine à comprendre où il se trouve et ce qui lui est arrivé. Les infirmières et le docteur se montrent plutôt serviables, finalement – traiter ainsi un prisonnier de guerre qui a raté sa tentative d'évasion…

Il y a décidément des choses qui ne collent pas – des bizarreries, çà et là, dont notre convalescent ne prend conscience que petit à petit. Jusqu'à ce que la révélation tombe : nous ne sommes pas en 1943... mais en l'an 102 du Reich de Mille Ans ! Car les nazis ont gagné ce qu'ils appellent « la Guerre des Droits Germaniques », il y a bien longtemps de cela…

APERÇUS DU REICH DU FUTUR

Comment croire une chose pareille ? C'est impossible, c'est totalement fou – alors Querdillon doit être fou… ou bien tout ceci n'est-il qu'un mauvais rêve, suite à quelque traumatisme dû à l'échec de sa tentative d'évasion ? Quand le lieutenant nous fait le récit de ses mésaventures, de toute évidence revenu de son expérience, il n'est toujours pas fixé à ce propos.

Mais ses aperçus du Reich du futur avaient cependant une ampleur et une cohérence qui ne semblent guère ressortir de la logique aléatoire des rêves… Même si, bizarrement, ceux qu'il envisageait tout naturellement comme ses bourreaux, et sans doute à bon droit, ne semblaient guère pressés d'en finir – par sadisme, alors ? Ce n'est même pas sûr.

Reste que, le temps de se rétablir de son « accident » (faisant intervenir un gadget scientifico-technologique en rien développé, et en forme de prétexte, même s'il reviendra à la toute fin du roman), notre héros bénéficie donc d'un certain temps pour appréhender ce futur alternatif. Et le tableau est assurément déconcertant.

D'un côté, il s'agit bien d'un monde futuriste – ce qui ressort donc essentiellement de la science et de la technique. Les rayons dont il a été la victime ne sont pas les seules innovations du genre… mais les autres sont sans doute plus terrifiantes encore, ainsi une sorte d'ingénierie génétique odieuse, mêlée de psychochirurgie, qui a réalisé les fantasmes des nazis concernant la race forcément inférieure des Slaves – réduits (de nouveau ?) à l'état d'esclaves, et privés par la science, dans une optique utilitariste, de tout ce qui serait superflu au regard de leur rang et de leurs fonctions… autant dire de tout ce qui en faisait véritablement des humains.

Mais, d'un autre côté, ces miracles sordides d'une science barbare dans le prolongement des « expérimentations » odieuses d'un Mengele peinent à masquer la réalité d'un monde qui, globalement, a clairement régressé. Dans la grande forêt d'Hackelnberg où se trouve l'hôpital dans lequel Querdillon reprend des forces (et sans avoir la moindre idée de comment il est arrivé là), le Reich global semble s'effacer devant la réalité autrement palpable d'un fantasme médiéval, du Haut Moyen Âge plus précisément, où l'aristocratie nazie des Gauleiters paillards a des relents de barbarie triomphante, au-delà de leur psychologie empruntant aux plus tardifs tortionnaires de Silling...

LES PROIES DU GRAND VENEUR

Cela n'est sans doute jamais aussi vrai qu'en ce qui concerne le comte Hans von Hackelnberg, le Grand Veneur, ou Grand Maréchal de Louvèterie, du Reich – un titre qu'il a hérité de Hermann Goering lui-même. Longtemps inaperçu, mais sans cesse évoqué comme une menace omniprésente et quasi divine, il se révèle enfin comme le type idéal du barbare germanique sous le masque d'un monstre froid, qui emprunte peut-être aussi parfois à la furie des Vikings.

Mais l'homme est avant tout défini par sa charge, qui est en même temps son loisir. Hackelnberg est un chasseur – il vit par et pour la chasse. Ceci, Alan Querdillon en prend assez vite conscience – car, depuis sa chambre d'hôpital, et le plus souvent de nuit, il entend littéralement la chasse – « le son de son cor »… et les autres sons qui y sont associés – les aboiements des limiers au premier chef.

Ce dont Querdillon n'a pas idée, c'est de la nature du gibier que prise avant tout le comte. Il en fera bientôt les frais – car il s'agit, pour le Grand Veneur, de traquer la plus habile des proies : l'homme… Et, passé cette mise en jambe consistant à découvrir cet univers, Alan Querdillon sera ainsi lâché dans la forêt – les limiers à ses trousses, et le son du cor qui approche sans cesse… Et c'est bien là le coeur du roman – son trait essentiel et caractéristique.

Il n'est cependant pas la seule proie humaine du comte – il en croise d'autres dans la forêt (de manière plus ou moins plausible, à vrai dire), ainsi de ce Français devenu fou, ou surtout de Kit, cette Anglaise associée au semblant de Résistance qui demeure dans son pays, et que son ascendance plus ou moins aryenne a préservé de l'assassinat pur et simple… mais certes pas de la chasse, toujours relancée. Au coeur même de la chasse, Querdillon a donc d'autres occasions de découvrir la tragique réalité de l'Europe en l'an 102 du Reich de Mille Ans...
UN FANTASME SADIQUE

Les proies, des hommes… Surtout des femmes, en fait – comme Kit, revêtue d'un improbable costume de daim. Les femmes ne sont cependant pas cantonnées au seul rôle de proies – elles peuvent aussi participer à la traque, étranges créatures redessinées par les fantasmes nazis en félines aux griffes acérées ! le tableau a d'abord quelque chose d'un peu cocasse, voire ridicule – mais, au fond, l'entreprise de déshumanisation demeure la même. Elle affecte peut-être tout particulièrement les femmes, car leur ascendance éventuellement « supérieure », au fond, ne les exempte en rien du sort tragique des « inférieurs ».

C'est que la traque a une dimension érotique, ou sexuelle, pour le coup assez marquée, et sans guère d'ambiguïtés – les personnages s'en font de temps à autre l'écho. Il y a plus dans tout cela, cependant, qu'un banal « jeu de rôle » (au sens psycho-sexo à dix balles) tout juste un brin pervers – c'est une question d'échelle, et, en fait de fantasme, on atteint bien vite les outrances des plus terribles des utopies sadiennes. Oui, décidément, ces nazis nous ramènent à Silling… Un monde cauchemardesque, essentiellement carcéral et aliénant, reposant sur la déshumanisation des faibles par les forts – à même, en raison de leur force, de laisser libre cours à leurs fantasmes les plus sordides, jusqu'à en extraire une éthique d'un autre ordre, une éthique néanmoins, et peut-être finalement d'une essence supérieure.

Dès lors, bien avant Sade, nous pouvons en fait remonter à la fiction de Calliclès dans le Gorgias de Platon, ou, plus proche des préceptes avancés par les nazis, à un Nietzsche dont la pensée serait phagocytée par le seul concept de volonté de puissance plus ou moins bien compris.

Mais la philosophie a-t-elle vraiment sa place dans un monde qui semble glorifier les passions et leur satisfaction égoïste ? C'est aussi en cela que nous pouvons parler de fantasme – et, sous cet angle, le comte von Hackelnberg et ses larbins ne sont certes pas aussi portés à disserter sur le monde, la nature et l'homme, entre deux crimes, que les libertins sadiens…

Enfin, il y a peut-être également fantasme… car le roman semble traduire une forme d'excitation à cet égard chez l'auteur, et une tentative, au moins, de communiquer cette excitation au lecteur ? Et, en cela, le Son du Cor peut tout autant évoquer, plutôt qu'un Sade qui a finalement acquis en deux siècles sa légitimité de grand écrivain, un cinéma d'exploitation postérieur au roman et particulièrement cracra – au premier chef dans le sous-genre improbable dit « nazisploitation » (ou « gestaporn », si, si, etc.), mais pas seulement (on peut penser au « mondo » aussi, je suppose).

SE PINCER LE NEZ ?

C'est un trait qui a souvent été relevé dans les critiques du roman, semble-t-il, et qui en a amené plus d'un à se pincer le nez devant tant d'horreurs… Réflexe qui n'a sans doute rien de bien surprenant : on ne fait pas autrement à la lecture de Sade, et c'est bien le propos – même si, là encore, on peut donc sans doute dériver vers une « nazisploitation » nettement moins « prestigieuse », et sans doute nettement moins défendable dans l'absolu.

Dès lors, comme Éric B. Henriet dans l'ouvrage cité, où il reprend notamment Kingsley Amis et Brian W. Aldiss, on a pu parler d'un roman « répugnant » (en précisant « comme un "Gore" avant l'heure »…), ce qui est une chose, mais aussi d'un roman « ambigu », « suspect »...

Je ne crois pas que ce roman soit en tant que tel « ambigu » ou « suspect ». le héros demeure Alan Querdillon, et le personnage le plus admirable du roman la courageuse Kit ; le comte von Hackelnberg personnifie un ennemi autrement différencié, et, s'il est d'une certaine classe à sa manière barbare, tout en charisme froid affichant sa supériorité intrinsèque sur tout le reste du monde, les Gauleiters de son entourage sont quant à eux des êtres proprement répugnants et éventuellement ridicules – mais, dans tous les cas, les nazis représentent plus que jamais le mal. Il n'y a aucune ambiguïté à cet égard. le roman est finalement assez moral – même au sens le plus conventionnel du terme, encore qu'il s'autorise çà et là quelques piques plus mordantes ; ne serait-ce, justement, que dans l'introduction du récit portant sur la législation concernant la chasse à courre !

Ce qui pourrait aller dans ce sens de l'ambiguïté supposée du roman, c'est, dans sa dimension de fantasme, l'excitation qui perce çà et là. Elle me paraît difficilement niable – pour autant, je ne me sentirais vraiment pas de balancer le Son du cor dans la poubelle, avec les titres les plus pathétiques de la « nazisploitation », autrement hypocrites à cet égard… Chez Sade, cette notion d'hypocrisie se pare d'autres atours, au travers d'une ironie cinglante, et, disons-le, souvent réjouissante. Il y a peut-être un peu de ça dans le Son du cor, mais sans garantie. L'outrance du Divin Marquis, par ailleurs, ne l'exclut pas du champ éthique pour autant : en fait, bien au contraire, on a pu dire qu'il faisait oeuvre de moraliste, même si en subvertissant la notion conventionnelle de morale… Sarban ne va certes pas jusque-là. Si Les 120 journées de Sodome demeure un livre monstrueux – mais d'autant plus fascinant –, Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marieclairec
  21 novembre 2017
Étonnant, quand on sait que ce roman fut publié en 1952...
Une lecture passionnante de la première page à la dernière !
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2457 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre