AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2228898171
Éditeur : Payot et Rivages (14/01/2004)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Voici l'envers du décor, la face cachée de l'Antiquité gréco-romaine : tripots et lupanars, filles à matelots et petits voyous, médiocres arnaqueurs et assassins au petit pied, grands seigneurs débauchés qui titubent au matin après une nuit d'ivresse et que leurs serviteurs - presque des enfants encore - doivent ramener chez eux... Ici, pas de héros, mais un monde parfois stupéfiant où règnent les proxénètes, les courtisanes misérables et les enfants que l'on vend p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Woland
  20 juillet 2017
Catherine Salles a écrit de nombreux livres sur l'Antiquité dont, entre autres, "Lire A Rome", que je chercherai sans doute à me procurer un jour ou l'autre. Elle est d'ailleurs Maître de conférences en civilisation latine dans une grande université de la région parisienne. Elle s'est tout particulièrement intéressée à l'Empereur Tibère, qui désigna Caligula comme son successeur. Or, je lis actuellement un roman sur la jeunesse de l'énigmatique Troisième César qui, selon les auteurs, soit était complètement déséquilibré dès le berceau, soit sombra dans la folie sous l'influence du pouvoir et aussi d'assez mauvais gènes qui se réveillèrent chez lui au cours des années . Caligula étant resté célèbre en partie pour ses folies sexuelles en tous genres, j'ai pensé qu'il me fallait me renseigner avant toute chose sur les milieux qui favorisaient à son époque la prostitution et le proxénétisme avant de passer non seulement au roman sur le futur empereur mais encore à une biographie le concernant et qui doit traîner dans une pile (Suétone n'est pas toujours très juste dans sa "Vie des Douze Empereurs"), puis au "Néropolis" de Monteilhet (qui, on me l'a affirmé, se passe en partie sous Caligula) et quelques autres ouvrages ...
La Petite Bibliothèque Payot, chez qui Salles est éditée, est une collection de références - du moins à mon avis. de fait, je n'ai pas été déçue par cet ouvrage soigneusement divisé en deux parties : les bas-fonds de la Grèce antique tout d'abord et surtout d'Athènes, de Corinthe et d'Alexandrie (oui, je sais qu'Alexandrie est en Egypte mais elle fut tout de même fondée par Alexandre le Grand et la célèbre Cléopâtre, septième du nom, était d'origine certainement plus grecque qu'égyptienne ) et ensuite, les bas-fonds de Rome la Grande, l'Unique.
Un point important à se rappeler pour celles et ceux qui voudront lire ce document : la morale en usage ici est antérieure au christianisme. Il serait donc absolument vain et profondément injuste de juger les personnages que Catherine Salles met en scène, du plus humble au plus fastueux, selon notre morale à nous - pour ceux en tous cas qui en conservent encore un minimum.
On ne poussera donc pas les hauts cris en apprenant que les enfants étaient largement utilisés comme objets sexuels, voire élevés pour ce faire (on retrouve le procédé, mais en beaucoup plus raffiné, dans "le monde des Fleurs" japonnais, par exemple). Mais attention ! En Grèce comme à Rome, il fallait qu'ils fussent nés esclaves. Si un enfant né libre ou d'un esclave affranchi était enlevé et contraint à se prostituer, le châtiment encouru était des plus graves pour le ou les ravisseurs.
Il va de soi que je réprouve sévèrement l'idée que de tout jeunes esclaves se retrouvent livrés à des gens que l'on pourrait qualifier de pédophiles si on ne les voyait en parallèle ici accompagnés d'une hétaïre (courtisane grecque dont le nom, littéralement, signifie d'ailleurs "compagne"), là d'un jeune homme adulte, esclave ou libre. Salles souligne d'ailleurs l'incroyable misogynie des Grecs qui enfermaient les épouses, filles et soeurs dans le gynécée mais estimaient beaucoup plus normal, pour ne pas dire indispensable, l'amour entre un homme d'un âge pour le moins certain et un autre, nettement plus jeune. A force de nous tétaniser d'admiration devant certains écrits des philosophes grecs, nous oublions volontiers que les fameux "banquets" réunissaient certes les prostitués des deux sexes et de tous les âges mais que, à l'issue du repas, les femmes se retiraient le plus souvent, laissant la salle aux seuls êtres mâles.
A Rome, la préférence pour les hommes n'était pas si marquée. Elle existait, certes, mais les Romains semblent s'être montrés à la fois plus classiques et encore plus fous, lorsqu'ils s'y mettaient, dans leurs goûts sexuels. de cette partie du livre, on gardera longtemps l'image du "leno" et de la "lena" - le maquereau et la maquerelle - qui, comme on s'en doute, étaient hautement méprisés par ceux-là mêmes qui recouraient à leurs services. Les gladiateurs, on l'apprend aussi (ou on se le rappelle si l'on a vu "Quo vadis ?" ou "La Tunique"), avaient droit, la nuit qui précédait les combats, aux services de prostituées quand ce n'étaient pas des grandes dames qui soudoyaient leurs gardiens pour se glisser dans leurs cellules et les combler peut-être pour la dernière fois. Et là se place une différence majeure qui parle sans doute en faveur des Grecs : Rome a, plus qu'Athènes, plus que Corinthe, plus même que Sparte, inextricablement relié le sang, le sexe et la Mort. (Ce qui a d'ailleurs peut-être eu une incidence, soit-dit en passant, sur la démence de nombre de leurs dirigeants.)
Sur ce volume de 311 pages, il y a encore beaucoup à dire (par exemple sur la prostitution sacrée, venue tout droit de Babylone et probablement de civilisations pré-historiques qui se souciaient tant de la fertilité) et, si le sujet vous intéresse, je ne saurais trop vous conseiller de le lire, à tête reposée et, si vous n'êtes pas très férus d'Antiquité, en prenant même des notes. Cela vous aidera sans nul doute à mieux comprendre des civilisations brillantes qui, au sein du pire mépris de l'homme, de la femme et de l'enfant, laissent éclater d'inattendues perles de bonté et le désir réel, chez certains, d'améliorer l'existence de ceux que la société, pour mieux survivre, traitait en parias.
Quoi qu'en disent certains, nous sommes les héritiers directs de ces deux grandes civilisations, si imparfaites qu'elles furent. Sachons ne pas l'oublier et, sans excuser les excès qui choquent notre morale, à nous qui tolérons pourtant aujourd'hui l'esclavage, sous toutes ses formes, des enfants, des femmes et des hommes dans certains pays, tout cela au nom de la non-ingérence et pour le plus grand profit de certains, ayons la pudeur de ne pas les juger. S'il est un défaut qu'ils ne pratiquaient pas, c'est bien, semble-t-il, en ce domaine de l'esclavage, surtout sexuel, celui de l'hypocrisie. En d'autres termes, ne donnons pas de leçons, nous qui pourrions en recevoir tant ... ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gill
  25 février 2012
Le monde moderne n'a pas l'exclusivité du vice.
Catherine Salles nous projette avec ce livre au milieu de la cour des miracles de Rome, avec les assassins, les petits voyous, les filles à matelots et les escrocs minables.
L'auteur est maître de conférences en civilisation et littératures latines à l'université Paris X Nanterre.
Ce livre, écrit d'un façon très vivante, est original et très captivant.
Commenter  J’apprécie          80
livius
  25 octobre 2014
L'antiquité vue du côté des tripots, des lupanars et des voyous....Un monde souvent ignoré....
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   21 juillet 2017
[...] ... Il y a plus imposteurs que les diseurs de bonne aventure, ce sont ceux qui se prétendent les prêtres d'une de ces divinités orientales familières aux Romains depuis le IIème siècle av. J. C., Isis, la grande déesse syrienne servant de "paravent" à des hommes, à des femmes, qui, au nom de la divinité, tirent des profits substantiels de la crédulité et de l'ébahissement des badauds. Tous ces faux prêtres se servent des mêmes artifices : démonstrations bruyantes, hululements, vociférations, danses extatiques, mutilations sanglantes, déguisements spectaculaires, tout est fait pour impressionner les passants :

"Quand un individu secoue un sistre ... quand un cabotin se taillade les muscles des bras et des épaules ... quand une femme glapit en rampant sur les genoux au milieu de la rue ... quand un vieillard vêtu de lin agite une branche de laurier et une lanterne en criant qu'un dieu est irrité, vous vous précipitez tous ensemble."

La plupart de ces "dévots" ne sont en fait que des charlatans, profitant de la crédulité populaire pour s'enrichir. Ils impressionnent le bon peuple par leurs oripeaux voyants, leur maquillage outrancier :

"Vêtus de tuniques bariolées, ils se barbouillent hideusement le visage d'un fard plâtreux et cernent leurs yeux d'un trait de crayon charbonneux. Ils sortent accoutrés de turbans, de robes jaune safran et de voiles de soie ou de lin très fin. Certains ont des tuniques blanches, peintes en tous sens de motifs triangulaires de couleur pourpre et resserrées dans une large ceinture. Ils portent aux pieds des chaussures jaunes." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gillgill   26 février 2012
Les prostituées ont l'habitude d'envoyer au port leurs petits esclaves, leurs jeunes servantes. Si un bateau étranger entre dans le port, elles demandent de quel pays il vient et à qui il appartient. Aussitôt elles abordent le patron du bateau, elles se collent à lui et, si elles parviennent à le faire tomber dans leurs filets, elles le renvoient chez lui complètement à sec.
Ce sont de véritables navires pirate qui sont à l'affût dans le port.
(commentaire de "Plaute" inséré dans le chapitre 3 "Hetaïres, gigolos et voyous")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MedelieMedelie   22 décembre 2012
[Néron] est accompagné de gardes du corps déguisés comme lui et qui l'aident dans ses forfaits.
La « bande à Néron » est redoutable : elle fracture les portes des boutiques et des maisons, pille les marchandises, les biens des particuliers ; l'empereur a le front d'installer dans son palais une « cantine », où il fait vendre aux enchères le produit de ses vols [...].
Le jeu semble d'autant plus drôle à Néron qu'il est sûr de s'amuser ainsi incognito. Pure illusion : tout le monde, dans la ville, connaît les traits de l'empereur dont l'effigie orne les monnaies que l'on utilise quotidiennement ; les Romains identifient aussi sans peine les acolytes de Néron : ce sont eux que l'on voit, au cirque, au théâtre, dans les cérémonies officielles, former la garde d'honneur de l'empereur. Cela explique d'ailleurs que les malheureuses victimes ne se défendent pas avec une extrême vigueur, lorsqu'elles reconnaissent en leurs agresseurs la bande impériale. Ces amusements de Néron donnent d'ailleurs des idées aux véritables truands : ils attaquent et dépouillent les Romains en se faisant passer pour Néron et ses gardes du corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MedelieMedelie   22 décembre 2012
Voici pourquoi la servante d'un leno se croit obligée de faire ces recommandations aux autres esclaves de la maison :

Faites le guet à la porte et surveillez bien la maison, afin qu'aucun client ne reparte plus chargé qu'il ne l'était en entrant et qu'arrivé chez nous les mains vides, ils n'en sortent les mains pleines. Je les connais bien leurs manières, à nos petits jeunes gens d'aujourd'hui. Ils arrivent à cinq ou six chez les catins pour s'amuser. Ils ont dressés leurs plans. Dès qu'ils ont pu entrer dans la maison, l'un couvre la fille de baisers, tandis que les autres agissent. S'ils voient qu'on les regarde, ils font des plaisanteries et des blagues pour tromper notre surveillance. Ils mangent souvent notre repas et se bourrent comme des boudins... C'est pour eux une vraie bataille, un vrai acte de courage que de piller des pirates.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MedelieMedelie   22 décembre 2012
Un cas particulièrement remarquable de la précocité de certains adolescents ou enfants nous est fourni par le fils du fameux Alcibiade. Cet enfant, séparé dès sa naissance de son père condamné à l'exil, n'attend pas l'âge d'homme pour en imiter très tôt les pires débauches. Dès l'âge de onze ans à peu près, il scandalise tous les Athéniens en participant des banquets avec les individus les plus dépravés de la ville [...].
Ce charmant enfant ne se borne d'ailleurs pas à participer activement aux orgies athéniennes. Il monte une machination pour trahir son père toujours en exil ; à douze ans, il perd toute sa fortune aux dés ; il élimine des compagnons gênants en les jetant à la mer ; et, pour couronner ses exploits de jeunesse, il viole sa sœur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Catherine Salles (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Salles
CATHERINE SALLES - SPÉCIALISTE DE L'ANTIQUITÉ
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1850 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre