AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782501096355
360 pages
Marabout (09/06/2015)
3.69/5   32 notes
Résumé :
Enfant, Klaudia a toujours été terrifiée par son père. Quant aux crimes commis par celui-ci dans son passé, elle en éprouve une effroyable honte. Aussi, son éloignement pour entrer à l'université est-il pour elle l'occasion rêvée de se « réinventer », elle se transforme alors en Eliza Bennet, une jeune femme pleine d'assurance. Mais lorsque Klaudia se retrouve obligée de revenir chez elle, la voilà dramatiquement piégée dans une double vie. La révélation de secrets ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 32 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

Livresque78
  27 juin 2015
Je vais commencer cette chronique en vous disant que j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Je m'y suis totalement plongée. Il est bien plus intéressant que ce que le quatrième de couverture ne laissait présager.
Il va être assez compliqué de vous donner des détails car si je le fais, je vais dévoiler ce qui fait justement la richesse de cette lecture.
Je peux juste vous dire que l'auteure a happé mon attention et mon intérêt. Le roman aborde entre autre la difficulté de vivre et de se reconstruire lorsque la société nous a amené à commettre des actes répréhensibles moralement.
Peut-on également être dans le rang des victimes lorsqu'on a été bourreau par la force des choses? Notre histoire regorge de ce genres d'interrogations, de questions morales et l'auteure s'y arrête avec beaucoup d’intelligence. Tout cela est également agrémenté par les difficultés de Klaudia qui mène une double vie et cache un gros secret.
Une narration à deux voix, dans le présent et dans un passé, qui pour moi donne tout son intérêt à l'histoire.
Je ne m'attendais vraiment pas à ce genre d'histoire, ma surprise a été totale.
J'ai vraiment eu un grand plaisir à lire ce roman, à rencontrer les personnages et surtout à écouter l'histoire de Ernts, qui démarre dans les années 30.
Je finis donc cette chronique en vous disant, sue si je suis rester mystérieuse sur cette lecture, j'espère vous avoir, malgré tout, donné envie de vous plonger dans cette superbe histoire, d'amour, d'amitié mais aussi de douleur dans ne période où l'endoctrinement et la haine étaient devenues monnaie courante.
Un double jeu qui se révèle bien plus subtil que nous pouvions le penser au départ.
un livre que je conseille grandement.
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
ingridfasquelle
  26 juin 2015
Saskia Sarginson, diplômée de littérature anglaise de l'université de Cambridge, a également un diplôme de mode et de design. Elle a travaillé pour la presse magazine, la radio et l'édition, mais se consacre désormais totalement à l'écriture. Elle est l'auteure, chez Marabout, du best-seller Jumelles (2013) et de Sans toi (2014).
Enfant, Klaudia a toujours été terrifiée par son père. Quant aux crimes commis par celui-ci dans son passé, elle en éprouve une effroyable honte. Aussi, son éloignement pour entrer à l'université est-il pour elle l'occasion rêvée de se réinventer. Elle se transforme alors en Eliza Bennet, une jeune femme pleine d'assurance. Mais lorsque Klaudia se retrouve obligée de revenir chez elle, la voilà dramatiquement piégée dans une double vie.
«Nous héritons tous de la culpabilité de nos parents. Elle se transmet comme la couleur de nos cheveux, le strabisme ou les maladies de sang. Nous n'avons d'autre choix que de vivre avec elle.»
«Le mensonge est un art à part entière. En devenir le maître requiert du temps et de l'entraînement. Deux possibilité s'offrent à vous : inventer des mensonges tellement énormes que personne ne les remettra jamais en question, ou coller à la vérité et mentir par omission. Il y a une chose que j'ai apprise à mes dépens : une fois que l'on a menti, on ne peut plus revenir en arrière. C'est un cercle vicieux. Plus je mens, plus je m'en veux. Et je ne peux pas en parler à personne, sous peine de faire éclater la vérité au grand jour et de blesser ceux que j'aime. Il est plus généreux, plus courageux de cultiver le mensonge et de leur cacher la vérité. C'est non seulement un besoin, mais aussi - et surtout - un devoir.»
La révélation de secrets enfouis dans le passé de son père oblige la jeune femme à affronter enfin son héritage familial. Mais elle va bientôt soupçonner qu'elle n'est pas la seule personne de la famille à s'être forgé une double identité et pas la seule non plus à être capable de mettre un terme à une existence...
«Ma culpabilité mourra-t-elle avec lui une fois que je l'aurai tué ?»
Le troisième roman de Saskia Sarginson, est un mélange captivant de mystère, de suspense et de drame familial qui trouble et touche tout à la fois. Son style vif, allié à des sujets forts et inattendus, confère à ce roman une intensité toute particulière, qui ne laissera aucun lecteur indifférent...
Car si tout le monde a des secrets, certains sont si lourds et si explosifs qu'ils dévastent tout lorsqu'ils éclatent au grand jour... L'histoire d'Eliza et Klaudia est si intense, si bouleversante et si pleine d'humanité que vous ne l'oublierez pas de sitôt...
Après un best-seller absolument captivant, Saskia Sarginson monte encore le niveau ! L'autre moi-même est un roman tragique et puissant, qui allie suspense et émotion jusqu'à la dernière page. Un très bon roman, à l'ambiance trouble et à la sensibilité rare. À lire d'urgence et d'une traite pour un maximum d'émotions !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Garoupe
  12 août 2015
Klaudia Meyer déteste être la fille de son père, Otto, concierge dans le collège qu'elle est amenée à fréquenter et dont l'origine allemande la met en butte aux railleries de ses camarades féminines et aux brimades (plus ou moins appuyées) de ses coreligionnaires masculins (dont certains ne sont pas sans embrasser les idées nationalistes). Nous sommes en 1986, à Londres.
Eliza Bennet a quitté la fac sans avertir ses parents pour poursuivre son rêve : danser. Après une audition qui se passe mal à cause de son trac, Eliza s'enivre dans une soirée qui lui donnera tout de même l'occasion de rencontrer l'amour de sa vie, Cosmo, artiste peintre amateur dans les bras duquel elle s'épanouit enfin. Nous sommes en 1997, à Leeds.
Eliza et Klaudia ne sont qu'une seule et même personne. Eliza a renié son passé (et surtout celui de son père dont on devine petit à petit qu'il a bien été nazi), faisant une croix sur ses origines et sur sa famille, s'inventant un présent et un avenir bâtis sur le mensonge : auprès de ses colocataires, auprès de Cosmo, auprès de ses parents avec qui elle garde des contacts (principalement sa mère).
Saskia Sarginson construit un livre qui sent d'abord bon la bluette d'été avant de prendre de la consistance sans toutefois abandonner totalement son pan sentimental. Elle alterne les chapitres relatifs à Klaudia (période 1986-1987, découverte progressive du passé de son père puis période 1996-1997 quand Klaudia essaie d'abandonner son rôle d'Eliza pour revenir auprès de son père), à Eliza (période 1996-1997, apprentissage de la danse, vie libre loin de ses parents avant de retourner à Londres) et à Ernst (l'oncle de Klaudia, qui raconte leur passé d'orphelins à Otto et à lui, l'arrivée d'Hitler au pouvoir, l'endoctrinement – plus ou moins facilité par le caractère de chaque adolescent – de la jeunesse allemande, la nuit de Cristal, l'amour d'Ernst pour Sarah, une jeune fille juive, la campagne de Russie à laquelle il participe, etc…).
On apprend donc petit à petit qui est en profondeur le père de Klaudia/Eliza. On a d'abord envie de croire qu'il n'est pas ce qu'il semble être avant de devoir accepter ce qui semble être la réalité, contrairement à Klaudia/Eliza qui vit dans le déni et le rejet : d'elle-même d'abord puis des autres, les rejetant pour ne pas, soi-disant, leur faire de peine mais ainsi en se punissant elle-même de ce dont elle n'est pas responsable.
Saskia Saringson joue, comme ses coreligionnaires en matière de suspens (ou de thriller même si ce livre n'en est pas un), sur les apparences pour tromper le lecteur, reste à la surface des choses, sur des impressions, des sentiments, des élucubrations à partir d'un fait pourtant précis mais biaisé par la totale subjectivité des personnages. Cela fonctionne d'ailleurs plutôt bien même si certaines ficelles restent un peu grossières parfois.
Efficace, bien écrit, des personnages attachants et d'autres troubles mais sans caractères trempés et définitifs, tout le monde ayant plus ou moins quelque chose à cacher et personne n'étant viscéralement bon ou viscéralement mauvais, Saskia Sarginson évitant de sombrer dans les caricatures trop appuyées, cet « Autre moi-même » nous engage, doucement mais sûrement, à réfléchir sur le poids de la culpabilité, sur la transmission d'une faute originelle et sur la responsabilité des générations futures pour les atrocités commises par les générations passées et sur la responsabilité de chaque être humain face aux abus de pouvoir et aux manipulations orchestrés par les dirigeants passés, présents et à venir de nos soi-disant démocraties.

Lien : http://wp.me/p2X8E2-tJ
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathlie93100
  16 avril 2016
Je remercie les éditions Marabout pour m'avoir permis de découvrir ce livre très poignant et intéressant dans le cadre du partenariat avec le webzine Les Rebelles.
Dans ce livre, on suit la vie d'une jeune femme qui se fait appeler Eliza Bennet. Cependant, celle-ci n'est qu'une façade car son véritable nom est Klaudia Meyer. Mais Klaudia tente surtout de fuir son passé de fille de nazi qui lui a valu d'être mise à l'écart par toutes les personnes de sa classe quand elle était enfant. Elle a décidé de changer de nom et de ville et de reprendre sa vie à zéro pour pouvoir s'éloigner de son ancienne vie. Sa vie en tant qu'Eliza semblant s'être stabilisée, elle est rattrapée par son passé et doit s'occuper de son père en deuil. Elle va faire alors des découvertes familiales des plus étonnantes qui pourraient changer sa vie à tout jamais.
Ce livre est divisé en trois parties : le mensonge, le piège et la révélation. Dans ces parties, le texte est écrit à plusieurs points de vue, différents à chaque chapitre.
Dans la première partie on suit ceux d'Eliza, de Klaudia et d'Ernst (un personnage dont on ne sait pas grand chose au début mais qui aura une importance capitale). Eliza raconte sa vie en 1995, Klaudia en 1986 et Ernst en 1933.
Dans les deux autres parties, il n'y a plus que Klaudia, continuant son récit en 1995 (elle décide de reprendre son véritable nom) et Ernst.
Si au début les différents points de vue peuvent gêner, on passe tout de même très vite outre car l'intrigue est très intéressante. Dans ce livre, on suit la vie d'un jeune homme allemand ayant vécu pendant la Seconde Guerre mondiale et faisant partie des Jeunesses Hitlériennes. On découvre aussi la vie d'une jeune femme brisée par son enfance particulière au sein d'une famille ultra religieuse et des camarades de classe qui l'ont mise de coté car elle était « la fille d'un nazi ».
C'est un livre très poignant où on peut voir les efforts fait par cette jeune fille pour reprendre sa vie en main mais aussi le poids de la culpabilité par rapport à la mort de sa mère. L'intrigue met aussi en place une quête identitaire de la part de Klaudia qui ne sait plus du tout où elle en est dans sa vie et qui découvre peu à peu des secrets de famille dont elle n'aurait jamais dû connaître l'existence. C'est un livre assez sombre et aussi porteur d'espoir. le thème principal reste tout de même les Jeunesses Hitlériennes mais aussi la manière dont des enfants de nazis ont été traités par la suite dans les pays européens.
En conclusion c'est un livre à la fois intéressant et poignant sur un sujet qui nous concerne tous. L'intrigue est bien menée et les vies des personnages se croisent toutes à un moment donné pour le meilleur ou pour le pire. Les découvertes familiales de Klaudia lui feront voir sa famille et sa vie d'un nouvel oeil et lui permettront d'avancer. C'est un livre que je vous conseille de lire absolument pour les personnes intéressées par ce sujet mais aussi pour tout autre lecteur.
Lien : http://reveuseeveillee.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
clarisse06
  21 septembre 2015
Je ne vais pas vous cacher que j'ai beaucoup de bien à dire de ce roman!
Dès les premières pages, Saskia Sarginson nous emporte dans la vie de Klaudia/Eliza. On apprend rapidement (il n'y a aucun spoiler de ma part donc), que la jeune femme a décidé de cacher sa véritable identité car elle a en elle cette culpabilité d'être la fille d'un ancien nazi.
L'ambiance de ce roman est très particulière. La romancière a choisi l'analepse pour sa narration, nous offrant donc des chapitres alternant entre les années 30,40, 80 et 90. Ces flashback nous apprennent peu à peu la véritable histoire de Klaudia, et on sent qu'un secret, très lourd, plane sur elle. Je parlais d'une ambiance très particulière; en effet, Klaudia grandit au sein d'une famille renfermée sur elle-même. Son père ne parle pas du passé et est très impressionnant. Les élèves de l'école le surnomment "le nazi". Sa mère vit toute dévouée à l'homme qu'elle aime, dans la foi. le père de Klaudia a remplacé le Troisième Reich par Jésus Christ et l'amour étouffant pour son épouse. Quant à Klaudia, elle est très vite embêtée à l'école, entre ceux qui l'ignorent et une petite bande d'extrémistes.
Dans les années 90, nous la retrouvons donc sous les traits d'Eliza. Elle a quitté ses parents et suit en cachette des cours de danse, leur laissant croire qu'elle étudie à l'université. La jeune-femme s'est enfermée dans le mensonge auprès de ses amis et de l'homme dont elle tombe amoureuse, ne parvenant plus à en sortir. Elle doit donc faire face à sa véritable identité et le lourd secret qui l'entoure. Je n'ai pas toujours su apprécier la façon dont elle gère cette situation, je l'avoue, car j'ai eu l'impression que du coup, l'intrigue avait tendance à piétiner, à ce niveau-là. Je ne peux que comprendre la culpabilité ressentie par Klaudia/Eliza, d'autant plus que la grand-mère de son petit ami est une juive rescapée des camps de concentration, mais j'aurais aimé qu'elle se secoue davantage.
Et puis il y a ces flash-backs, ces retours en arrière, de 1931 jusqu'à la fin de la guerre, où l'on apprend peu à peu l'histoire du père de Klaudia et du frère de ce dernier, Ernst. Ce sont les passages qui m'ont le plus touchée, on apprend comment les Troisième Reich a progressivement lavé le cerveau des gamins enrolés à la faveur d'Hitler, comment d'autres ont gardé une trace d'humanité en eux et ont du faire face à la dualité qui les animait.
On finira par découvrir en même temps que Klaudia la vérité. Ce roman s'achève sur une fin poignante et émouvante, il est dur de retenir ses larmes. Saskia Sarginson a réussi le pari de nous tenir en haleine avec un roman dans lequel prédominent surtout la tension et l'ambiance, bien plus que l'action, un roman très intéressant également d'un point de vue historique et social. La plume fluide de la romancière est un régal.
En bref, "L'autre moi-même" est un roman touchant sur la culpabilité des enfants d'anciens nazis, qui ont dû apprendre à se construire et se convaincre qu'ils n'étaient pas responsables des actes de leurs parents. La plume fluide de la romancière ne manque pas de nous transporter à travers cette lourde histoire familiale et de nous émouvoir, jusqu'à la dernière page.
Lien : http://placedeslivres.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
univcattusunivcattus   18 juillet 2015
Le mensonge est un art à part entière. En devenir le maître requiert du temps et de l'entraînement.[...] Il est plus généreux, plus courageux de cultiver le mensonge et de leur cacher la vérité. C'est non seulement un besoin, mais aussi -et surtout- un devoir.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : héritage familialVoir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1312 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre