AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,32

sur 28 notes
5
15 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Jacques fleuriste et meilleur ouvrier de France est sélectionné pour décorer les salons de l'Elysée. Petit soucis les fleurs reçues sont souillées et inutilisables. D'autres cas similaires ont été signalés. Des gouttes de sang humain sont retrouvées sur les roses. La commissaire Bombardier va traiter l'affaire avec un grand intérêt. Pour elle, il s'agit d'un premier avertissement et des actes biens plus graves sont peut être déjà en préparation. Elle apprend la découverte d'un cadavre chez le rosiériste à l'origine des expéditions…
Avec Catherine Secq, je suis certaine de passer un agréable moment, jamais déçue depuis le début et si vous regardez mon compte ce n'est pas le premier livre que je vous présente de l'auteure. Déjà je tombe sous le charme de la couverture et du titre. Ensuite vient l'histoire, toujours fluide, dynamique, bien construite qui nous embarque dans des directions qu'on n'imagine pas, elle ajoute toujours un élément surprise. On retrouve toujours une touche d'humour qui apporte ce coté décalé, de fraicheur qui me fait tant de bien.
Commenter  J’apprécie          321
Au marché de Rungis, un fleuriste constate que les somptueuses roses qui lui ont été livrées sont abîmées, invendables. Pire, les roses ont été trempées dans du sang qui a attaqué les pétales. le même jour, le fleuriste qui fournit le Palais de l'Élysée fait la même constatation. Les enquêteurs font cap vers le rosiériste pour tenter de comprendre. Surprise ! Un employé a été découvert mort au fond d'un entrepôt.
Catherine Secq a pris soin d'ancrer son histoire dans un univers inhabituel (le marché mondial des fleurs), de se renseigner sur la vision de la Saint-Valentin qu'ont les musulmans ou les sectes sataniques. Ce qui donne une profondeur au livre.
Sang rancune mon amour n'est pas un livre qui surprend par son final, plutôt un livre qui raconte une enquête, ses fausses pistes jusqu'à la découverte de l'assassin. Un cosy mystery dans la lignée de Sophie Henaff ou Sophie Chabanel, une lecture qui détend entre deux ouvrages très sérieux.
En bonus, Catherine Secq nous raconte la genèse d'un personnage, une façon agréable de prolonger la lecture.

Lien : https://dequoilire.com/sang-..
Commenter  J’apprécie          271
Il s'agit de la quatrième aventure de la Commissaire Bombardier et de son adjoint Paul Holo, dit Polo. Quelques jours avant la saint valentin, des roses qui devaient être livrées à des palaces parisiens et au fleuriste de l'Elysée arrivent souillées de sang et invendables. Comme la présidence est visée, il s'agit de démêler au plus vite cette sombre histoire. L'enquête est confiée à la commissaire Bombardier avec l'appui des services secrets car on craint un attentat, dont ce saccage serait le signe annonciateur. Nos deux policiers descendent dans le Midi et explorent différentes pistes : terrorisme islamique ou écologiste, satanisme ou vengeance personnelle contre le cultivateur des roses ?

Il y a beaucoup d'humour dans le style potache, le cultivateur s'appelle Adam et sa femme Eyve, et c'est justement une tentatrice et quelques autres traits du même style. Certains aspects de l'histoire ne sont pas réalistes du tout, comme quand les deux policiers vont interroger tout seuls un groupe de satanistes dans une cave d'une cité de Marseille, mais je pense que c'est voulu, l'auteure ne cherche pas à nous raconter une histoire vraisemblable. On apprend nombre de choses sur la culture des fleurs et des roses en particulier, et aussi sur ce commerce, pas du tout écologique. On fait venir des roses des pays chauds par avion pour en disposer en plein hiver. La réflexion éthique sur le sujet et sur notre société consumériste est très intéressante. On parle souvent de manger des produits cultivés dans la région pour réduire notre empreinte carbone, mais on évoque rarement les cultures de fleurs, un sujet dont j'ignorais tout auparavant, même si je n'en achète jamais, vu que mes chats les prennent pour de la salade. En dehors de ce sujet précis, les réflexions de Catherine Secq sur le terrorisme sont très intéressantes, elle nous montre des jeunes écologistes fanatiques et prêts à toutes les extrémités pour défendre leur cause, qui passe avant tout le reste, avant même leurs intérêts personnels. Même si l'urgence climatique est avérée, ils vivent dans leur bulle en dehors des réalités du monde.

La piste du terrorisme islamique est aussi abordée, ou plutôt le délit de « sale gueule ». Les deux chauffeurs maghrébins de la société d'horticulture sont immédiatement soupçonnés, Polo y voit des coupables idéaux, tout comme le commissaire des services secrets, mais Mme Bombardier voit au-delà des pistes faciles. Toutefois si elle n'avait pas veillé au grain, ils étaient coupables d'avance.

Un personnage est contre la st valentin sous prétexte que c'est une fête exclusivement hétérosexuelle, mais on peut en douter, de nos jours le liberté d'interprétation est de rigueur, même si la communication publicitaire vise majoritairement la masse et non les minorités, toutefois, elle ne les exclut pas.

Venons-en au style, avec lequel j'ai eu bien de la peine. Je trouve qu'on est toujours dans la description. J'ai eu l'impression de regarder de loin des éléments juxtaposés et non liés, Je n'ai jamais été embarquée dans l'enquête et j'ai de la peine à comprendre pourquoi. C'est peut-être dû aux discours de la commissaire, ou au caractère assez superficiel des personnages. J'ai souvent eu le sentiment d'assister à une pièce radiophonique. Je suis très contente que les autres lecteurs aient donné cinq étoiles à ce livre, car je ne partage pas cet avis enthousiaste. J'ai eu beaucoup de difficultés à lire ce polar qui m'a paru ennuyant et je suis restée à l'extérieur de l'histoire.
Lien : https://patpolar48361071.wor..
Commenter  J’apprécie          200
Sur le groupe facebook Des nourritures livresques, j'ai eu la chance de gagner au concours de la saint valentin un roman : Sang rancune, mon amour de Catherine Secq, qui a eu la gentillesse de me l'envoyer dédicacé. Aussitôt reçu... aussitôt dévoré :)
Le 14 février : c'est la Saint-Valentin, la fête de l'amour et des amoureux. Mais, horreur ! Quelques jours avant le jour J, les magnifiques roses rouges, symbole de passion, sont livrées chez les fleuristes toutes souillées par du sang.
Que peut donc bien signifier cette mascarade.
Est-ce un sacrifice ?
Une offrande ?
Quel est le message et surtout, qui est mort ?
Entre la menace d'un attentat terroriste, une manifestation anti Saint-Valentin ou un règlement de compte, la commissaire Bombardier a l'embarras du choix...
Sang rancune, mon amour est un très bon roman policier mettant en scène une commissaire détonante : Josiane Bombardier et son jeune adjoint Polo. C'est la cinquième enquête mettant en scène cette commissaire mais la première que je lis et vous pouvez comme moi la découvrir avec ce roman car ne pas connaitre les personnages ne m'a pas perdu. En effet, la commissaire et son adjoint sont bien présentés, on découvre leur personnalité, assez fouillée, et il est facile de s'y attacher. J'ai trouvé le duo très complémentaire, et extrêmement sympathique. Polo a une particularité, et je l'ai trouvé très touchant.
L'histoire est toute simple : des roses rouges sont souillées de sang quelques jours avant la saint Valentin. Simple certes mais des questions se posent : pourquoi, par qui, dans quel but ? Certaines de ses roses étaient destinées à l'Elysée, pour la saint Valentin de la première dame alors est ce un attentat ?
Il y a énormément de surprises, car plusieurs coupables possible. Il est évident que l'autrice prend plaisir à nous mener sur de fausses pistes, toutes plus crédibles les unes que les autres !
J'avoue que je n'avais pas deviné le le pot aux roses, j'ai été étonnée par certaines choses dans le dénouement.
Il y a de l'humour, de nombreuses informations sur la saint Valentin, sur les roses. On sent que Catherine Secq connait bien les fleurs car le sujet est parfaitement maitrisé.
Je suis tombé sous le charme du commissaire Bombardier et de Polo, je suis ravie d'avoir gagné ce roman car ce fût une excellente surprise.
Je vous invite à découvrir vous aussi Sang rancune, mon amour qui vous fera surement, comme moi, passé un bon moment de lecture :)
Ma note ? Un énorme cinq étoiles, évidemment.
Commenter  J’apprécie          172
La Saint-Valentin s'annonce sanguinaire avec la cinquième série de la commissaire Bombardier par Catherine Secq.

Un tout grand merci à l'auteure pour la confiance accordée.

Sang rancune, mon amour aborde une première de couverture enflammée rehaussant à merveille les couleurs de la passion et le plat verso de cette série est toujours aussi mystérieux que cocasse.

Dans ce nouvel ouvrage , Catherine Secq nous parle de la fête des amoureux , un jour idéal pour offrir des roses rouges emblème de la passion et prospère pour tous les commercants … Alors à qui profite la St-Valentin ? Aux amoureux ou aux fleuristes avides d'obtenir une certaine exclusivité des ventes ? C'est ce que la commissaire Bombardier va de nouveau tenter de déceler avec son assistant Polo suite à la découverte macabre d'une saignée de roses réputées comme envoûtantes pour leur parfum et leur rareté …

On suit une investigation mystérieuse et assez épineuse qui impose une analyse judicieuse pour tenter de comprendre quel est le mobile de toute cette mascarade, du sang humain qui nappe des roses rouges un jour considéré comme joyeux?

L'amour s'exprime et la vengeance rime dans ce livre au gré de la plume agréable et tonique de l'écrivaine qui s'applique à nous offrir une bonne dose d'humour durant une enquête qui ne manque pas néanmoins de solidité, des protagonistes humanistes et soucieux de trouver l'accusé avec des arguments relativement bien développés ce qui apporte une crédibilité à l'histoire.

De nouveau, une lecture fort agréable dont il est notamment question d'horticulture, un art féerique spécialité de Catherine Secq qui partage toujours au lecteur dans chaque ouvrage de la commissaire Bombardier la culture florale.
Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
Commenter  J’apprécie          121
Cinquième opus des affaires de la commissaire Bombardier que je lis! C'est normalement pour moi l'assurance d'un moment de détente, une parenthèse que j'aime m'offrir au milieu d'autres lectures.
Pourtant cette fois-ci je ressors un tout petit peu mitigée. Il y a du moins et du plus.
Commençons par le moins: une sensation d'être à côté de l'histoire et non pas dedans. Je ne sais pas vraiment à quoi c'est dû, peut-être à l'écriture au présent qui (selon moi) manque de verve par rapport aux traditionnels passé-simple /imparfait? Peut-être aussi parce que j'ai parfois l'impression de n'avoir qu'une succession d'interrogatoires suivis de réflexions, jusqu'au dénouement. Ca manque d'actions, je crois, pour avoir l'impression de "vivre" l'enquête et non pas simplement observer les deux personnages réfléchir.
Le plus: J'ai aimé cette fois les petites incursions dans la vie privée des personnages. L'introspection du commissaire Bombardier sur sa vie sentimentale; les confessions de Paul Holo sur son traumatisme d'enfance. J'espère que cela sera poursuivi dans les tomes suivants!
Car bien évidemment, je lirai la suite!
Commenter  J’apprécie          100
J'ai encore pris réellement un plaisir un lisant de nouveau les aventures ou les enquêtes du Commissaire Bombardier et de son acolyte Paul Holo.
Lire les romans de Catherine c'est assurément , un moment de détente, une parenthèse de lecture, des rires et des situations rocambolesques.
Je n'ai encore une fois rien vu venir quand au dénouement de l'enquête.
Catherine a su encore une fois me convaincre avec cette nouvelle enquête se passant à quelque jours de la st Valentin.
Une plume toujours aussi addictive, des couvertures toujours aussi dingues, une histoire bien construire.
Bref j'ai encore passé un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          61
Le livre se lit, comme un dépaysement, une récréation... aucun véritable suspense.
C'est frais, c'est léger; un petit vin de pays en quelque sorte, surtout que l'action se passe en partie dans le Var.

A déguster en ce début d'été, si l'on ne recherche pas la grande littérature ! C'est de la lecture détente.
Commenter  J’apprécie          50
De nouveau sous le charme des enquêtes de la commissaire Josiane Bombardier.
Cette fois ci, nous voilà dans l'univers des roses avec la Saint-Valentin; comme à chaque fois, nous apprenons des choses sur le thème de l'enquête et j'avoue que cela fait réfléchir au sujet de la culture des roses.
C'est vrai que l'on pense à consommer des fruits ou légumes de saisons, mais pas pour les fleurs.
Beaucoup de suspects, mais comme d'habitude, je suis encore passé à côté du coupable.
J'ai aimé l'humour avec le nom d'un rosiériste qui a pour nom BLEUHET; bon, il y a un H en plus que dans le nom de la fleur, mais quand même!
Et quand vous voyez que la femme de ce rosiériste qui se prénomme Adam a pour prénom Eyve, en core une pointe d'humour.
C'est ce qui me plaît avec Catherine Secq.
Merci à elle pour son livre lu avec toujours de plaisir que pour les premiers.
Commenter  J’apprécie          41
Tout d'abord un grand merci à l'auteure (qui m'a gentiment envoyé ses livres, six au total celui-ci étant le 5e que je lis) et le groupe « Lire, rêver et partager » par l'intermédiaire duquel je les ai gagnés (concours du calendrier de l'Avent). C'est toujours un plaisir de retrouver Josiane (je peux bien l'appeler Josiane après avoir partagé avec elle 5 enquêtes !) L'idée est originale ! qui a décidé de gâcher la Saint-Valentin en maculant de sang de magnifiques roses rouges ! ou s'agit-il d'une vulgaire vengeance ? Cette enquête nous permet de connaître un peu mieux l'univers des fleurs, ici il s'agit de roses, leur création, le jack-pot lorsque qu'une variété extraordinaire voit le jour, leur gestation, les circuits de distribution du MIN de Rungis jusqu'à leur arrivée chez le fleuriste. Ce que j'apprécie avec les livres de Catherine Secq, c'est la découverte, à chaque fois, d'un univers différent ayant trait toujours à la nature et au monde végétal, et l'auteure connait le bien le sujet ! Bref, j'ai passé un excellent moment, c'est agréable à lire, bien sûr il y a meurtre, mais rien de choquant… pas de débauche d'hémoglobine (enfin, sauf sur ces pauvres fleurs) mais les âmes sensibles peuvent découvrir sans appréhension les enquêtes de la Commissaire Bombardier et de son inspecteur préféré Paul Holo… et comme moi, passer un excellent moment !
Commenter  J’apprécie          30




Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Meurtre bénévole" de Catherine Secq.

Sur quoi la commissaire prend-t-elle des notes sur l'enquête ?

un grand tableau blanc
un ordinateur portable
un cahier à grands carreaux

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Une affaire pour la commissaire Bombardier : Meurtre bénévole de Catherine SecqCréer un quiz sur ce livre

{* *}