AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Une affaire pour la commissaire ... tome 4 sur 7
EAN : 9791026246565
259 pages
Librinova (27/12/2019)
4.43/5   29 notes
Résumé :
Perdre son auteur, lorsqu’on est le personnage principal d’un roman, moi aussi je croyais que cela n’arrivait… que dans les films. Imaginez ma surprise quand j’apprends que Catherine Secq a disparu. Oui, oui… DISPARU ! Vous avez bien lu. Alors là, sans hésiter, je fonce à sa recherche et je plonge, tête la première, dans les sombres arcanes du monde de l’édition, le fameux « sérail », comme le surnomment les écrivains. J’ai la ferme intention de la retrouver, coûte ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,43

sur 29 notes
5
15 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
celine85
  12 juin 2021
Une auteure toujours aussi originale dans l'idée de départ de son histoire ! Je ne m'y attendais pas à celle là !
Adrienne dévore les livres. Elle commence par s'impliquer beaucoup dans la bibliothèque municipale et finalement sa passion l'a conduit à organiser un salon du livre local. Petit à petit le salon Black Polar de Montbriard dans le Tarn prend de l'ampleur. On trouve également des stands des producteurs de vin des environs pour rajouter une petite touche festif.Ca devient de plus en plus compliquée pour elle de s'en occupée. En plus des « caprices des auteurs » (place du stand, ceux qui ne veulent pas être à coté de tel auteur , ceux qui veulent au contraire être à auteur de tel autre, lieux pour dormir à trouver,…) , des contraintes à tenir et un budget à tenir, pas facile d'y arriver même si elle peut s'appuyer sur quelques bénévoles , il y a toujours des imprévus. Et cette année il va bien mettre en lumière le salon mais pas sur les livres.
Marc est inquiet et décide d'appeler la commissaire Bombardier. Il lui dit qu'il n'a pas de nouvelle de Catherine (Secq) et que ce n'est pas normal. Elle était invitée au salon du livre, elle est partie en train, elle est bien arrivée à l'hôtel puis elle s'est volatilisée. Il a peur qu'il lui soit arrivé quelque chose. Oui vous avez bien compris le mari de l'auteure appelle le personnage de l'auteure ! Si le personnage perd son auteure, où va-t-on ? ! Que faisons-nous ? Où est-elle passée ? Comme Adrienne n'a pas su se taire suite au faux bond de Michèle Plume, la commissaire Bombardier et l'inspecteur Bombardier vont devoir faire avec les journalistes dont la curiosité est piquée.
J'ai aussi beaucoup aimé la phrase glissé en précisant qu'écrire des romans s humoristiques est un genre pas très représenté malheureusement. Je suis tout à fait d'accord et c'est bien dommage car c'est vraiment un réel plaisir de les lire, ils nous divertissent et nous font un bien fou !
Un livre vous l'aurez compris que j'ai adoré encore une fois et que je vous recommande ! Style déjanté, originale, inégalable ! Bravo à elle pour cette idée de s'inclure dans le livre, comment trouver de telles idées ?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
MllePeregrine
  01 mars 2021
Etre en vacances et se plonger dans les aventures de la commissaire Bombardier, ce n'est que du bonheur! Il s'agit ici du quatrième volume et c'est un volume "à part" car l'héroïne n'est autre que Catherine Secq elle-même! Alors-là chapeau, il fallait l'imaginer cette histoire!
Alors qu'elle se rend au salon Black-Polar dans le Sud de la France, l'auteur est enlevée...et c'est son personnage, Josiane Bombardier, qui va mener l'enquête avec l'aide du beau capitaine Leprince et bien sûr, son coéquipier Paul Holo.
L'intrigue est originale et intéressante car derrière l'humour, C.Secq peint l'univers impitoyable du monde de l'Edition. Guerres entre écrivains, rivalités, jalousie...ce n'est pas tendre! Heureusement, elle nous entraîne également chez les vignerons et nous fait déguster par procuration de bons crus!
Après quatre volumes la commissaire Bombardier nous devient de plus en plus familière, on apprécie ses petites manies, son caractère trempé et ses chats. Paul Holo est bien sympathique et j'espère que les "annonces" faites à la fin de ce volume seront développées par la suite. Il mérite d'être étoffé.
Enfin, je cite Catherine Secq elle-même : "Si vous vous sentez mieux après votre lecture, alors moi, j'aurai atteint mon objectif!" pour pouvoir lui répondre:
Oui vous avez réussi, et je vous en remercie! Je vous souhaite tout le succès mérité. le volume suivant m'attend à la maison!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Chroniqueuse
  21 juillet 2020
Dédicace sans auteure est la quatrième affaire de la série de la commissaire Bombardier célèbre personnage de Catherine Secq auteure à succès de polars aussi drôles que mystérieux.
Un tout grand merci pour l'envoi d'un exemplaire au Liban et pour la confiance accordée.
Une collection de la commissaire Bombardier occupe une place dans ma bibliothèque, je trouve les ouvrages attrayants de par les premières de couvertures, ingénieux de par les plats versos sans oublier l'essentiel une plume addictive qui suit bien son rythme avec fluidité et légèreté et propose au lecteur de passer un moment de détente en compagnie de Josiane Bombardier .
Un personnage qui enquête sur la disparition de son auteure? du jamais Lu … C'est un scénario alléchant qui se présente et m'invite à accompagner la commissaire dans son aventure rocambolesque. Un bon et habile départ pour captiver et inciter à la découverte du livre. C'est le style de l'écrivaine de titiller la curiosité du lecteur.
Le monde de l'édition mis en avant , une démarche astucieuse pour évoquer l'auto-édition dans une narration imaginaire qui dispose de protagonistes inconnus et connus afin de transmettre une certaine réalité existante quelque part mettant en lumière la bêtise humaine …
Un peu d' oenologie, de vignonnerie pour arroser le tout et détendre ainsi l'atmosphère qui s'expose après une série de témoignages et d'investigations à la loupe.
Catherine Secq séduit de par son écriture, elle maintient sa cadence et ses personnages et tend toujours à aborder des thèmes fondamentaux.
Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
livrement_ka
  22 février 2020
Et une quatrième enquête pour Josiane Bombardier, cette commissaire très originale avec un caractère assez brut et surtout un humour particulier.
Mais Josiane c'est également un bon fond qui va avoir à coeur de retrouver son auteure Catherine Secq, qui a disparu alors qu'elle devait assister à un salon du livre dans le Tarn.
Elle décide à la demande du mari de cette dernière de se rendre sur place, en laissant ses tâches à son assistant Polo, qu'elle estime.
Et son séjour ne va pas être de tout repos. Au coeur de ce salon du livre, c'est entourée d'auteurs imbus de leurs personnes,d'une organisatrice un peu trop accro à son boulot et à des suspects en veux tu en voilà.
Bref encore une fois une lecture vraiment agréable avec une écriture fluide et simple. Des chapitres qui se suivent et apportent tous leurs lots de surprises.
Entre humour grinçant, doutes et suspicions on va suivre Josiane dans cette enquête assez rocambolesque. Toutes les hypothèques sont évoquées.
L'écriture de Catherine SECQ évolue au fil des livres et des histoires et se renforce en confiance. On tourne toujours autour du jardinage ou des produits de la terre qui touche à la profession première de l'auteure.
Dans cet opus, elle n'hésite pas à se mettre en scène avec beaucoup d'humilité. Alors que Josiane, la commissaire n'arrive qu'après le premier tiers du livre, la vedette lui est volée par l'organisation de ce salon du livre qui s'annonce assez compliqué.
S'est elle inspirée de son histoire personnelle pour forger le caractère de son mari ???? je vous laisse vous faire votre propre idée. En tout cas, cet homme a toute confiance en son épouse et est éperdument amoureux.
Quant à Josiane, l'auteure ne cesse de peaufiner ce personnage et d'apporter des touches personnelles et de sa vie privée.
De même le rapport avec son assistant est toujours plein de tendresse malgré une certaine rudesse dans les propos de Josiane lorsqu'elle s'adresse à lui. 
J'espère que le personnage de Polo sera de plus en plus présent dans les prochains tomes, parce qu'il apprend énormément et je pense que cela pourra apporter une certaine richesse aux histoires.
Le changement de décor apporte aussi un peu d'originalité. Une histoire dans les îles serait peut être un atout pour Josiane, ou encore une intrigue impliquant Zoé sa petite fille serait peut être une prochaine idée à creuser.
Et toujours pas d'amoureux à l'horizon, mais la fidélité de ses deux matous.
**************************
Mon ressenti : Encore une fois, ravie d'avoir découvert une nouvelle enquête pour Josiane.
Le petit plus : Un quatrième tome original qui se passe au sein d'un Salon du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
kikenbook
  26 juin 2021
Ma première rencontre avec la commissaire Bombardier avait été agréable, baignée qu'elle était dans les eaux thermales de La-Roche-Posay. Retrouver la commissaire pour une nouvelle enquête policière (sa quatrième) était la promesse d'un moment de détente au sein d'une intrigue policière menée par une Bombardier dynamique à la répartie piquante.
Et pour ce qui est de la Commissaire, la promesse est tenue, on la retrouve telle qu'on l'a déjà connue, pleine de vie et de mordant, et confrontée cette fois à une énigme extraordinaire. Son auteure, la très réelle Catherine Secq, est portée disparue alors qu'elle était attendue au fictif Salon Black Polar dans la belle mais toute aussi fictive ville de Montbriard dans le Tarn. On ne peut pas nier à l'autrice du roman l'audace d'une intrigue dans laquelle elle se place elle-même en victime et où la commissaire dit plusieurs fois qu'elle est à la recherche de son auteure. Mais, à regret, ma curiosité titillée par le pitch n'a pas trouvé d'écho dans le déroulement de l'intrigue. Je n'ai pas réussi à embarquer pleinement dans ce polar et je pense que c'est en grande partie à cause de ce côté presque « fantastique » qui finalement, s'avère, à mon goût, très peu exploité. Catherine Secq qui écrit que Catherine Secq (à la première personne dans certains chapitres qui prennent son point de vue) a disparu et que la Commissaire qu'elle a créée part à sa recherche méritait selon moi une vraie exploration du sujet dans ce qu'il a d'extra-ordinaire avec un enjeu peut-être même vital (le destin de la Commissaire est après tout lié à la vie de son auteure) ou au moins des questionnements sur le mélange risqué fiction-réalité. Mais non, rien de cela ici, l'auteure disparue aurait tout aussi bien pu s'appeler Madeleine Duchemin, le roman eût été le même, il aurait juste fallu que cette Madeleine et la Bombardier se connaissent personnellement pour que la Commissaire enquête sur sa disparition.
Je ne peux que regretter cette petite déception qui ressort de la lecture de « Dédicace sans auteure » alors qu'il y a pourtant une vraie construction de l'énigme policière de la disparition et, même si mobile et dénouement sont un peu « faciles », elle se lit sans déplaisir, car l'écriture de Catherine Secq reste suffisamment alerte pour maintenir votre intérêt jusqu'au bout. Comme dans le précédent roman lu (« Ne jetez pas les morts au compost »), les personnages secondaires (auteurs, éditeurs, organisateurs de salon, gendarmes, etc.) sont assez caricaturaux mais après tout c'est le propre d'une comédie, grossir le trait pour montrer tout ce que les comportements humains ont de risibles et parfois ridicules et, pour le coup, le monde de l'édition qui vient faire Salon au milieu du monde viticole se retrouve gentiment égratigné par la plume de Secq toujours encline à mettre en avant la défense de l'environnement et du territoire rural. Louable entreprise !
Bref, la rencontre ne se sera pas faite complètement sur « Dédicace sans auteure » mais cela ne devrait pas empêcher la lecture d'une nouvelle enquête de Bombardier…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AngeliqueLeslecturesdangelique
AngeliqueLeslecturesdangelique  
Marc regarde à nouveau l'écran toujours atone de son téléphone. Il prend une inspiration. Cette fois-ci, c'est décidé, il appelle la commissaire. Au moins, elle, elle répond, même si c'est u bout de la cinquième sonnerie.
- Allo, Marc ? entend-on d'une voix mal assurée.
- Euh ! Bonjour Madame la Commissaire. Il est tard ; j'espère que je ne vous dérange pas. Ca ne se fait pas d'appeler les gens en pleine nuit. Vous dormiez probablement. Je vous demande de bien vouloir m'excuser.
- Non, vous ne me dérangez pas, Marc, mais dites-moi ; vous avez une drôle de voix. Que se passe-t-il ?
- C'est Catherine. Je n'ai pas de nouvelles et ce n'est pas normal. J'ai peur qu'il lui soit arrivé quelque chose, vous comprenez ?
Commenter  J’apprécie          20
AntoineLu
AntoineLu  
Vous croisez le chemin d'une personne et vous êtes bouleversé sans pouvoir expliquer l'origine de votre émoi. Cela peut être une odeur, un physique, une gestuelle ou même une voix qui vous touche parce que cela réveille un souvenir profondément ancré en vous. Ce que l'on a l'habitude d'appeler "coup de foudre" est particulièrement violent. C'est une passion que l'on ne contrôle pas et qui peut prendre le pouvoir sur vous.
Commenter  J’apprécie          20
LectureChronique
LectureChronique  
Moi, j'aime bien me retrouver parmi tous ces écrivains. C'était mon rêve, quand j'étais petit : écrire des livres. Mais, comme Montaigne, "je n'ai fait que des essais".
Commenter  J’apprécie          20
AntoineLu
AntoineLu  
" Mieux vaut le vin d'ici que l'eau de là" !
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Meurtre bénévole" de Catherine Secq.

Sur quoi la commissaire prend-t-elle des notes sur l'enquête ?

un grand tableau blanc
un ordinateur portable
un cahier à grands carreaux

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Une affaire pour la commissaire Bombardier : Meurtre bénévole de Catherine SecqCréer un quiz sur ce livre