AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Afrikakorps tome 1 sur 3
EAN : 9782888908425
48 pages
Paquet (29/05/2019)
3.73/5   31 notes
Résumé :
Les allemands débarquent à Tripoli (Libye) le 14 février 1941 avec la 5ème division légère. La 15ème division blindée doit y débarquer 1 mois plus tard. La situation est critique et l'armée se met tout de suite en route (après un entrainement sommaire de 4 semaines) pour El-Agheila dans le but d'y chasser les anglais. Les anglais croyant les allemands bien plus nombreux qu'ils ne le sont en réalité, sont rapidement chassés d'El-Agheila. Le 4 avril Bengazhi est prise... >Voir plus
Que lire après Afrikakorps, tome 1 : BattleaxeVoir plus
Airborne 44, tome 1 : Là où tombent les hommes par Jarbinet

Airborne 44

Philippe Jarbinet

4.09★ (1196)

10 tomes

Bérézina - Intégrale par Richaud

Bérézina

Frédéric Richaud

3.93★ (170)

4 tomes

The Regiment, tome 1 par Brugeas

The Regiment

Vincent Brugeas

3.90★ (165)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Afrique du nord, la guerre vue du point de vue Allemand. L'armée allemande est moins nombreuse que celle des alliés mais elle a un général hors norme, Rommel alias le renard du désert...

C'est très audacieux de la part des auteurs, on est loin de la propagande et du triomphalisme habituel des nazis.

Ici on a chaud on a soif et on mange du sable, on suit le lieutenant von Richter à travers une «chevauchée» fantastique à travers le désert, la guerre ce n'est pas du cinéma.

Dessins très réalistes, et documentation historique et technique de qualité, les chars et les avions sont remarquablement retranscrits, font de ce premier tome une réussite.





Commenter  J’apprécie          553
Malgré que l'Afrikakorps soit une émanation d'un pouvoir nazi, pouvoir détestable s'il en est, qui s'est porté au secours de son allié Mussolini, il est intéressant de comprendre ce qu'ont vécu ces soldats dans des conditions extrêmes.
Généralement, dès qu'on traite de ce sujet, tout tourne autour d'Erwin Rommel, le stratège allemand qui en a fait voir de toutes les couleurs aux Alliés.

La qualité première de cette bande dessinée, c'est de placer le lecteur au niveau de l'homme de base, du combattant de première ligne, de celui qui va en chier, tout en reconnaissant l'humanité des alliés italiens qui depuis un an se battent contre les Britanniques, Australiens, Néo-Zélandais, Indiens, Sud-Africains. L'ennemi n'est jamais méprisé par le Leutnant von Richter, le personnage que nous suivons au fil du récit, qui rend hommage à son courage, tout en faisant ce pour quoi il est là, éliminer les adversaires de l'Allemagne.

Les problèmes rencontrés par l'Afrikakorps sont très bien décrits ainsi que les mises en situation des combats. le matériel est suffisamment détaillé et fidèle à son emploi sur le terrain. Olivier Speltens a effectué de magnifiques recherches pour nous offrir un point de vue rarement évoqué, celui du futur perdant qui s'est battu le plus souvent en infériorité numérique avec un courage inouï. En fait, peu importe le camp dans lequel ont évolué ces hommes : ils ont eu à affronter des conditions horribles et ont perdu nombre des leurs.
Commenter  J’apprécie          220
Eh bien, ce premier volume de la série de Speltens sur l'Afrika Korps est une déception en ce qui me concerne.
C'est très bien dessiné, dans un style très réaliste, parfois presque photographique, donc le problème n'est pas là.
Déjà, ça commence par une longue litanie de conversations techniques sur les différents types de chars, d'avions, de canons, qui relèvent plus du manuel technique de la Wehrmacht que du récit de guerre. L'auteur étale un peu trop sa documentation, en la mettant dans la bouche de ses personnages de façon un peu artificielle.
Ensuite, on ne s'attache guère aux personnages : ils sont survolés, se ressemblent tous (tous bruns, pour des Allemands, c'est plutôt original, mais pour le coup un blond n'aurait pas été de trop !), et sont par trop déshumanisés. À aucun moment ils ne semblent avoir peur, ni être attristés par la perte de leurs camarades, ni atterrés par les horreurs qu'ils voient. D'ailleurs ils n'en voient pas vraiment : pas de sang, pas de mutilations, les cadavres sont allongés sagement et semblent dormir, un peu comme dans le jour le plus long. En bref, on dirait qu'ils s'amusent, qu'ils partent en safari. Pas qu'ils risquent leur vie.
C'est bizarre, car le premier tome de "l'armée des ombres", du même auteur, sur la campagne de Russie, ne m'a pas du tout fait cet effet, bien au contraire.
L'auteur veut raconter la campagne de l'Afrika Korps de façon visiblement assez exhaustive, intention louable, mais si c'est ce que je recherchais, j'irais lire des ouvrages historiques écrits par des experts en la matière. En BD, j'aurais préféré un récit à hauteur d'homme, peut-être un peu moins complet techniquement, mais plus humain.
Commenter  J’apprécie          90
Débarquer sur un continent et essayer d'y repousser un ennemi supérieur en nombre, et installé depuis un bon moment...

Débarquer à la "va-vite" et essayer de faire croire que vous êtes 10 fois plus nombreux, histoire de ne pas se faire rejeter à la mer trop vite et laisser le doute planer chez les anglais...

Commencer sa progression et se rendre compte que les machines ne sont pas spécialement conçues pour avaler et digérer le sable du désert...

Contre toute attente, ne pas se reposer sur ses lauriers, mais au contraire, et malgré l'adversité, le sable, la chaleur, la maintenance permanente et le ravitaillement qui peine à suivre...

Quand on est pas plus fort que l'ennemi, et de très loin inférieur en nombre, il ne reste que la ruse, le sens tacique aiguisé...

Et pour réussir l'impossible, il n'y a qu'un général ; Erwin Rommel, qu'une armée ; L'Afrikakorps.

Heil Safari !!!
Commenter  J’apprécie          60
Un album sur l'Afrikakorps qui nous ramène en 1941. Nous suivons le Lieutenant von Richter sous les ordres de Rommel qui pousse ses troupes devant les premiers succès. le dessin est clair, coloré et de bonne qualité.
Toutefois, je trouve le récit un peu condescendant, on présente l'Afrikakorps sous un aspect favorable voir héroïque. Très peu de sang, pas de scènes de pillage, en fait il y a de belles vues de chars et d'avions en action mais les horreurs de la guerre sont dissimulées.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
ActuaBD
27 septembre 2019
Un travail sérieux, précis, de qualité, qui devrait réjouir les amateurs du genre. Ils devront patienter pour connaître la conclusion de l’épopée du lieutenant Von Richter, prévue en trois tomes.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
03 juillet 2019
Les amateurs de récits de guerre seront comblés par les épisodes, dialogues et tensions qui jalonnent cette ouverture. Ils pourraient cependant déplorer que les personnages n’aient pas davantage d’épaisseur psychologique, que leurs personnalités respectives n’aillent guère plus loin que leur fonctionnalité de soldat.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
- C'est mal connaître le général Rommel. Ceux qui ont combattu à ses côtés en France vous diront qu'il est un brin impatient...
- Parfait messieurs, allons y et repoussons l'ennemi : Heia Safari !
- Heia Safari ! Ça y est notre armée nous a officiellement baptisés DAK pour Deutsches AfrikaKorps
- Ça sonne bien Herr lieutnant! Ah Ah je repense à la tête des italiens lors de notre défilé dans Tripoli, ils étaient impressionnés non ?
- Bien sûr Schmidt, je crois qu'ils n'avaient jamais vu un matériel aussi moderne !
Commenter  J’apprécie          90
- Bien Herr General, et pour quel objectif ?
- Mais Tobrouk bien sur !
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Olivier Speltens (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Speltens
Rei sen pacifique 1
autres livres classés : afrikakorpsVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (62) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5280 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}