AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203012493
94 pages
Éditeur : Casterman (23/04/2008)
3.42/5   6 notes
Résumé :
Brancaccio : un quartier de Palerme, l'un des plus dangereux de Sicile. C'est ici qu'habite Nino, un gosse plein d'espoir, qui veut s'en sortir, apprendre un travail et vivre honnêtement. Mais personne ne sort indemne de Brancaccio, car ici, c'est la Mafia qui commande. La Mafia qui, insidieusement, pollue l'air qu'on respire, l'eau qu'on boit, les mots et les pensées qui nous viennent, et jusqu'à chacun de nos gestes. Brancaccio relate, en trois épisodes, la vie de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Yvan_T
  08 novembre 2020
Le titre de ce nouvel album de la Collection «Ecritures» de Casterman pourrait faire croire qu'il s'agit d'un polar sombre se déroulant dans un milieu mafieux. Mais, "Brancaccio, chronique d'une mafia ordinaire" est plutôt un roman graphique qui s'intéresse au quotidien des habitants de Brancaccio, l'un des quartiers délabrés de Palerme, sous l'emprise de la mafia. Ce one-shot fait d'ailleurs écho à l'assassinat du père Puglisi, un prêtre engagé dans une lutte contre la pègre locale et qui fut assassiné par la mafia en septembre 1993.

A travers la destinée et les rêves du jeune Nino, Giovanni di Gregorio et Claudio Stassi plongent le lecteur dans la réalité de ce quartier palermitain. Un quotidien rythmé par la maffia et où le silence est d'or. La peur empêche les gens de parler et de se plaindre, tandis que l'école du crime mène une concurrence déloyale aux bancs d'école. Entretenue par la terreur, la pauvreté et le manque d'éducation, le système mafieux a mainmise sur les habitants de Brancaccio, sur leur vie et sur leur destin.
Le graphisme noir et blanc de Claudio Stassi colle parfaitement au ton du récit de Giovanni di Gregorio et s'inscrit parfaitement au sein de cette bien belle Collection «Ecritures». le fait que les auteurs soient tous deux originaires de Sicile et résident toujours dans la région, renforce encore le réalisme dégagé par ce témoignage en trois temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik_
  14 décembre 2020
C'est le récit d'un gamin qui se fait renverser en scooter dans les rues d'une ville sicilienne sous influence de la mafia. Un vibrant hommage est rendu en fin d'album à toutes les victimes indirectes de la mafia. Il est vrai que je n'ai pas fait le lien avec un banal accident de la circulation même si le conducteur de la camionnette devait remplir une mission un peu illégale car il ne pouvait dire « non ». Quand votre patron vous demande quelque chose, vous le faites même si cela ne vous plaît pas. Oubliée la théorie des baïonnettes intelligentes!
Le récit présente l'originalité de se décomposer en 4 parties qui refléteront des points de vue différents par rapport au même fait même si l'action diffère selon la vie de ces personnes. le dessin ne m'a pas emballé. J'avoue également avoir eu des problèmes de compréhension avec la fin de ce drame. Bref, pas assez d'éléments pour me convaincre même si je compatis à la douleur des familles concernées.
Commenter  J’apprécie          10
Nanne
  11 juin 2011
Bienvenue à Brancaccio, quartier pauvre de Palerme qui tente de garder la tête hors de l'eau malgré les difficultés et les aléas du quotidien. Ou plutôt devrais-je vous dire de fuir ce lieu malfamé et sans perspective. Brancaccio est un des endroits les plus dangereux de Palerme et de la Sicile. Tous ceux qui vivent dans ce périmètre n'ont plus aucun espoir – ou si peu – de s'en sortir indemne et par leurs propres moyens. Parce qu'à Brancaccio la Mafia régit l'ordinaire et l'existence de ses habitants plus soumis que rebelles.
A Brancaccio vivent Nino et ses parents. Nino, un gamin qui ne rêve que d'une seule et unique chose : prendre le train qui le sortira de ce quartier puant la misère, suintant l'indigence, exhibant le dénuement de chacun, étalant la cruauté et sur lequel plane l'ombre tutélaire de la Mafia. Nino est un garçon poli, respectueux des règles et de son prochain, calme, sans problème. Il n'aspire qu'à vivre en paix, sereinement et à travailler honnêtement. Malheureusement pour lui, à Brancaccio la règle est autre. Il en est des individus comme des combats clandestins de chiens : la même haine, la même cruauté, la même sauvagerie. Tuer ou être tués. Vivre ou mourir. Dominer ou être écrasés. Pas d'autre alternative.
Lien : http://dunlivrelautredenanne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 septembre 2008
Lecture jeune, n°127 - Le titre de l’album vient du nom d’un quartier de Palerme, où la population défavorisée vit sous la coupe de la mafia. C’est par le biais de la fiction que les auteurs ont choisi d’aborder le sujet. Construite en triptyque, la chronique est centrée tour à tour sur trois personnages d’une même famille. Elle commence avec l’histoire de Nino, jeune garçon d’une douzaine d’années, qui veut réussir ses études pour pouvoir sortir de l’emprise du milieu. Le récit se poursuit avec son père, victime de pressions dans son travail. Enfin, l’histoire s’achève avec le personnage de la mère, qui subit au quotidien les règles édictées par l’organisation du crime, les médecins véreux et les pénuries d’eau. En parallèle, les témoignages des habitants viennent corroborer le sentiment que personne à Palerme ne peut échapper à cette gangrène.

L’émotion est bien rendue par des illustrations en noir et blanc au le crayon à l’aquarelle et des plans rapprochés sur les visages – qui évoquent parfois le trait de Baru ou de Gipi. L’édition française centre la narration sur l’enfant en lui offrant la couverture, alors que celle de l’édition italienne représente un motard de dos. Ce choix éditorial, sans doute destiné à attirer un jeune lectorat, ne traduit donc pas la volonté des auteurs. L’ouvrage, fortement engagé, dénonce dès la préface l’assassinat, en 1993, du Père Pugliesi qui avait consacré sa vie à la lutte contre la mafia et à la protection des plus jeunes. La bande dessinée est complétée par un appel à résister contre la pègre, en indiquant ce que peut faire chaque citoyen à son échelle. En cela, l’ouvrage dépasse le statut de simple reportage et devient un message universel contre le racket. Le lecteur, qui était au départ spectateur d’un drame, se voit interpellé : « À ceux qui continuent de se condamner eux-mêmes et le lieu où ils vivent par le rituel quotidien des petites injustices et des génuflexions imperceptibles… ». Une vérité qui pourrait bien être énoncée aux adolescents… même s’ils vivent loin de Palerme.

Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NanneNanne   11 juin 2011
Lorsque sur un territoire, le seul sentiment admis, c'est la peur, alors il y a quelque chose de tordu, de malade. Des bêtes avec des masques humains créent d'autres bêtes et les soumettent en les enserrant dans un filet absurde fait de promesses alléchantes jamais tenues ou de « faveurs » payées au prix de ta vie ou de celle de ceux qui te sont chers. Un filet dans lequel on tombe souvent par désespoir, par solitude, à cause de l'absence de l’État ou de l’Église, par ignorance, par fatalisme. Et pourtant, il y a toujours la possibilité d'échapper à ce filet et de se libérer pour ensuite libérer les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NanneNanne   11 juin 2011
Je m'en souviens comme si c'était hier. L'angoisse de cette Intifada de quartier. On voyait bien alors que dans ces rues, parmi ces jeunes gens, ces hommes, ces femmes, ces familles, il y avait deux réalités profondément différentes. Il y avait ceux qui voulaient le changement, libérer le quartier de la domination mafieuse et qui commençaient à se rebeller, et ceux qui voulaient en maintenir la domination, défendre la culture. Surtout face à un cortège pacifique comme le nôtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   14 décembre 2020
La Mafia n'est donc pas née de la pauvreté et de l'isolement, mais de la richesse et du pouvoir.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Claudio Stassi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claudio Stassi
Interview de Claudio Stassi (en italien)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les romans graphiques incontournables

Quel héros de bande dessinée commence ses aventures par une ballade en mer salée?

Tintin
Corto Maltese
Mortimer
Peter Pan

7 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphiqueCréer un quiz sur ce livre