AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.83/5 (sur 1558 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Liège , le 16/11/1965
Biographie :

Frédéric Seron, dit "Clarke", dit aussi "Valda", est un dessinateur de bande dessinée.

Après avoir suivi les cours de l'école des Beaux-Arts, il s'oriente vers l'illustration de mode avant d'être séduit par la BD en participant à des publications collectives locales ("Qui a tué François Walthéry" et "B.D. Mode, c'est belge").

En 1987, il publie, chez Khany, son premier album personnel : "Rebecca - Bon anniversaire, Papy", sur scénario d'un autre débutant, François Gilson, qui ne le quittera plus guère.

Spirou accueille ses récits complets des "Cambrioleurs", écrits par Crosky, et les mini-strips fantaisistes d'"Africa Jim", animés par Gilson. C'est avec ce dernier que Clarke découvre les charmes de la sorcellerie en lançant "Mélusine" en 1992. Envoûtées, les Éditions Dupuis accorderont rapidement sa propre collection d'albums à l'éternelle apprentie-magicienne.
Avec le succès, la production de Clarke s'emballe à tel point qu'il est contraint d'adopter le pseudonyme Valda pour illustrer, dans un style plus épuré, les aventures des "Baby-sitters" que lui propose Christian Godard.

La collection "Humour libre" lui permet de se multiplier. Sur des scénarios de Yann, il massacre allègrement les biographies des respectables auteurs - Andersen et Perrault - proposés dans la série des "Sales petits contes".
Il s'octroie du reste le plaisir d'y ouvrir sa propre collection, avec la complicité de Midam pour les scénarios, sous le titre prometteur "Durant les travaux, l'exposition continue...".

En 2014, il sort, chez Glénat, un album autobiographique : "Les Étiquettes". L'année suivante, c'est un recueil en noir et blanc de courtes histoires étranges et fantastiques qui paraît au Lombard : "Réalités Obliques".
En 2016 paraît, toujours au Lombard, "Dilemma", un ambitieux roman graphique de 130 pages disponible en deux versions différentes, chacune proposant une fin alternative à l'histoire.
Il est le neveu de Pierre Seron (1942-2017), l'auteur de la série "Les Petits Hommes" chez Dupuis. "Urbex" reçoit le prix des collèges 2022 à Angoulême.

son site : https://clarkenet.wordpress.com/
+ Voir plus
Source : http://www.bedetheque.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Clarke   (81)Voir plus


Entretien avec Clarke à propos de sa BD Réalités obliques


Réalités obliques est un recueil de 25 histoires courtes. Quel est leur point commun ?

Il y en a plusieurs. Outre l`aspect formel et graphique, très contraignant, elles tournent toutes plus ou moins autour d`une certaine volonté de traiter des perceptions altérées... Des réalités tronquées, en somme. Et certaines d`entre elles ont un côté existentiel qui est un angle que je voulais vraiment aborder, parce que c`est l`impression que me laissaient ce type d`histoires quand je les lisais ou les regardais enfant...


Ces nombreuses histoires ont-t-elles été écrites récemment pour cet ouvrage précisément, ou bien ont-t-elles été collectées progressivement au fil des années ?

Ces histoires ont été écrites en flux continu. Mais leur source – des phrases comme « je vis en différé » ou « il faut se concentrer pour rester réel » sont des choses que je traînais depuis très, très longtemps. Je n`en faisais rien, tout simplement. Et ce n`est que lorsque cet album a commencé à prendre forme, que le ton et ces accroches se sont déversés d`un seul coup.


Le ton de ce recueil est très noir ! Sont­ ce vos peurs, vos angoisses, vos cauchemars peut­-être,que vous avez mis en scène dans cet album ?

Pas tant mes peurs que mes propres questions. Des interrogations sur la nature de ce que nous sommes et, surtout, de ce que nous percevons. Nous vivons dans tant de mondes différents suivant l`angle d`où on les appréhende...


Les histoires que vous proposez épousent toutes un format court puisqu`elles font 4 pages exactement et que chaque page est constituée de 4 cases. Que vous a apporté cette contrainte formelle ?

La contrainte formelle est une bonne chose lorsqu`elle aide à resserrer le discours, à le focaliser. le danger de ce type d`album, c`est que son unité ne repose que sur son ton général. Pas sur les histoires elles-mêmes. Or, il est nécessaire, si on veut communiquer, de rendre son propos reconnaissable.


La contrainte formelle est une bonne chose lorsqu`elle aide à resserrer le discours, à le focaliser. le danger de ce type d`album, c`est que son unité ne repose que sur son ton général. Pas sur les histoires elles-mêmes. Or, il est nécessaire, si on veut communiquer, de rendre son propos reconnaissable.

Non. le principe était de dresser un rapide tour de mes propres sensations. de plus, si elles devaient être développées, elles finiraient par ne plus du tout ressembler à ces mini-postulats, qui ne sont que des idées brutes. Un scénario plus long demanderait énormément plus de matière.


Il y a de nombreuses références littéraires en introduction à ce recueil. Quelles ont été vos influences pour cet album ? Qu`est-ce qui vous intéresse dans ce registre du surréalisme ?

Les références littéraires et picturales ont toutes un point commun, à mon sens : elles parlent de gens qui ont construit leur propre univers. le plus souvent avec une exceptionnelle cohérence. Et c`est précisément ce qui m`attire : des constructions arbitraires de perceptions personnelles... C`est le sujet de ce livre.


Le dessin est saisissant. L`utilisation du noir et blanc s`est-elle imposé immédiatement ?

Oui. Au début, pas parce que cela collait aux histoires mais surtout parce que j`en avais très envie et que, depuis des années, je cherchais une occasion d`utiliser ces contrastes sans trouver quelque chose d`assez approprié à raconter dessous. Ensuite, c`est devenu évident. À la fois pour suggérer une forme de malaise, mais aussi pour accentuer la perception des images, les rendre plus brutales...


Clarke et ses lectures


Quel est le livre ou la bande dessinée qui vous a donné envie d`écrire/de dessiner ?

Rork, de Andreas. Si j`ai lu beaucoup d`autres albums avant celui-là, c`est un grand tirage limité en noir et blanc qui m`a donné envie de m`y mettre sérieusement...


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Lewis Carroll. J`ai tout lu de lui. Une porte ouverte sur un imaginaire illimité, et néanmoins terriblement construit. Ou alors Les Mémoires D`Hadrien, de Marguerite Yourcenar.


Quel est le livre ou la bande dessinée que vous avez relu le plus souvent ?

La série Ashe Barrett. de Vincent Hardy.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Euh... Cinquante nuances de Grey de E. L. James ? Ah, non, celui-là, je m`en sers comme cale-porte...


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Le chant d`amour des concombres de mer. Par Bertrand Jordan .


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Marcel Proust m`endort. Mais ça reste personnel.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

« La perception commence au changement de sensation ». C`est de André Gide.


Et en ce moment que lisez-vous ?

Juliet, Naked. de Nick Hornby.



Découvrez Réalités obliques de Clarke aux éditions du Lombard :



étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Urbex 3


Citations et extraits (118) Voir plus Ajouter une citation
Je m'en vais, papa. Je te laisse oublier ta douleur dans l'alcool et dans ton travail.
Commenter  J’apprécie          290
- Et voilà qui est fait... On va s'en jeter un ? Ou alors vous ne buvez pas d'alcool ?
- C'est exact, nous ne buvons pas d'alcool. Et nous volons des téléphones portables. Je pense qu'on a fait le tour des stéréotypes...
Commenter  J’apprécie          190
_Viens ici, que je t'apprenne à trafiquer mes belles histoires !
_HinHinHin ! Les bons contes font les bons amis !"
Commenter  J’apprécie          120
Cuisiner. C’est autre chose que de simplement faire à manger, ce que je faisais tous les soirs. Mais bon, les enfants ont besoin de quelque chose de plus subtil. Faut assurer. En fait, je crois que j’aime ça, cuisiner.
Commenter  J’apprécie          110
_Laissez-moi sortir! Je suis le grrrand Faësturno!
_Pour le moment,vous ētes le petit Faësturno et je cherche une potion pour vous rendre votre taille…
_Je n'ai que faire de votre potion! La taille n'a pas d'importance! Ha haa!
POUF!
Page 13
Commenter  J’apprécie          100
La mort, c'est quoi au juste ? La chimie d'un corps qui s'arrête, voilà tout. C'est inéluctable et sans importance. Ce qui est important, c'est de survivre. Moi, je suis mort, mais je veux rester en vie. Dans la mémoire des autres. Je continue à exister dans leurs souvenirs. L'immortalité. Jusqu'à ce que peu à peu les autres disparaissent également. Et là, je mourrai vraiment, c'est inéluctable.
Commenter  J’apprécie          70
Mes amis, l'heure est grave...Cette semaine, une dizaine de nos élèves ont du être transportés à la clinique dans un état critique...
Tous présentent les mêmes symptômes: fièvre, nausées, faiblesses...à mon avis, il ne peut s'agir que d'une chose...de la drogue dans notre école!
Commenter  J’apprécie          70
Les douleurs imaginaires sont de loin les plus réelles, puisqu'on en a un besoin constant et qu'on les invente puisqu'il n'a pas moyen de s'en passer. – Emil Cioran
Commenter  J’apprécie          70
-j`aime la forêt maudite!
-lieu privilégié loin de tout endroit habité!

-ici tout est facile!

-...provoquer le feu de l'ire...

-...invoquer l'esprit des mort...

-...déchainer les éléments...

-...appeler les démons de l'enfer...

-en fait, la seule chose qui n'est pas facile...

-...c'est de se taper le chemin en trimbalant ce fichu chaudron!


[un saut ligne = changement case (ou bulle)]
Commenter  J’apprécie          60
Toi, tu aimes les étiquettes. Tu pourrais peut-être essayer de la remplir cette coquille, y mettre ce que tu es. Le mieux, c’est de commencer par le début : remettre les compteurs à zéro. Puisque l’image que tu as de toi, c’est celle que les autres te renvoient, autant savoir comment on te voit, avant de savoir qui tu es. Et moi, je te vois comme un dessinateur.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Clarke (1073)Voir plus

Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2919 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}