AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les sexagénaires énervés tome 3 sur 3
EAN : 978B00HT4ZX8E
Chris Tabbart (10/01/2014)
4.64/5   7 notes
Résumé :
Un cadavre de femme est retrouvé dans le Verdon. Rien qui ne puisse entamer la sérénité de ce village de haute Provence qui en a vu d'autres. Pourtant, Evelyne, l'ancienne maîtresse de José semble mêlée à ce meurtre. Pour la disculper et parce que le charme de la belle rousse opère toujours, il va tenter de l'aider à retrouver le vrai coupable. Pendant que José enquête, Albert tombe amoureux et Hélios se fait assommer en allant rejoindre sa prof de Tai Chi. Une fois... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

J'adore

Je l'ai emprunté à la bibliothèque kindle Une belle histoire Provençale qui reflète bien les coutumes et la mentalité de la Provence. L'histoire est pleine de suspense et rebondissements qui vous tiens en haleine Les personnages sont touchants J'ai hâte d'emprunter le prochain

Trois jours à Barcelone

Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (4) Ajouter une citation

Albert, en ce merveilleux soir d’été, aurait dû être au comble du bonheur. Lui qui savait se réjouir de ces trésors qu’offre la nature. Lui qui depuis toujours, était capable de s’enthousiasmer pour un ciel tourmenté de septembre, ou pour une nuit d’été piquetée d’étoiles, ce soir, pourtant, il sentait ces bonheurs simples lui échapper. Il les sentait surtout parasités par des pensées importunes.

Il avait beau tenter de les chasser, il avait beau se replonger dans son roman, ou humer la limpidité de cet air parfumé, non, rien n’y faisait. Toujours ces pensées revenaient tournoyer dans son esprit comme de grands oiseaux sombres. Toujours les yeux bleus de la belle Elvire revenaient perturber sa quiétude. Perturber n’était pourtant pas le mot. Car ces yeux au bord lesquels il s’était juste attardé, lui distillaient une sorte de plaisir qui lui faisait mal. Un genre de douleur exquise.

Commenter  J’apprécie          10

L’immatriculation du véhicule, en 04 semblait déchainer l’ire des autres conducteurs

Rentre chez toi paysan

Alors le gavot on a perdu ses chèvres ?

Commenter  J’apprécie          60

On aurait pu croire que le Michel, enfin libre de courir tous les jupons de la terre, en avait été heureux, mais pas du tout. Il l’avait suppliée de ne pas l’abandonner, lui jurant ses grands dieux que plus jamais il ne la tromperait.

Las, elle connaissait ses discours par cœur. Cette fois aucune excuse, aucune promesse mille fois entendue, n’avaient pu la faire revenir sur sa décision. Le divorce avait été prononcé et elle s’était envolée vers d’autres cieux, laissant son ex mari en proie à la plus noire des neurasthénies.

Commenter  J’apprécie          10

Ces bonnes odeurs de montagne la changeaient tellement de l’habituelle puanteur de la ville. 

Elle s’imagina un bref instant vivant dans ce pays, goûtant aux bonheurs simples de la nature. Il lui faudrait pour cela troquer ses hauts talons contre des godillots de montagne, et oublier ses manies de citadine aseptisée. Elle n’était pas bien sûre d’en être capable.

Commenter  J’apprécie          10

Notre sélection Littérature française Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18680 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre