AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365772679
240 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (23/08/2013)
3.59/5   11 notes
Résumé :
Au terme de Blackest Night, douze héros ressuscitent grâce à la lumière de la Lanterne Blanche. Aquaman, Hawkman, Captain Boomerang, héros comme vilains, doivent découvrir la mystérieuse raison de leur résurrection…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
XanderOne
  17 février 2014
Dans ce second tome, on continue de suivre les 12 personnages du premier volume, qui sont pour la plupart des héros bien moins connus du grand public.
De la mission de Deadman, censé découvrir l'identité du nouveau protecteur de la Terre, au rêve éveillé du Limier Martien qui retrouve les siens et sa chère planète, en passant par le couple Hawkman/Hawkgirl, confrontés à leur ennemi de toujours, Hath-Set, les revenants doivent affronter les démons de leurs vies antérieures.
L'alternance entre les aventures du Limier Martien, de Hawkman/Hawkgirl, de Deadman, d'Aquaman et de Firestorm permet de varier les genres, tout en faisant progressivement monter la pression. Ce va-et-vient continu entre les personnages put paraitre quelque peu décousu, surtout que ces sous-intrigues ne semblent pas vraiment liées, mais contribue également à garder toute l'attention du lecteur en attendant la conclusion de cette saga, dont l'intrigue principale n'avance pas bien vite.
Par contre, le fait de développer les histoires personnelles de ses héros moins connus permet aux néophytes d'en apprendre un peu plus sur ces personnages qui méritent amplement que l'on s'intéresse à eux. Toutefois, et pour ne pas trop perturber le lecteur, les personnages de Green Arrow et Batman, vont venir agrémenter le tout, histoire d'avoir deux héros auxquels se raccrocher.
Visuellement c'est toujours très beau, très travaillé. On à de la grande qualité et on prends plein les yeux. Un régal.
Ce second tome laisse bien évidemment beaucoup de questions en suspens, qui trouveront les réponses dans de troisième et dernier tome. le rythme est plus élevé que dans le premier tome, qui pour sa part pouvait sembler un peu lent. Une lenteur nécessaire pour bien poser les bases. Bref, cette courte série en trois volumes s'améliore sans se renier et nul doute que les dernier tome sera du même acabit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Presence
  30 juillet 2015
Il faut bien sûr avoir lu Secondes chances (épisodes 0 à 7) avant. Ce tome contient les épisodes 8 à 16.
Le principe reste le même que dans le premier tome : les 2 scénaristes (Geoff Johns et Peter Tomasi) proposent de suivre plusieurs superhéros (chacun dans leur aventure) dont la route se croise parfois, et qui ont été chargés par la Lanterne Blanche (White Lantern) d'accomplir une mission. Les séquences sont illustrées tour à tour par Ivan Reis, Patrick Gleason, Ardian Syaf, Scott Clark et Joe Prado (aidés par 9 encreurs différents).
Boston Brand (ex-Deadman, et maintenant bien vivant) doit trouver qui est destiné à porter l'anneau blanc et à devenir le champion de la vie. Il est aidé par Hawk (Hank Hall, lui aussi ressuscité à la fin de Blackest Night) & Dove (Dawn Granger). Brand ne maîtrise absolument pas l'anneau blanc et il finit par se retrouver avec Dove, sans Hawk, à Gotham. Il entreprend de recenser et de contacter les superhéros ayant déjà bénéficié d'une résurrection en espérant ainsi découvrir l'identité du futur champion (avec une mention spéciale pour l'apparition le temps de 3 cases de Mitch Shelley, aussi connu sous le nom de Resurrection Man pour les experts de l'univers DC). D'un autre coté, ça tombe bien parce qu'à Gotham il ya aussi un superhéros très connu qui est revenu il n'y a pas longtemps (dans le retour de...).
Arthur Curry (Aquaman) prend du recul pour assimiler l'avalanche de révélations contenues dans la confession de Mera (ses véritables origines, l'existence de Xebel, la fonction du Triangle des Bermudes, la vision d'un jeune garçon tatoué, etc.). Il prend contact avec Jackson Hyde, juste à temps pour le tirer des griffes de Black Manta et Siren (Hila, la jumelle de Mera). Il s'en suit une course-poursuite haletante et une forme de chasse au trésor ayant trait à l'identité et à l'héritage de Jackson Hyde.
J'onn J'onzz apprend de M'gann M'orzz (Megan Morse, aussi connue sous le nom de Miss Martian, une martienne blanche) qu'il existe une autre martienne verte appelée D'kay D'razz. Il finit par établir le contact avec elle sur Mars et le moins que l'on puisse dire est que ces 2 derniers représentants de la race de martiens ne partagent aucune vision d'avenir. Il s'en suit un affrontement aussi physique que philosophique sur la fin et les moyens.
Hawkman (Carter Hall) et Hawkwoman (Shiera) ont accédé à Hawkworld, mais ils ont été séparés. Hawkman est accueilli comme une sorte de messie par une race de lions à forme humanoïde. Il les organise pour en faire une armée et attaquer la forteresse de la reine Khea. À l'intérieur, cette dernière explique la situation (assez compliquée) à Hawkwoman (sa prisonnière) pendant qu'elle est torturée par Hath-Set. Elle détaille en particulier la provenance du métal Nth qui permet à Hawkman de voler. Hath-Set accomplit les derniers préparatifs nécessaires pour ouvrir la porte vers une planète que Khea souhaite conquérir et qui est liée à l'une des couleurs des anneaux de pouvoir de la mythologie des Green Lanterns.
Et puis, il y a Ronnie Raymond qui essaye de comprendre ce qui arrive à la matrice qui lui permet de devenir Firestorm (avec Jason Rusch), et de sauver le professeur Martin Stein qui a été enlevé par ce qui semble être un Black Lantern de Firestorm.
Ben, je crois que c'est clair : si vous ne disposez pas d'une connaissance approfondie de l'univers DC, ces histoires se réduiront à une suite de péripéties hautes en couleurs, mais inintelligibles quant à leur signification. Les résumés parlent d'eux-mêmes : Johns et Tomasi se servent de "Brightest Day" pour ramener des superhéros délaissés depuis quelques années.
J'avais suivi certaines des aventures du Martian Mahunter, de Boston Brand et de Firestorm. Les différentes phases de l'affrontement entre J'onn J'onzz et D'kay D'razz oscillent entre le déjà lu sur la culpabilité éprouvé par J'onn d'être le dernier survivant et sa volonté de faire renaître Mars et quelques moments novateurs sur les points de vue inconciliables entre les 2 derniers martiens verts. Les tribulations de Boston Brand deviennent intéressantes quand les scénaristes reviennent sur son caractère avant sa première mort. le cas de Firestorm est un peu moins convaincant car il s'agit essentiellement d'une fuite en avant au cours de laquelle je n'ai pas ressenti grande empathie pour les personnages.
Arthur Curry plonge de plus en plus profondément dans la conspiration liée à la colonie pénitentiaire de Xebel. Les affrontements entre lui, Hyde et les méchants sont vraiment bien organisés et très prenant. En termes d'action et de révélations, c'est la partie qui fait montre de l'équilibre le plus harmonieux. C'est aussi l'occasion pour Geoff Johns de prouver que ce personnage est viable et qu'il peut porter une série, ce qui sera chose faite avec Peur abyssale.
Le cas d'Hawkman et Hawkwoman est désespéré. Khufu & Chay-Ara (Égypte antique), Carter Hall & Shiera Sanders (à partir des années 1940), Katar Hol & Shayera Hol (version Hawkworld, mais pas le même Hawkworld que dans cette histoire), Hawkgod (sans commentaire), autant de versions de ces personnages qui sont englués dans un cycle de réincarnations complexe et incompréhensible. Bilan : c'est joli, ça pète de partout, c'est sauvage et brutal, il y a plein d'explications et ça reste des plus confus (même après avoir lu l'article de wikipedia).
Les illustrations sont globalement au dessus de la moyenne des comics de superhéros. La table des matières ne détaille pas qui a dessiné quelles pages. Il est assez facile de reconnaître le style d'Ivan Reis sur les séquences consacrées à Aquaman. Il s'agit de belles illustrations détaillées et vivantes évoquant souvent Neal Adams et Alan Davis. Régulièrement les yeux du lecteur se régalent de visuels magnifiques ou percutants selon les séquences. Parmi les moments les plus mémorables, il y a Hawkman au milieu de la forêt luxuriante d'Hawkworld, Jackson Hyde se délectant de son pouvoir sur la pluie, D'kay D'razz poussant un caddie dans les allées d'un supermarché, l'apparition de la version Black Lantern de Firestorm, la double page de souvenirs de D'kay D'razz, Boston Brand en costume de Deadman effectuant des acrobaties aériennes dans Gotham, etc.
Sous réserve que vous soyez un fan de l'univers DC, ce tome recèle de grands moments, tant sur le plan de l'action, que sur celui des révélations et des scènes visuellement impressionnantes. J'ai trouvé que certaines séquences étaient moins réussies que d'autres (des révélations sans impact émotionnel, des éléments de continuité plus confus qu'éclairants, des scènes déjà vues plusieurs fois pour le Martian Manhunter). "Brightest day" s'achève dans Brightest day, tome 3 (épisodes 17 à 24, la fin de cette maxisérie).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yvan_T
  08 novembre 2020
« Brightest Day » est l'événement DC qui fait suite au crossover de Blackest Night et qui se situe juste avant « Flashpoint » et la renaissance DC avec la remise à zéro de leurs cinquante-deux séries (The new 52). Ce deuxième des trois volets prévus est l'oeuvre de Geoff Johns et Peter J.Tomasi au scénario, de Ivan Reis, Patrick Gleason, Ardian Syaf, Scott Clark et Joe Prado au dessin et reprend les épisodes #8 à #16 de la saga US « Brightest Day ».
L'idée de base de Brightest Day est assez simple : Suite à l'attaque menée par Nekron et ses Black Lantern dans Blackest Night, douze personnages DC de second rang sont revenus d'entre les morts, dont Boston Brand, alias Deadman, qui sert de fil rouge à cette histoire qui met en avant la lumière blanche. Après une mise en place un peu trop lente, qui intégrait progressivement les douze revenants (Arthur Curry (Aquaman), J'onn J'onzz (Le Limier Martien), Carter Hall (Hawkman), Shiera Hall (Hawkgirl), Boston Brand (Deadman), Jade, Firestorm, Osiris, le Faucon, Boomerang, Maxwell Lord et le professeur Zoom (Nega Flash)), cette suite est plus portée sur l'action et donc beaucoup plus dynamique.
Les auteurs choisissent de se concentrer sur quelques-uns des douze seconds-couteaux issus du cimetière DC. de la mission de Deadman, censé découvrir l'identité du nouveau protecteur de la Terre, au rêve éveillé du Limier Martien qui retrouve les siens et sa chère planète, en passant par le couple Hawkman/Hawkgirl, confrontés à leur ennemi séculaire, Hath-Set, les revenants doivent affronter les démons de leurs vies antérieures. L'alternance entre les aventures du Limier Martien, de Hawkman/Hawkgirl, de Deadman, d'Aquaman et de Firestorm permet de varier les genres, tout en faisant progressivement monter la pression. Ce va-et-vient continu entre les personnages donne certes un aspect un peu décousu à l'ensemble, surtout que ces sous-intrigues ne semblent pas vraiment liées, mais contribue également à garder toute l'attention du lecteur en attendant la conclusion de cette saga, dont l'intrigue principale n'avance que très lentement. Par contre, le fait de développer les histoires personnelles de ses héros moins connus permet aux néophytes d'en apprendre un peu plus sur ces personnages. Notons également la présence en guest-stars de Green Arrow et Batman, qui viennent encore ajouter un peu de piment à l'ensemble.
Visuellement, la multiplication des noms au générique peut faire peur, mais force est de constater que l'unité graphique est conservée. Les styles s'alternent avec fluidité, surtout que chacun se concentre sur une histoire/personnage. Au final, c'est clairement le travail d'Ivan Reis qui sort du lot.
Un deuxième volet qui laisse encore beaucoup de questions en suspens, mais qui s'avère déjà beaucoup plus emballant et dynamique que le précédent.
Il ne me reste donc plus qu'a lire le dernier tome de ce triptyque.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Davpunk
  24 septembre 2016
Aprés un premier tome qui était clairement un simple prologue, Brightest Day dévoile tout doucement ses multiples enjeux au fil de second tome...
On retrouve donc notre longue liste de super-héros qui continue leurs batailles. Aquaman, Flash, Green Lantern, Batman, Deadman, Hawgirl et Hawkman, J'onn J'onnz et j'en passe. Chacun a son but. Deadman par exemple recherche un super héros qui pourrait prendre sa suite et porter l'anneau blanc du White Lantern, Firestrome apprend qu'il a la capacité de détruire 'univers tout entier... Bref, il y a de quoi faire tout au long des 230 pages de l'oeuvre. Particulièrement bien imagé, avec de superbes double pages, il ravit les yeux et le final ne laisse pas le choix : Il faut connaitre la suit:e ! Action et développement humain sont ici trés liés et on a pas le temps de s'ennuyer ! Un second qui lance donc véritablement cette nouvelle saga !
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Bedeo   10 octobre 2013
Ce second volet augure de bonnes choses pour le final prévu le 25 octobre en France. Le scénario, mené de mains de maître, et le graphisme, impeccable, laissent présager un finish époustouflant.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BullesEtOnomatopees   29 août 2013
De multiples trames qui s’entremêlent donc dans cette histoire scénarisée par Geoff Johns et Pete J. Tomasi tandis que les superbes dessins sont signés Patrick Gleason, Ivan Reis ou encore Joe Prado Vivement la suite (et fin) en octobre !
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Sceneario   31 juillet 2013
Geoff Johns & Peter Tomasi jouent avec nos nerfs dans ce tome 2. Ils nous entrainent à divers endroits où l'on suit les péripéties qui attendent nos divers héros. Chacun va devoir faire face à différents ennemis et à quelques révélations.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
XanderOneXanderOne   22 février 2014
C'est beau n'est-ce pas ? Une véritable oeuvre d'art, mon oeuvre d'art, mon chef d'oeuvre intemporel...Vous avez vécu tant de vies inutiles...
Si je pouvais l'exposer dans un musée, je l'intitulerais...L'héritage de la mort !
Commenter  J’apprécie          200
XanderOneXanderOne   17 février 2014
- Je ne suis pas sûr de bien comprendre l'intérêt des jeux de société, Bill.

- Les échecs ne sont pas un jeu de société, Mikaal. C'est un affrontement entre deux intellects. Une bataille des esprits. Il n'y a rien de plus excitant.
Commenter  J’apprécie          150

Lire un extrait
Videos de Peter J. Tomasi (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter J. Tomasi
Comic Con Paris 2017: l'Interview de Peter Tomasi & Ian Bertram
autres livres classés : super-hérosVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
516 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre