AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La Passeuse de mots tome 2 sur 5
EAN : 9782016285947
736 pages
Hachette Romans (20/10/2021)
4.54/5   712 notes
Résumé :
La Cité Immergée n’aura pas laissé Arya et ses compagnons indemnes. De retour sur le Narcisse, convaincue par les deux nouveaux pouvoirs qui lui ont été délivrés, Arya croit plus que jamais à ce lien indéfectible qui relie tous ceux qui l’accompagnent sur son chemin et à l’espoir qui grandit chaque jour de retrouver les héritiers d’Hélianthe et sa famille.
Pourtant, une toute autre réalité s’impose à elle. Celle d'un détour inévitable parmi les dunes brûlant... >Voir plus
Que lire après La Passeuse de mots, tome 2 : L'Oeil de véritéVoir plus
The Bone Season, tome 1 : Saison d'os par Shannon

The Bone Season

Samantha Shannon

4.14★ (4271)

6 tomes

Sorciers, tome 1 : Les sources de l'Ombre par Fontaine

Sorciers

Maxime Fontaine

4.83★ (389)

3 tomes

The night and its moon, tome 1 par CJ

The night and its moon

Piper CJ

3.90★ (499)

4 tomes

Les sables d'Arawiya, tome 1 : Chasseurs de Flamme par Faizal

Les sables d'Arawiya

Hafsah Faizal

4.12★ (1308)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (112) Voir plus Ajouter une critique
4,54

sur 712 notes
5
86 avis
4
22 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le premier tome de la passeuse de mots avait été un véritable coup de coeur pour moi. J'en ai même fait la propagande un peu partout tellement l'histoire m'avait touchée et émerveillée. J'avais donc très hâte de découvrir la suite, même si j'avais aussi une petite appréhension… Et je ne sais pas si je me suis laissée influencer par ces dernières, ou bien si je ne suis pas vraiment dans un bon état d'esprit en ce moment avec mes lectures, mais… je n'ai pas retrouvé les mêmes émotions avec L'oeil de vérité.

Et je suis la première à être sincèrement désolée de ne pas avoir apprécié le roman à sa juste valeur, surtout que je suis les deux auteurs, et discute parfois avec eux. Mon avis n'est pas mitigé non plus. Pour moi, ce second tome montre encore combien l'univers est riche et très bien construit. J'ai été émerveillée, trouvant encore des influences de toute part, et rencontrant des personnages aboutis et cohérents. Même au niveau du « scénario », il n'y a pas de faux pas. On a droit à des moments de repos, bien mérités, qui nous proposent une introspection plus poussée dans la psychologie des protagonistes. Puis la tension monte crescendo. Les doutes et les questionnements se font plus nombreux, tout comme les accrochages. On y voit des héros humains qui font tant bien que mal ce qu'on attend d'eux. Et cette proximité crée des liens avec le lecteur.

Je ne me suis donc pas ennuyée une seconde. D'autant plus que les auteurs nous font pas mal de révélations dans L'oeil de vérité. Et la plus importante pour moi réside dans l'explication du mal qui touche le monde de nos héros. J'avais de gros doutes depuis un moment, et ils se sont révélés exacts. L'identité de l'antagoniste n'a pas été une surprise, car je n'avais pas des sentiments très tendres vis-à-vis de ce personnage depuis le premier tome. Cependant, c'est tout ce qui est construit autour de lui qui a de l'importance. Et savoir qui est « le méchant » donne plus de poids à l'histoire, car l'ennemi a enfin un visage et une raison d'être. Les choses sérieuses peuvent ainsi commencer.

Alors qu'est-ce qui m'a chagriné ? En fait c'est l'agacement que j'ai ressenti. Je pense qu'en grande partie, ce qui m'a fait prendre moins de plaisir dans cette lecture, est Arya. Elle est un peu comme cette petite soeur qu'on aime mais qu'on a envie de gifler en même temps. Elle est encore trop immature, trop égoïste, trop dans l'émotionnel alors que la vie de tellement de gens pèsent sur elle. Je ne dis pas que cela est facile pour elle, mais parfois j'avais l'impression d'être face à une enfant de douze/treize ans. Killian, au début du roman, a une violente dispute avec elle, et je me suis reconnue en lui à ce moment-là. Et ce sentiment m'a très difficilement quitté. Quand le personnage principal vous agace… il est compliqué d'apprécier pleinement le reste de l'histoire.

J'ai trouvé aussi que l'utilisation du langage soutenu cassait la lecture à certains moments. Je sais que les auteurs adorent les mots et que c'est l'essence même du roman mais… c'est Arya qui nous parle. J'ai trouvé cela étrange en un sens car ça ne correspond pas au personnage. A Alric, sans aucun doute, mais pas à Arya. Des longueurs aussi sur les descriptions et le ressentis des personnages font que la lecture est pour moi, moins fluide. Mais, je ne suis pas du genre à aimer cela quel que soit le roman.

L'oeil de vérité n'a donc pas été le coup de coeur auquel je m'attendais. Il n'en reste pas moins que c'est une très bonne suite, et j'ai hâte de découvrir ce qu'il va se passer, surtout maintenant que tant de révélations nous ont été faites. Je suis toujours autant charmée par l'univers, et je me sens tout de même très proche de Killian avec qui je partage beaucoup de choses, et également d'Alric dont la sagesse et la force sont d'une grande inspiration. Alors oui, mon avis n'est pas entièrement positif, mais je n'en démords pas, La passeuse de mots est une saga à découvrir.
Commenter  J’apprécie          560
Et nous voilà avec le tome 2 déjà terminé.
On y retrouve Arya, notre charmant Killian, Saren le général bougon et Alric le beau et ténébreux vampire.
Nous les retrouvons à bord du Narcisse, le bateau pirate où se sont passés tant d'évènements bouleversants dans le premier tome.
Nos héros doivent quitter leurs nouveaux amis pour rejoindre la patrie de Killian, Sol'Zar la patrie des voleurs.
Ce sera l'occasion d'en connaître plus sur la personnalité de notre cher Killian, de ses tourments, de ses joies, de ses amis de longue date. Arya est curieuse de tout, trop.. elle l'apprendra à ses dépends..
Les mots d'Arya sont très précieux pour la suite de sa quête et de sa mission à rétablir la paix : [Luna] [Confiance] [Gemelli] [Limë] {Asha] [Animus] [Culpabilité] [Kratos] [Souffrance] le plus difficile de tous, elle va devoir réussir à les canaliser, les faire fonctionner ensemble, ils sont parfois un fardeau mais aussi une grande joie. Ils vont l'aider à combattre les ennemis du royaume et du peuple à savoir les Soldats de Verre. Mais qui manipulent ces fameux soldats, ce sera le but de ce deuxième tome, les révélations.

Avec Nadou, nous avons repris avec entrain la lecture de ce deuxième tome, je dois dire avec enthousiasme. Un excellent petit roman de fantasy, en plus français : cocorico. L'écriture des deux auteurs se complètent vraiment bien, entre la partie guerrière et la partie plus romantique, tout s'enchaîne, se développe. On a qu'une envie : enchaîner les chapitres, en savoir toujours plus sur le devenir d'Arya et de ses compagnons. Je dois dire que lire pratiquement 1500 pages en si peu de temps, ne m'était pas arrivé depuis longtemps, à Nadou non plus d'ailleurs ;-)
Vraiment excellente lecture, pleine d'action, de psychologie, de révélations, de poésie aussi. Des descriptions vraiment très imagées : on s'y croit. Dans la cité immergée, la jungle avec les Insoumises sorte d'Amazones antiques, avec les voleurs de Sol'Zar, et bien sûr dans Hélianthe la ville fantôme…
Merci à toi Nadou pour ce partage, nous étions sur la même longueur d'ondes pour ce roman et nos échanges ont été super.
Un coup de coeur que je ne peux que conseiller aux amateurs.

Commenter  J’apprécie          354
Vivement la suite !!!

Et bien ce tome 2 est aussi captivant que le premier. En bonne compagnie avec mon amie Srafina, j'ai dévoré avec délice ses plus de 700 pages, un refuge merveilleux dans ce contexte morose de début d'année, je dois l'avouer.

Encore une fois, on a le plaisir de découvrir de nouvelles contrées. J'ai particulièrement apprécié les passages se déroulant à Sol'zar - fief aux saveurs orientales de notre ami le voleur - et redouté la jungle des Insoumises. J'avoue en revanche que j'aurais bien aimé avoir une carte pour mieux me repérer.

Mais c'est tout de même les personnages et leurs relations complexes qui sont largement développées dans cet opus. On apprend à mieux les connaître. Arya progresse et évolue dans son rôle de « passeuse », et on en apprend un peu plus aussi sur Alric et Saren.
Et il y a Killian le voleur… le premier tiers du livre se centre essentiellement sur lui : on découvre son passé, les épreuves subies dans sa jeunesse et les blessures difficiles à refermer, sa famille et ses amis, la communauté au sein duquel il a grandi, ce qui nous éclaire « en partie » sur sa personnalité.
On fait aussi la connaissance de petits nouveaux qui vont suivre et soutenir Arya et sa petite équipe originelle.

Et oui, l'histoire fait la part belle aux sentiments et émotions - autant pour les personnages que pour les lecteurs, n'est-ce pas Srafina ?! ;) - car tout y passe : l'amour et la haine, la confiance et la trahison, les joies et les peines, l'espoir et la résignation. Des mots qui prennent toute leur importance dans ce récit par le pouvoir physique qu'ils détiennent, mais qui le sont tout autant dans notre réalité. Les mots peuvent autant blesser que soulager.

Nos héros ne vont pas être épargnés, on sent la tension croître au fil de la lecture, au fur et à mesure que l'on approche du dénouement. Des révélations tombent, certaines pressenties, d'autres inattendues, mais pas toutes ! Et oui, il faut bien en garder pour la suite. Grrrrr… ça va être long d'attendre car certaines questions demeurent et de nouvelles ont émergé.

Je noterai un tout petit bémol : le méchant trop.. méchant. Et oui, y'a un méchant à vaincre dans cette histoire. Je le trouve trop noir, c'en est presque caricatural. Il est machiavélique à souhait, on ne peut que le détester. Pas une seule touche de gris pour le rendre plus complexe et crédible quand il se dévoile, ça m'a gêné. La suite me donnera peut-être tort, je l'espère.

Cela ne m'a pas empêché cependant de mettre 5 étoiles car ce serait hypocrite de ma part de mettre moins, tellement j'ai apprécié tout le reste.

Challenge multi-auteures 2022
Commenter  J’apprécie          266
Chers amis lecteurs...
(que dis-je...)
Cher [Limë] !

J'avais volontairement pris une pause dans la lecture de LPDM. Je voulais laissé le temps faire les choses, pendant deux petits mois, je souhaitais savourer le renouveau et laisser Arya sur ce bateau, là où je l'a retrouverai avec le reste de sa bande.
Fin Octobre, je franchi le pas et décide à nouveau de me relancer dans la quête des "maux". Ceux qu'on essaye éperdument de soigner au travers des mots de certains magiciens.
J'ai repris le flambeau de l'histoire et j'ai suivi à nouveau Arya et les autres.

ATTENTION : Cette chronique exploite plusieurs passages spoliant l'histoire !
Dès le commencement, le livre nous souffle une vague de chaleur, ça nous annonce la couleur : bienvenu dans le désert de Sol'Zar ! C'est là, ici bas, que l'on commence à comprendre l'histoire d'un certain homme sombre au coeur de pierre ; Killian. Cet énigmatique Killian, celui qui nous fascine, que l'on convoite, à qui l'on essaye jour après jour de percer les secrets, on veut en voir plus à chaque parole qu'il lâche, on veut qu'il prenne vit (et je me demande si ce n'est pas déjà le cas). On veut le voir, le sentir ou encore même le toucher.
C'est à peu près l'intégralité des émotions et des sensations que l'on est susceptible de ressentir lorsqu'on lit le deuxième tome de la Passeuse de Mots ; L'Oeil de vérité.

Ca a été pour moi, un peu plus difficile à l'accroche que le premier tome, tout simplement parce que dans le premier livre, nous voyageons énormément, c'est le commencement d'une longue histoire, les mots noircissent les pages au fur et à mesure, le cadre se pose, on découvre peu à peu les personnages, on les comprend et on commence à les aimer. Ce tout petit bémol, à mon sens, était celui de rester trop souvent dans ce même lieu, il me manquait juste l'envie de voyager. Mais c'est toutefois chose faite, on voyage cette fois-ci avec les émotions des uns et celles des autres. On se consume devant les malheurs de certains et on se réjouit des jours heureux des prochains.

Au fil des pages, l'on découvre la sensibilité des personnages, davantage d'émotions ou même de noirceur, le joli paysage fantastique que nous connaissions depuis le premier livre, se métamorphose petit à petit en quelque chose de plus lourd, de plus sombre, de plus énigmatique.
On s'accroche à chaque espoir de renouvellement, on tente de comprendre le raisonnement des personnages, comme si nous faisions parti intégrante de cette bande. A la vérité générale, ce qui est troublant c'est de donner autant de soi dans ses personnages. C'est au fil de ma lecture que je comprends pas à pas le processus de réflexion qui se cache derrière les personnages. Et au travers de leur histoire, on est saisi, parce qu'on fond, on doit surement s'y retrouver un peu quand même.
J'ai apprécié en découvrir de plus en plus sur le passé de certains, j'étais autant omnibulé que l'était Arya ; j'étais assis, peut-être à côté d'elle, et je buvais leurs paroles.

Cette première vérité, nous ramène à un premier point important de notre vie actuelle, simple et pourtant si important : l'habit ne fait pas le moine. Cette phrase est d'autant plus vrai à chaque avancée que l'on effectue dans l'histoire. Ce n'est pas notre accoutrement, ce n'est pas la première chose que l'on voit des gens, qui fait ce qui les définit. Ce qui les définit vraiment, c'est ce qu'il y a dans le coeur des gens. C'était à se demander pourquoi Arya était si accrochée à ce voleur, sombre, sarcastique ? Pourquoi nous y étions autant accroché ? Et bien parce que, tout comme elle, nous avons vu ce qu'il y avait dans le coeur de Killian, et ça ne nous a pas laissé indemne. On peut voir au fil des personnages, leur véritable nature. Et c'est un peu comme cela que nous devrions fonctionner tous les jours : arrêter de juger sur l'apparence, apprenons à mieux écouter les vrais battements de coeur de chacun, affin de mieux comprendre qui sont les personnes qui nous entoure et qui nous sommes réellement.

Ce deuxième opus est aussi le constitutif d'une vérité glaçante et frappante, pourtant bien réelle, elle aussi. La fin, va de révélation en révélation, on trépigne d'impatience à l'idée de connaitre le dénouement final malgré que celui-ci face si mal au coeur. On se prépare psychologiquement au pire, mais nous ne le sommes jamais vraiment.
Les derniers instants de l'histoire font aussi ricochets à la vraie vie. Entre ce qu'il se passe dans l'histoire avec les personnages, et ce qu'il se passe dans la vraie vie, tout fait [Echo]. A travers les plans machiavéliques du prince, cette relation de manipulation, de coups bas et fourbes, on peut s'appliquer cette sombre histoire à nos tristes réalités. Ca peut tellement faire appel à la manipulations dans des relations, dans la vie de tous les jours, l'idée même que nous pouvons être sous Emprise, sous l'Emprise de quelqu'un, et ceux, sans même le savoir.

C'est, encore une fois, là où la magie opère. C'est là, une nouvelle fois, où je suis admiratif de la magie qu'Alric et Jennifer possède. Faire passer des idées fortes et humaines au travers de l'histoire. ce n'était peut-être pas leur volonté, mais une chose est sur, c'est que l'on peut, avec leurs mots, prendre conscience de beaucoup de choses.
Ils arrivent à combiner le bien et le mal, le yin et le yang, c'est ce qui fait que les opposés s'attirent dans leur intrigue.

L'histoire reste toujours autant palpitante, bien évidemment. On savoure chaque instant de joie, de colère, de bataille, de confidence, on fait vivre les personnages autant qu'ils nous font rêver. On avance dans la quête, on espère autant qu'Arya espère retrouver les siens, on creuse et on finit par comprendre que vraisemblablement ce lien invisible, ce [Limë], existe vraiment, qu'il y a ce quelque chose d'indescriptible qui nous unis aux personnages, à leurs créateurs et à toute cette communauté répartie en tous points du territoire. C'est surement ce qui rend cette histoire magique, c'est ce qui fait qu'elle dépasse l'enchantement de leurs auteurs. du notre aussi, de part les rencontres qu'elle offre, les échanges et les découvertes.

Le final offre tant d'espoir et pourtant, tant de noirceur, ça nous laisse à nouveau sans voix, dans l'envie d'en avoir encore plus, ce mouvement qui devient automatique, tourner les pages encore et encore pendant près de 763 fois jusqu'à ce rendre compte qu'il nous faut la suite. Alors on se donne rendez-vous au prochain tome, car l'histoire ne fait que commencer.

J'ai toujours été fasciné par les mots, et leur pouvoir. Minutieux de comprendre comment bien les manier pour ne pas causer les dégâts irrévocables. J'ai très vite compris que c'était une magie ancienne qui se manipulait avec précaution. Avec leur histoire, Alric et Jennifer nous rappelle à quel point les mots ont un impact, à quel point ils peuvent faire souffrir, à quel point ils ont un pouvoir de persuasion sur nous et notre esprit. Mais ils nous rappellent également que les mots peuvent être enchanteur, magique et donner toutes les ondes positives dont nous avons tant besoin, c'est une nouvelle magie qu'ils manipulent merveilleusement bien. J'espère que ma magie leur conviendra, et qu'elle vous conviendra, j'ai espoir de me dire que j'ai bien manié les mots encore une fois, pour faire ressentir ce que j'ai ressenti.

Aussi fort qu'un "Je t'aime", les mots ont un pouvoir, unique et puissant, qui ne dément pas de nos intérêts. Alors en lisant LPDM, apprenez à les manier. Apprenez à mieux les exploiter, pour savoir dire encore mieux ce fameux "Je t'aime" dans vos prochains jours (croyez moi, ça nous fera à toutes et tous un bien fou).

Il est à présent l'heure pour moi d'en finir avec la vérité de ce deuxième tome. Vous aurez bien entendu compris l'intérêt que je porte à l'histoire ; et inutile de vous rappeler que vous devez lire la saga pour comprendre le sens des mots, le sens de la magie, le sens et l'amour de ces deux magiciens des mots ; Alric & Jennifer, je vous salut, vous et votre monde si merveilleux.
Commenter  J’apprécie          41
Après l'enthousiasme suscité par le premier tome de la passeuse de mots, c'est fébrile que j'ai entamé ce deuxième volet.
Je n'ai pas été déçue, bien au contraire.
La décision de Killian de rentrer chez lui clôturait le premier tome.
Dans le second, nous faisons connaissance avec sa famille de coeur, les voleurs de Sol'Zar qui habitent dans le désert.
A son arrivée dans son village, Killian doit faire face au jugement de ses pairs. Ils l'accusent de s'être enfui et de les avoir abandonnés alors que la loi impose aux habitants de Sol'Zar une fidélité et solidarité à toute épreuve.
Cette tribu, qui fait d'office penser à Ali Baba et les quarante voleurs, a ses codes et ses punitions, parfois violentes, lorsque les règles sont enfreintes.
Mais Killian peut naturellement compter sur le soutien de Saren, d'Alric et, bien entendu, d'Arya qui cache au début sa condition de passeuse de mots.
Au fil des pages, on apprend l'histoire de Killian, son passé douloureux et on fait connaissance avec sa famille, ses amis qui très vite, prendront plus de place dans le récit.
Je n'en dirai pas plus mais j'ai adoré me perdre dans ce livre.
On se laisse embarquer, on y croit, on stresse, on espère…
Pas de temps mort, une trame qui oppose aux mystères et à la violence, l'amitié et la tendresse.
Depuis un moment, je pressentais une fin possible du livre et je n'étais pas totalement étonnée de l'issue de ce volet, plutôt apaisée.
Reste le vide en fermant le livre, cette grosse frustration d'avoir à attendre pendant quelques mois pour lire la suite car je me suis attachée aux différents protagonistes.
Bref, vous l'avez compris, j'ai totalement adhéré à cette histoire et je recommande totalement.

Challenge multi-auteures SFFF 2022

Commenter  J’apprécie          113

Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
- N'aie pas peur In'sar. Accueille la souffrance. C'est notre amie, tu le sais. Affronte-la. Pleure, hurle s'il le faut, mais au moins on est en vie tous les deux. N'oublie pas: on est deux étoiles perdues dans un ciel trop vaste, mais un jour on trouvera notre constellation.
Commenter  J’apprécie          30
- Je suis désolé, Icha'na. Pour tout ça. Je lutte à m'en faire mal. Je fais tout pour aller contre. Je meurs de m'éloigner autant de toi, mais ce n'est pas un choix qui m'appartient. Sache seulement que, quoi qu'il advienne, tu peux disposer de moi comme il te conviendra. Pour sauver ton prince, ses frères, tes parents, pour me sacrifier à ta cause, si tu le souhaites. Je te suivrai jusqu'à ce que je ne le puisses plus. Je t'accompagnerai jusqu'au bout. C'est ce pour quoi je suis fait. Je suis corvéable à merci, princesse. Je t'appartiens. J'ai été fabriqué pour toi.
Commenter  J’apprécie          240
Je me disais qu’il fallait capturer les rares moments de répit, en prendre pleinement conscience. En voici un nouveau. Ces moments existent pour nous rappeler que rien n’est perdu. Que la beauté peut toujours se frayer un chemin dans la terreur, aussi douloureuse et terrible soit-elle. Que la vie continue même lorsque la mort frappe plusieurs coups. Qu’elle doit toujours gagner, parce que nous possédons les clés pour l’y aider. Il suffit d’en avoir conscience et de le vouloir. Et tout devient possible.
Commenter  J’apprécie          150
- Un homme dirait Khe 'nessa à un autre. Une femme She'nessa à une de ses semblables. Ih'nessa est utilisé de façon plus neutre, lorsqu on ne veut pas se fier à un genre ou un sexe. Juste d'âme à âme.
- Une sorte de « je t'aime», j'imagine?
- Oh non, ce n'est pas comparable. Ce n'est pas un mot qu'on prononce à la légère entre deux tartines le matin. Le dire, c'est marquer le ceur de la personne, lui offrir une partie de son âme qu'on ne récupérera jamais, même par- delà la mort.
Commenter  J’apprécie          140
Je suis depuis longtemps un radeau à la dérive qui sait qu'il ne rentrera jamais au port. Ou alors brisé, constellé d'éclats de bois, de liens, d'os et de verre.
Commenter  J’apprécie          350

Videos de Alric & Jennifer Twice (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alric & Jennifer Twice
« La Passeuse de mots, livre 3 » d'Alric & Jennifer Twice lu par Adeline Chetail l Livre audio
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus



Lecteurs (1750) Voir plus



Quiz Voir plus

La Passeuse de Mots

Comment s'appelle la sœur de Arya ?

Leila
Lili
Lilith
Sally

8 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : La Passeuse de mots, tome 1 de Alric & Jennifer TwiceCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..