AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nice House on the Lake tome 2 sur 2

Alvaro Martinez (Autre)
EAN : 9791026825029
192 pages
Urban Comics Editions (31/03/2023)
4.12/5   318 notes
Résumé :
Ils s'imaginaient passer un chouette week-end dans une somptueuse villa en bord de lac. Onze "élus", réunis par leur ami commun, Walter, à priori doux et sympathiques. Mais au terme de la première soirée, le scénario idyllique tourne au cauchemar éveillé lorsqu'ils assistent, impuissants, à la fin du monde... Depuis, chacun cherche à sa manière à déjouer les plans de leur ami-ravisseur, mais difficile de trouver un sens à l'impensable. Alliances, trahisons, pressio... >Voir plus
Que lire après The nice house on the lake, tome 2 (BD)Voir plus
Newburn, tome 1 par Zdarsky

Newburn

Chip Zdarsky

3.93★ (59)

1 tomes

Southern Bastards, tome 1 : Ici repose un homme par Aaron

Southern Bastards

Jason Aaron

4.12★ (255)

4 tomes

Friday, tome 1 par Brubaker

Friday (Brubaker)

Ed Brubaker

4.19★ (348)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 318 notes
5
13 avis
4
12 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
On se retrouve cette fois-ci pour le tome 2 de la saga « The Nice House on the Lake » car oui, je vous l'avais promis qu'on se retrouverait sous peu. Et comme dit l'adage, « chose promise, chose due ». J'y tiens. Bon pas besoin de replanter le décor on est d'accord ? Si je résume ma critique du premier tome, en gros, j'ai grave kiffé. Forcément, j'ai attaqué cette suite sous les meilleurs auspices. Mais d'un autre côté, j'avais de grosses attentes car, pour être franc, cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu un comics aussi abouti. Alors l'essai a-t-il été transformé une seconde fois ? Oh que oui, et haut la main.

Mais commençons tout de suite par la partie la moins agréable et lançons un petit, tout petit octogone. Je ne vais pas casser des bras, promis, juste mettre quelques soufflets bien placés. Vous avez forcément vu passer des critiques de personnes déçu(e)s par ce second volet du fait que, à leur humble avis, l'histoire ne progressait pas assez, n'est-ce pas ? Eh bien ne les écoutez pas et jetez-les en pâture aux lions. Bon allez, je charrie, je peux comprendre leur point de vue – du coup pas de soufflets pour ce coup-ci mais restez sur vos gardes ça peut péter à tout moment - même si j'ai un tout autre regard sur la chose.

La trame scénaristique progresse lentement, on est tous d'accord là-dessus. Mais est-ce vraiment dérangeant ? Pour les amateurs (y a-t-il vraiment des amatrices des deux gus que je vais citer ? faites-le moi savoir dans l'espace commentaires je suis curieux) de Sylvester Stallone ou Vin Diesel peut-être, mais pour les autres ? A mon sens non, pour peu qu'on soit attaché(e) ou intrigué(e) par les personnages et leurs destins. Bien au contraire.

Car oui, dans cette suite nous basculons dans le thriller psychologique, avec des passages aux allures de drame bien noir comme il faut, là où le premier tome posait les bases de cet univers écorché et chaotique lové dans un écrin de velours (oui je touche ma bille en prose quand je le veux, je ne raconte pas que des conneries hein). Vous l'aurez donc compris, les personnages, avec leur passé, leurs états d'âme et leurs pensées en pagaille, seront le coeur de cet opus et toute l'histoire gravitera autour d'eux, et seulement d'eux.

Donc n'espérez pas en apprendre plus sur le mystérieux Walter ou encore l'origine de cette apocalypse. Il n'en sera rien et en même temps, a-t-on besoin de le savoir quand tout le reste à côté est passionnant ? Donc préparez-vous à savourer un huis-clos oppressant, où la tension est aussi palpable que celle de la ficelle du string de Kim Kardashian, et laissez-vous porter par ce tourbillon d'émotions sans chercher pas à en savoir plus… du moins pour l'instant. Car oui, une suite semble inévitable une fois la dernière page tournée. Ouf, celles et ceux qui ont convulsé à l'idée de ne pas en apprendre plus sur Walter dans ce volet vont peut-être se détendre. Mais jusqu'à quand ? Allez savoir.

PS : par contre s'il n'y a pas de suite avant 2025 je vais péter un câble, je vous aurai prévenu(e)s
Commenter  J’apprécie          219
Suite de l'histoire et fin du premier cycle...
Les choses évoluent, les données se complexifient et les tensions sont de plus en plus palpables.
Une lecture intéressante et très prenante qui sort un peu des cadres habituels et qui, je pense, pourrait vraiment convenir à une adaptation en série tant il y a de matériel narratif à exploiter.
Le dessin est vraiment sympa, avec un trait nerveux et expressif et une mise en couleur assez particulière, très riche et complexe.
Commenter  J’apprécie          180
« The Nice House on the Lake » tome 2, voit James Tynion IV pousser les manettes à fond au niveau de la paranoïa ambiante régnant dans la maison. Juché sur les hauteurs d'un lac, elle est absolument sublime, mais ne peut masquer le malaise et la folie entraînant tout dans son passage. Walter se fait démiurge et l'on apprendra au fil des pages ce qu'il est véritablement. le suspens est bien mené et monte crescendo. La violence du cataclysme ayant détruit l'humanité toute entière, n'est pas sans conséquence, bien évidemment, sur le devenir des élu(e)s habitant la propriété. La colère gronde au fur et à mesure des révélations. C'est beaucoup plus violent que dans le premier tome, l'histoire prend une ampleur certaine et l'on va comprendre les velléités des uns et des autres. le personnage au coeur de cette histoire kafkaïenne, c'est bien évidemment Walter. Un être voulant être aimé des élu(e)s mais dont la véritable nature cache une noirceur de sa mission toute autre. Je ne dévoile rien d'autre sur Walter pour ne pas vous ôter le plaisir de la découverte. le climat est anxiogène, digne d'un Stephen King dans sa folie. A la toute fin du Comics, il est noté « Fin du cycle un. » On peut donc légitimement espérer d'autres comics sur une série qui m'a beaucoup plu. Scénario et illustrations sont au diapason d'un récit secoué par des rebondissements amenant une lecture sans temps mort. le rythme est soutenu et sans manichéisme car, on arrive à ressentir de l'empathie, même pour Walter, prisonnier d'une mission supérieure. Je ne peux que vous recommandez ce second tome. Si vous avez aimé le premier, sachez que ce second tome est encore plus dense, violent et fou. Une folie qui saisit tous les élu(e)s de la maison au fur et à mesure des révélations émaillant l'histoire. J'ai beaucoup aimé.
Lien : https://thedude524.com/2024/..
Commenter  J’apprécie          130
Le premier tome de cette série m'avait bien impressionné, dans ce deuxième volet, on retrouve cette construction avec les différents niveaux d'écritures, le scénario semble se construire ex nihilo, les personnages participent à son élaboration, l'aspect thriller post-apocalyptique est particulièrement soigné, original, le côté huis-clos toujours aussi lourd et intense, le tout servi par un dessin tourmenté et agressif. Mais ce deuxième tome a révélé les craintes que j'envisageais à la lecture du premier tome. C'était annoncé comme un diptyque, je croyais que ça allait vite évoluer, mais il s'agit seulement d'une première saison et ce deuxième tome ne nous avance vraiment pas beaucoup, le démarrage est même assez laborieux, réveillant les défauts inhérents au système de la série américaine, on s'éternise dans la psychologie des personnages, comme si l'auteur avait voulu allonger la sauce pour faire durer, laissant toute la structure du récit, de l'intrigue se fourvoyer dans l'inutile. Heureusement, dans la deuxième moitié, ça s'emballe enfin. Mais j'aurais aimé quelque chose qui aille droit au but, tout ce qui m'intéresse, c'est le pourquoi du comment de la situation, les relations entre les personnage devient trop pesante, et j'ai eu l'impression de me perdre, ce deuxième tome n'a pas la force monolithique du premier tome et me laisse plutôt des doutes sur la suite.
Commenter  J’apprécie          90
Reçu hier, lu dans la foulée, désespérée d'apprendre qu'il me faudra attendre 3 mois pour lire la suite.
Parce que cet univers, ce dessin, ces personnages me hantent déjà.
Parce qu'il faut être sacrément tordu pour inventer une fin du monde dont les héros sont inconscients, une prison de rêve élaborée par leur meilleur ennemi, pour imaginer des relations aussi alambiquées entre les survivants d'une catastrophe effacée de leurs mémoires. Mais il faut un art consommé pour que tout cela devienne crédible, addictif, et raconté en autant de coups de pinceaux délicats.
La classe . Juste la classe.
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (6)
BoDoi
14 juin 2023
Cette transition d’un thriller à clés à un drame de potes plus traditionnel type Peter’s Friends ou Les Copains d’abord, s’opère de manière assez organique et ce deuxième tome s’avère au moins aussi passionnant que le premier. Et bonne nouvelle : s’il apporte une conclusion satisfaisante à cette histoire, il ne la clôt pas et annonce au contraire un « deuxième cycle » qu’on attend avec impatience.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
25 avril 2023
Huis clos - ou presque - haletant, The nice house on the lake n’a pas encore révélé tous ses secrets…
Lire la critique sur le site : BDGest
LigneClaire
17 avril 2023
Un huis-clos qui devient de plus en plus éprouvant avec un Walter qui tire les ficelles des sentiments de ses hôtes, les manipule mais pourquoi ? Contrairement à ce qui est souvent dit il n’y a rien de vraiment horrifique dans cette maison aux secrets.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Sceneario
11 avril 2023
L'écriture de Tynion IV est d'une extrême subtilité, entrant dans les méandres des états d'âme de chacun, sur le regard qu'ils peuvent porter sur leur hôte, mais surtout sur les autres "prisonniers".
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD
11 avril 2023
Second tome qui confirme tout le bien que l'on pensait de cette série après la lecture du premier, "The Nice House of the Lake" se permet non seulement de résoudre les mystères immédiats mais aussi d'ouvrir de nouvelles perspectives devant conduire à un second cycle.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LesComics
27 mars 2023
Alors que la fin du monde a lieu tout autour d’eux, Walter a réuni ses amis dans une splendide maison afin de les protéger. Walter est en réalité une créature non-humaine, dont les pairs sont à l’origine du désastre. Ses amis sont pourtant bien décidés à ne pas vivre dans la prison dorée qu’il leur a préparé.
Lire la critique sur le site : LesComics
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Pas un seul d'entre eux n'acceptera de s'installer dans ton petit paradis bidon tant qu'il pensera pouvoir retrouver sa vie d'avant.
Commenter  J’apprécie          332
 Et toi, comment tu l’imagines la fin du monde ? »

Derrière le décors carte postale et l'invitation se cache une autre réalité toute… la fin du monde c’est pour maintenant !

Impossible d'en dire plus sans dévoiler des infos réservées à celles et ceux qui seront titillé(e)s par l’idée de plonger dans ce récit que je vous conseille fortement!

Côte scénario, James Tynion IV en appelle à ses mentors (mais pas que) pour nous absorber dans son univers apocalyptique, rythmé par les petits secrets de protagonistes, leurs alliances et leurs trahisons.

On retrouve l’ambiance des meilleurs huis clos de Stephen King pour animer la cohabitation des élus de Walter, des visions d’horreur à la hauteur des scénaristes Clive Barker ou John Carpenter, et on ressent l’esprit de celui qui lui a donné envie de devenir scénariste, l’auteur Neil Gaiman, le père de la série mythique « Sandman », qu’il cite et qu’il fait dessiner dans son ouvrage.
Côté dessin justement, nous ne sommes pas en reste, car Alvaro Martinez Bueno parvient parfaitement à incarner ces influences avec un trait ciselé, invasif et marquant.

Récompensé par 4 Prix Prix Eisner, « Nice House in the lake » est donc une petite claque, intrigante, addictive et dérangeante.

Et le meilleur, c’est qu’il s’agit d’un premier cycle, dont le cliffhanger nous frustre mais nous tient déjà en haleine en attendant la suite ! 
Commenter  J’apprécie          00
Je suis… Quelque chose d’autre. Votre langue ne dispose pas des mots adéquats pour me décrire.
Commenter  J’apprécie          20
Rien n’est plus dur que de devoir trancher. On se met tout le monde à dos. Même quand on pense agir pour le mieux.
Commenter  J’apprécie          10
Les gens ne supportent pas qu'on leur rappelle à quel point on les connaît. À quel point ils nous sont transparents. Ils n'aiment pas qu'on puisse voir leur part d'ombre. Leur part laide.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de James Tynion IV (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Tynion IV
1,2,3 BD ! Chez les libraires ! vous présente les BD coups de coeurs de Vincent et la librairie Sanzot à Paris. - Anne Bonny de Matteo Mastragostino et Alessandro Ranghiasci à la boîte à bulles - The Nice House On The Lake #2 Scénario: James Tynion IV ; Dessins: Martinez Alvaro Édité par: Urban Comics - Evol par KANEKO Atsushi, édité par Delcourt / Tonkam 1,2,3 BD c'est le jeudi à 18h30 sur la chaine Youtube et les RS. Trait pour Trait parcourt toujours les librairies de France pour des conseils de lecture. #GALERIE #BD #POPCULTURE #BANDEDESSINEE #COMICBOOKS #9EMEART Retrouvez 1,2,3 BD ! Chez les libraires! sur : https://www.youtube.com/TraitpourtraitBD https://www.facebook.com/TraitpourTraitBD https://www.instagram.com/traitpourtraitbd/ https://twitter.com/TPTBD
+ Lire la suite
autres livres classés : comicsVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (546) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4867 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..