AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1093363290
Éditeur : Flamant Noir (27/02/2017)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 7 notes)
Résumé :
ELIJAH. C'est le prénom de mon petit frère. Celui que je lui ai choisi quand on me l'a mis dans les bras. Il est né alors que la violence était devenue une routine à la maison. Mon ivrogne de père terrorisait tout le monde et nous frappait tous les jours, ma mère et moi, sans que personne ne l'en empêche. Jusqu'à ce fameux soir... Quand j'ai eu dix-huit ans. J'ai attendu qu'il soit ivre à nouveau et je l'ai égorgé de sang-froid dans la cave. Hélas, ma mère venait de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
gruz
24 mars 2017
★★★★★
★★★★★
Quand un écrivain se lance dans un premier roman noir, le risque est important qu'il n'ose pas sortir des figures « imposées ». Noël Boudou se fout de ce genre de problématique. Il est allé au bout des ses idées, et ça se sent tout du long.
Un roman violent et très noir ne doit-il être que ça ? Elijah est la preuve du contraire. C'est sombre, d'une brutalité parfois étourdissante et pourtant… Je ne crois pas avoir lu beaucoup de romans noirs avec autant de lumière. L'auteur est extrémiste, excessif dans sa manière de dépeindre les pires comme les meilleurs sentiments, les pires comme les meilleures actions.
Elijah est un roman qui ne peut pas laisser indifférent. Il faut avoir l'estomac bien accroché pour supporter certaines scènes, tout comme le coeur face à d'autres passages qui ont de quoi le rendre léger comme gonflé à l'hélium.
Je lui ai trouvé quelques défauts à ce premier livre, l'ultra-violence de certains passages m'a heurté (ce n'est pas mon genre de prédilection). Mais, au final, ce n'est pas ce qu'il me reste de cette lecture. Je préfère garder le sentiment d'avoir partagé une tranche de vie de personnages entiers, qui ne font rien dans la demi-mesure (en bien ou en mal).
Parce que Noël Boudou aime ses personnages à la folie, au point de se permettre tous les excès. Il n'a pas peur de décrire précisément les scènes féroces tout autant qu'il ne craint pas de parler d'amour (fraternel ou autre) au risque de passer pour mielleux à certains. Pas de fausse pudeur chez Boudou, le coeur et les tripes sont posés sur la table, il n'y a plus qu'à se servir.
L'écriture est à l'avenant. Cash, âpre, hargneuse, déchirante parfois. On ne tourne pas en rond chez Noël Boudou, on y va franco. Ça donne un roman qui se lit d'une traite, plongé dans les pensées les plus intimes des protagonistes. le coeur au bord des lèvres, la tendresse à fleur de peau.
Elijah est excessif, oui, mais Noël Boudou l'assume de la première à la dernière ligne. C'est clairement sa manière d'être écrivain, loin d'une quelconque posture.
Les lecteurs qui aiment ainsi sentir le souffle chaud de la violence et celui froid de la mort ne seront pas trompés par la marchandise. Ils seront peut-être davantage étonnés de trouver tant de lumière dans une pénombre aussi dense.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Amnezik666
22 février 2017
★★★★★
★★★★★
Autant vous prévenir de suite ce livre est ultra-violent, Noël Boudou ne manque pas d'imagination et ne nous épargne pas les détails quand il s'agit de laisser parler le Mal qui habite ses personnages (âmes sensibles s'abstenir). Bin oui, « le frère d'Elijah » (on n'apprend son prénom que dans les derniers chapitres du roman) n'est pas un enfant de choeur… mais ses victimes non plus, loin s'en faut.
Un personnage tout en contraste, avec d'un côté cette violence inouïe qu'il déchaîne pour punir ses victimes, et de l'autre l'amour incommensurable qu'il éprouve pour son petit frère. et qui sait, peut être que dans son coeur il reste une place pour l'Amour, un Amour rédempteur. Là est la clé de ce héros et de roman, la violence n'est jamais gratuite, elle finit même par devenir l'unique solution pour sauver l'amour et l'innocence. Au milieu de ce tourbillon de haine et de sang, brille une lueur d'espoir, comme phare qui indiquerait la direction à suivre pour un nouveau départ.
Sans forcément approuver les actions du narrateur, je n'ai à aucun moment ressenti l'envie de le blâmer. Sans doute parce que j'exècre au plus haut point les ordures qui tabassent leurs femmes et leurs gosses. Ce ne sont pas de soins dont ces pourritures ont besoin, mais plutôt d'une balle dans la nuque, ça coûterait moins cher à la société et le risque de récidive est nul avec cette option. Mais ceci est une autre histoire (même si j'assume pleinement mes propos).
Outre le récit du narrateur (à la première personne, cela va de soi), certains chapitres vous permettront de suivre les pensées d'Elijah grâce à un journal qu'il tient dans sa tête faute de pouvoir faire autrement, de même nous aurons le droit à quelques extraits de journal d'Aline, une jeune femme que les deux frères rencontrent lors d'une de leur sortie au parc. Deux personnages au charisme lumineux, deux points de lumière au milieu des ténèbres (je sais j'insiste).
Je ne m'attarderai pas davantage sur l'intrigue et les personnages, je préfère laisser aux futurs lecteurs le plaisir et les frissons de la découverte. Tout ce que je peux vous dire c'est que le voyage ne sera pas de tout repos (mais ça je pense que vous l'aurez déjà compris).
Par contre il serait injuste de terminer cette chronique sans vous parler de l'écriture de l'auteur. Un style direct et percutant qui vous prend aux tripes dès les premières lignes du récit… et ne vous lâchera plus jusqu'au clap de fin. Les phrases et les chapitres sont courts, percutants, privilégiant ainsi le rythme, sans la moindre lourdeur qui permettrait au lecteur de reprendre son souffle (ce qui explique sans doute pourquoi j'ai lu le roman d'une traite).
Pour un premier roman Noël Boudou place la barre très haut, inutile de préciser (sans vouloir lui mettre la pression) que son prochain titre est d'ores et déjà attendu de pieds fermes… et que l'on espère avoir le droit à la même qualité, voire même encore mieux !
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Loley
28 février 2017
★★★★★
★★★★★
Tenir le livre d'un pote entre les mains, ça n'a pas de prix. Je vous rassure je suis malgré tout capable d'être objective, mais je sais à l'avance que ça arrache tout.
Je m'explique, j'ai été je pense, la première à relire le manuscrit, d'ailleurs quand je l'ai lu je ne m'attendais pas à faire face à un tel talent, je ne m'attendais pas à me faire cartonner de la sorte.
Gabriel subit les coups de son père, qui sont d'une violence quotidienne insoutenable, jusqu'au jour où il décide que tout ça c'est terminé, son père ne battra plus personne.
Pendant ce temps, sa mère est à l'hôpital, enceinte et en miettes, fracassée par les coups de son mari alcoolique.
Gabriel le tue sauvagement et sans scrupules.
Peu après, le couperet tombe, sa mère n'a pas survécu et le bébé est handicapé.
Désormais, le jeune homme va tout donner pour ce petit Elijah, qui restera dépendant toute sa vie.

Dans ce roman noir, très noir, il n'y a pas de flics ou alors de simples passages éclairs, pas d'enquête non plus et avouons-le ça change des lectures habituelles.
J'ai été touchée par cette vision du handicap, je la trouve magnifique.
Encore de nos jours, les gens sont nombreux à manquer de finesse, voire d'intelligence face à la différence.
Comme si ce n'était pas assez difficile à vivre et à gérer, il faut encore subir le regard des autres.
Cet amour inconditionnel est d'une beauté rare, mon coeur de maman a été arraché.
J'espère sincèrement qu'"Elijah" fera réfléchir, les divers points soulevés ont une vraie importance pour moi, notamment les violences faîtes aux femmes et aux enfants.
Sans oublier cette intolérance et les moqueries face au handicap.
Dites-vous bien que le tout savamment mixé donne un excellent roman noir, en plus de peut-être faire passer des messages importants et d'actualités.
Dans tous les cas, j'y ai été très sensible et réceptive, c'est une histoire qui me parle et m'a fait réagir.
J'aime la limpidité qui s'associe à l'écriture de Noël Boudou, je me souviens que lors de ma première lecture, j'avais été stupéfaite de constater cette aisance dans l'écriture des scènes chaudes.
Combien ne sont pas à l'aise avec ça, il vaut mieux éviter le ridicule avec des comparaisons idiotes.
L'auteur ne s'embarrasse pas du superflu, il cause cash et c'est violent il faut le dire, voilà pourquoi c'est aussi scotchant que réussi.
Il y est fait passer de la rage et de la peur, celles qui vous rendent capable du pire.
Dans le sang qui coule, Noël Boudou a instillé un amour fraternel magnifique.
J'insiste sur cet amour, car il est la base de tout et fait passer à merveille la perversion qui transite autour.
Au milieu du mal à l'état pur il y a l'amour, je m'y suis accrochée comme à une bouée chahutée par les flots, c'était comme un besoin vital.
La fin va d'ailleurs vous surprendre et vous émouvoir au possible, elle possède une force herculéenne.
Je vous donnerais un conseil, un seul, ne vous moquez jamais d'Elijah, votre dernière heure pourrait sonner plus tôt que prévu...

Lien : https://leshootdeloley.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
aurelie78260
09 mars 2017
★★★★★
★★★★★
Pour tout vous avouer, j'avais déjà commencé à lire un premier jet "d'Elijah". Noël avait fait paraître un message sur les réseaux sociaux pour demander qui voulait lire son texte. Je m'étais empressée d'accepter. Cet échange remonte au 6 décembre 2013. Après lecture, voici mon ressenti que j'avais envoyé à Noël :
"Coucou Noel, je viens de terminer ton écrit, je l'ai pratiquement lu d'une traite ! Franchement, j'ai adoré, on est tout de suite dans l'ambiance, un rythme très dense avec des chapitres courts, une histoire noire mais avec beaucoup d'amour en même temps ! C'est ouahhhh !!!!!! Tripant ! ❤ Si jamais cela vient à sortir, je l'achèterais sans hésiter ! 😉 J'espère que tu nous tiendras au courant de tout cela. Tu peux aller loin. Je pense que nous serons tes premières lectrices et pas des moindres ! En tout cas, je pense que tu peux être fier de toi car c'est tout un art de savoir écrire comme tu l'as fait ! Chapeau !"
Emu, Noël m'avait remercié et je lui avais répondu :
"C'est moi qui te remercie d'avoir bien voulu partager ton oeuvre !!! Tu as du talent Noel, il faut que tu y crois. En tout cas, tu es déjà dans ma bibliothèque, et quand cela sortira au grand public, j'aurais mon petit exemplaire dédicacé 😉 ".
Trois ans et demi après, je suis fière de voir son "bébé" Elijah édité chez les éditions Flamant Noir que je remercie pour cette lecture.
J'ai tout simplement adoré l'histoire de Gabriel plus communément appelé "Frère d'Elijah". Il nous raconte les violences que sa mère et lui-même ont subi. Gabriel va s'entraîner à la douleur afin que les coups de son père ne l'atteigne plus. Il s'en fait le serment, plus jamais cet homme lui causera de la douleur. Un jour, il le tuera de ses propres mains ! Coïncidence ou pas : sa mère décède de ses blessures le jour où il tue son père. Ce jour-là, sa mère lui fait comme un cadeau d'au revoir, Elijah né... mais handicapé... Elijah, c'est un petit être très intelligent auquel Gabriel ne supporte aucune moquerie,... Un amour plus que fraternel les lient. Il devance tous ses besoins, lui prodigue un amour éternel. Mais Gabriel ne fait pas dans la dentelle, il ne fait pas que s'occuper de son frère. Il prend soin de tout le monde, il repère les hommes qui causent des dégâts autour d'eux, ceux qui détruisent leur famille... Il s'est donné un but : les supprimer tous afin d'en faire un monde meilleur sans crainte. Mais jusqu'où peut-on aller par amour ?
"Elijah" est donc le premier roman de Noël Boudou et quel roman ! Ayant lu un premier jet, je peux vous dire que Noël a su prendre en considération les remarques qu'à pu lui apporter son éditrice. Un réel travail de fond a été fait afin que l'histoire soit "gore" et violente tout en n'étant pas gratuite. Quel aurait été l'intérêt de lire un thriller avec de la violence gratuite à foison juste pour le "fun" ? Moi je vous le dis, aucun ! Ici, il y a de la violence oui, mais énormément d'amour aussi. Un roman qui vous remue, qui chamboule tous les codes : le mal pour le bien ? Je dois dire que la fin se termine en apothéose suprême. Celle-ci m'a fait couler une larme. L'amour a triomphé mais pas que...
Tout au long de notre lecture, nous avons le point de vue de Gabriel qui nous fait part de ses actions, ses pensées. Mais j'ai apprécié que Noël nous fasse rentrer dans l'intimité d'Elijah et d'Aline.
"Elijah", c'est : un roman court avec de brefs chapitres. Un roman sur un fond de noirceur qui se lit d'une traite. Une écriture incisive qui va droit au but. Des mots qui vous hachent et qui vous décapent de la tête aux pieds. Un style vif comme l'éclair et à fleur de peau. Un roman rempli d'émotions que ce soit d'horreur ou d'amour. Un rythme soutenu qui monte crescendo. Un roman lourd de conséquences qui fait réfléchir ! Tous ses ingrédients réunis promettent un succès qui ne saurait tarder. Un livre baptisé "Elijah" dont vous ne ressortirez pas indemnes !
Lien : http://livresaddictblog.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EvadezMoi
27 février 2017
★★★★★
★★★★★
Ce roman, c'est une des plus belles histoires d'amour que j'ai pu lire. L'histoire du frère d'Elijah, Gabriel, qui a enduré avec sa mère les pires souffrances auprès d'un père alcoolique, pervers et brutal. L'histoire de ce garçon qui tuera son père pour les protéger, lui et sa mère, enceinte, qui ne survivra pas. L'histoire de ce garçon à qui on confie un nouveau né, lourdement handicapé à cause des coups reçus alors qu'il n'était pas encore né. Va naître entre eux un amour sans commune mesure. Elijah est toute la vie de Gabriel qui ne supporte pas qu'on se moque de lui. Et Gabriel va se transformer en monstre justicier, un peu comme un Dexter, tuant sans remords des hommes violents envers femmes et enfants, ou tous ceux qui osent se moquer d'Elijah.
Ce roman est un des rares à m'avoir laissée en larmes en tournant la dernière page.
Cette histoire vous enserre le coeur. Alors oui, Gabriel, le frère d'Elijah, est un assassin. Mais j'ai rarement vu un anti-héro aussi attachant.
Les personnages sont tous magnifiques, émouvants, attendrissants.
Gabriel tout d'abord. Consumé par l'amour qu'il porte à son frère, ravagé par ce qu'il est. Il est en rejet permanent de qui il est. Seule Aline lui apportera un espoir de rédemption.
Elijah, ce petit garçon de 10 ans, lourdement handicapé physiquement, mais qui est très intelligent. Il est conscient de tout, des actes comme des sentiments de son frêre.
Aline, qui va les aimer tous les deux, les soutenir et leur apporter un idée de bonheur.
Milo, l'ami, le seul, de Gabriel. Un ancien légionnaire venu de l'Est, force de la nature. Il voue un amour fraternel sans limite à Gabriel et Elijah.
L'histoire est merveilleuse, souvent violente, mais elle reste belle.
Ce roman est centré sur les relations entre ces personnages et leur amour réciproque. On pourra s'étonner de l'absence quasi-totale de policiers qui seraient à la recherche de Gabriel. L'intérêt de ce roman n'est pas là, même si j'aurais aimé en savoir plus sur Claire qui apparait de temps à autres dans l'histoire.
L'écriture, quand à elle, elle lourde de sentiments profonds. On sent que l'auteur y a mis ses tripes et son âme. Elle vous bouleversera. Et quand on sait que c'est le tout premier roman de l'auteur, c'est juste incroyable.
Ceux qui ont lu et aimé des romans comme La Couleur des Ames Mortes de Gilles Caillot, Purgatoire des Innocents de Karine Giebel ou Les Démoniaques de Mattias Köping y retrouveront toutes ces émotions qui font qu'un livre restera parmi ceux qui vous auront marqués.

Lien : http://atelierdelaulo.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
Amnezik666Amnezik66621 février 2017
. Mais en y pensant, peut-être que je serais un bon père. Tous ne sont pas cruels et violents. Il doit bien exister de pères admirables. C’est certain. Mais moi ? Quelle image positive pouvais-je avoir de ce qu’était la paternité ? Comment pouvais-je savoir ce qu’était un bon père après ce que le mien m’avait fait subir ? Et si, sans le vouloir, ni m’en rendre compte, je devenais ce genre d’homme ? Existe-t-il un gène de la monstruosité paternelle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666Amnezik66621 février 2017
Les coups d’un père font plus mal que ceux d’un voyou. Bien plus mal. Vous pouvez me croire sur parole.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
999 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre