Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2811211233
Éditeur : Milady (2014)


Note moyenne : 4.34/5 (sur 185 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Phèdre nó Delaunay a été vendue par sa mère alors qu’elle n’était qu’une enfant.
Habitant désormais la demeure d’un haut personnage de la noblesse, pour le moins énigmatique, elle y apprend l’histoire, la théologie, la politique et les langues étrangères, mais su... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (70)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par boudicca, le 01 août 2012

    boudicca
    Avec« La Marque », premier tome de la trilogie « Kushiel », Jacqueline Carey nous narre le destin d'une certaine Phèdre no Delaunay, jeune fille destinée à servir en tant que courtisane et, officieusement, espionne au service de la couronne de Terre d'Ange. Si la première partie du roman consacrée à l'apprentissage de notre héroïne comprend finalement assez peu d'action, l'auteur se contentant de poser les bases de son univers, le rythme s'accélère considérablement par la suite. Complots machiavéliques, amours, trahisons, duels épiques... tout est là et tout est traité avec beaucoup de talent et de subtilité. Jacqueline Carey nous plonge dans un univers extrêmement riche et dépaysant dont on pressent déjà qu'il nous réservera beaucoup de surprises, et ce malgré un cadre géographique plus ou moins similaire au notre. Difficile de résister à l'attraction exercée par ce monde bourré d'originalité et présenté avec un luxe de détails par l'auteur.
    A la qualité de l'univers élaboré s'ajoute celle du protagoniste extrêmement attachant et fort complexe auquel à donne naissance Jacqueline Carey. Difficile de ne pas s'identifier à cette forte tête, déterminée et plus que compétente dans son domaine mais pourtant pas exempte de faiblesses que l'auteur nous dévoile peu à peu avec, là encore, beaucoup de subtilité. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, qu'il s'agisse de la reine Ysandre, du protecteur et tuteur de Phèdre, Anafiel Delonay, et de sa pupille Alcuin, ou bien sûr de Joscelin, l'impassible guerrier cassilin dont la rigueur morale n'a pas fini de souffrir au côté de la scandaleuse Phèdre. Il faut également ajouter au crédit de l'auteur que, bien que les scènes de sexe soient assez récurrentes et plutôt crues (notre héroïne étant grande amatrice de SM...) , on ne tombe pour autant jamais dans la provocation ou la vulgarité. De plus, loin de ne servir qu'à accentuer le côté graveleux du roman, les scènes en question se révèlent toujours, d'une façon ou d'une autre, nécessaires à l'intrigue (on est très très loin d'un « Cinquante nuances de Grey », rassurez-vous!).
    Ce premier tome de « Kushiel » constitue donc une excellente découverte, tant en ce qui concerne l'univers que les personnages ainsi bien sûr que l'auteur, sans aucun doute l'une des plus talentueuses que j'ai pu lire ces dernières années.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Tari, le 12 novembre 2014

    Tari
    Il m'aura fallu quelques deux semaine, peut-être même un peu plus, pour venir à bout de cet énorme pavé. Mais ça valait tout à fait la peine d'y passer autant de temps. J'ai vraiment adoré, et je ne suis pas passée loin du coup de cœur.
    Nous suivons Phèdre, vendue par sa mère à une maison de courtisanes alors qu'elle n'était encore qu'une enfant. Quelques années plus tard, Anafiel Delaunay, un noble, identifie la tâche rouge qu'elle a toujours eu dans l'œil comme étant le signe de Kushiel, le dieu punisseur, ce qui signifie qu'elle a été choisie pour toujours trouver le plaisir dans la douleur. Ce signe étant rare et de grande valeur, Delaunay prend la jeune fille sous son aile et va lui apprendre non seulement à devenir l'une des meilleures courtisanes mais également une espionne exceptionnelle (« ses yeux et ses oreilles », selon les mots de Phèdre). Entraînée à collecter les secrets des plus puissants, Phèdre va très vite se retrouver piégée au sein d'un immense complot qui met sa nation en danger.
    Mon résumé est plutôt vague et ne couvre qu'une toute petite partie de ce que contient vraiment ce livre, mais il est impossible d'être plus précis sans tout spoiler. L'histoire est tellement dense et devient doucement de plus en plus complexe à mesure que l'auteure tisse la toile des relations conflictuelles entre les nations et les personnages qu'elle a créés. Je dois avouer qu'il m'a fallu un certain temps avant de vraiment entrer dans l'histoire et d'en saisir tous les tenants et aboutissants – et même maintenant que je l'ai fini je ne suis pas certaine d'avoir absolument TOUT compris – mais c'est toujours le cas avec ces gros pavés de fantasy et mon expérience montre que passé les 100 première pages je finis très souvent par grandement apprécier l'histoire donc ça vaut le coup de faire un petit effort au départ. Pour ce livre toutefois je n'étais pas sûre que j'allais l'apprécier finalement parce qu'il y avait deux-trois choses qui m'ont fait tiquer au début, et même si je suis rapidement passée outre c'est ce qui m'empêche d'en faire un coup de cœur.
    La première chose c'est qu'au départ je pensais qu'il s'agissait d'un roman de fantasy érotique. Phèdre est une courtisane, dans une société où le sexe a été érigé en tant qu'art des plus respectables, donc il y a pas mal de scènes de sexe. Et comme notre héroïne a été choisie par les dieux pour trouver le plaisir dans la douleur vous imaginez bien qu'on ne parle pas de sexe tout gentil mais bien de celui qui implique des fouets, des chaines et tout ce qui va avec. La deuxième chose, c'est que Phèdre, ainsi que l'autre pupille de Delaunay, Alcuin, commencent à étudier comment satisfaire leurs clients dès l'âge de 10 ans, et je ne me souviens plus à quel âge ils ont leur premier client mais ils ne sont certainement pas encore adultes. Je sais que ça se passe dans une société où la morale n'est pas la même que la notre, et où le sexe est tout sauf un sujet tabou, mais tout de même, ça m'a un peu embêtée de voir des enfants impliqués dans ce genre d'activités.
    Cependant, si l'aspect érotique est la seule chose qui vous fait hésiter à lire ce livre, je vous encourage à le faire. Je ne suis certainement pas une fan de romans érotiques, j'ai même tendance à sauter les scènes de sexe quand elles deviennent trop détaillées. Ici je n'ai pas eu besoin de sauter une seule page. le style d'écriture est très beau et le sexe n'est jamais décrit de manière vulgaire. Et si le début parle beaucoup de sexe, plus l'histoire progresse et plus il devient un aspect secondaire à mesure que l'histoire devient de plus en plus politique et Phèdre plus une espionne qu'une courtisane.
    Phèdre est un personnage très intéressant. Je ne l'ai pas toujours comprise, et je ne pouvais pas m'identifier à elle mais je l'ai vraiment appréciée parce qu'elle est fidèle à elle-même, et loyale envers ceux qu'elle aime. J'ai aussi aimé son intelligence, sa ruse et son courage. Elle est une héroïne hors du commun, qu'on peut avoir tendance à regarder de haut au départ étant donné qu'elle est courtisane, mais en réalité elle est tellement plus que ça. Elle a sans aucun doute gagné sa place dans le haut de la liste de mes personnages favoris.
    Puisque j'en suis aux personnages il faut aussi que je dise quelques mots sur Joscelin, le chevalier d'un ordre religieux engagé par Delaunay pour assurer la sécurité de Phèdre. Au début je ne l'aimais pas trop, à cause de son serment il semblait un peu trop rigide et fermé d'esprit. Mais tout comme ceux de Phèdre, mes sentiments à son égard ont peu à peu évolué, et j'ai fini par énormément l'apprécier, pour son dévouement et sa gentillesse. Et bien qu'ils ne puissent pas être plus mal assortis, j'ai beaucoup aimé le duo formé par Phèdre et lui.
    Il y a tellement d'autres très bons personnages en plus de ces deux là : Hyacinthe, Delaunay, Alcuin, Melisande... mais je ne peux pas parler de tout le monde, sinon ma chronique n'en finirait plus !
    J'ai vraiment été embarquée dans une superbe aventure avec tous ces personnages. Pour citer les mots de Jacqueline Carey elle-même, Kushiel est « un roman historique contenant une histoire qui n'a jamais eu lieu », et c'est exactement ça. le point de départ de son monde et de sa mythologie sont l'Europe médiévale et les religions existantes et à partir de là elle a créé un tout nouvel univers tout droit sorti de son imagination mais qui n'en a pas moins l'air réel. Je ne peux que saluer son talent.
    L'histoire se déroule sur une longue période de temps, au moins une décennie, et est racontée rétrospectivement par Phèdre, qui fait une excellente narratrice. J'avais l'impression d'être assise au coin du feu avec elle qui me contait son histoire. Et quand j'ai tourné la dernière page, j'étais partagée entre la joie d'avoir enfin fini ce livre qui me tenait occupée depuis des semaines, et la tristesse parce que je ne voulais pas quitter cet univers et ces personnages tout de suite. Enfin... il reste encore deux tomes dans la trilogie donc... à bientôt Phèdre, Joscelin, Hyacinthe et les autres !
    Je vous le recommande si : vous aimez la fantasy, les quêtes épiques, et les héroïnes de caractère. Ne vous laissez pas effrayer par l'aspect érotique, oui il y a du sexe mais ce n'est absolument pas ce que je retiendrai du roman.

    Lien : http://i-read-therefore-i-am.blogspot.fr/2014/11/la-marque-kushiel-1..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Hillel, le 25 mars 2014

    Hillel
    Dés les premières pages, que dis-je, dés les premières lignes, je compris totalement pourquoi l'auteur avait remporté autant d'éloges. La plume est magnifique, le récit à la première personne nous embarque dans un univers bien particulier, une autre époque, des lieux et des cultes mystérieux, des mœurs et des traditions étonnantes et pourtant évocateurs, des jeux politiques et des batailles époustouflants. le tout servi par une plume poétique, un style d'un autre temps, un vocabulaire soigné, des tournures de phrases soutenues. Mais surtout des interventions de la narratrice/héroïne qui ne manquent pas de nous faire vivre davantage le récit, de nous faire palpiter, en nous laissant à chaque fois une petite touche subtile de suspense...
    Bref, un récit qui nous emporte dans cet univers fantasy avec brio
    Pour moi ce fut une lecture d'une intensité peu commune. On a la quantité, plus de 950 pages d'aventures. Et la qualité, la merveilleuse plume de Jacqueline Carey au service d'un riche récit, et c'est peu de le dire.
    Impossible de lâcher l'héroïne, impossible de ne pas penser encore à elle après avoir tourné la dernière page. Impossible de ne pas se demander ce que l'auteur peut encore avoir à lui faire vivre après tout ça dans les prochains tomes?!!!
    Des personnages étonnants et très attachants:
    Pourtant une héroïne bien différente. Il y a dans ce personnage beaucoup d'originalité ne permettant pas réellement de comparaison. Pour moi ce fut une grande découverte. Phèdre est à la fois soumise et forte. A la fois liée et indépendante. Tourmentée et optimiste. Elle est tout en ambiguïtés. Et puis cette capacité qu'elle a à éprouver du plaisir dans la souffrance, cette acceptation de la prostitution est particulièrement déstabilisante... Mais cela paraît complètement logique dans l'univers présenté ici.
    De plus, tous les personnages secondaires sont merveilleux et nous émeuvent par leur touchante sensibilité. Nous avons Ysandre de La Courcel, cette future reine qui veut faire un mariage d'amour. Delaunay le maître infaillible et secret, Alcuin le parfait élève, véritable frère pour Phèdre. Hyacinthe, le magnifique tzigane, le "Prince des voyageurs" et seul ami de Phèdre. Jocelyn, ce beau garde du corps qui a juré chasteté et honneur à la confrérie de Cassin, deux valeurs qui seront mises à rude épreuve. Mélisande, la garce par excellence.
    Ou encore tous ces personnages que nous découvrons au milieu du roman, autant de valeureux guerriers qui deviendront des amis de confiance, mais je n'en dis pas plus...
    Tour à tour, solidarité, sens de l'honneur, sentiments fraternels ou amoureux, nous plongent dans une très belle fresque romanesque.
    Un ENORME roman dans tous les sens du terme. Une fin qui termine l'histoire, et ne nous laisse pas en plan, mais nous laisse avec une envie de ne jamais quitter ces personnages que nous avons suivi si avidement dans leurs grandes aventures.
    Pour moi un coup de cœur incontestable, une auteur avec une plume merveilleuse et une imagination débordante qui mérite amplement le succès de ses romans!

    Lien : http://leslivresdalily.blogspot.ca/2014/03/kushiel-tome-1-la-marque...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Anassete, le 21 décembre 2014

    Anassete
    Après une relecture du roman, ce roman m'apparait malgré tout comme un ballon de baudruche sur sa construction narrative. Pourquoi ? Nous sommes face à 3 types de romans différents : d'abord un roman d'initiation aux accents orientaux, puis une entrée dans le Monde façon 18ème siècle et enfin un roman d'aventures fantasy. Le tout est audacieux, surtout quand on voit le sujet traité par l'auteur, mais il n'empêche qu'on ressent un manque d'unité. De plus la description des talents de Phèdre est très détaillée sur le premier quart du roman et beaucoup moins sur le reste. En plus de donner une impression de changement d'atmosphère, les personnes qui ne persévèrent pas assez dans la lecture ne retiendront que l'épisode du tisonnier ou la torture et l'humiliation que Mélisande fait subir à Phèdre. Pourtant, le roman se comporte comme un tout : il faut que Phèdre traverse les 3 étapes du type de roman choisi par Carey pour que son caractère et son identité évolue.
    Ça commençait super bien pourtant avec une ambiance qui ramenait nos sens aux mille et une nuits. Le fond religieux est bien développé et tourné en dérision, on s’attend à quelque chose d’unique, d’original.
    La suite a été la première fois une suite de déconvenues, car j'ai eu l’impression de quitter 3 fois le roman pour lire autre chose. Le liant n’est pas forcément très bon, surtout quand le début met la barre vraiment très haut.
    J'ai dû le relire une 2e fois pour finalement apprécier le roman. Le passage de la maison de Cereus aux jeux de Cour avec Delaunay est toujours un point sensible où j’ai l'impression d'avoir été flouée sur la came. Celui qui nous fait passer des complots politiques au récit d'aventures est mieux passé, même si on retombe sur un récit beaucoup plus classique, parfois même un peu surjoué. Combien de fois je m'imaginais la fin d'une scène avant qu'elle soit décrite.
    Ceci dit la plume de l'auteur est vraiment agréable, on tombe pas dans l'excès du cliché et on s'attache vraiment aux personnages.
    Après cette relecture, ça sera un "oui" pour lire la suite. Et un "oui" même pour m'avoir dans ma bibliothèque et pas qu'en ebooks.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par frankgth, le 07 avril 2013

    frankgth
    Premier tome de la trilogie Kushiel, nous découvrons un monde proche de notre Europe de la renaissance, à commencer par cette terre d'Ange qui représente notre vieille France. Et c'est dans la capitale de cette terre d'Ange que l'on va d'abord suivre une toute jeune fille prénommée Phèdre, vendue par ses parent à une des grandes maisons du monde de la nuit, et dont l'avenir tout tracé est celui de courtisane. Mais son destin va prendre une tournure décisive lorsque son contrat sera racheté par le mystérieux Delaunay, personnage manifestement influent mais aux activités et aux motivations bien floues, qui sans interrompre sa formation de courtisane va lui donner une éducation bien plus large.
    Ces bases habilement posées, le roman va rapidement nous entraîner dans un tourbillon d'aventures qui va bien au-delà de l'étiquette d'érotique qui lui a été accolée et qui m'a littéralement captivé. D'abord parce que l'univers est riche et original, ensuite parce que les personnages sont crédibles et intéressants, et enfin parce que la plume de Jacqueline Carey est très bien maîtrisée, aussi bien au niveau du style que du rythme. Inutile de préciser qu'une fois ce tome terminé, je me suis jeté sur le suivant pour prolonger le plaisir que j'ai eu à suivre les aventures de notre séduisante héroïne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Elbakin.net , le 24 janvier 2014
    Une entrée en scène assurément remarquée, voire remarquable !
    Lire la critique sur le site : Elbakin.net

> voir toutes (35)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Acerola13, le 10 mai 2012

    Nous sommes dans l'erreur, nous qui nous querellons, nous qui avons fragmenté le désir de Naamah en treize morceaux - treize morceaux.
    Les pans de la vérité sont nombreux, c'est sûr, mais tous peuvent être assemblés pour former un tout unique, comme un manteau de Mendacant.
    Le réconfort et l'expiation, le chagrin et la gaieté - unis dans un même élan sur une verte colline d'Alba. La mort engendre une immense soif de vie; voilà autre chose que les poètes ne chantent pas. Moi qui savais comment recevoir la douleur, je pris celle de Hyacinthe. La douleur et le plaisir - je pris les deux chez lui, et je les lui rendis; jusqu'à ce que chacun d'entre nous comprît combien ils sont inextricablement mêlés, comment l'un ne peut venir sans l'autre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Natacha851, le 15 mai 2014

    D'aucun parfois se lamentent que l'avenir soit drapé derrière un voile de mystère ; pour ma part, je crois que c'est une bénédiction. Si nous savions quelle potion de fiel le destin nous réserve, nous nous recroquevillerions de peur pour laisser filer la coupe de la vie sans même la goûter.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par boudicca, le 05 novembre 2011

    Comme ils sont dans l'erreur ceux qui voient en Elua un dieu bien délicat, fait uniquement pour être adoré par les amants aux yeux tournés vers les étoiles. Mais que les guerriers clament donc leur foi dans des dieux de sang et de tonnerre, l'amour est dur, plus dur que l'acier et trois fois plus cruel. Il est inexorable comme la marée, et la vie et la mort marchent sur ses brisées

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par frankgth, le 05 janvier 2013

    Ce n’étaient pas des histoires, mais l’Histoire. J’appris ainsi que l’histoire d’un conteur peut s’arrêter un jour ; l’Histoire, elle, n’a pas de fin. Tous ces évènements devenus des légendes contribuent à façonner les faits et les gestes des gens que nous voyons chaque jour autour de nous.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Nepenthes, le 23 janvier 2013

    La frontière est ténue en chacun de nous entre la civilisation et la sauvagerie. A tous ceux qui pensent qu'ils ne la franchiront jamais, je dis ceci : si vous n'avez jamais touché du doigt ce que c'est d'être trahi et abandonné, alors vous ne pouvez pas savoir combien la barbarie est proche.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Jacqueline Carey

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline Carey

Kushiel & Imriel : Promotion Canapé #17 : Jacqueline Carey .
À l'occasion de la venue de Jacqueline Carey aux Imaginales 2010, l'auteure de la trilogie "Kushiel" a accepté de répondre à quelques unes de nos questions, et présente dans cette vidéo son nouveau livre, "L'Héritier de Kushiel', premier volume d'"Imriel".








Sur Amazon
à partir de :

43,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Kushiel, tome 1 : La marque par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (383)

> voir plus

Quiz