Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Eveline Charlès (Traducteur)

ISBN : 226606729X
Éditeur : Pocket (1999)


Note moyenne : 3.78/5 (sur 9 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les Rosen ont adopté une petite fille noire ! Dans le quartier juif de New York, en cette année 1930, l'affaire fait grand bruit. Bien sûr, tout le monde sait que Rebecca Rosen est frappée de malédiction : stérile ont décrété les médecins. Mais pourquoi avoir choisi cet... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Mademoiselle_Lecture, le 13 février 2015

    Mademoiselle_Lecture
    Pour la petite histoire, « Elvira » fait partie des livres marquants de ma jeune adolescence. Alors qu'aujourd'hui, je peine parfois à me souvenir d'un livre lu il y a quelques mois, j'ai toujours gardé le souvenir de ce livre dans un coin de ma tête. Je me souvenais de l'histoire dans les grandes lignes mais j'ai eu envie de replonger dans cet univers et peut-être découvrir pourquoi j'avais encore une tendresse particulière pour ce livre au bout de plusieurs années.
    Tout commence dans les années 30 aux Etats-Unis avec Rebecca et David Rosen, un jeune couple vivant dans le quartier juif de New-York. Seule ombre au tableau, Rebecca vient de subir une énième fausse couche. Celle qui posera un mot sur ses maux : stérilité. Sa vie devient un néant, son mari tente de faire ce qu'il peut pour elle. Sans succès. Jusqu'au jour où le médecin qui la suit lui demande de venir en aide à un orphelinat. C'est là qu'elle rencontre Elvira. Une enfant noire dans un orphelinat d'enfants blancs, c'est le choc pour tout le monde sauf pour Rebecca. D'évènements en évènements, la petite Elvira se retrouve chez les Rosen et finit par faire partie de leur famille. Quel chemin pour en arriver là ! Et encore tellement de chemin à parcourir.
    Ce roman raconte tellement de choses que je pourrais vous en parler encore et encore. Et d'un autre côté, j'ai du mal à trouver les mots pour vous dire à quel point j'ai été touchée. le racisme est la toile de fond de ce roman, autant vous dire que j'ai été émue voire choquée de nombreuses fois ! Surtout qu'à cette époque, dénigrer les autres à cause de leur couleur, leur origine est quelque chose de presque banal. Certains se révoltent mais pour la plupart des personnes, chacun doit être à sa place.
    Révoltant, touchant, émouvant, agaçant, attachant… Ce livre fait ressentir tout un panel d'émotions, toutes plus fortes les unes que les autres. Plusieurs fois, j'ai un point au coeur et les larmes aux yeux. J'ai ressenti un élan d'amour envers cette petite Elvira et toutes ces personnes qui ont décidé de faire le bien, quitte à aller à contre-courant. Ainsi que de la fierté de les voir se battre contre l'injustice que tout le monde semble tolérer. Un vrai message d'espoir et de courage. Et surtout d'amour.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par grasshopers, le 22 février 2015

    grasshopers
    Quel agréable moment de lecture je viens de passer, quelle plaisante trouvaille j'ai faite ici, sur le site.
    C'est l'histoire intemporelle d'une femme en mal d'enfant qui recueille l'oisillon tombée du nid. Mais, car il y a dans toute bonne histoire un mais, cette femme est de confession juive et la petite fille est noire, le tout dans l'Amérique des années 30. C'est l'histoire d'un combat, pour la liberté, l'amour et la tolérance.
    Elle va donner à son enfant l'instruction religieuse de sa mère biologique, et va même aller jusqu'à se faire enseigner la cuisine "noire" pour donner des racines à cette enfant dans sa propre race, et la pousser à s'élever. On suit cette personne dans sa lutte contre les préjugés, les siens et ceux des autres. Elle va se rendre compte qu'entre juifs et noirs le combat est similaire et va s'employer à faire évoluer les choses.
    C'est le genre de lecture qui nous fait "grandir" une grande et belle leçon de vie et d'amour.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lalivrophile, le 11 octobre 2010

    Lalivrophile
    Malgré certains passages un peu lents, je pense que ce roman est à lire. Il remet certaines choses à leur place. Il empêche qu'on oublie un pan de l'histoire. C'est bien sûr quelque chose qu'on a tous étudié étant plus jeunes, mais soit on oublie un peu, soit on n'avait pas étudié cela en profondeur. Je savais que dans les années 30, le racisme était admis, considéré comme normal, les mentalités n'ayant pas évolué. Mais je n'avais pas pris la mesure de la chose: les limites absolues, le rejet catégorique... je n'avais pas pleinement pris conscience du fait que tout cela était poussé à l'extrême, du fait que les esprits étaient irrémédiablement fermés, et que rien, dans la société, ne poussait à l'ouverture. le roman nous montre avec pertinence que tous les jours, dans n'importe quelle situation, une personne noire était montrée du doigt, interdite de ceci ou cela.
    [...]
    Lire la suite sur:

    Lien : http://www.lalivrophile.net/elvira-d-henry-denker
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par grasshopers, le 22 février 2015

    ....
    La Pâque ! Rebecca se rebella. Que savaient ils de la Pâque ?Avaient ils été esclaves en Égypte ?Dieu avait Il accompli des miracles, par l'intermédiaire de Moise pour les libérer ? Cette fête ne leur appartenait pas, elle appartenanait aux juifs !
    "Je dois cesser de penser en terme d'ils et de nous, songea t elle soudain. Sinon Elvira deviendra l'un d'entre eux, et je resterai l'un de nous."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Mademoiselle_Lecture, le 05 février 2015

    - Vous pouvez vous vanter d'avoir accompli du beau travail, madame Rosen, dit-elle.
    Se tournant vers David, elle ajouta :
    - Je suppose que vous êtes le grognon ?
    - Mademoiselle Flaherty, je préfère être nommé grognon par cette jeune fille que roi par n'importe qui d'autre.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Mademoiselle_Lecture, le 08 février 2015

    - La théorie de l'armée est que les soldats noirs doivent être davantage encadrés que les Blancs parce qu'ils sont plus frustres et appartiennent à des classes inférieures.
    - Ils commencent par leur refuser une éducation décente, et ensuite ils leur reprochent de ne pas être éduqués. Ils ne leur permettent pas l'accès à des métiers décents, et ensuite ils leur reprochent d'appartenir à des classes inférieures. Il est difficile de réfuter ce genre de logique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Mademoiselle_Lecture, le 07 février 2015

    - Il le fallait bien, pour supporter le nouvel esclavage, dit Elvira.
    - Le nouvel esclavage ?
    - La liberté est un mot creux sans l'égalité.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Mademoiselle_Lecture, le 29 janvier 2015

    Comment expliquer l'ironie de la vie à un enfant ? pensa-t-elle. Mme Youngstein avait été elle-même victime des préjugés, et voilà qu'elle repoussait une innocente créature à cause de sa couleur.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Henry Denker

>Ajouter une vidéo

Théâtre
Emission publique présentée par Pierre BOUTEILLER consacrée au théâtre en compagnie des critiques, François CHALAIS, Fabian GASTELIER, Philippe TESSON et Matthieu GALEY. - à 01'25" : " La 10ème de Beethoven" de Peter USTINOV avec Bernard FRESSON, Simone VALERE, Jean DESAILLY - à 08'30" : "Un grand avocat" ou ("Big Business") de Henry Denker mis en scène par Robert HOSSEIN au théâtre...








Sur Amazon
à partir de :
8,00 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Elvira par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz