Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2907293133
Éditeur : Editions Espace 34


Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Cette oeuvre très personnelle de Diderot est centrée sur la figure du Père, attentif et bon, qui doit faire face à la rébellion du fils. Les personnages doubles, à l'exception de la pure Sophie, s'affrontent dans un conflit de génération, qui malmène l'ordre social, et ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par colimasson, le 28 mai 2012

    colimasson
    Le Père de Famille n'a rien de révolutionnaire en soi, surtout pour un lecteur du 21e siècle habitué à toutes les audaces théâtrales. Il mérite toutefois que l'on s'y intéresse, à condition de replacer la pièce dans son contexte d'écriture.
    L'histoire s'établit sur la trame classique du mariage entravé par l'obstacle parental. Ici, le père s'oppose au désir d'union de son fils, épris d'une jeune couturière orpheline. Obstacle parental qui révèle des dissensions sociales puisque, au 18e siècle, l'opprobre pèse encore sur le mélange des différentes classes. Toutefois, les premiers signes d'un changement apparaissent et la pièce du Père de famille s'en fait l'écho. Ses personnages semblent en effet évoquer les prises de positions diverses que l'on peut trouver au cours de cette période.
    Saint-Silvain, le fils amoureux, remet en question les traditions par amour de Sophie. Fougueux et passionné, il se trouve confronté à la modération de son père. Si on sent que celui-ci est réticent au désir de son fils, son comportement prouve toutefois que derrière sa façade de respect des conventions, un esprit plus souple se développe, prêt à faire entorse à des mœurs dont la pertinence semble de moins en moins évidente. le développement de cette réflexion est entravé par le Commandeur, frère du Père de Famille, personnage dont le seul plaisir semble être celui de créer la discorde autour de lui. Pour cette raison, il se veut le représentant de la vieille morale, non qu'il en approuve les vertus, mais dans le seul but égoïste de conserver une réputation chèrement acquise et de jouir du malheur qu'il a provoqué chez ses semblables.
    Diderot nous dévoile ainsi les fondements de la morale bourgeoise : intérêts égoïstes et superficiels avant toute chose. Cela peut sembler caricatural. Heureusement, le comportement opposé, celui de Saint-Silvain, n'est pas valorisé davantage. Aucun personnage ne se veut être le représentant d'une vérité absolue. La meilleure chose qui puisse les caractériser est la raison, accompagnée de son corollaire la modération. Dans ce sens, les personnages les plus intéressants sont le Père de Famille et Sophie dont on suit l'évolution de la réflexion –non exempte de dualité- jusqu'à son terme.

    Cette pièce est instructive d'une époque, même si aujourd'hui, le propos a perdu une partie de sa vitalité. La mise en évidence de la primauté de la raison chez l'homme juste, appliquée à la question du mariage entre des individus appartenant à des classes sociales différentes, semble mal adaptée aux temps actuels. le principe mériterait peut-être d'être appliqué à un autre domaine de la vie moderne, si tant est que l'on pense encore que la Raison est le seul moyen d'acquérir une vision lucide ?
    Plus novatrice, la mise en scène théâtrale proposée par Diderot révèle son statut de théoricien du théâtre au 18e siècle. Fondateur d'un nouveau genre –le drame-, il met en application ses théories dans le Père de Famille. Les mots ne sont plus seuls à exprimer de manière éloquente la multitude des sentiments que peuvent éprouver les hommes. Les gestes sont au moins aussi significatifs, et leur importance se traduit par l'abondance des didascalies. le silence n'effraie plus, l'action n'est plus absolument recherchée. La dimension purement divertissante du théâtre devient beaucoup moins évidente à percevoir que dans les pièces de la comédie. Les personnages ne sont plus des héros ou des grands hommes, comme dans la tragédie.

    Toutes les intentions de Diderot sont louables. Elles transparaissent malheureusement trop clairement dans sa pièce et l'emmurent dans un carcan théorique. le comble de cette pièce, c'est de tuer toute émotion à force de vouloir la faire ressortir. Bien que basée sur des principes qui semblent incontestables, le Père de famille ne réussit pas à les mettre en pratique et ne présente qu'un aperçu froid des émotions que Diderot aurait aimé transmettre.


    Lien : http://colimasson.over-blog.com/article-le-pere-de-famille-1761-de-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (21)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par colimasson, le 03 juin 2012

    Le Père de famille. – […] A mesure que vous avanciez en âge, j’ai étudié vos penchants, j’ai formé sur eux le plan de votre éducation, et je l’ai suivi sans relâche. Combien je me suis donné de peins pour vous en épargner ! J’ai réglé votre sort à venir sur vos talents et sur vos goûts. Je n’ai rien négligé pour que vous parussiez avec distinction ; et lorsque je touche au moment de recueillir le fruit de ma sollicitude, lorsque je me félicite d’avoir un fils qui répond à sa naissance qui le destine aux meilleurs partis, et à ses qualités personnelles qui l’appellent aux grands emplois, une passion insensée, la fantaisie d’un instant aura tout détruit ; et je verrai ses plus belles années perdues, son état manqué et mon attente trompée ; et j’y consentirai ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par colimasson, le 29 mai 2012

    Le Père de famille.- […] Mon ami, les larmes d’un père coulent souvent en secret…

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par colimasson, le 30 mai 2012

    Le Père de famille.- […] Ah ! mon ami !... Qu’attendre d’un jeune homme qui peut tout à coup se masquer, et se contraindre à ce point ?... Je regarde dans l’avenir ; et ce qu’il me laisse entrevoir me glace… S’il n’était que vicieux, je n’en désespèrerais pas ; mais s’il joue les mœurs et la vertu !...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par colimasson, le 01 juin 2012

    Le Père de famille. – […] Mademoiselle, ne me parlez jamais de couvent… Je n’aurai point donné la vie à un enfant ; je ne l’aurai point élevé ; je n’aurai point travaillé sans relâche à assurer son bonheur, pour le laisser descendre tout vif dans un tombeau ; et avec lui, mes espérances et celles de la société trompées… Et qui la repeuplera de citoyens vertueux, si les femmes les plus dignes d’être des mères de famille s’y refusent ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par colimasson, le 13 juin 2012

    Le Commandeur. – […] C’est un étrange homme que ton père ; toujours occupé, sans savoir de quoi. Personne, comme lui, n’a le talent de regarder et de ne rien voir…

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (9)

Videos de Denis Diderot

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Denis Diderot

Noces de charbon de Sophie Chauveau .
Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/noces-de-charbon-de-sophie-chauveau-581.html Lippi, Botticelli, Vinci, mais aussi Fragonard ou Diderot. Sophie Chauveau est connu notamment pour ces biographies romancées qui ont connu de beaux succès en librairie. En 2013, Sophie Chauveau puise dans son histoire personnelle avec « Noces de charbon ». de la fin du XIXème siècle aux barricades de 1968, deux familles sur 5 générations. Dans l'enfer des mines de charbon, tout les sépare mais la vie se chargera de les réunir malgré eux. « Noces de charbon » de Sophie Chauveau est éditions Gallimard. Sophie Chauveau est sur WTC.








Sur Amazon
à partir de :
39,72 € (neuf)
6,98 € (occasion)

   

Faire découvrir 'Le Père de famille', suivi d'extraits du 'Discours sur la poésie dramatique' par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz