Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070419908
Éditeur : Gallimard (2001)


Note moyenne : 3.35/5 (sur 23 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« La solitude m'a toujours accompagnée, de près ou de loin, comme elle accompagne tous ceux qui, seuls, tentent de voir et d'entendre, là où d'aucuns ne font que regarder et écouter. Amie inestimable, ennemie mortelle - solitude qui ressource, solitude qui détruit, elle... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 14 août 2011

    brigittelascombe
    Qu'est ce qu'écouter?Qu'est ce qu'entendre? Qu'est ce qui fait que l'homme qui parle, parfois sourd et muet incapable d'apprendre le langage des gestes, s'isole dans sa gangue de Solitude?
    Voici l' un des nombreux livres écrit par la psychanalyste Françoise Dolto peu de temps avant sa mort.
    Riche d' enseignements sur la Solitude qui tue, sur la Solitude vide à combler de mots, elle s'est interrogée elle même sous forme de dialogues en mettant en scène des personnages(le Mainate,l'Etranger,le Kangourou des Murs,la Digue,la Négresse Verte )pour aborder tour à tour la séparation,l'angoisse,la parole,les interdits,le sujet,l'autisme,l'oedipe,le silence,l'inceste,l'anorexie,le symbole,l'isolement sensoriel et finalement nous transmettre que sans désir il n'y a pas de vie et que la vie est forcément souffrance.
    Un apprentissage et un témoignage sur la Solitude de celle qui fut une grande dame et l'une des figures de proue du XX° siècle.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par sylvie2, le 23 juillet 2014

    sylvie2
    Je n'avais encore jamais lu de livre de Françoise Dolto, mais j'en avais beaucoup entendu parlé, par ma mère mais aussi par mes copines qui étudiaient la psychologie. Alors quand je suis tombée par hasard sur ce livre, je me suis dite qu'il fallait que j'en connaisse un peu plus. Des années plus tard, il ne me reste plus rien en tête. Je crois que le discours de Françoise Dolto fait maintenant tellement partie de nous, que finalement, ses livres ne sont plus révolutionnaires pour madame tout le monde...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Jcequejelis, le 10 décembre 2011

    Ces mots de grâce du phénomène humain que nous sommes aussi pour nous-mêmes, nous en connaissons tous depuis notre enfance, lorsque la solitude n’est pas par nous ressentie comme l’amer rejet de notre désir par celui des autres mais parce que, las de nous être exercés jusqu’à notre meilleure expression donnée, dans la veille, dans un travail, ou dans des rencontres avec les autres aux limites de notre désir et de notre pouvoir, nous sombrons, avec délices dans le sommeil réparateur. Car l’homme après les jeux du désir se doit de revenir à son corps dans une solitude récupératrice de son être au monde, au rythme de son souffle, dans l’oubli des pensées, et des gestes, de ses sentiments, de lui-même et des êtres chers comme de ses ennemis dans la plongée à son anonymat réassumé.

    Il s’y ressource en son dormir dans des forces qui, aux franges de son inconscience, réaniment la foi archaïque en un vivre qui s’ignore créature individuée, dans l’éclipse rythmée de son » moi » qui toujours désire, le confiant au repos qui le fait s’ignorer jusqu’à son réveil. Là, parfois surpris de l’étrangeté qui en songes l’a visité, menant ses pensées dans des chemins que sa veille ignore, il retrouve ses besoins d’échanges et de consommation qui le rendent alors à nouveau à son corps attentif et, par ses désirs repris, de nouveau prêt à en poursuivre les dessins.

    [Le Livre de Poche n° 6612 p. 511]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par aaahhh, le 13 avril 2012

    Est ressenti père, par l’enfant petit, l’homme qui rend maman plus heureuse. Tout géniteur n’est pas un père. C’est l’homme qui donne plus de sécurité à maman lorsqu’il est présent que quand il n’est pas là. C’est celui dont elle s’inquiète s’il est absent plus que d’une autre personne tierce familière qu’il voit autour d’elle.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 14 août 2011

    Il y a la mauvaise solitude dépressive,et puis il y a un second temps qui est la mauvaise solitude à priori agressive par sentiment de persécution.Quelque soit l'autre il est supposé nous rejeter,alors que dans la solitude dépressive c'est soi-même qui ne s'y retrouve pas et qui demande à quelqu'un d'autre:"Dis moi quelque chose pour que je puisse exister".

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 14 août 2011

    L'être humain qui crée sa solitude a besoin qu'on lui dise:Oui je t'aime malheureux.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 14 août 2011

    L'être humain qui souffre de solitude a besoin de savoir que cette souffrance ne lui est pas reprochée et qu'il est aimé même dans sa souffrance.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (28)

Video de Françoise Dolto

>Ajouter une vidéo

Agora du 11 novembre 1986
Paul CHAVASSE s'entretient avec la psychanalyste Françoise DOLTO lors de la parution de son album "Enfances", illustré de photos d'enfance et d'enfants. A 2'52 : Françoise DOLTO : elle a toujours eu "les yeux ronds" - titre du texte de son livre, souvenirs flashs de vie - ronds de curiosité, de surprise et de questionnements. Elle continue d'être questionnée partout et en particulier par...











Sur Amazon
à partir de :
9,45 € (neuf)
5,73 € (occasion)

   

Faire découvrir Solitude par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz