Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Luc Rigoureau (Traducteur)

ISBN : 201201691X
Éditeur : Hachette Jeunesse (2009)


Note moyenne : 3.73/5 (sur 372 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j'étais le type parfait : grand, beau, riche et... atrocement méchant. Je n'aimais que moi
et c'est pour cela qu'un sort m'a été jeté. Je suis devenu une
bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pou... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (103)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par melillov, le 28 février 2013

    melillov
    Mon Disney favori ? La Belle et la Bête bien sûr ! Belle qui dévore des livres, qui vit dans un autre monde que celui des hypocrites dans lequel elle baigne. Elle ne se soucie de rien, sauf de son petit papa adoré ... Beau et choupinou, on ne peut que l'aimer ce dessin animé ... Qui en plus, a su parfaitement, créer la bibliothèque de mes rêves *-*
    C'est donc avec une rapidité que j'ai lut ce livre retraçant l'histoire qui m'a bercé durant toute mon enfance. Ais-je été déçue ? Non. Magnifiquement modernisé, on aurait presque l'envie de penser que cela pourrait nous arriver ! Mais ce livre a à mes yeux un côté sentimental que j'adore me remémoré.
    Un jour, alors que j'étais dans ma librairie préférée, à fouiner après des nouveautés, j'ai rencontrée une femme qui était en pleure, tout en cherchant un livre. La femme du magasin, l'aidait tant bien que mal, à choisir un livre pour sa fille qui était mal en point. Au bout du rouleau, la femme expliquait les raisons de cette recherche désespérée et curieuse comme je suis, j'ai tendu l'oreille et c'était une histoire bouleversante. Sa fille était avec un homme qui l'empêchait de vivre. Alors qu'elle adorait la lecture, il l'empêchait d'ouvrir un bouquin, au risque qu'elle y trouve une once de bonheur. Apparemment, cet homme était un voleur de sourire, il les lui enlevait tous, dans ses moindres activités. Et le psychologue de cette jeune fille, a conseillé à la maman de lui trouver un livre qui ne « choquerait » pas le petit ami, juste pour qu'elle ré-apprenne à aimer quelque chose. Et c'est alors que je suis intervenue et je lui ai proposé le livre « sortilèges ». Choquée, elle m'a regardé en me disant : « Mais il va penser qu'elle le considère comme une bête !! ». J'ai haussé les épaules et je lui ai tout simplement répondu : « Oui, mais à la fin, cette bête, elle l'aime ». Et la maman s'est remise à pleurer ( Vous pouvez me croire, je me suis sentie mal sur le coup) et elle m'a dit merci. Non pas parce qu'elle confortait l'idée que sa fille reste avec un imbécile mais parce que sa fille allait tout simplement, se remettre à lire et se ré-ouvrir à ses passions.
    J'ai adoré le livre, je savais qu'il n'en pouvait être autrement mais maintenant, quand je regarde la couverture, je me dis tout simplement, qu'il a certainement ré-ouvert les portes d'une âme triste vers un monde qu'elle chérissait et qu'elle avait totalement oublié. Coup de Coeur, bien évidement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 26         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par darkmoon, le 23 février 2014

    darkmoon
    Ce roman dispose essentiellement d’un bon duo, tout d’abord un Kyle prétentieux et arrogant, riche et populaire ne jurant que par la beauté physique. Malheureusement pour lui, cette vantardise et cette notoriété n'est pas du goût de tout le monde et notamment de la mystique Kendra qui va faire abattre sur lui un mauvais sort, le rendant hideux et répugnant, le comble pour celui qui clame à longueur de journée que les moches n'ont aucune chance dans la vie et qu'ils sont condamner à regarder le sol. Pour conjurer le sort, il a un an pour qu'une fille lui dise je t'aime, à lui ainsi qu’à son visage disgracieux. Il va devoir faire appel à tout ce qu'il a l'intérieur de lui-même pour réussir ce pari et aller au-delà des apparences, choses qu'il n'a jamais su faire. Dans cette mission impossible, il sera aidé par sa gouvernante Magda et son précepteur Will qui vont avoir un rôle de conseil très important : les deux personnages sont très drôles et très attachants. Heureusement pour le nouveau Kyle, Linda est une jeune femme au grand cœur, sensible et simple qui n'aime pas le superflu et qui attache peu d'importance aux choses superficiels.
    Ce roman s’annonce donc comme un dérivé du classique de Walt Disney, à savoir la Belle et la Bête avec ici, une bonne réflexion sur l’apparence physique ainsi que la beauté intérieure, le fait de pouvoir acheter quelqu’un ou non, l’être et la paraître ou encore qu’il est plus important de se plaire à soi-même que de plaire aux autres.
    Cheminement amoureux classique, petits gestes tendres, une belle histoire et une belle morale, un peu gnan-gnan n’est-ce pas ? Mais au final on se laisse porter au jeu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Melisende, le 23 décembre 2013

    Melisende
    Lorsque j'ai trouvé Sortilège chez un bouquiniste, je n'espérais pas grand-chose de lui. Je l'ai acheté pour son bas prix et pour la référence à La Belle et la Bête ; mais j'étais intimement persuadée que ça ne serait pas très fameux. La semaine dernière, immobile devant ma montagne de livres à lire, je ne savais absolument pas quoi choisir… heureusement, quelques lectrices de la page Facebook ont choisi pour moi ! C'est ainsi que, plusieurs longs mois après son achat, Sortilège est enfin sorti de ma bibliothèque et, à mon plus grand étonnement, je l'ai dévoré !
    La réécriture moderne du conte est plus intelligente et mieux menée que j'aurais pu l'imaginer et le narrateur principal est agréable à suivre… peut-être pas la lecture du siècle mais, dévorée au bon moment c'est une réussite pour moi ! Il me reste dorénavant l'adaptation à découvrir… idéale pour les vacances de Noël !
    Kyle, 17 ans, est riche et beau. C'est le prince du lycée huppé qu'il fréquente. Kyle s'aime beaucoup et prête attention qu'aux gens et aux choses qu'il trouve agréables à regarder. Fils unique vivant seul avec un père démissionnaire présentateur de télé, l'adolescent obtient tout ce qu'il veut en un claquement de doigt. Lorsqu'une jeune « gothique » au physique et au style disgracieux, apparaît dans un de ses cours, il fait le projet de la ridiculiser au bal de fin d'année en lui faisant croire qu'il sera son cavalier.
    Manque de chance, la jeune fille mystérieuse n'est pas une adolescente ordinaire et pour le punir, elle lui jette une malédiction : transformé en bête, Kyle aura deux ans pour aimer et se faire aimer d'une jeune fille qui lui offrira un baiser sincère pour preuve. Définitivement délaissé par un père horrifié du nouveau physique de son fils, notre héros va se replier sur lui-même, seulement entouré d'une vieille domestique et d'un « répétiteur » (un précepteur) aveugle. L'avenir semble peu propice à l'apparition d'une belle histoire d'amour…
    La Belle et la Bête est un des contes et un des dessins-animés Disney que je préfère, notamment car j'apprécie beaucoup la personnalité de l'héroïne féminine. J'avais très peur que cette histoire soit dénaturée et ridicule transposée au XXIe siècle… eh bien pas du tout ! Et à mon avis, ce qui fait la réussit de Sortilège c'est Kyle, le héros. Ici, le lecteur a tout loisir d'apprendre à le connaître et à l'apprécier puisque c'est lui le narrateur, du début à la fin. J'ai trouvé son évolution remarquable, très émouvante et particulièrement crédible. le jeune premier imbuvable laisse la place à un jeune homme plus posé et réfléchi qui sait dorénavant voir la vraie beauté derrière les apparences.
    Ses réflexions et moments d'introspection sont intéressants à suivre et il parvient facilement à toucher les lecteurs. J'ai beaucoup apprécié la description (et à nouveau l'évolution) des relations qu'il entretient avec son entourage : avec son père absent, avec la domestique pas si acariâtre, avec son « professeur particulier » qui devient un ami et confident et évidemment avec Lindy. Si l'on connait le dénouement de la romance dès les premières pages, on ne regrette pourtant pas de la suivre du début à la fin et on pousse un soupir de soulagement lorsque tout est bien qui finit bien.
    Outre le point de vue interne offert à la « Bête », j'ai également apprécié tout le travail effectué autour de la transposition/modernisation du conte au XXIe siècle, à New York. J'ai aimé découvrir les éléments traditionnels dans un contexte différent et je félicite Alex Flinn pour ses idées. La rose et le miroir magique sont ainsi « naturellement » replacés dans l'intrigue, de même que quelques éléments narratifs tels que l'emprisonnement de la « Belle » pour sauver son père.
    Je souligne aussi l'insertion de passages dignes d'un roman ancré dans notre XXIe siècle avec quelques extraits de conversations sur un forum destiné aux « malédictions ». Notre héros intervient sur celui-ci (en début ou fin de chaque partie du livre) pour expliquer « son cas ». C'est ainsi que l'auteure glisse de brillantes allusions à d'autres contes de fées plus ou moins célèbres (La Petite sirène par exemple), ce que j'ai trouvé à la fois amusant et très intelligent. On en conclut que Kyle n'est pas le seul à subir une malédiction au XXIe siècle et que d'autres sorcières se baladent librement sur notre planète.
    Je pensais avoir affaire à une énième romance un peu niaise pour adolescentes, le tout sur fond de La Belle et la Bête et j'ai découvert un roman plutôt prenant, bien mené et pas si bébête que ça. Bien sûr on sent la comédie américaine derrière (un peu comme ces téléfilms où, faisant un vœu, l'héroïne change d'apparence) et je suis consciente que ce n'est pas un chef d'œuvre mais je trouve que dans le genre, c'est de plutôt bonne qualité… et ça fait du bien de se détendre et de rêver un peu parfois !

    Lien : http://bazardelalitterature.com/2013/12/23/sortilege-de-alex-flinn/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Elamia, le 23 mars 2015

    Elamia
    Un roman young adult sans grande prétention mais qui fait honneur au conte de la Belle et la Bête.
    Pour être honnête, je n'attendais pas grand chose de ce livre mais j'étais curieuse de connaître cette réinterprétation très moderne de la Belle et la Bête. Si la plupart des romans Y-A d'aujourd'hui sont centrés autour d'une héroïne, celui-ci m'intriguait en raison du point de vue masculin qu'il développe. En effet, lire cette histoire mainte fois adaptée sur divers supports (cinéma, théâtre, télévision) mais vécue par la Bête était d'autant plus original et attrayant.
    Étonnamment, la trame de l'histoire suit exactement celle du conte originel. On y retrouve les deux thèmes propres à ce dernier, à savoir l'amour et la rédemption mais aussi, tous les symboles qui fondent l'essence même de ce récit. Tout d'abord, la rose qui rappelle le temps qui passe et l'échéance redoutée de voir la malédiction devenir perpétuelle, fait partie intégrante du roman. Elle devient même le leitmotiv du héros. le miroir, objet magique par excellence, emblème incontesté du merveilleux, a également une place de choix dans ce récit. le prince égoïste est ici un lycéen qui avait tout pour lui, la beauté, l'argent, la popularité. Bien évidemment, sa vie bascule le jour où son chemin croise celui de la fameuse sorcière qui le transforme pour le punir de ne pas avoir su reconnaître la beauté intérieure. Kyle va donc à l'instar de la Bête, rester cloîtré chez lui, dans son château qui n'est autre qu'une ancienne et élégante demeure en plein Brooklyn. Mais que deviendrait-il sans sa fameuse Belle, son seul et unique espoir de redevenir comme avant ? C'est là qu'entre en scène Linda (Lindy), qui incarne l'un des thèmes clés du conte, à savoir le sens du sacrifice. Elle va devoir involontairement sacrifier sa liberté pour sauver son drogué de père. Si la relation père-fille exposée ici est plutôt déconcertante, la motivation de Kyle pour garder la fille (captive) auprès de lui n'en est que plus humaine. Rongé par la solitude et désespéré de voir un jour la malédiction prendre fin, il va tenter de s'attirer l'affection de la studieuse et dévoreuse de livres Linda. A ce propos, ce roman est parcheminé de références nombreuses à la littérature classique, Victor Hugo, Shakespeare, ou encore Charlotte Brontë se côtoient pour offrir à nos deux héros une éducation sentimentale des plus raffinées.
    Contrairement à beaucoup de romances jeunesse, pour une fois, les personnages m'ont plu. J'ai beaucoup apprécié le fait que Kyle (j'utilise ce prénom là pour des raisons évidentes de compréhension) prenne sur lui et change rapidement. Son arrogance disparaît assez vite, et il est métamorphosé aussi bien physiquement que moralement. le changement qui s'opère se ressent à travers ses actes, la maturité qu'il acquiert, et d'ailleurs, la plume de l'auteur évolue en même temps que lui. de jeune homme détestable et égoïste, avec un vocabulaire châtié, il devient affable, prévenant, et poli. Ce qui lui donne des airs de gentleman d'une autre époque et confère au récit un aspect assez romantique. L'attention qu'il porte à ses roses et sa bienveillance nouvelle le rendent assez touchant. Au final, cette malédiction lui a permis d'ouvrir les yeux sur ses proches mais aussi de réaliser sa propre introspection personnelle. Il ne semble pas garder rancœur contre Kendra, la sorcière qui lui a jeté la malédiction. Leur relation est tout à fait particulière, puisqu'ils continuent à communiquer par la suite. Cette proximité entre les deux personnages, est assez inédite, surtout lorsque l'on considère ce qui les a réunit. Kendra éprouve des regrets face à son geste, mais ne pouvant faire machine arrière, elle va tenter d'aider Kyle. J'ai bien aimé cette version moderne et humaine de l'enchanteresse. On est bien loin du cliché de l'affreuse et vieille sorcière acariâtre et couverte de pustules. Quant à la princesse, Lindy, elle n'est peut-être pas la plus magnifique des filles, mais elle est passionnée par les livres et s'émerveille comme une enfant. L'auteur ne tombe pas dans les clichés qui étaient plutôt faciles pour ce type d'histoire et propose quelque chose de sensé et abouti.
    Le mariage entre les éléments novateurs imaginés par Alex Flynn et la trame d'origine forment un tout réellement harmonieux, qui, même si l'on connaît le conte par cœur, restent agréables à découvrir.
    En soi c'est un roman plaisant qui m'a agréablement surprise. Je l'ai même dévoré en un après-midi seulement ! Je le considère comme un joli hommage rendu au conte et non une pâle copie destinée à éblouir le public jeunesse actuel. Je ne dirais en revanche rien sur le film Sortilège, sorti en 2011, qui pour le peu que j'en ai vu, me semble être une adaptation loupée. A ce titre, je vous recommande donc de découvrir en priorité le livre, beaucoup plus subtil et distrayant à mon goût.
    Cette réinterprétation contemporaine de la belle et la bête est donc plutôt réussie. L'auteur a eu l'excellente idée de transposer les symboles et les scènes clés du conte d'origine dans un nouvel environnement. On aurait pu croire que certains thèmes n'avaient pas leur place dans un contexte moderne, mais l'auteur les adapte efficacement et sans anachronisme ni défaut de sens. Si comme moi, vous avez vu des centaines de fois le classique d'animation des studios Disney, vous aurez sans nul doute plaisir à revivre la scène du bal ou la fameuse bataille de boules de neige grâce au livre. Je termine donc cette lecture sur une note vraiment positive, dont je suis la première étonnée.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Inessa, le 27 juin 2009

    Inessa
    Personnellement j'ai adoré !!! C'est une très belle histoire qui s'inspire fortement du célèbre conte "La belle et la bête" mais qui se déroule à une époque contemporaine, dans une grande ville américaine (New York). Les personnages sont dans l'ensemble très attachants. le personnage principal quant à lui (Kyle/Adrian), bien que détestable au début, devient lui aussi très attachant, voire même émouvant (car certains passages sont assez tristes). L'idée du forum de discussion avant le début de chaque partie est géniale et aussi très originale. C'est un roman très bien écrit et qui se lit assez rapidement. Bref, c'est un beau conte de fées des temps modernes et qui par ailleurs sera très bientôt adapté au cinéma (en 2010).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (36)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LittleJohn, le 24 juin 2010

    - Tu la veux?
    - Voilà qui n'est pas très gentil, s'est-elle hérissée.
    - Quoi?
    J'ai essayé de me rappeler si je l'avais déjà charriée. Non. Elle n'était pas assez moche pour qu'on se moque d'elle. Ce n'était qu'une pauvre fille banale qui ne méritait pas que je lui consacre une seconde de ma vie.
    - Me la donner pour mieux me la reprendre ensuite, ce n'est pas très sympa, a-t-elle expliqué.
    Quelle drôle de gonzesse ! Se mettre dans ces états-là à cause d'une rose idiote.
    - Telle n'était pas mon intention. Ma copine n'en veut pas, sous prétexte qu'elle n'est pas de la bonne couleur. Autant que quelqu'un en profite avant qu'elle crève.
    Je la lui ai tendue.
    - Vue comme ça...
    S'en emparant, elle a souri, et je me suis efforcé de rester stoïque devant ses dents tordues. Bon sang ! Pourquoi ne se faisait-elle pas poser un appareil?
    - Elle est superbe, merci.
    - De rien.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par LittleJohn, le 24 juin 2010

    J'ai sauté sur le type au moment où il essayait de se carapater. Mes jambes de bête étaient cependant plus rapides et plus fortes que les siennes. Mes griffes ont plongé dans la chair molle de sa cuisse. Il a poussé un cri.
    - Lâchez-moi ! J'ai un flingue ! Je vais tirer !
    - Vas-y !
    J'ignorais si j'étais vulnérable aux balles, mais la colère qui faisait battre mon sang dans mes veines me rendait insoucieux, invincible. J'avais perdu tout ce qu'il était possible de perdre. Si je perdais mes roses aussi, autant mourir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Jacobinette, le 24 juin 2010

    Je sais à quelle heure (9h42) le taxi s'est garé dans l'allée pour emmener Lindy, j'ai senti à quelle heure (10h27) elle était arrivée à la gare routière, j'ai su à quelle heure (11h05) elle était partie pour New York. Je n'ai pas vérifié ces éléments dans le miroir, c'était inutile. Notre histoire n'a pas eu de dénouement heureux. Juste une fin.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par liberty-girl, le 04 février 2012

    - Pour contrer ta perfection. Dont je suis si loin. Les garçons très beaux ne sortent pas avec les filles banales. Adrian m'aimait peut-être, mais Kyle Kingsbury acceptera-t-il de me garder alors qu'il pourrait trouver mieux?
    La prenant dans mes bras, je l'ai serrée très fort.
    - Mieux? Lindy, tu m'as aimé alors que je n'étais même pas humain. Tu m'as embrassé alors que je n'avais pas de lèvres. Tu as eu accès à ce qu'il y avait de plus profond en moi. Fais-moi confiance, je ne trouverai jamais une fille mieux que toi. A mes yeux, tu es la perfection incarnée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par fantineolivier, le 11 décembre 2010

    "Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j'étais le type parfait : grand, beau, riche et ... atrocement méchant. Je n'aimais que moi et c'est pour cela qu'un sort m'a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d'une jeune fille, sinon ...

    Ceci n'est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd'hui, en plein coeur de New York. J'espère que quelqu'un va venir à mon secours."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,00 € (neuf)
2,59 € (occasion)

   

Faire découvrir Sortilège par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (4) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (760)

> voir plus

Quiz

    Rien n'est plus beau qu'un mot d'amour

    A quel roman cette citation appartient-elle ? « Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. »

    •   'Dom Juan' de Molière
    •   'Le Jeu de l'amour et du hasard' de Marivaux
    •   'On ne badine pas avec l’amour' de Musset
    •   'La double inconstance' de Marivaux

    11 questions - 71 lecteurs ont répondu
    Thème : amour , amours compliqués

    Créer un quiz sur ce livre.