Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique



ISBN : 2130530699
Éditeur : Presses Universitaires de France (2002)


Note moyenne : 4.18/5 (sur 11 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Les Études sur l'hystérie de Breuer et Freud, partes en 1895, sont d'un grand intérêt historique pour l'histoire de la psychanalyse. C'est ce travail qui ouvrit la voie à la psychanalyse proprement dite, dont la méthode cathartiq... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ellane92, le 15 novembre 2013

    Ellane92
    Œuvre précurseur, les Etudes sur l'hystérie est un livre important dans l'histoire et l'origine de la Psychanalyse (la première édition du livre date de 1895, La naissance de la psychanalyse est fréquemment située en 1900). A ce moment-là, Freud était encore neurologue, et travaillait avec la méthode de traitement de l'hystérie élaborée par le Dr Joseph Breuer : la méthode cathartique.
    Ce livre présente une théorie de l'hystérie basée sur l'analyse d'études de cas.
    Seule partie co-écrite par les deux médecins, la première partie, intitulée "Le mécanisme psychique des phénomènes hystériques – communication préliminaire", bien que courte, est à mon sens la partie la plus intéressante de l'ouvrage. Dans cette communication, Freud et Breuer situent l'origine des symptômes (hallucinations, épilepsie, etc…) de l'hystérie comme des événements traumatiques oubliés dont l'affect n'aurait pas été déchargé (c'est-à-dire abréagi). Ils avancent le concept de dissociation entre l'élément traumatisant et l'affect qui lui est rattaché. le symptôme devient donc un élément qui dispose d'un rapport direct ou symbolique avec l'événement traumatisant et surtout, qui donne accès, au cours de la cure cathartique (soit lorsque le patient est sous hypnose légère ou au moyen d'associations), à ce traumatisme. L'objectif de la cure cathartique est donc de revenir à la source, au souvenir, pour permettre la verbalisation de l'affect qui n'a pu être vécu (parce que la situation ne le permettait pas ou par refoulement plus ou moins conscient), et permettre ainsi sa décharge émotionnelle.
    La seconde partie présente 5 études de cas. Pour chaque cas, les auteurs présentent l'environnement familial de la malade, la chronologie de la maladie, l'historique des symptômes (l'étiologie de la maladie). Ensuite, ils décrivent au jour le jour de l'évolution de la malade et de la maladie au cours du traitement, qui consiste généralement à traiter les symptômes hystériques en plongeant le patient sous hypnose légère de façon à permettre la verbalisation de l'événement à l'origine du symptôme et de l'affect associé, puis, toujours sous hypnose, à effacer ou amoindrir le souvenir de cet événement. Freud et Breuer s'appuient sur les travaux de Charcot pour ce qui concerne l'hystérie, de Bernheim pour l'hypnose, et de Janet pour l'interprétation des cas.
    Le premier cas, celui d'Anna O., est le plus connu, et c'est le seul cas présenté par Breuer. Cette présentation met en évidence comment la verbalisation des fantasmes permet une accalmie des symptômes hystériques. le second cas, Mme Emmy von M., est le premier essai de cure cathartique par Freud. Ce cas lui permet de montrer comment des éléments éloignés dans le temps peuvent être associés par l'inconscient (et pose donc les prémices du système de la psyché défini dans sa première topique) et de poser la notion de « conversion » (conversion en symptômes physiques ou psychique de la maladie psychique). le 3ème cas, Miss Lucy R, montre que l'hystérie, en tant qu'incompatibilité entre le moi et la représentation qui le confronte, n'est pas une maladie uniquement héréditaire, mais peut également être acquise. Avec le 4ème cas, celui de Katrina, Freud aborde la notion de "temps d'élaboration psychique" (c'est-à-dire le délai entre l'événement traumatisant et l'apparition des symptôme). Enfin, avec le dernier cas, celui de Miss Elisabeth v. R, Freud décrit comment des symptômes peuvent fusionner (provoquant, a priori, une hystérie mono-symptomatique) et évoque la notion de résistance volontaire du patient contre une représentation insupportable et refoulée.
    La troisième partie du livre s'intitule « Considérations théoriques » et a été rédigée par Breuer. C'est à mon sens la partie la plus complexe de l'ouvrage, et qui nécessite, pour être suivie, d'avoir des connaissances en psychologie clinique et pathologique. Dans cette partie, Breuer propose une sorte de modélisation de l'hystérie (comment, et pourquoi l'hystérie), et analyse les contextes favorables à l'émergence de la maladie. Il s'appuie sur les cas présentés dans la partie précédente pour élaborer son argumentation.
    Enfin, la dernière partie, écrite par Freud, « Psychothérapie de l'hystérie », se présente comme une sorte de guide à l'usage des médecins qui souhaiteraient traiter leurs patients hystériques avec la méthode cathartique. Freud y pose les bases du diagnostic différentiel. Il décrit également une alternative au traitement par hypnose des patients : les patients allongés sont invités à réaliser des associations libres liés à leurs symptômes et aux images/souvenirs liés ; un contact physique (la main du praticien sur le front du patient) permettrait d'aider à vaincre les résistances.

    J'ai toujours un peu de mal quand on met en exergue le côté un peu « prodigieux » de la « guérison » psychanalytique. On a parfois l'impression, en lisant ce livre, que pif paf, une passe hypnotique et deux suggestions plus tard, la malade se porte bien. Bien entendu, les auteurs promeuvent la cure cathartique dans le traitement de l'hystérie, et à aucun moment ils ne nous parlent de « miracles », mais plus d'un siècle après l'écriture de l'essai, la Psychanalyse ayant connu sa période de gloire et étant implantée dans notre culture, je ne peux m'empêcher de tiquer à la lecture de certains passages. Ceci dit, quand on lit la description des symptômes d'Anna O. par exemple (hallucinations multiples, incapacité à parler sa langue maternelle, incapacité à boire et à manger, etc), force est de constater de le traitement des symptômes , s'il n'a pas apporté une « guérison » définitive comme nous l'a appris l'histoire, ne pouvait qu'apporter une amélioration de la vie de cette femme, et lui a permis en tout cas de s'investir dans une activité sociale.
    Je suis d'autre part admirative de la capacité de théorisation et de conceptualisation d'une maladie et d'un système psychique. Quelles que soient les avancées, les rectifications, les « nouvelles » théories qui se sont développées par la suite, il me semble que la thèse défendue par Joseph Breuer reste en partie d'actualité.
    Enfin, concernant l'histoire de la Psychanalyse, la dernière partie de l'ouvrage me semble vraiment incontournable. On y voit déjà les prémices de ce qui fait la Psychanalyse encore aujourd'hui : l'origine sexuelle de la névrose, les « chaines d'associations », les difficultés liés aux résistances des patients, le rôle moteur du transfert, etc...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par steka, le 16 avril 2013

    Ma surprise fut très grande la première fois que je vis disparaître un trouble déjà ancien. Nous traversions cet été-là une période caniculaire et la patiente souffrait beaucoup de la chaleur; tout à coup, sans qu'elle put donner d'explication, il lui fut impossible de boire. Elle prit dans la main le verre d'eau dont elle avait envie, mais, dès qu'il toucha ses lèvres, elle le repoussa, à la manière d'une hydrophobique. Elle se trouvait évidemment, pendant ces quelques secondes, dans un état d’absence. Pour calmer sa soif ardente, elle ne prenait que des fruits, des melons, etc. Au bout de six semaines environ, elle se mit un beau jour à me parler, pendant l'hypnose, de sa dame de compagnie anglaise qu'elle n'aimait pas et raconta avec tous les signes du dégoût qu'étant entrée dans la chambre de cette personne, elle la vit faisant boire son petit chien, une sale bête, dans un verre. Par politesse, Anna n'avait rien dit. Après m'avoir énergiquement exprimé sa colère rentrée, elle demanda à boire, avala sans peine une grande quantité d'eau et sortit de son état hypnotique, le verre aux lèvres; après quoi le symptôme ne se manifesta jamais plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par steka, le 16 avril 2013

    A notre très grande surprise, nous découvrîmes, en effet, que chacun des symptômes hystériques disparaissait immédiatement et sans retour quand on réussissait à mettre en pleine lumière le souvenir de l'incident déclenchant, à éveiller l'affect lié à ce dernier et quand, ensuite, le malade décrivait ce qui lui était arrivé de façon fort détaillée et en donnant à son émotion une expression verbale.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (58)

Videos de Sigmund Freud

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Sigmund Freud

Élisabeth Roudinesco - Sigmund Freud en son temps et dans le notre .
Élisabeth Roudinesco vous présente son ouvrage "Sigmund Freud en son temps et dans le notre". Parution le 28 août 2014 aux éditions du Seuil. http://www.mollat.com/livres/roudinesco-elisabeth-sigmund-freud-son-temps-dans-notre-9782021183795.html Notes de Musique : Psi Corps/Shadow Creatures/04 Skaggaunak Abyss. Free Music Archive.











Sur Amazon
à partir de :
19,47 € (neuf)
14,35 € (occasion)

   

Faire découvrir Etudes sur l'hystérie par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (32)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz