Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Véronique David-Marescot (Traducteur)

ISBN : 229000474X
Éditeur : J'ai Lu (2008)


Note moyenne : 4.28/5 (sur 252 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L'affrontement était inévitable entre l'équipage du Parangon et le flamboyant Kennit. Mais quels liens, quels terribles secrets unissent la vivenef des Ludchance au roi des pirates ? Grâce à la Vivacia, devenue hostile à Althéa, et aux serpents qui la servent, Kennit va... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (14)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ptitelfe, le 14 janvier 2014

    Ptitelfe
    Que de révélations dans ce tome encore une fois! Ici, on passe plus de temps sur les navires! Parangon et Vivacia sont sur le point de s'affronter, Althea n'a jamais été aussi proche de retrouver son navire, mais elle ne sait pas encore quels changements il a subi! Parangon, découvre la vérité sur sa famille de coeur, les Ludchance, et toute la mémoire lui revient. On découvre son véritable propriétaire, Ce ne sont que des navires, mais dotés d'une telle âme qu'on s'attache vraiment à eux, que ce soit les deux principaux, mais aussi Ophélie, on la voit moins ces temps ci mais je garde une pensée pour elle!
    La confrontation entre Parangon et Vivacia m'a fait beaucoup de peine, des sacrifices sont faits mais je garde espoir! Et surtout, Ambre et Brashen sont prisonniers de ce sacrifice et l'auteur ne peut pas les supprimer, j'espère de tout coeur qu'une solution sera trouvée pour les sauver!!
    On en apprend également plus sur "celle qui se souvient" et qui tente de rallier les serpents de mer à sa cause.
    Sur terre et dans les airs, Tintaglia va s'allier aux marchands de Terrilville grace à la bienveillance et servitude du dernier des Vestrit, et Reyn part à la recherche de Malta, toujours prisonnière du navire Chalcédien avec le gourverneur Gosco. Tintaglia, quant à elle, souhaite reprendre le pouvoir et reconstruire la cité des anciens, comme à l'époque où dragons et humains cohabitaient! Voilà de quoi nous donner envie de se jeter sur cette saga!
    Je n'ai une fois de plus pas vu les pages se tourner! Il y a une dizaine de chapitres, tous entrecoupés par les différentes scènes de vie des personnages. Pas de temps mort, on veut en savoir plus! On approche de la fin, mon coeur est déjà serré de devoir quitter ces personnages tant aimés et qui m'ont fait vivre une véritable aventure!
    Ma loyauté va envers Althea pour qui j'ai un énorme coup de coeur depuis le début, ainsi qu'à Parangon.
    La véritable identité de Kennit se révèle également et on réalise qu'il manipule bien son petit monde, enfin on le sait déjà mais là, il ne s'en cache presque plus!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Koneko-Chan, le 03 août 2013

    Koneko-Chan
    Une fois de plus tout s'enchaîne ! Ce tome-ci est beaucoup moins pacifiste (si on peut dire ça comme ça) que les autres ! En effet, on assiste d'une part à l'affrontement entre les deux vivenefs, Vivacia - rebaptisée Foudre - et Parangon, avec des enjeux importants des côtés ; et d'autre part, on assiste au soulèvement de Terrivilville contre Chalcède qui semble bien décidé à récupérer la terre des Marchands. C'est sans compter l'aide de la Dragonne Tintaglia. C'est assez amusant et déconcertant de voir que celle-ci ne sert que ses propres intérêts. Elle va aider - contre sa volonté - les humains, qu'elle considère comme équivalent à des pigeons, en échange de leurs services.
    C'est fou le talent qu'à Robin Hobb pour m'étonner à chaque fois à propos de ses personnages ! J'avais déjà était surprise par le changement radical chez Malta, et là maintenant, c'est son petit frère qui m'impressionne ! Il a quoi, 9 ans ? (il avait 7 ans au début de la série si je me souviens bien) le voilà maintenant à s'exprimer comme les Anciens et à développer les caractéristiques des Marchands du Désert des Pluies. Il s'était déjà bien affirmer dans les 2 tomes précédents, mais là, il m'impressionne ! Sa voix est bien plus sage que celle de certains Marchands de Terrilville. J'aime bien le lien qui se développe entre lui et Tintaglia. Nul doute qu'il deviendra un ménestrel hors pair !
    J'ai beaucoup apprécié ce tome-ci, surtout par le plein d'actions dont nous régale son auteur : on sent bien que la fin est proche. Althéa retrouve enfin Vivacia, après tout ce qu'elle a pu effectuer. Sauf que Foudre - le dragon qui sommeille en elle - n'a pas vraiment envie qu'elle foule sa structure, tout comme Kennit qui redoute les répercussions que ça pourrait avoir. Et puis, il veut la garder, sa Vivacia ! Avec les serpents de mer à ses ordres, il se sent plus fort que jamais. Je n'apprécie pas beaucoup ce personnage... J'aime son lien avec Hiémain, mais il a vite fait de me faire revoir mon jugement lorsqu'on a accès à ses pensées : tout est calculé chez lui, c'est fou ! Dans un sens, je le respecte pour ça. On en apprend plus sur son lien avec Parangon, ce qui nous amène à un peu mieux le comprendre. Mais quel égoïste quand même. Je lui préfère de loin Parangon, un des personnages les plus emblématiques de la série selon moi. On sait enfin d'où lui vient sa folie et son semblant de schizophrénie - pour le coup, le mot est bien trouvé !
    Quant à Malta, elle est toujours embarqué avec cet idiot de Gouverneur. "Mais faîtes le taire !" ai-je envie de m'exprimer à chaque fois. Elle se sort avec brio de situations angoissantes, et on constate qu'elle est bien mieux traité par les pirates que par les chalcédiens. Ce qui montre bien que le Gouvernorat doit être repensé. Et Malta en a dans la tête et est bien décidée à exploiter son héritage de Marchande. Reyn est à sa recherche et a conclu un pacte avec Tintaglia. La force de son amour me frappe toujours autant, et j'ai hâte de les voir enfin réunis.
    On n'a qu'une hâte en refermant ce tome : lire le prochain !

    Lien : http://miyu-neko.blogspot.fr/2013/08/les-aventuriers-de-la-mer-8-omb..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ellioth, le 07 août 2012

    Ellioth
    Dernière ligne droite pour ce tome 8, à fond à fond !!! du rythme, des retournements de situation et des moments intenses...Le livre se lit d'une traite et correspond au meilleur de Robin Hobb, un véritable plaisir...mais j'ai peur du final....je sens que je vais encore me sentir perdu à la fin du prochain....car j'avoue que c'est le génie de Hobb...de nous laisser dépouillé à la fin d'une série...mais bon c'est pas grave j'ai trop envi de savoir la fin....en route mousaillon pour ce dernier tome....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

  • Par Colombedelesperance, le 06 juillet 2014

    Colombedelesperance
    Bon, bon, bon !
    J'suis motivée à la faire, cette chronique, ça fait trop longtemps qu'elle attend d'être tapée ! Mémoire, mémoire, viens à moi, histoire que j'aie quelque chose à raconter ici !
    *mobilise sa mémoire à fond et… aïe !*
    Non, sans blague, ça me revient.
    Ce tome 8 m'a laissée sur les choux. C'est la première fois que je m'implique autant dans la saga ! Peut-être devinerez-vous pourquoi, ce n'est pas très difficile, après tout, j'en parle depuis quelques tomes déjà ! Et puis il faut dire qu'ici, c'était enfin la rencontre entre le Parangon et la Vivacia, avec les serpents qui s'en mêlent, Malta qui est avec le Gouverneur, perdue au milieu de Chalcédiens et de pirates… sans compter qu'à Terrilville, les changements s'annoncent et Tintaglia n'y est pas étrangère…
    C'est fouillis, c'est brouillon, je sais. Sauf que ce n'est pas un souci de mémoire, c'est plutôt que j'ai été tellement embarquée dans ma lecture que je ne peux pas vous spoiler ce qui s'y trouve. C'était trop bien ! Bon, ok, c'est loin d'être un coup de cœur, mais on sent tellement qu'on s'approche du dénouement que c'en est… arhin ! Il devient difficile de lâcher le livre !
    Je n'ai d'ailleurs, comme pour les autres, pas mis tellement de temps pour le lire. Je me suis même forcée à ralentir, pourquoi ? J'appréhendais la fin. Tout avait si bien commencé, et quand le nœud épineux est arrivé, que j'ai vu comment ça se déroulait, j'ai juste dit « noooooon, j'veux pas que ça se déroule comme ça ! ». Robin Hobb m'a sérieusement flanqué les jetons, me menant par le bout du nez, au point qu'en finissant ce huitième opus, je craigne de lire le neuvième et dernier tome tout en souhaitant le faire au plus vite ! Après tant de livres, on aurait pu croire que tout s'essoufflerait, et ça aurait pu être le cas, mais notre chère auteure réussit le tour de maître à tout relancer, du moins, à mon avis. Tout devient plus intense, on est à brûle-pourpoint et c'est fantastique.
    Bien sûr, ça vous use les nerfs. Mais n'est-ce pas aussi pour cela que nous lisons ? Pour être embarqués ? J'ai été totalement servie.
    J'ai d'autant plus apprécié Brashen et Althéa dans leur duo, oui, ils restent mes chouchoux, et j'avoue que Kennit commence à me sortir par les oreilles, même si je ne le déteste pas. Malta… j'suis toujours pas fan, même s'il m'est impossible de ne pas admettre qu'elle a elle aussi évolué à un point difficilement concevable. Tous les personnages connaissent une évolution et là, aussi, j'ai été bluffée de découvrir les liens entre certains ! J'aurais dû le deviner, mais han ! Là aussi, j'ai été clairement menée en bateau ! (ahahahaha. Quel jeu de mots !)
    J'en ai découvert un peu plus sur les serpents et les dragons et c'en est intéressant. Je comprends enfin ce qui m'échappait dès le début et c'est pas trop tôt ! C'est vraiment un univers fascinant, je vous le dis !
    Ensuite, que dire ? Robin Hobb sait réellement encore une fois aller au bout des choses, elle sait bien expliquer la palette des sentiments de chacun avec justesse, nous déployant le genre humain dans ses meilleurs comme ses pires jours. Mais ça, je vous l'ai déjà fait remarquer dans les chroniques précédentes.
    Bref, un huitième tome qui m'a beaucoup plu parce qu'on arrive enfin à de l'action, et à… de la romance, aussi, une que j'attendais farouchement, et je suis heureuse d'avoir pu la lire, mais j'appréhende sincèrement la suite vu les dernières pages de ce tome. Kennit est vraiment… tordu, et c'est un euphémisme !
    Encore un opus réussi et bourré de qualités, peut-être que ma chronique est moins longue que les autres, mais rassurez-vous, le contenu vaut toujours largement la peine ! Surtout pour la fleur bleue que je suis, hihi !
    Ce sera donc un 17/20 pour moi !

    Lien : http://leden-des-reves.blogspot.fr/2014/05/les-aventuriers-de-la-mer..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par meygisan, le 03 août 2012

    meygisan
    des révélations, encore des révélations et un récit qui sent la fin...quel plaisir de s'accrocher à ce que nous dévoile l'auteur concernant les serpents, les dragons, les vivenefs....cela donne envie de se plonger immédiatement dans "la cité des anciens"....c'est également un véritable plaisir que de suivre la manière dont Malta s'en sort auprès du Gouverneur, comment son intelligence et son éducation vont lui permettre de rester en vie et de retourner les situations à son avantage...le personnage de Tintalia est mis en valeur et se révèle de mieux en meiux...tout est bon dans ce volume et l'on parvient même à comprendre la manière d'écrire de Hobb à tel point que l'on a envie de suivre ses romans comme elle les a écrit....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Ptitelfe, le 12 janvier 2014

    Elle se retourna pour observer Althéa avec des yeux dont la

    couleur rappelait un alcool ambré à la lueur du feu. « Tu ne sens

    pas ? demanda-t-elle dans un murmure. Regarde autour de toi.

    Nous sommes à la charnière. Nous sommes une pièce de

    monnaie en train de tourner en l’air, une carte que l’on bat, un

    jeton de rune qui flotte dans une eau qu’on remue. Les

    possibilités pullulent comme des abeilles. En ce jour, dans un

    instant, dans un souffle, l’avenir du monde va changer de cours.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par gouelan, le 17 avril 2014

    " Tu ne sens pas? demanda-t-elle dans un murmure. Regarde autour de toi. Nous sommes à la charnière. Nous sommes une pièce de monnaie en train de tourner en l’air, une carte que l'on bat, un jeton de rune qui flotte dans une eau qu'on remue. Les possibilités pullulent comme des abeilles. En ce jour, dans un instant, dans un souffle, l'avenir du monde va changer de cours. D'une façon ou d'une autre, la pièce va s'immobiliser en tintant ; la carte va s'aplatir sur la table, le jeton va remonter à la surface. La face qui apparaitra sur le haut va régler nos jours et nos enfants à venir diront : " C'est ainsi qu'il en a toujours été."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par juliem, le 25 mars 2012

    En arpentant le pont, Althéa ressassait ses soucis. Elle s'obstinait à se convaincre que Brashen n'en faisait pas partie. Sa plus grande erreur avait été de laisser un homme la détourner de ses véritables buts. Maintenant qu'elle savait ce qu'il pensait vraiment d'elle, elle pouvait l'écarter et consacrer toute son énergie à reprendre sa vie en main. Dès qu'elle cessait de songer à lui, tout devenait clair.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par gouelan, le 17 avril 2014

    " Non, Etta. Je ne crois ni l'un ni l'autre. Je dis simplement que vous ne devriez pas cantonner vos rêves dans un enfant ou dans un homme. Celui qui vous aime, celui que vous aimez a moins d'importance que ce que vous êtes. Trop de gens, hommes et femmes, aiment la personne qu'ils voudraient être, comme si en aimant cette personne, ou en en étant aimés, ils acquéraient de l'importance."

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par gouelan, le 17 avril 2014

    " Est-ce parce que vos vies sont si brèves? Vous vous racontez de folles histoires sur ce qui pourrait arriver demain et vous éprouvez toutes les émotions en songeant à des évènements qui n'arriveront jamais. Peut-être est-ce pour suppléer au passé dont vous ne pouvez vous souvenir que vous inventez un avenir qui n’existera pas.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (21)

Videos de Robin Hobb

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb


La chronique fantasy de Miléna : Robin Hobb
La chronique fantasy de Miléna Zahalka dans l'émission La Vie des Livres (Radio Plus). le 12 novembre 2014. Miléna aborde l'œuvre de Robin Hobb. La page Facebook de l'émission La Vie...








Sur Amazon
à partir de :
7,22 € (neuf)
3,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Aventuriers de la mer, Tome 8 : Ombres et flammes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (543)

> voir plus

Quiz