Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2277300322
Éditeur : J'ai Lu (1999)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 115 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les Contes de ma mère l'Oye est un recueil de huit contes de fées de Charles Perrault paru en 1697, sous le titre Histoires ou contes du temps passé, avec des moralités, avec cet autre titre au dos : Contes de ma mère l'Oye. L'œuvre est devenue un classique de la littér... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nastasia-B, le 02 juin 2013

    Nastasia-B
    Il peut paraître surprenant, en ce début de XXIème siècle, de se dire que Charles Perrault fut à l'origine de la querelle des Anciens et des Modernes, sachant au demeurant qu'il était un farouche tenant de la modernité, et prétendait que l'actualité de son siècle pouvait surclasser les trésors des Anciens, notamment, ceux de l'Antiquité.
    Lui dont les écrits font aujourd'hui figure d'antiquités et qui est défendu de nos jours principalement par les tenants des " Anciens ".
    Cela me rappelle une vieille chanson de Bob Dylan, qui était moderne en son temps, et qui disait, en substance " the firt one now, will later be last for the times they are a-changin'. "
    Il en est de même pour le très ancien Euripide, qui fut à son époque un grand innovateur et considéré comme traitre aux anciens.
    Bref, ce petit recueil ne renferme que huit contes et un très faible nombre de pages. Une bagatelle, me direz-vous. Certes.
    Mais ces huit contes ont pris depuis le seconde moitié du XIXème siècle une telle importance dans l’imprégnation de la culture littéraire enfantine qu'il est difficile de rencontrer un seul enfant qui n'ait jamais entendu parler, de près ou de loin, de tout ou de partie de La Belle au bois dormant, du Petit Chaperon rouge, de Barbe bleue, du Chat botté, des Fées, de Cendrillon, de Riquet à la houppe ou du Petit Poucet.
    C'est donc devenu un patrimoine commun de la culture occidentale et désormais mondiale en raison des productions de films d'animation largement diffusés qui s'en inspirent.
    Les Contes De Ma Mère l'Oye sont souvent assimilés ou désignés comme l'archétype du conte " de fées ", au sens que ce mot avait à l'époque, c'est-à-dire, faisant appel à la magie, au surnaturel. Par exemple la clef de Barbe-bleue ou les bottes de l'Ogre dans le Petit Poucet peuvent être désignées comme étant " fées ".
    On rencontre quelques constantes dans ces huit contes :
    - un héros apparemment désavantagé mais qui saura tirer son épingle du jeu grâce à certaines qualités jugées essentielles (ruse, droiture, beauté, gentillesse, générosité) ou grâce à l'entremise d'un tiers doué de certains pouvoirs.
    - un personnage masculin (plus rarement féminin) terrifiant ou brutal ou inflexible (lequel personnage aura plutôt tendance à être plus fréquemment une femme dans les contes des frères Grimm) qui souhaite s'en prendre à l'infortuné héros.
    - un personnage ou un objet doué de pouvoirs surnaturels qui peuvent être bénéfiques ou maléfiques.
    - un rôle de la famille parfois très trouble voire malfaisant et dont le héros a souvent bénéfice à s'extraire pour faire sa voie par lui-même dans le vaste monde.
    - un destin qui n'est jamais totalement définitif, malgré les apparences, et qui peut toujours être infléchi.
    En somme, cet ensemble de contes doit servir à l'édification des jeunes âmes qui les lisent et les inviter à s'émanciper. Ces contes les avertissent que le monde qui les attend sera semé d'embûches et d'adversaires parfois tenaces, qu'il ne leur faudra pas forcément compter beaucoup sur le secours de leur famille mais plutôt sur leurs qualités propres et, plus que tout, s'attendre à ce que la chance, à un moment se présente, et donc à ne pas rater l'occasion de s'en saisir à cet instant-là. Il faut seulement qu'ils abordent l'avenir avec confiance et qu'ils croient en eux-même.
    À cet égard, il est à noter cinq contes semblent plus particulièrement s'adresser aux jeunes filles (La Belle Au Bois Dormant, Le Petit Chaperon Rouge, La Barbe-bleue, Cendrillon et Les Fées) et les trois autres plus spécifiquement aux garçons (Le Chat botté, Riquet à la houppe et Le petit Poucet).
    Bref, un pan entier de notre patrimoine culturel — irremplaçable — soutenu par des tirades intemporelles du genre " C'est pour mieux voir, mon enfant. ", " Anna, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? ", " Tire la chevillette et la bobinette cherra. ", sans compter que nombre d'entre eux ont été ré-assaisonés par les frères Grimm pour en faire d'autres contes eux-aussi hyper connus comme Hansel et Gretel ou Blanche-Neige, par exemple. Donc, un incontournable, mais ce n'est que mon misérable avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 57         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par araucaria, le 16 mars 2014

    araucaria
    De grands classiques qui se lisent toujours, tout au moins pour la première partie, avec plaisir et facilité. Un peu plus difficile pour les Contes en vers de la seconde moitié.

    Lien : http://araucaria20six.fr/

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par AmandineMM, le 12 août 2011

    AmandineMM
    Ma mère l'Oye, raconte-moi La Belle au bois dormant au 17e siècle, le petit chaperon rouge et le terrifiant Barbe Bleue... Conte-moi encore une fois... [Relecture et second retour en "enfance"]

    Histoires ou Contes du temps passés: ces Contes en prose étaient un peu trop rapides à mon goût, mais agréables à lire. Les évènements se succèdent, sans réelles descriptions ou développements, et, à force d'être entendus, vus, lus et redits, sont devenus des clichés un peu trop connus. Néanmoins, l'enfant qu'on garde au fond de soi ne se lasse jamais tout à fait de relire ces Contes, ces petites aventures, ici augmentées d'épisodes que je ne connaissais pas toujours (comme pour La Belle au bois dormant après son réveil). Ce qui m'a particulièrement plu lors de cette relecture, c'est la découverte de l'ironie de Perrault: il est tout à fait conscient des clichés qu'il utilise dans ses Contes et les dénonce en quelque sorte dans ses "autre moralité".

    Contes en vers: moins connus que ses Contes en prose, ils valent pourtant la peine d'être lus aussi. Je les ai trouvés plus développés que les premiers, davantage destinés aux adultes sans doute. La morale y est toujours présente, mais dans des dédicaces cette fois. Seul le conte de Griselidis m'a vraiment déplu (l'attitude du prince est irrespectueuse et machiste, et celle de la princesse révoltante par sa résignation et son amour à toute épreuve. Perrault désigne lui-même ces attitudes comme dépassées et les soumet à son ironie dans sa dédicace), bien qu'il s'agisse là d'une question de goût à laquelle Perrault répond:
    "Est-ce une raison décisive
    D'ôter un bon mets d'un repas,
    Parce qu'il s'y trouve un Convive
    Qui par malheur ne l'aime pas?
    Il faut que tout le monde vive,
    Et que les mets, pour plaire à tous,
    Soient différents comme les goûts."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par morrigan, le 29 décembre 2012

    morrigan
    Savez-vous que quand La belle au bois dormant l'histoire continue, et que sa belle-mère est une ogresse ? Que Riquet à la houppe, bien que très laid, et très intelligent, qu'il ne sert à rien de faire des souhait ridicules ou encore de jeter du pain pour retrouver son chemin dans la forêt ? Non ? Alors laissez Charles Perrault vous narrer ses Contes de fées.
    En vers ou en prose, Les contes de perrault fonctionnent toujours aussi bien ! Agréable à lire, on a dans cette édition (Librio) un choix de texte comportant les morales que l'auteur avait accolé à ses nouvelles.
    Toujours un plaisir.

    Lien : https://sites.google.com/site/vitedeslivres/home/litterature-jeuness..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par olivberne, le 14 janvier 2012

    olivberne
    On les a lus ou on nous les a lus, on en connaît tous l'histoire mais cela fait du bien de les lire, de les redécouvrir. A noter que Perrault les a écrit, mais ne les a pas inventés: il s'est contenté de les récolter, de les mettre sur papier. Malgré tout cela, il sont aussi bien écrit pour un enfant que pour un chercheur en littérature.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par araucaria, le 16 mars 2014

    Il était une fois une Reine qui accoucha d'un fils, si laid et si mal fait, qu'on douta longtemps s'il avait forme humaine. Une fée qui se trouva à sa naissance assura qu'il ne laisserait pas d'être aimable, parce qu'il aurait beaucoup d'esprit; elle ajouta même qu'il pourrait, en vertu du don qu'elle venait de lui faire, donner autant d'esprit qu'il en aurait à la personne qu'il aimerait le mieux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Nastasia-B, le 02 juin 2013

    Est-ce vous, mon Prince ? lui dit-elle, vous vous êtes bien fait attendre.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Dexterette, le 07 juin 2012

    La curiosité malgré tous ses attraits,
    Coûte souvent bien des regrets ;
    On en voit tous les jours mille exemples paraître.
    C'est, n'en déplaise au sexe, un plaisir bien léger ;
    Dès qu'on le prend il cesse d'être,
    Et toujours il coûte trop cher.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (11)

Videos de Charles Perrault

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Charles Perrault


Le petit Cépou par Pépito Matéo
Une savoureuse transposition, urbaine et poétique, du grand classique de Charles Perrault Le Petit Poucet, par le conteur Pépito Matéo. Ce conte fait l'objet...











Sur Amazon
à partir de :

0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Contes de ma mère l'Oye par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (604)

> voir plus

Quiz

    Les Contes de Perrault : Morales

    La curiosité malgré tous ses attraits, Coûte souvent bien des regrets ; On en voit tous les jours mille exemples paraître. C'est, n'en déplaise au sexe, un plaisir bien léger ; Dès qu'on le prend il cesse d'être, Et toujours il coûte trop cher.

    •   Le Petit Poucet
    •   Riquet à la houppe
    •   Cendrillon
    •   Les Fées
    •   Les Souhaits Ridicules
    •   Peau d'Ane
    •   La Barbe bleue
    •   Le Petit Chaperon rouge
    •   La Belle au bois dormant
    •   Le Chat botté

    16 questions - 41 lecteurs ont répondu
    Thème : Contes de Charles Perrault

    Créer un quiz sur ce livre.