Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2707149551
Éditeur : La Découverte (2007)


Note moyenne : 3.27/5 (sur 37 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Depuis qu'elle existe, l'humanité a su cultiver l'art de raconter des histoires. Un art qui a été récemment investi, aux Etats-Unis puis en Europe, par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l'appellation anodine de "storytelling". Derrière ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par de, le 21 novembre 2011

    de
    Christian Salmon, avec brio, nous montre dans ce livre « le pouvoir qu'ont les histoires de constituer une réalité. »
    Au commencement, la marchandise.
    Et dans les années 80, la marque ou le logo ; aujourd'hui les entreprises produisent « non plus des marques mais des histoires. »
    Les produits s'étaient dissous dans les marques mais ces logos ont eux-mêmes été contestés. Exemple emblématique, les mésaventures d'un logo phare Nike. « Les campagnes du mouvement anti-Nike rendaient visibles les trous noirs de la globalisation : elles éclairaient les liens invisibles entre les marques et les ateliers sous-traitants, entre les agences de marketing et les ateliers clandestins, entre les ballons de foot aux pieds des athlètes du Mondial 98 et les mains des enfants qui les fabriquaient.»
    Aujourd'hui les communications alternent des « stratégies de narration et de contre-narration.» le fétichisme de la marchandise se pare de nouveaux oripeaux, se maquille au merveilleux de l'histoire contée. L'auteur cite un expert en marketing, Asharf Ramzy : « Les gens n'achètent pas des produits, mais les histoires que ces produits représentent. Pas plus qu'ils n'achètent des marques, mais les mythes et les archétypes que ces marques symbolisent. »
    Ces nouvelles méthodes multiplient les messages commerciaux, assurent un pullulement de signes « transforme la consommation en distribution théâtrale. »
    Il ne faut sous-estimer la puissance de création de cette nouvelle narration avec son cortège d'oxymores qui « déstabilisent les réflexes d'incrédulité ou de scepticisme et produisent un effet de surprise de nature à intriguer, séduire, captiver. »
    Hier, au centre de ces orientation, les consommateurs, aujourd'hui : l'audience.
    Christian Salmon enchaine avec l'extension de ces narrations au coeur même de l'activité des entreprises avec le storytelleing management, la mise en récit généralisé de la vie au travail et les tensions engendrées par les exigences contradictoires d'autonomie et d'interdépendance.
    Il ne s'agit pas seulement de cacher la réalité dans un « voile de fictions trompeuses, mais de faire partager un ensemble de croyances à même de susciter l'adhésion et d'orienter les flux d'émotions, bref de créer un mythe collectif contraignant. »
    Avec humour, l'auteur nous conte une fabuleuse histoire de Wall Street « Enron était devenu un véritable mirage financier, producteur d'illusions non seulement pour ses salariés intéressés à la croyance, mais aussi pour les plus grandes banques du monde, les analystes financiers, les experts comptables et les actionnaires de Wall Street. » L'effondrement du mythe serait comique s'il n'avait pas ruiné les salarié-e-s et réduit à néant leurs fictives retraites en fonds de capitalisation.
    Dans cette économie fiction, l'auteur porte un regard attentif sur les call center, centres d'appels téléphoniques délocalisés, qui effacent les frontières. Nul ne sait plus le lieu de l'interlocuteur, proche-lointain.
    Mais la fiction narrative ne s'arrête ni à la diffusion des marchandises, ni à la vie des entreprises, elle envahit et dépolitise la politique. Je laisse les lectrices et les lecteurs suivre l'après 11 novembre, les icônes du conservatisme compassionnel de Bush. L'auteur centre son analyse sur « la mise en scène de la démocratie plutôt que son exercice » et ne laisse de coté ni la guerre, ni les « armes de distractions massives » jeux vidéos ou séries de télévisions.
    Les présentations et les analyses ne sont cependant jamais unilatérales, l'auteur essayant de faire ressortir les éléments contradictoires, les contre-tendances, les espaces d'inversion de ces nouvelles propagandes, des transformations médiatiques, du nouvel ordre narratif, de cette réalité « désormais enveloppée d'un filet narratif qui filtre les perceptions et stimule les émotions utiles. »
    Dans une postface à la réédition, Christian Salmon décrypte le Storytelling, la « redistribution qui ébranle la place respective et le statut de vérité des discours politiques, économiques, scientifiques, religieux, le partage du vrai et du faux, du sacré et du profane, les frontières de la réalité et de la fiction. »
    Une lecture jubilatoire, un livre indispensable pour démasquer « cet incroyable hold-up sur l'imagination. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par jeje_gandhi, le 04 mai 2015

    jeje_gandhi
    S'appuyant sur des expériences et un corpus de travaux apparus aux États-Unis à la fin des années 80, et qui sévissent aujourd'hui dans les domaines du marketing, du management et de la communication politique, Storytelling s'applique à décrire et à dégager les effets d'une nouvelle doctrine de propagande, basée sur un art de raconter des histoires. le problème du livre, c'est qu'il méconnaît assez largement l'histoire qu'il prétend écrire et, déjà, passe sous silence la longue tradition de cet "art de raconter des histoires" dans l'Amérique de l'esclavage puis de la ségrégation, dans la communauté noire notamment.
    En effet, le « storytelling » est apparu dans les années 90 aux Etats-Unis (bien qu'à d'autres moments du livre, il situe leur naissance sous Reagan en 1984). A cette période, « le tournant narratif des sciences sociales coïncide avec l'explosion d'Internet et les avancées des nouvelles techniques d'information et de communication ». Une nouvelle fois, la communication entre les individus mutait. On allait passer du capitalisme de capitaine d'industrie à un libéralisme sans visage devenu nomade et indolore. Beaucoup de firmes commencent à se saisir de la publicité pour raconter l'histoire de leur entreprise au monde, et les études de marché utilisent l'outil « storytelling »pour recueillir les récits des usagers sur la manière dont ils consomment les produits et services d'une entreprise.
    La seconde partie de l'ouvrage de Salmon se tourne vers les domaines politiques et médiatiques où l'art du récit est devenu le mode de manipulation des foules, orchestré par les spin doctors de la politique. Raconter est devenu un moyen de séduire et de convaincre, d'influencer un public, des électeurs, des clients.
    Une note d'espoir cependant apparaît dans l'analyse de Salmon. Paradoxalement, elle vient de la littérature et du cinéma ! Les écrivains et les cinéastes n'ont pas renoncé à l'éthique qui commande leur activité et sont en réalité aux avant postes pour dénoncer ces manipulations. Et Salmon de conclure en en appelant à la mise en forme (artistiques, politiques, culturelles) de « pratiques symboliques visant à enrayer la machine à fabriquer des histoires, défocalisant, en désynchronisant ses récits ».
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Jubibu, le 27 juillet 2013

    Jubibu
    Au lieu de débattre sur des idées, on nous raconte des histoires pour toucher notre émotivité. le storytelling toucherait la politique, le management, le marketing, la communication et même la guerre.
    Conséquence "Une démocratie moins délibérative, des citoyens inondés par le spectacle symbolique de la politique, mais incapables de juger ses leaders et le bien-fondé de leurs politiques" - John Anthony Maltèse.
    La bataille des histoires pour toucher le coeur des gens au lieu d'échanger de manière rationnelle sur ce qu'il faut faire.
    Le livre se lit bien, on en ressort un peu remonté quand même parce qu'on nous prend pour des c**s. le côté positif, c'est que la prochaine fois qu'on nous racontera des salades au lieu de communiquer (pour de vrai), on ira prendre un café et on cherchera une réponse ailleurs que dans la bouche d'un conteur d'histoire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par melina1965, le 06 octobre 2013

    melina1965
    Les grands récits qui jalonnent l'histoire humaine d'Homère à Tolstoï et de Sophocle à Shakespeare racontaient des mythes universels et transmettaient les leçons des générations passées.
    Le storytelling parcourt le chemin en sens inverse : il plaque sur la réalité des récits artificiels qui visent à manipuler les individus.
    Inspirée par les analyses de Roland Barthes ou Paul Ricoeur, cette technique narrative, cette façon très particulière de raconter la réalité sous forme d'histoires a pris son essor au Etats-Unis où elle s'est immiscée dans l'économie, la publicité et la politique.
    Ce livre retrace cette évolution et donne des clés pour en comprendre les effets ainsi que les enjeux économiques et sociaux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Colonel, le 29 octobre 2010

    Colonel
    Sujet bien traité, au delà de la pure polémique, abordant les techniques, leur intérêt mais aussi, car il le faut dans ce monde de positivistes aveugles, les dangers énormes que peut représenter leur emploi inconsidéré dans tous les pans de la vie sociale.
    Un début d'arme pour s'en défier en décortiquant les discours - marketing, managériaux, économiques, politiques, ... - trop aguicheurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par jeje_gandhi, le 02 mai 2015

    La chute du mur de Berlin, l'essor du capitalisme financier rendu possible par les révolutions conservatrices de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher, la globalisation des marchés et l'apparition de nouveaux producteurs au Japon et en Asie du Sud-Est, l'explosion d'Internet et des nouvelles technologies de l'information : tout cela a bouleversé en profondeur les conditions de production et d'optimisation des bénéfices des entreprises. Après un cycle de croissance rapide (les Trentes Glorieuses) reposant sur des formes d'organisation relativement stables (l'entreprise fordiste), le capitalisme entre au début des années 1980 dans une zone de turbulences. Le management se cherche alors un nouveau paradigme susceptible d'orienter les dirigeants dans une période de profonds réajustements qui concernent à la fois les techniques de gestion et d'administration, la gestion du personnel, les pratiques productives, le périmètre des entreprises, mais aussi les discours et les constructions symboliques qu'elles inspirent...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par jeje_gandhi, le 02 mai 2015

    Le roman de Don DeLillo identifiait avec une remarquable lucidité l'idéal-type de l'entreprise postindustrielle, flexible et agile, organisés en réseaux et orientée vers la satisfaction de besoins immatériels, culturels et humains... Grief Management nous permet ainsi d'identifier les trois éléments qui vont structurer la rhétorique du nouveau capitalisme à partir des années 1990 :
    - le premier de ces éléments (son ethos, si l'on veut) va se manifester sous la forme d'une injonction constante au changement ;
    - le deuxième (son pathos) concerne le management des émotions, inscrit dans un processus général de manipulation et de marchandisation qui accompagne la constitution d'un nouveau "sujet" du capitalisme (consommateur, salarié ou manager) en tant qu'ego émotionnel ;
    - le troisième (logos) souligne le rôle du langage et en particulier de l'utilisation des histoires dans la gestion de ce moi émotionnel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par jeje_gandhi, le 01 mai 2015

    De fait, la globalisation des marchés et les délocalisations ont créé chez les individus des tensions insupportables entre l'exigence d'adaptation à un environnement changeant et l'affirmation de leur identité, entre la flexibilité et l'individualisme. Du coup, le néomanagement doit faire face à des exigences contradictoires d'autonomie et d'interdépendance. Il doit favoriser chez des acteurs dispersés des attitudes apparemment incompatibles : l'individualisme et le fonctionnement en réseaux, l'esprit d'initiative et une extrême adaptabilité. Cela suppose moins de hiérarchie, mais plus de contrôle. Une forme de conduite des conduites qui laisse aux agents une part d'autonomie suffisante pour s'ajuster à des situations complexes et imprévisibles dans le cadre d'un scénario qui les contraint.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par jeje_gandhi, le 04 mai 2015

    La multiplication des médias, la croissance du nombre des journalistes accrédités et l'internationalisation de la couverture médiatique ont érodé la relation intime entre le pouvoir et la presse, qui permettait de cogérer les flux d'information à travers quelques canaux d'informations. La télévision ouvre un accès direct au public, le développement des satellites rend possible son extension à tout le territoire et même à l'étranger. Le pouvoir politique étant de plus en plus soumis à l'opinion publique, il va s'adresser directement elle ; la communication tend alors à se réorienter de la simple information de la presse à l'action sur l'opinion, ce que Nixon appelait le going public.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par de, le 08 octobre 2011

    Les gens n’achètent pas des produits, mais les histoires que ces produits représentent. Pas plus qu’ils n’achètent des marques, mais les mythes et les archétypes que ces marques symbolisent.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (8)

Videos de Christian Salmon

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Christian Salmon

La politique est-elle une performance ? - Séminaire RDJ .
La politique est-elle une performance ? - Séminaire RDJ Dimanche 30 juin à 11h Avec : Christian Salmon, essayiste Clément Viktorovitch, professeur de rhétorique à Sciences-Po Pierre Kanuty, élu régional d'Ile-de-France, Président d'Ile-de-France Europe Une séance animée par Alexis Lacroix et Raphaël Haddad Poursuivez la réflexion avec l'ouvrage de Christian Salmon évoqué pendant le débat : " La Cérémonie cannibale, de la performance en politique " Fayard, 2013, 160pages











Sur Amazon
à partir de :
25,00 € (neuf)
7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (83)

> voir plus

Quiz