AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Inge Jens (Éditeur scientifique)Pierre-Emmanuel Dauzat (Éditeur scientifique)
ISBN : 2847344365
Éditeur : Tallandier (2008)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Le 22 février 1943, Hans (né en 1918) et Sophie Scholl (née en 1921) étaient guillotinés avec leur camarade Christoph Probst. Quelques semaines plus tard, trois autres membres de la « Rose blanche » (le professeur Kurt Huber et deux autres étudiants : Willi Graf et Alexander Schmorrel) connaissaient le même sort.
Leur crime ? Avoir peint des « Vive la liberté » dans les rues et distribué des tracts à l’université de Munich pour appeler les Allemands à la rés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
carre
carre06 mai 2012
  • Livres 5.00/5
Avec ces lettres et carnets de Hans et Sophie Scholl, c'est un pan de l'histoire allemande peu connu des terribles années 1930 à 1945 et le courage de la résistance contre un régime en proie à une folie meurtrière.
Hans et Sophie étaient promis à un brillant avenir, mais la montée de l'antisémisme, les discours abjects d'Hitler vont à tout jamais briser leur espoir.
Le frère et la soeur ainsi que leur ami Christoph Probst seront arrêtés puis guillotinés le lendemain de leur arrestation. Leur crime, avoir fondé un groupe de résistance "La Rose blanche" pour dénoncer la folie du régime en place.Ces écrits sont remarquables par leur teneurs érudites, passionnées, courageuses, engagées, enflammées. Hans et Sophie Scholl nous touchent car ils ne rêvent qu''à un monde tolérant, épris de justice et de fraternité. Au fil des récits, les textes de Hans se font plus noirs, plus engagés, montre la maturité et le talent d'écriture du jeune homme qui perçoit que les causes qu'il défend se paieront au prix cher, tandis que Sophie sa cadette montre plus d'insousiance et de frivolité. Hans devine le prix àpayer pour défendre la liberté alors que Sophie, la veille de son arrestation n'imagine pas les risques qui planent sur leurs vies.
Des récits forts et bouleversants dont la portée font écho encore aujourd'hui, et rejoignent les grands textes de résistance.
A lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          301
NATB
NATB26 mai 2014
  • Livres 3.00/5
La correspondance de deux jeunes allemands frère et soeur Hans et Sophie Scholl ,adolescents lors de la prise du pouvoir par Hitler.
A travers leurs lettres,on découvre leurs passions pour la lecture,la musique,le sport,les réunions avec leurs amis.
La restriction des libertés de pensée et de religion,ainsi que la connaissance des atrocités menées à l'Est vont les amener à fonder le mouvement de la résistance universitaire munichoise die Weisse Rose(la Rose Blanche).
On se rend bien compte du changement radical chez Sophie à partir de 1942,elle est révoltée (lettre du 28octobre 1942).
Dénoncés,ils seront condamnés à mort par le régime nazi qui ne tolérait aucune opposition:décapités le 22 février 1943(malgré la législation allemande qui imposait un délai de 99 jours avant l'exécution d'un condamné).
Hans,la veille de l'exécution,déclare au juge accusateur nazi:" Aujourd'hui vous nous tuez demain,c'est vous qui serez à notre place".
Commenter    J’apprécie          70
lonesloane
lonesloane14 avril 2011
  • Livres 5.00/5
une leçon de vie.
un livre de chevet.
résister. j'en ai maintenant compris le sens.
Dans les années sombres de l'histoire Allemande, ou comment au travers de leurs correspondances, nous sommes amenés à vivre la prise de conscience d'un petit groupe de jeunes Allemands immergés dans l'enfer nazi.
D'abord enthousiastes (comme beaucoup), petit à petit ils constatent les atrocités, les privations de liberté, la ségrégation, l'inhumanité… petit à petit ils vont apprendre à résister, chercher à faire prendre conscience. « La rose blanche » est née, mais elle sera décapitée, par un triste jour de l'hiver 1943 à Munich.
Lien : http://testivore.com/lettres-et-carnets-hans-sop..
Commenter    J’apprécie          120
patrick75
patrick7507 mai 2012
  • Livres 2.00/5
J'en attendais peut être beaucoup trop, mais ces lettres échangées entre les membres d'une même famille et leurs amis ( en Allemagne durant les années quarante) ne m'a pas intéressé plus que çà.
Je comprends que la censure empêchait de se découvrir.Malgré cela, la plupart des lettres sont insignifiantes voir banales, à part quelques réflexions philosophiques.
L'on s'aperçoit également que "l'anti-nazisme" de ces jeunes gens ne prend réellement forme qu'avec la défaite de Stalingrad.
Durant les évènements précédent on ne les sent que très peu concernés.
Evidemment la fin de l'ouvrage aurait tendance à prouver le contraire, à moins qu'il ne s'agisse de l'acte d'un pouvoir aux abois, qui veut des "exemples".Ces lettres méritaient elles un livre ?
Commenter    J’apprécie          60
Leraut
Leraut16 juin 2014
Hans et Sophie Scholl. Lettres et carnets.
Traduit de l'allemand, préfacé et annoté par Pierre-Emmanuel Dauzat.
Edition Tallandier.
Ce récit de vie épistolaire est une rose blanche posée subrepticement sur le coeur du lecteur. L'histoire véridique de Hans et Sophie Scholl « enfants d'Antigone » arrêtés, jugés, et condamnés à la peine de mort. Hans avait 24 ans et Sophie 22 ans. Etudiants, brillants intellectuels, révoltés. Ils étaient les faisceaux pour un monde meilleur. Dans leur pays l'Allemagne de 1943, ils ont été ce que le courage a de plus grand. Créant « La Rose blanche » un réseau d'étudiants. Ce dernier implorait la jeunesse allemande à la révolte contre Hitler et sa folie. L'endoctrinement, l'anéantissement mental des idéaux des étudiants, « La Rose Blanche » condamnait tout cela. Distribuant des tracts, prenant des risques, tel David contre Goliath. Pour eux le grain de sable pouvait devenir une montagne fraternelle. Trahis par le professeur, allié à la Gestapo, ils sont été arrêtés et guillotinés à Munich le 22 Février 1943. Reste les lettres émouvantes, cultivées, humanistes. Où la foi en l'homme surpasse les possibles ténèbres nazies. Comment ne pas frémir lorsque deux enfants de l'avenir tombent et meurent par la calomnie et la trahison ? Ces lettres, interlude pour un monde meilleur, façonnent l'homme nouveau, le pacifique. L'encre indélébile fustige les traîtres, implore la jeunesse de ne jamais baisser les bras quoiqu'il arrive.
« Auriez-vous tué Hitler, si vous en aviez eu la possibilité ? »
Osez répondre aux juges : « Oui sur- le- champ ! »
Nomme les premiers combattants du Devoir de « La Rose Blanche »
Le parfum éternel de la rose blanche accrochée au fronton de « Qui sait mourir ne saurait être asservi »
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
patrick75patrick7502 mai 2012
Qui aurait cru qu'une minuscule fleur puisse occuper si complètement quelqu'un qui n'y ait plus la moindre place pour une autre pensée, que je puisse me transformer en terre, comme j'aurais aimé le faire, ou me jeter dans les bras du premier venu, tant j'étais heureuse. Ce que j'ai aimé le plus, c'était de m'allonger par terre, où j'étais proche des petites créatures, en étant une partie du tout.
Les fourmis et les bestioles me prenaient simplement pour un bout de bois, et je n'étais ainsi que trop heureuse de les laisser se promener sur moi. Tout était si beau.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          100
patrick75patrick7506 mai 2012
:" J'ai pitié des gens incapables de rire de la moindre vétille, de ceux qui ne trouvent pas en chaque chose un prétexte à rire, le piment de la vie quotidienne.
Cela n'est pas nécessairement en rapport avec la superficialité.
En vérité, je crois que, s'il le fallait, je pourrais trouver une raison de rire jusque dans les moments les plus tristes."
Commenter    J’apprécie          110
patrick75patrick7530 avril 2012
Et j'en pleurerais, de voir combien les gens sont mesquins, même à un haut niveau de responsabilité politique, et trahissent leurs semblables, peut être pour un avantage personnel.
Le courage ne pourrait-il parfois passer par là ?
Commenter    J’apprécie          130
patrick75patrick7502 mai 2012
Peut-être imaginez-vous qu'un homme doit rentrer de guerre plus sage et plus mûr. Mais cela n'est vrai que dans de très rares cas. Je crois que j'étais plus sensible et plus réceptif avant cette folie.
La guerre nous ramène loin en arrière. On a du mal à concevoir à quel point l'être humain est devenu dérisoire.
Nous quittons la salle d'opération, où quelqu'un se meurt, et fumons une cigarette.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
NATBNATB26 mai 2014
Je crois que le métier de soldat ne correspond plus aujourd'hui à la description que tu en fais.Un soldat doit prêter serment,après tout,si bien que sa tâche est d'exécuter les ordres de son gouvernement.Il peut avoir à se plier demain à une vision diamétralement opposée à celle d'aujourd'hui.Son métier,c'est d'obéir.L'attitude du soldat n'est donc pas vraiment un métier......Comment un soldat peut-il avoir une attitude honnête,comme tu dis,quand il est forcé de mentir?N'est-ce pas mentir que de devoir prêter serment à un gouvernement un jour,et le suivant un autre?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
Video de Hans Scholl (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hans Scholl
Sophie Scholl, Les derniers jours (Trailer en V.O), film réalisé par Marc Rothemund, adaptation des "Lettres et carnets "
autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
665 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre