Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2364740800
Éditeur : Thierry Magnier (2012)


Note moyenne : 3.84/5 (sur 83 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Personne ne comprend ni pourquoi ni comment la bibliothèque Jacques-Prévert se retrouve à voguer sur l'océan.

A bord, le directeur, la bibliothécaire, un prof de technologie, la sixième F au complet, et Saïd l'infernal, qui se trouvait là par hasard. > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (24)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par chardonette, le 17 mai 2013

    chardonette
    Lorsqu'on voit la première de couverture on s'interroge, que c'est-il passé ? On voit la mer, le ciel, mais surtout une bibliothèque, une bibliothèque dans l'eau avec sur le toit des personnes.
    La bibliothèque Jacques - Prévert va nous faire voyager, nous, une classe de sixième, la bibliothécaire, un professeur de technologie, le directeur et Mme Pérez, la femme de ménage.
    Quelle idée de prendre une bibliothèque pour un bateau, pourquoi une bibliothèque, va-t-on avoir la réponse dans ce roman ?
    Le voyage va durer vingt-huit jours, dans le doute, mais aussi la joie, la découverte.
    Être coincé dans un tel lieu qui navigue est-ce un rêve ?
    Finalement il y a pleins de livres donc des exemples de récit, mais aussi des documentaire pour apprendre la navigation par exemple.
    Ce récit est un éloge à la littérature, mais aussi à la nature.
    L'auteur rappelle qu'avec le soutien des autres on peut déplacer des montagnes et quelle idée originale.
    Merci pour ce voyage et puis finalement chaque bibliothèque est un voyage non ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par c.brijs, le 23 mars 2013

    c.brijs
    "Personne ne sut jamais comment, ni pourquoi la bibliothèque Jacques-Prévert, un grand bloc de béton gris audacieusement cubique, avait un jour largué les amarres."

    Mais les faits sont là : la bibliothèque se retrouve naviguant au grand large; les occupants, (le directeur, la bibliothécaire, la femme de ménage, la 6e F au grand complet, leur professeur et Saïd, un ado qui squatte un peu les lieux) transformés, bien malgré eux, en moussaillons. A bord, la vie s'organise... Entre les astuces pêchées dans les livres; les inventions du prof de techno, le MacGyver de l'aventure; l'organisation des quarts et la tenue du livre de bord, tout le monde met la main à la pâte pour subvenir aux besoins de ce drôle d'équipage. Et les défis ne manquent pas : la faim, la soif, le désespoir ("le pire ennemi des naufragés")... guettent ces robinsons d'un genre nouveau.

    Dans leur sillage, le lecteur se réjouit de voir tout ce petit monde se serrer les coudes face à l'adversité. Au cours du voyage se développent au sein du groupe les valeurs de partage, d'entraide, d'entrepreunariat... Ainsi, avec des systèmes D, ils créent une boussole, un loch (instrument pour mesure leur vitesse), une canne à pêche (au gros), un harpon, un système de collecte d'eau de pluie, etc. de quoi mettre en pratique la théorie (parfois) barbante de l'école... Les expériences donnent lieu aux apprentissages. Ainsi, par exemple, la pêche est prétexte à un leçon d'anatomie des poissons. Cette pédagogie participative rencontre les aspirations des enfants. Pour preuve, les propos du prof de techno :

    "Ce sont de sympathiques petites personnes, assez grandes pour s'emparer du monde et assez proche de l'enfance pour garder cette vitalité pleine d'innocence."

    L'auteure fait également la part belle à la lecture et aux livres. Ce n'est pas pour rien que cette aventure se déroule à bord d'une bibliothèque ! C'est dans des livres comme L'Oncle Robinson de Jules Verne, Naufragé volontaire d'Alain Bombard ou Robinson crusoé de Daniel Defoe qu'ils puisent leurs idées de survie. La lecture des Mille et une nuits maintient quant à elle le moral des troupes. Les feuilles de magazines sont elles utilisées pour créer des chapeaux de papier pour les protéger du soleil ardent des Tropiques...

    Au début de l'histoire, Saïd, Le cancre, (un peu mon petit chouchou dans l'aventure), assène cette sentence (point de départ de leur (més)aventure): "La lecture, c'est un truc pour les gonzesses !". Il devra, on s'en doute, revoir sa copie !

    En conclusion, ce titre est une invitation au voyage... celui des mots mais également celui de la vie. Au fil des jours qui passent et ce, malgré les coups durs, nos voyageurs se prennent au jeu. Allant de découverte en découverte, ils s'ouvrent peu à peu à la vie, à l'amour aussi... Et le lecteur n'a qu'une envie, embarquer à bord et prolonger l'aventure avec eux !


    Lien : http://lacoupeetleslevres.blogspot.be/2013/03/encore-heureux-quil-ai..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Hillel, le 20 janvier 2013

    Hillel
    Une bien jolie traversée de la mer, à bord d'une bibliothèque.
    On ne sait trop comment s'est produit cette chose impensable, une bibliothèque en plein Océan, mais on se dit que ce n'est pas très important.
    Non ce qui est intéressant, et même jubilatoire, c'est de suivre au fil des pages, au fil de la traversée, la cohabitation de tous ces personnages très différents, et finalement très solidaires.
    Une bien belle morale sur la vie en collectivité, quelques petits messages ici et là, comme l'importance de la lecture, l'esprit d'équipe, le courage, la fête ou les sentiments amoureux, quelque soit les circonstances...
    Et puis aussi quelques descriptions de couchers de soleil ou de levés du jour en pleine mer, qui nous donnent envie de rejoindre cet équipage!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ennapapillon, le 24 février 2013

    ennapapillon
    Un jour, il se passe quelque chose d'extraordinaire et d'inexpliqué dans la bibliothèque Jacques Prévert. Alors que la classe de 6em F s'y trouve avec le professeur de technologie, ainsi que Saïd un élève plus grand, Sarah la bibliothécaire, son directeur et la femme de ménage, la bibliothèque se retrouve coupée du monde après une étrange montée des eaux. Plus encore, le bâtiment se met à voguer sur la mer et il n'y a plus d'électricité et les réserves d'eau douce sont limitées.
    Plutôt que de se laisser abattre, les adultes s'organisent avec l'aide des enfants pour survivre et vivre en communauté. Ils se servent des livres et des connaissances des uns et des autres pour comprendre et apprendre.
    Sous forme d'une aventure à la Robinson, les enfants (comme les adultes) apprennent l'entraide. Les livres ont de l'importance aussi, que ce soit pour passer le temps et se changer les idées, comme par exemple "Les contes des mille et une nuits" que Sarah lit aux enfants ou les lectures que les enfants découvrent par eux même, mais ils servent aussi à trouver des idées pour s'en sortir, comparer leurs expériences ou les compléter.
    C'est une belle aventure positive qui donne un sens à l'enseignement, qui montre que la lecture et les connaissances ne sont pas seulement quelque chose "d'obligatoire" et de "rasoir" mais qu'ils peuvent apporter beaucoup plus.
    De plus c'est plein de rebondissements et cela pourrait plaire aux garçons comme aux filles. le style est bon et très adapté aux CM2-6ème (et même 5ème) sans être simpliste.

    Lien : http://ennalit.canalblog.com/archives/2013/02/24/26443679.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cible95, le 02 novembre 2012

    cible95
    Le 12 février, excédée la bibliothécaire Sara Boubacan, met à la porte Saïd Hussein, élève de 6ème F, en visite avec sa classe à la Bibliothèque Jacques Prévert. Un crac monumental vient de cingler le ciel du quartier. Saïd revient presque aussitôt en déclarant qu'il ne peut pas sortir car il y a plein d'eau partout. A son tour, Sara sort. La bibliothèque est cernée d'eau, on ne voit rien du tout alentours. Inquiète Sara prévient le directeur, qui tente de contacter le commissariat et les pompiers qui restent injoignables. Face à cette situation complexe, les adultes perplexes réagissent. Sara, le directeur, Gérard Patisson, Mme Perez la femme de ménage et Monsieur Daubigny le professeur de technologie accompagnant la classe de 6ème préparent un goûter pour les enfants pour les faire patienter jusqu'à l'arriver des secours. Mais bientôt ils réalisent qu'ils vont devoir passer leur première nuit ensemble dans la bibliothèque. le lendemain rien n'a changé, au dehors c'est le l'océan à perte de vue. Pour ne pas céder au désespoir la vie s'organise à bord. Car il faut bien se rendre à l'évidence il va falloir manger boire, se débrouiller seul. Chaque individu se voit confier une tâche. La solidarité s'installe, et l'aventure commence. Chacun dévoile ses talents cachés et les utilisent pour le bien de la communauté, le professeur de techno bricole, Sara raconte les contes des mille et une nuits Mme pérez apprend aux enfants la cuisine , même Saïd le caïd surprend en aidant les plus petits On se baigne on apprend à se repérer sur la mer, on pêche, on surveille les dauphins, tout est prétexte à apprendre. Mais bien vite, l'angoisse s'installe, les réserves d'eaux s'épuisent, comment vont-ils survivre ?
    Très bon roman sur l'entraide, l'utilité de chacun dans des situations extrêmes, le dépassement et la découverte de soi. Une belle surprise.
    À partir de 12 ans
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Ricochet , le 20 juin 2012
    On retrouve certes l’humour et l’originalité qui caractérisent le style de Florence Thinard, mais la verve qui était pourtant la sienne dans un précédent livre Une gauloise dans le garage à vélo fait quelque peu défaut dans ce roman qui prône le pouvoir des livres et offre une réflexion sur la fonction de la littérature.
    Lire la critique sur le site : Ricochet

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par c.brijs, le 23 mars 2013

    - Moby Dick ! murmura-t-elle.
    - Ouais, fit Saïd d'un ton de défi. J'ai pris le plus gros que j'ai trouvé sur les étagères.
    (...)
    - Mon garçon, dit Yvon Daubigny en lui tapant affectueusement sur l'épaule, c'est le genre de livres qu'une vie entière n'épuise pas !
    - C'est plutôt lui qui m'épuisera, rigola Saïd.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par sylvicha, le 22 septembre 2012

    -Alors? C'est ouf, non? triompha Saïd.
    Un grand silence lui répondit. Il ne fut rompu que par le "Mon Dieu, Mon Dieu, Mon Dieu" essoufflé de Mme Pérez qui les avaient rejoints.
    - C'est grand, hoqueta Fatou.
    - C'est beau, souffla Rosalie.
    - C'est impossible, grogna Yvon Daubigny.
    - Et pourtant... murmura Sarah.

    Partout où portait le regard, on ne voyait qu'elle. La mer. Un océan d'un vert immense, le vert des grands fonds.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par c.brijs, le 23 mars 2013

    (...) ça me fout les boules de crever, j'ai même pas vraiment commencé à vivre. Moi, j'ai des voyages à faire, des filles à tomber et des livres à lire, merde !

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Jangelis, le 22 mai 2014

    - On a vu un orque, mon pote ! triompha Vishnou. Ça te la coupe, ça, hein ?

    - Un orque ? Un truc qui fait de la musique dans les églises ?

    - Non, ça c'est un orgue, ricana Karim. Un orque, c'est un cétacé noir et blanc. Énorme.

    - Gigantesque, précisa Vishnou.

    - Mo-nu-men-tal, ajouta Marie Lou.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Jrostandcdi, le 22 juin 2014

    - Oh, avec les 6e, c'est facile, répondit modestement le professeur. Ce sont de sympathiques petites personnes, assez grandes pour s'emparer du monde et assez proches de l'enfance pour garder cette vitalité pleine d'innocence.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (3)

Video de Florence Thinard

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Florence Thinard

Florence Thinard - Le jour des poules et Encore heureux qu?il ait fait beau .
A l?occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil édition 2013, Florence Thinard nous parle de ses ouvrages « Le jour des poules » et « Encore heureux qu?il ait fait beau » publiés aux éditions Thierry Magnier. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/thinard-florence-jour-des-poules-9782364743144.html http://www.mollat.com/livres/thinard-florence-encore-heureux-ait-fait-beau-9782364740808.html Notes de musique : Latché Swing, Rythme gitan, demo 2008








Sur Amazon
à partir de :
9,21 € (neuf)
24,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Encore heureux qu'il ait fait beau par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (136)

> voir plus

Quiz